Faites-vous l’un de ces métiers dangereux pour les yeux ?

Et aussi : L’art de pomper, Le plus efficace des antidouleurs, première plante contre l’arthrose

Voici une liste de professions à risque de SVA (syndrome de vision artificielle), telle que l’ont établie des chercheurs spécialisés dans la vision :

« Comptables, architectes, banquiers, ingénieurs, contrôleurs aériens, graphistes, journalistes, académiciens, secrétaires et étudiants. [1] »

Toutes ces personnes sont à risque… car elles passent plus de trois heures par jour derrière l’écran de leur ordinateur.

Personnellement, j’ai beau ne pas être (encore ???) académicien, je suis bon comme la romaine. Ecrire une newsletter gratuite est une des professions qui vous expose le plus au SVA.

Mais je viens de passer un week-end en famille et j’affirme qu’on peut y ajouter : les retraités (qui font des parties de cartes sur leur ordinateur), les adolescents (qui passent des heures sur leur portable), les enfants (qui jouent aux jeux vidéos plutôt que d’aller courir dehors), à peu près n’importe quelle personne qui est inscrite sur Facebook, Twitter, Instagram ou tout autre réseau social hautement addictif.

Et vous ?

D’après les études, 70 à 90 % des personnes qui utilisent des ordinateurs sont susceptibles de ressentir le syndrome de vision artificielle, qui se caractérise par [2] :

  • Vision trouble
  • Fatigue oculaire
  • Œil sec
  • Diplopie (vision double)
  • Douleurs à la nuque, aux épaules et au dos
  • Maux de tête chroniques
  • Fatigue et malaises généraux
  • Inconfort dans les muscles de la nuque et des épaules de même que dans les poignets et les avant-bras.

L’ordinateur demande en effet une attention importante, et le clignement de l’œil en est alors nettement diminué. Au lieu d’une fréquence normale de 17 clignements par minute (ou plus), la fréquence est réduite à seulement 12 à 15 clignements.

« La surface avant de l’œil est protégée par nos larmes, déposées par nos paupière comme un essuie glace », d’après l’Association des optométristes de France.

« Si le clignement est réduit, notre œil est soumis à une déshydratation, et nos tissus que sont la conjonctive et la cornée, souffrent. Il en résulte une sensation d’œil sec, un besoin de cligner et aussi des yeux rouges. »

L’accommodation est la force que va mettre en jeu l’œil pour rendre nettes les images qui sont proches. La vision brouillée commence lorsque la valeur de l’accommodation n’est plus adaptée à la distance ou quand le système a besoin de se reposer à cause d’un effort trop intense.

Les écrans de petite taille des smartphones ou les consoles de jeux vidéo sont parfois utilisés à moins de 20 cm, ce qui demande un effort d’accommodation relativement important, et à terme gênant.

Deux yeux, deux images

Pour voir correctement, il est impératif que les deux yeux regardent au même endroit : c’est ce que l’on appelle la vergence. Les muscles des yeux viennent positionner les yeux pour une parfaite synergie. Pour la vision de près, cette vergence s’appelle la convergence : les deux yeux se rapprochent.

L’accommodation et la convergence sont étroitement liées, c’est-à-dire qu’il n’y a pas une fonction qui se déclenche sans l’autre. Ainsi, il suffit qu’un système soit en souffrance, pour emmener l’autre avec lui.

Mesures pour limiter les symptômes

Voici donc ce que vous pouvez faire pour limiter les inconvénients visuels liés à l’utilisation d’un écran :

  • Le département d’ophtalmologie de l’Université de Pennsylvanie conseille que le centre de l’écran soit placé de dix à vingt centimètres plus bas que les yeux pour minimiser la sécheresse et les démangeaisons en diminuant la surface exposée des yeux, qui ne sont pas grands ouverts. Cette distance permet aussi au cou de rester dans une position plus détendue. Veillez à bien placer l’écran en face de vous, et non sur le côté.
  • Assurez-vous d’utiliser une taille de police la mieux adaptée à votre acuité visuelle, et de nettoyer l’écran régulièrement avec un chiffon à poussière antistatique.
  • Evitez les reflets et les forts contrastes entre l’écran et votre environnement de travail.
  • Le port de lentilles filtrant les UV contribue à rétablir la fréquence normale de clignements des yeux. Il existe des verres (lunettes et lentilles cornéennes) dont le facteur de protection contre les UV peut atteindre de 40 à 90 %. Une autre solution consiste à placer un filtre UV devant l’écran.
  • Les ophtalmologistes américains suggèrent la règle du « 20-20-20 » : toutes les 20 minutes, prendre 20 secondes de pause sans écran et fixer quelque chose devant soi à 20 pieds (6 mètres).

Vous pouvez également réduire le risque de sécheresse oculaire en utilisant un humidificateur à air dans la pièce où vous travaillez. Certains médecins suggèrent aussi d’appliquer des compresses chaudes humides sur ses yeux tous les matins.

Et n’oubliez pas : la vie existe aussi – et surtout – quand s’éteint l’écran de votre ordinateur !

 

Le plus efficace des antidouleurs

Qu’est-ce qui détermine notre seuil de résistance à la douleur ?

D’après ces chercheurs de l’université d’Oxford, il ne s’agirait ni de notre âge, ni de notre constitution, encore moins de notre niveau de revenus… mais de l’étendue de notre cercle d’amis.

« Plus on est entouré d’amis, mieux on résiste à la douleur », déclare Katerina Johnson qui a mené l’étude [3].

Un mécanisme chimique explique cela : le fait de voir des amis permettrait au cerveau de sécréter de l’endorphine, l’hormone du plaisir, également efficace pour combattre la douleur. Si efficace, en réalité, qu’elle serait plus performante à ce niveau que la morphine, la molécule considérée comme l’antidouleur par excellence.

À l’inverse, les gens ayant peu d’amis sont plus sujets au stress. Et n’essayez pas les réseaux sociaux sur Internet : la production d’endorphines ne fonctionne qu’en situation réelle !

L’art de pomper

Les pompes ne sont pas réservées aux légionnaires et parachutistes en période d’instruction. Elles devraient constituer la base de tout entraînement physique.

À condition de ne pas commettre deux erreurs principales [4] :

1re erreur fréquente : l’hyperlordose, c’est-à-dire un excès de cambrure qui témoigne d’un mauvais gainage au niveau du bassin. Cela entraîne un enroulement des épaules vers l’avant souvent générateur de douleur tendineuse et articulaire. Notez également l’hyper extension de la nuque pour regarder devant, ce qui comprime les disques intervertébraux.

pompe 1

Photos parues dans le mensuel Alternatif Bien-Être.

Retrouvez tous les conseils du coach Christophe Carrio sur www.christophe-carrio.com

2e erreur fréquente : le bassin et la tête qui tombent vers le sol témoignent encore une fois d’un problème de gainage. Cela permet au « pompeur » de se rapprocher du sol (tête) ou de le toucher (bassin) et donc de se donner l’illusion de travailler correctement alors que l’amplitude est faible, et avec elle le travail des bras :

pompe 2

Les pompes : la bonne exécution

pompe 3

 

En appui sur les mains et sur les pieds, chercher à éloigner les talons du sommet du crâne pour s’autograndir, ceci garantira un meilleur alignement.

Tirer les épaules vers le bas. Fléchir vers le sol en gardant le corps rigide comme une seule unité. Toucher le sol avec le bout du nez, et les parties génitales pour les hommes. Bien garder les épaules tirées vers le bas même en position basse.

pompe 4

 

Si vous n’arrivez pas à exécuter les pompes ainsi, effectuez l’exercice en appui sur les genoux, mais en conservant les mêmes consignes de placement corporel.

Ma première plante contre l’arthrose

« La première plante que j’ai réussi à reconnaître tout seul a été la reine des prés. J’avais 8 ans quand, lors d’une promenade, j’ai identifié ses toutes petites fleurs d’un blancéclatant. »

plante contre arthrose

Ce petit garçon s’appelait Olivier Escuder. Il est devenu botaniste au Muséum national d’histoire naturelle et professeur à l’École des Plantes de Paris. Il raconte dans le journal Plantes & Bien-Être tout ce que cette plante évoque pour lui.

« Plus tard, c’est son aspect thérapeutique qui m’a intéressé, mais je reste toujourssensible à sa couleur et à son odeur de miel assez étonnante.

On y trouve une molécule proche de l’aspirine qui en fait la plante principale pour traiter les douleurs d’origine articulaire.

Ma grand-mère l’utilisait couramment pour soigner l’arthrose dont elle souffrait depuis l’âge de 22 ans.

Quand, à mon tour, j’ai commencé à avoir des poussées d’arthrose, j’ai pris exemple sur ma grand-mère. Je confectionne un ou deux litres d’infusion que je bois dans la journée. Cela m’évite une consommation excessive de médicaments de synthèse comme l’ibuprofène, le paracétamol ou l’aspirine. »

Si vous avez des enfants, des petits-enfants, parlez-leur des plantes. Montrez-leur une reine des prés… Qui sait comment naissent les vocations ?

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Grand concours de vie saine (et pourquoi je ne participe pas !) La « vie saine » est une préoccupation légitime, et à la mode. Vous avez une alimentation bio, vous veillez sur votre...
Diminue votre espérance de vie de 33 ans Attila, chef des Huns, vous voyez le genre ? Il fut à la civilisation européenne naissante du Ve siècle un fléau si p...
Le jogging inefficace pour perdre du poids Egalement : Vos vrais besoins en calcium, Méthode étonnante contre les mycoses, Une petite réflexion qui nous vient de...

5 réponses à “Faites-vous l’un de ces métiers dangereux pour les yeux ?”

  1. Béa dit :

    La photo sur le mail que j’ai reçu n’est pas une reine des près !
    Alors que sur cette page c’est bien la reine des près !
    Dommage vous apportez de la confusion auprès de vos lecteurs.

  2. Torres dit :

    La photo ne représente pas une reine des prés

  3. Michel dit :

    Salut MIguel, j’ai été diagnostiqué DMLA voila 3 ans. a mon dernier examen le mois denier, mon ophtalmo (un autre) n’a rien trouvé d’anormal.. Quand je lui ai demandé, elle a simplement dit… pas rien d’inquiétant. j’avais donc réussi à contenir et réduire cette « Terrible » maladie. J’ai essayé les supplément notamment la lutéine et la zéaxanthine sans résultat « visible ». Je crois que ce qui a eu le plus d’effet est l’abandon du sucre dans ma diète et l’ajout de fruits anti-oxydant et légumes et une bonne hydratation avec de l’eau. Faut également reposer les yeux fréquemment et utiliser des « solaires » pour ne pas fatiguer l’oeil. Bref ca passe par une bonne hygiène de vie.. et la plupart des maladies qu’on dit « reliée à l’àge » vont s’éloigner.

  4. Miguel dit :

    Je crois en tout çà mais là, mon ophtalmo vient de m’annoncer ‘un début de DMLA’ quoi faire???????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les 10 Découvertes scientifiques stupéfiantes qui peuvent changer votre vie !!!

Recevez votre dossier GRATUIT sur votre adresse mail et découvrez ce dont on entend trop peu parler : antidépresseur naturel, plante qui développe le cerveau, plante qui soigne les infections, etc...