2 minutes pour savoir si vous faites une vraie dépression

 

« – T’es déprimé, non ?  –  Moi ? Non non, je suis juste crevé… Je sais pas, ça doit être l’hiver. »

 

L’hiver a bon dos. C’est très difficile d’avouer qu’on est déprimé.

Dans l’esprit collectif, un dépressif est forcément un faible, un « looser », un bon à rien. C’est Bertrand Labévue, dans Gaston Lagaffe, le type qui se planque dans la poubelle pour qu’on ne le remarque pas [1].

Et c’est pour ça que la dépression est si terrible.

On croit qu’on va s’en débarrasser avec le soleil qui revient ou en partant une semaine en vacances. On croit que ce petit « passage à vide » va repartir tout seul bien gentiment, comme il est venu.

Mais rien ne change. Les choses empirent.

Autour de soi, on crée le vide. Au début notre entourage nous soutient, il essaie de nous réchauffer le cœur. Mais on sombre de plus en plus, et on entraîne sa femme, ses enfants, ses proches, sa vie entière dans ce bateau qui coule.

La dépression est une maladie qui contamine aussi les autres.

Oui, une maladie, aussi clairement que le rhume, la grippe ou le cancer. On attrape la dépression comme un virus ou un microbe, et ses conséquences peuvent être extrêmement graves :

  • La dépression augmente le risque de maladie cardiovasculaire. Chez ceux qui ont déjà une maladie cardiaque, elle accentue les conséquences négatives de la maladie.
  • Les personnes dépressives présentent un risque accru de 70 % de développer un cancer.
  • La dépression multiplie par 13 le risque de suicide chez les hommes, et par 16 chez les femmes !

La dépression est un problème lourd, qui vient abîmer le trésor le plus précieux que nous avons en nous : l’envie de vivre.

La première chose à faire, c’est donc de reconnaître cette maladie.

Je vous propose pour cela de découvrir un outil mis en place par deux psychiatres, dans les années 60.

Thomas Holmes et Richard Rahe ont analysé les dossiers médicaux de 5000 patients et établi une corrélation entre des événements stressants de la vie courante et l’état de santé. Ils ont construit une échelle allant de 0 (pas de stress) à 100 (stress maximal) selon les circonstances vécues.

Ils estiment qu’un score de 300 et plus pour des événements survenus dans les douze derniers mois expose à un risque élevé de dépression.

Si vous obtenez plus de 300 au test ci-dessous, vous avez un donc risque fort de souffrir d’une vraie dépression.

Pour faire ce test, il suffit de sélectionner les événements qui vous sont arrivés dans les 12 derniers mois, de reporter le score de stress correspondant et de faire le total :

Echelle de Holmes et Rahe
Evénement Score de stress
Décès du conjoint 100
Divorce 73
Séparation 65
Emprisonnement
Décès d’un membre de la famille proche
63
Blessure ou maladie 53
Mariage 50
Licenciement 47
Réconciliation avec le conjointRetraite 45
Problème de santé d’un membre de la famille 44
Grossesse 40
Problèmes sexuels
Arrivée d’un nouveau membre dans la famille
Réadaptation professionnelle
39
Changement de situation financière 38
Décès d’un ami proche 37
Requalification de poste 36
Augmentation des disputes avec le conjoint 35
Emprunt habitation important 32
Impossibilité de rembourser un emprunt 30
Changement de responsabilités professionnelles
Fils ou fille quittant la maison
Problèmes avec les beaux-parents
29
Succès personnel remarquable 28
Conjoint cessant de travailler ou reprenant le travail
Début ou fin de scolarité
26
Changement des conditions de vie 25
Modification des habitudes personnelles 24
Problèmes avec son supérieur 23
Changement des horaires ou des conditions de travail
Changement de résidence
Changement d’école
20
Changement de loisirs
Changement dans les activités religieuses
19
Changement dans les activités sociales 18
Petit emprunt
Changement dans les habitudes de sommeil
17
Changement dans la fréquence des réunions de famille 16
Changement des habitudes alimentaires 15
Vacances 13
Fêtes de Noël 12
Infraction mineure à la loi 11

 

Vous avez maintenant fait le test. Si vous avez dépassé le score de 300, il est probable que vous souffrez de dépression.

Il n’y a aucune honte à avoir.

Admettre la maladie est le premier pas indispensable pour mettre en œuvre ensuite le traitement adapté (naturel).

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


La méthode NRF (Ne Rien Faire) pour se soigner Chère lectrice, cher lecteur, « Boum ! » Un énorme claquement vient de retentir dans la rue. Vous sursautez… ...
Grève des médecins : baisse du nombre de morts Que se passerait-il si tous les médecins (ou presque) décidaient brutalement, du jour au lendemain, de ne plus soigner l...
Election de Miss (Huile) Essentielle Chère lectrice, cher lecteur, « Quelles sont vos 10 huiles essentielles préférées ? » Lorsqu’on pose cette que...

7 réponses à “2 minutes pour savoir si vous faites une vraie dépression”

  1. casanova dit :

    Bonjour et merci d’indiquer comment faire le test, car il n’y a pas de lien?

  2. Chris dit :

    J’ai 213, je suis soulagée je ne suis plus dépressive mais peut être seulement stressée.
    Merci

  3. Justine dit :

    Je suis soigné pour une grave dépression depuis plus de 15 ans et mon score n’est que de 53 ! Votre test n’est pas sérieux car il ne prend pas en compte les traumatismes de l’enfance.

  4. Monique Jeudy dit :

    La dépression en quelques clics. Simplissime. Pire : déprimant !

  5. sacha dit :

    Votre article est sans intérêt.
    L on sait tous que la capacité à gérer les émotions est variable selon les individus et que la dépression ne vient pas de facteurs extérieurs.
    On peut subir des chocs traumatiques sans entrer dans la dépression et à l inverse avoir une vie sans facteurs déclenchants et être dépressif.

  6. El AHMADI Atika dit :

    Je me sent dépressive mais j’ai eu moins de 90 points au test de dépression ,alors comment doivent se sentir les gent dépressifs ? 🍀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *