Allergies : un immense malentendu

Chère lectrice, cher lecteur,

Vos allergies viennent d’un immense malentendu. Un malentendu entre votre système immunitaire et le monde qui vous entoure.

Votre système immunitaire est censé vous protéger contre d’éventuels agresseurs. Mais il arrive parfois que ce soldat intérieur devienne un peu impulsif et se mette à canarder tout ce qui bouge.

Si vous voulez passer ces prochaines semaines sans éternuer à tout bout de champ, vous devrez commencer par rassurer votre soldat intérieur.

Votre soldat intérieur a-t-il perdu les nerfs ?

Ça peut sembler difficile à croire, mais vos allergies viennent d’une simple erreur de votre corps.

Votre système immunitaire est tellement habitué à être protégé de toute menace qu’il en devient parfois nerveux.

Comme un soldat qui monte la garde en haut de sa tour. Plus le temps passe sans aucune alerte, plus il commence à se méfier. Chaque bruit devient suspect. C’est calme, trop calme…

Au moindre craquement de bois, le garde, sur les nerfs, va sonner l’alarme… même s’il s’agit d’une fausse alerte.

C’est à peu de choses près ce qui se passe dans votre corps.

Les lymphocytes T sont les globules blancs chargés de réguler les réponses immunitaires face aux substances étrangères. Ce sont eux, les soldats de votre corps.

Quand ils sentent une menace, ils se propagent, ce qui libère des agents chimiques sensibilisants, les immunoglobulines E (IgE).

Habituellement, ces IgE sont stimulées en réponse aux microbes pathogènes, mais dans ce cas précis, elles deviennent hypersensibles à d’autres molécules, comme les pollens par exemple.

Votre corps rentre alors en guerre contre un ennemi… qui n’en est pas vraiment un !

Les IgE produites se fixent sur des cellules appelées mastocytes, situées au niveau de la peau et des muqueuses. Les individus allergiques ont donc des mastocytes recouverts d’anticorps IgE, différents selon les allergènes.

Quand l’organisme entre en contact avec l’allergène, ce dernier se fixe sur les IgE présents sur les mastocytes et les active. C’est cela qui produit la sécrétion d’histamine, la molécule responsable des symptômes allergiques[1] :

  • Dans le nez, l’histamine augmente l’œdème et l’obstruction, provoque démangeaisons et éternuements et déclenche des sécrétions de mucus (nez qui coule).
  • Au niveau de la peau, elle provoque œdèmes et démangeaisons.
  • Dans les poumons, elle provoque une bronchoconstriction (contraction des muscles entraînant des difficultés respiratoires).

Tout ce dispositif hypersophistiqué pour combattre un envahisseur imaginaire…

Heureusement, il existe des solutions naturelles adaptées à chacun de ces problèmes.

En prévention

Bien avant la saison du « rhume des foins » vous pouvez prendre des traitements naturels en prévention.

Il en existe plusieurs et ils peuvent vraiment vous aider à passer un printemps plus serein.

La vitamine D3 renforce les défenses immunitaires[2], en particulier pendant l’hiver. Plus vos défenses seront affaiblies à la fin de l’hiver, plus elles seront sensibles aux allergènes, il est donc important de les renforcer avant le printemps. Posologie : 4000 UI par jour.

Les probiotiques renforcent le microbiote, ce qui permet de stopper l’effet des pollens et autres allergènes. Ils sont à la fois efficaces en prévention[3] et en traitement pour réduire la gravité des symptômes[4]. On en trouve dans la choucroute, le kéfir, le miso ou encore le kimchi.

Le zinc. Un déficit en zinc, même léger, peut avoir un grand impact sur le système immunitaire et le mécanisme allergique[5]. Il se trouve naturellement dans les poissons et les champignons, mais il est recommandé d’en prendre en supplément, surtout si vous êtes carencé. 15 mg par jour est une dose optimale.

Les oméga-3 sont des anti-inflammatoires reconnus, et donc particulièrement efficaces en cas d’allergies. Ils sont particulièrement utiles en prévention car ils réduisent la production d’IgE[6]. Les huiles de colza et de lin sont riches en acides linoléniques oméga-3. N’hésitez pas à prendre aussi 4 à 6 capsules par jour d’huile de poisson, que l’on trouve en pharmacie ou en diététique, pour la prévention et le traitement de fond des allergies.

Contre le nez qui coule

La nigelle (cumin noir) diminue les secrétions nasales et les éternuements. Une cuillerée à café par jour[7]. Vous pouvez aussi infuser les graines de nigelle, ou encore les inhaler.

L’Euphraise (Euphrasia officinalis) est utilisée pour traiter les infections et allergies de l’œil, mais aussi des sinus, de l’oreille moyenne ainsi que des voies nasales, notamment grâce à son action sur les sécrétions abondantes. Laissez infuser les feuilles (1/2 cuillerée à café) quelques minutes dans l’eau bouillante, puis trempez des compresses et appliquez-les sur vos paupières. Une fois par jour en fin de journée.

La réglisse : bien loin des rouleaux noirs que personne n’aimait étant enfant, c’est sa racine qui nous intéresse dans le but d’un traitement contre la rhinite. Vous pouvez la trouver facilement en herboristerie et la consommer sous forme d’infusion, ou pour les plus intrépides d’entre vous, en extraire le jus en suçant directement la racine.

Attention, la réglisse est contre-indiquée pour les personnes hypertendues.

Si vous avez des réactions cutanées (le secret de l’homme des bois)

Les personnes qui ont l’habitude de se promener dans la nature connaissent bien le plantain, un antihistaminique de premier choix et le sauveur des personnes allergiques aux piqûres d’insectes. Il suffit d’écraser la feuille directement sur la peau, à l’endroit de la piqûre.

Et en passant, sachez que vous trouverez souvent du plantain à proximité des orties… au cas où vous mettriez les mains au mauvais endroit. La nature est bien faite !

Une supplémentation en zinc[8] est également conseillée en cas de réaction allergique au niveau cutané.

En cas de crise, trois plantes de l’extrême

Si vous vous sentez attaqué de toutes parts, certaines plantes sont connues pour avoir un effet global sur les symptômes :

La menthe poivrée[9] (mentha x piperita) est efficace pour traiter les troubles digestifs (nausées, ballonnements). Elle est cultivée en Europe, Asie et Amérique du Nord. Elle est aussi utilisée pour les infections bronchiques et dans le soulagement des douleurs cutanées.

Pour l’appliquer, faites infuser une cuillerée à café de menthe poivrée dans une tasse d’eau pendant 10 minutes. Filtrez ensuite le tout pour obtenir une lotion. Appliquez 2 à 3 fois par jour sur la zone irritée.

La spiruline est également un excellent allié de vos défenses immunitaires. Elle diminue globalement les symptômes de démangeaisons, irritations et éternuements. On la consommera dans ce cas en gélules. Privilégiez la spiruline bio, car elle a tendance à absorber la pollution environnante.

Les racines de ginseng (Panax ginseng) rouge coréen, ont montré une action anti-asthmatique et anti-démangeaison dans plusieurs études scientifiques[10]. Évitez cependant de le consommer le soir, en raison de ses vertus énergisantes. Il est également déconseillé aux femmes enceintes et aux personnes atteintes d’hypertension artérielle.

5 conseils pour survivre à la saison des pollens

Pour terminer, voici encore 5 conseils de base pour limiter vos crises allergiques :

  1. Éviter de sortir lors des jours de grand vent et laisser les fenêtres fermées durant la journée.
  2. Éviter de faire sécher le linge à l’extérieur.
  3. Porter des lunettes à l’extérieur.
  4. Se laver régulièrement les cheveux, de préférence le soir.
  5. Se nettoyer le nez matin et soir avec du sérum physiologique ou de l’eau de mer 35.

Avec tous ces conseils, j’espère que vous profiterez bien des beaux jours qui arrivent.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] « Qu’est-ce que l’histamine ? Qu’est-ce que l’intolérance à l’histamine ? », https://www.santeweb.ch, 04.03.2010

[2] C. Aranow, Vitamin D and the Immune System, J Investig Med. 2011 Aug; 59(6): 881–886.

[3] Tang RB et al. : Can probiotics be used to treat allergic diseases? J Chin Med Assoc. 2015 Mar;78(3):154-157. doi: 10.1016/j.jcma.2014.08.015. Epub 2015 Jan 6.

[4] Zajac AE, Adams AS, Turner JH. A systematic review and meta-analysis of probiotics for the treatment of allergic rhinitis. Int Forum Allergy Rhinol. 2015 Jun;5(6):524-32. doi: 10.1002/alr.21492. PubMed PMID: 25899251

[5] Nurmatov U, Devereux G, Sheikh A. Nutrients and foods for the primary prevention of asthma and allergy: systematic review and meta-analysis. J Allergy Clin Immunol. 2011 Mar;127(3):724-33.e1-30. doi: 10.1016/j.jaci.2010.11.001. Epub 2010 Dec 24.

[6] Hoff S, Seiler H, Heinrich J, Kompauer I, Nieters A, Becker N, Nagel G, Gedrich K, Karg G, Wolfram G, Linseisen J. Allergic sensitisation and allergic rhinitis are associated with n-3 polyunsaturated fatty acids in the diet and in red blood cell membranes. Eur J Clin Nutr. 2005 Sep;59(9):1071-80.

[7] Nikakhlagh S, Rahim F, Aryani FH, Syahpoush A, Brougerdnya MG, Saki N. Herbal treatment of allergic rhinitis: the use of Nigella sativa. Am J Otolaryngol. 2011 Sep-Oct;32(5):402-7. doi: 10.1016/j.amjoto.2010.07.019. Epub 2010 Oct

[8] J.Simmonds, “What is the link between Zinc and Eczéma”, November 6 2017, https://itchybabyco.com.au

[9] McKay DL, Blumberg JB, A review of the bioactivity and potential health benefits of peppermint tea (Mentha piperita L.), Phytother Res. 2006 Aug;20(8):619-33.

[10] Chi-Yeon Lim, Jeong-Min Moon, et.al, Comparative study of Korean White Ginseng and Korean Red Ginseng on efficacies of OVA-induced asthma model in mice, J Ginseng Res. 2015 Jan; 39(1): 38–45.

Une réponse à “Allergies : un immense malentendu”

  1. gillet véronique dit :

    Tout d’abord, je tiens à vous féliciter pour la justesse de vos infos. Je voudrais toutefois ajouter une précision en ce qui concerne la réglisse. Certaines personnes sans être hypertendues présentes une intolérance à la réglisse qui provoque chez eux de fortes migraines, une accélération cardiaque et une terrible hausse de tension qui est ensuite très difficile de rendre à la normale. Ce syndrome s’est déclenché après avoir mangé (un peu trop) de bonbons à la réglisse. Certains chercheurs se sont penchés sur ce phénomène, on peut aujourd’hui trouver assez bien de doc à ce sujet.
    J’ajoute, pour info que j’ai habituellement 12 de tensions et suis plutôt encline aux baisses que le contraire. Prudence donc avec cette plante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *