Anxiété : les plantes que ma grand-mère ne connaît pas

Chère lectrice, cher lecteur,

Quand je rends visite à ma grand-mère, c’est toujours pareil : je la trouve sur le fauteuil du salon en train de boire « sa camomille », comme elle l’appelle.

« Ça me détend », me dit-elle toujours.

Mais ce qu’elle ignore, c’est qu’il existe d’autres plantes moins connues pour soulager efficacement l’anxiété.

Une Indienne qui fait tout et son contraire !

L’ashwagandha (Withania somnifera) est l’une des grandes dames de l’Ayurvéda. On la surnomme aussi ginseng indien.

Cette plante est surtout connue pour ses effets stimulants. Mais ce qu’on sait moins, c’est qu’elle permet aussi de réduire l’anxiété.

Stimulante ou apaisante ? Il faudrait se décider…

En fait, l’ashwagandha fait les deux. C’est une plante adaptogène, c’est-à-dire qu’elle aide l’organisme à s’adapter aux différents types de stress.

Elle permet donc de retrouver un équilibre énergétique, que vous soyez fatigué par une dure journée de travail ou nerveux avant un rendez-vous important.

L’ashwagandha vous sera particulièrement utile si vous êtes anxieux avant de vous endormir.

Un article paru dans Journal of Alternative and Complementary Medicine a d’ailleurs confirmé que l’ashwagandha réduit de manière significative l’anxiété et le stress[1].

Une étude indienne a même montré qu’elle était aussi efficace que le lorazépam, un médicament communément utilisé contre l’anxiété[2].

Vous pouvez consommer l’ashwagandha sous forme de gélule ou en poudre, à raison de 500 à 1 000 mg par jour, avant les repas.

En cas d’insomnie, vous pouvez tester une petite quantité avant le repas du soir. Mais le reste du temps, il vaut mieux la consommer le matin et/ou à midi.

Ce thé vert n’est pas seulement un excitant…

On nous dit toujours d’éviter le thé et le café le soir, avant de s’endormir, car ce sont des excitants.

Eh bien sachez que ce n’est pas toujours le cas du thé.

Le thé contient un acide aminé appelé L-théanine.

La L-théanine module l’humeur et aide à éliminer l’anxiété exactement comme un médicament contre l’anxiété, mais sans ses effets secondaires : en augmentant naturellement les niveaux de GABA dans le cerveau.

Le GABA (acide gamma-aminobutyrique) est un neurotransmetteur inhibiteur, c’est-à-dire qu’il freine la transmission des signaux nerveux. Sans lui, les neurones pourraient littéralement s’emballer, transmettre des signaux de plus en plus vite, jusqu’à épuisement du système.

Il favorise ainsi le calme et la relaxation, diminue la tonicité musculaire, ralentit le rythme cardiaque, et joue un rôle clé dans le contrôle de l’anxiété.

Des chercheurs ont comparé la théanine à l’alprazolam (Xanax), un médicament anxiolytique. La théanine a permis d’obtenir de meilleurs résultats que le médicament, aidant les volontaires à se sentir détendus et tranquilles[3].

Vous trouverez de la L-théanine dans n’importe quel thé, mais je vous avoue que j’ai une préférence pour le thé vert Gyokuro.

Ce thé est particulièrement riche en L-théanine. Et vous serez surpris par la finesse de son goût. Les Japonais le considèrent d’ailleurs comme la Rolls-Royce des thés verts.

Vous pouvez en trouver en ligne ou dans des magasins spécialisés dans la vente de thé.

Et si ma grand-mère avait raison

Ma grand-mère n’aime pas le thé vert. Et elle ne s’intéresse pas aux plantes indiennes aux noms imprononçables comme l’ashwagandha.

Pour elle, tout ce qui compte, c’est « sa camomille » : juste après le déjeuner, à l’heure du goûter (avec ses fameux biscuits maison à l’anis), et le soir avant de se coucher…

Elle a peut-être raison.

La camomille a mauvaise réputation. On la considère avec mépris, comme une vulgaire « tisane de grand-mère. »

Mais grâce à des chercheurs américains, la camomille tient enfin sa revanche…

Dans une étude en double aveugle conduite à l’Université de Pennsylvanie, la camomille a réduit l’anxiété de malades en seulement 8 semaines. Les volontaires ont ainsi vu leur anxiété réduite de plus de 50 %[4].

Et si vous cherchez une bonne alternative pour consommer de la camomille sans passer pour une grand-mère aux yeux de vos enfants, sachez qu’elle existe aussi sous forme d’extrait sec (capsule ou comprimés).

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] M A Pratte, K B Nanavati, V Young, and C P Morley, An Alternative Treatment for Anxiety: A Systematic Review of Human Trial Results Reported for the Ayurvedic Herb Ashwagandha (Withania somnifera), J Altern Complement Med. 2014 Dec 1; 20(12): 901–908.

[2] Bhattacharya SK, Bhattacharya A, Sairam K, Ghosal S, Anxiolytic-antidepressant activity of Withania somnifera glycowithanolides: an experimental study, Phytomedicine. 2000 Dec;7(6):463-9.

[3] Lu K, Gray MA, Oliver C, Liley DT, Harrison BJ, Bartholomeusz CF, Phan KL, Nathan PJ., The acute effects of L-theanine in comparison with alprazolam on anticipatory anxiety in humans, Hum Psychopharmacol. 2004 Oct;19(7):457-65.

[4] Amsterdam JD, Yimei L, Soeller I, et al. A randomized, double-blind, placebo-controlled trial of oral Matricaria recutita (chamomile) extract therapy for generalized anxiety disorder. Journal of Clinical Psychopharmacology. 2009;29(4):378–382.

Une réponse à “Anxiété : les plantes que ma grand-mère ne connaît pas”

  1. jp dit :

    hello, où sont les références ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *