Baume apaisant surpuissant

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous avez peut-être arpenté, les 30 septembre et 1er octobre derniers, les allées du IIIe Congrès international de santé naturelle (CISN).

Si ça se trouve, nous nous sommes peut-être parlé sans même le savoir !

Je naviguais moi aussi entre conférences, ateliers débats, stands et tables rondes, et quelque chose m’a profondément frappé en discutant personnellement avec de nombreux participants.

Je précise que je ne leur ai donné mon nom que lorsqu’ils me l’ont demandé, aussi, le reste du temps, je suis demeuré un personnage parfaitement anonyme qui n’a fait qu’une chose : les écouter.

J’ai écouté Danielle me parler de ses douleurs aux genoux et aux mains ; Alix, une future maman très attentive à son alimentation ; Madeleine qui me disait qu’elle avait longtemps été diagnostiquée avec une maladie de Parkinson avant qu’un médecin ne réalise qu’il s’agissait d’une candidose. J’ai écouté Khadija dont la maman souffrait à près de 90 ans d’un Alzheimer « maîtrisé » grâce à une alimentation saine et parce qu’elle ne prenait jamais « aucun médicament ». J’ai été incroyablement surpris en apprenant que Jean-Pierre avait 61 ans (je lui en aurais donné 15 de moins, vraiment, et son secret m’a fait sourire : il était jeune marié, totalement amoureux !).

J’ai écouté beaucoup d’autres personnes encore.

Certaines en recherche – d’un traitement, d’un sens plus affirmé dans leur vie – d’autres déjà convaincues d’avoir trouvé : végétariens, adeptes du jeûne, passionnés de Qi Gong ou de Tai Chi etc.

Chacune de leur histoire de vie, de santé, pouvait être simple ou complexe, « classique » ou beaucoup plus rare, mais dans tous les cas elle était toujours unique.

Toutes les personnes avec qui j’ai pris le temps de discuter, sans aucune exception, m’ont sincèrement remercié.

Et chacune m’a permis de mesurer à quel point la simple écoute est un baume apaisant d’une puissance insoupçonnable.

Le véritable objectif d’une consultation

Je ne vous raconte pas cela pour récolter vos applaudissements, mais parce qu’une question a aussitôt jailli dans mon esprit : cette écoute, ce temps pris sur le temps qui court, n’est-ce pas aussi (surtout) ce que viennent chercher les patients dans le cabinet de leur médecin ?

De ce point de vue, les études montrent que ce n’est pas du tout ce qu’ils obtiennent ! Certains chercheurs ont comptabilisé le temps durant lequel les médecins écoutaient leurs patients. Ils sont arrivés à des résultats assez variables, mais, au mieux, le médecin accordait en moyenne une minute à son patient pour parler de lui [1].

Au pire, il l’interrompait après 16 secondes !

Dans ces conditions, l’ordonnance médicamenteuse – et non plus le dialogue, l’échange ou le partage – devient le seul objectif possible d’une consultation (un bout de papier pour ne pas repartir les mains vides), et on ne s’étonnera pas en constatant que les plus de 65 ans consomment aujourd’hui en moyenne 14 médicaments par… jour [2] !!!

Y a-t-il un génie du cheveu français ?

Face à cette situation, certaines personnes ont développé des stratégies détournées pour recevoir l’écoute qu’elles demandent.

Il y a la participation à des groupes de parole, il y a ceux qui se retrouvent pour des « marches-conversations » en forêt, ceux qui se donnent rendez-vous sur un simple petit banc pour échanger (voir à ce sujet ma lettre « Avez-vous l’esprit petit banc ? »).

Et je suis convaincu que ce n’est pas un hasard si 1 million de Français passent chaque jour la porte d’un… salon de coiffure [3].

Le cheveu français aurait-il un génie spécifique assurant une repousse plus dense et plus rapide que les autres ? Non…

Je pense que nous trouvons chez le coiffeur un formidable temps d’écoute ! C’est peut-être l’un des rares endroits où il est parfaitement bien vu de parler de soi.

Vous vous souvenez du slogan de Jacques Dessange : « Recoiffe-moi le moral ». Ce grand artiste du cheveu avait compris qu’on venait chercher chez lui beaucoup plus qu’une coupe ou un brushing…

Pas facile de le dire aux médecins qui croulent sous les soucis administratifs, les règlements, les contraintes, et pourtant : ce que veulent leurs patients, c’est peut-être, avant toute autre chose, que leur thérapeute prenne le temps de les écouter.

Pour ressentir, le temps de la consultation, cette singularité qui donne à leur vie la rareté qu’elle mérite.

Alors ce n’est qu’une hypothèse, certes, mais j’ai la conviction que si l’on était mieux écouté chez son médecin, la consommation de médicaments chimiques diminuerait enfin.

Et vous, avez-vous le sentiment d’être écouté ?

Santé !

Gabriel Combris

PS. À propos de baume, j’ai remarqué que l’un des ateliers pris d’assaut lors du IIIe CISN était celui du Dr Thierry Schmitz, qui abordait le thème de l’inflammation. Il a notamment évoqué la très efficace huile de gaulthérie couchée, particulièrement utile dans les douleurs rhumatismales et musculaires (arthrite, arthrose, crampes, torticolis, etc.).

C’est un anti-inflammatoire remarquable, particulièrement apprécié par les sportifs.

Exemples d’utilisation

  • Torticolis : 3 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie diluées dans 3 gouttes d’huile végétale de nigelle ou d’arnica en massage 3 à 4 fois par jour.
  • Arthrose : 3 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie avec 2 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse et 5 gouttes d’huile végétale d’arnica, en onction plusieurs fois par jour.

Mise en garde

Adaptée aux femmes enceintes à partir du quatrième mois de grossesse. Toujours utiliser en dilution avec une huile végétale car des irritations sont possibles à l’état pur (dermocaustique).



Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Merci ! Chère lectrice, cher lecteur, Vous avez été nombreux à réagir à ma lettre « L’heure de la mort » qui abordait le suje...
Le médecin qui soignait une maladie honteuse Et aussi : Secrets de santé d'un drôle de médecin, Dépression : le secret des médecins perses Chère lectrice, cher le...
Grève des médecins : baisse du nombre de morts Que se passerait-il si tous les médecins (ou presque) décidaient brutalement, du jour au lendemain, de ne plus soigner l...

3 réponses à “Baume apaisant surpuissant”

  1. DOMINIQUE BOUY dit :

    Un produit magique chez http://www.bionaturista.net qui s’appelle super super est une maturation de 5 plantes top chrono 10 mn et la douleur disparait testez le vous allez être bluffer

  2. PARASKIOVA dit :

    Bonjour
    vous parlez des huiles essentielles contre la douleur de l’arthrose mais ne serait-il pas plus important de nous informer comment éviter d’avoir de l’arthrose.
    merci
    JPARASKIOVA

    • DOMINIQUE BOUY dit :

      Bonjour,
      L’arthrose est un trouble de civilisation lié avec l’âge ou autres, il y a des plantes qui ont des effets notoires comme la griffe de chat, le camu camu et la maca rouge
      regarder sur bionaturista.net
      Cdlt DB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *