Le jogging inefficace pour perdre du poids

Egalement : Vos vrais besoins en calcium, Méthode étonnante contre les mycoses, Une petite réflexion qui nous vient de la savane

Chère lectrice, cher lecteur,

Personnellement je déteste courir.

Je tire la langue dès la première foulée, et à la troisième elle touche presque le sol. Sans parler du point de côté qui me fait mal avant même d’avoir commencé mon footing.

Si vous êtes comme moi, si vous culpabilisez lorsque vous vous promenez dans un parc et que vous croisez des nuées de joggers gainés dans des combinaisons moulantes, montre connectée au poignet pour compter les kilomètres, sac à dos fuselés avec gourdes et appareils de mesure, alors je vous le dis tout de suite :

Relax. J’ai une bonne nouvelle.

Une petite claque pour le jogging

Le jogging vient en effet de se voir administrer une nouvelle petite claque bien vigoureuse par la recherche scientifique.

On savait déjà que les exercices à haute intensité étaient meilleurs que le footing pour améliorer l’élasticité des artères, la capacité pulmonaire, la force de notre cœur, la vigueur de nos muscles, etc [1].

On découvre aujourd’hui que le jogging ne serait pas non plus l’arme antipoids si souvent applaudie.

Une étude de l’université de New York révèle en effet que la consommation énergétique de l’organisme n’est pas proportionnelle à l’activité physique.

Cela veut dire qu’une fois un certain niveau atteint, la course à pied ne permet plus de brûler des calories, quel que soit l’effort fourni.

Certes, il s’agit d’une étude d’observation [2], mais riche d’enseignements malgré tout : les chercheurs ont observé 332 adultes du monde entier, âgés de 25 à 45 ans, qui portaient un appareil mesurant leur activité physique sur une semaine.

Les personnes ayant une activité « modérée » brûlaient environ 200 calories de plus par jour que les personnes sédentaires. Logique. Mais ce qui est plus étonnant est qu’une activité physique plus intense n’a pas eu d’impact supplémentaire sur les calories brûlées.

Pour le même nombre de calories brûlées :

  • Un américain peut aller tous les jours au bureau en vélo, prendre les escaliers et faire 2 séances de musculation par semaine
  • Un guerrier massaï peut parcourir plus de 60 kilomètres par jour pour faire paître son troupeau, guider et soigner son bétail, porter de lourdes charges, chercher des plantes rares dans des savanes arides et vivre loin de tout village plusieurs jours durant.

Tout cela en consommant exactement la même chose.

En fait, le corps s’adapte à de plus hauts degrés d’activité physique. La même quantité de muscles consomme la même quantité de calories, mais mieux.

C’est la raison pour laquelle les bodybuilders et les accrocs du fitness ne pourront jamais concurrencer les Massaï : ils ont déjà atteint leur métabolisme optimal et les capacités physiques qui vont avec !

On estime qu’après un seuil de masse musculaire atteint en quelques mois, les changements métaboliques sont tels que l’organisme ne peut plus s’adapter.

Vous ne pouvez plus gagner de muscle, ni perdre de poids [3]. L’exercice ne fait que vous maintenir dans votre silhouette.

En ce qui concerne la perte de poids, l’étude a montré qu’un exercice « léger » était exactement aussi efficace qu’un exercice plus appuyé.

Conclusion : la marche (attention, pas la marche le nez en l’air à parler aux oiseaux, mais la marche dynamique voire très dynamique) est plus indiquée que le footing pour perdre des kilos.

Accessoirement c’est aussi meilleur pour les articulations, le cœur et les muscles.

Rappelons que le nombre de pas recommandés par jour est de :

  • 12 000 pour les femmes âgées de 18 à 40 ans,
  • 11 000 pour les femmes entre 40 et 50 ans
  • 10 000 de 50 à 60 ans, et 8000 à partir de 60 ans.
  • Les hommes de 18 à 50 ans devraient faire 12 000 pas par jour, et 11 000 pas à partir de 50 ans, soit 8 à 10 kilomètres par jour pour garder un poids idéal.

La marche à pied est d’ailleurs un sport particulièrement indiqué pour les personnes souffrant de douleurs chroniques, de fibromyalgie ou d’arthrose.

Et tant mieux pour moi parce que marcher, j’adore ça !

Vos vrais besoins en calcium

En matière de recommandation officielle, à qui faites vous, a priori, le plus confiance ? Des chercheurs de Harvard ou les autorités de santé françaises ?

Faites vos choix, et puis lisez…

Des chercheurs de l’université américaine ont en effet synthétisé 20 ans d’étude sur le calcium. Leur conclusion : notre corps aurait besoin d’environ 500 mg de calcium par jour [4]. Une recommandation proche de celle de l’OMS.

Du côté des autorités de santé françaises, on préconise près du double : entre 900 à 1200 mg par jour.

Deux salles, deux ambiances, comme on dit…

Et pour expliquer une si grosse différence, d’autant plus difficile à comprendre que le calcium est difficilement assimilable, la raison n’est pas… glorieuse.

Pour respecter les recommandations françaises, il faudrait impérativement manger une grande quantité de produits laitiers tous les jours et même se supplémenter. Coïncidence, sur les 33 experts qui ont accouché de ces recommandations, 26 ont des conflits d’intérêt dans les domaines de l’agroalimentaire et de l’industrie pharmaceutique…

Ceci expliquerait cela.

Alors, s’il reste vrai que nous avons besoin de calcium pour régénérer nos os, nul besoin d’en faire une overdose. D’après les chercheurs de Harvard, des apports si élevés en calcium ne préviennent pas les fractures mais augmentent le risque de calculs rénaux et de crises cardiaques.

Et vous n’êtes pas non plus obligés de vous ruer sur les laitages.

Le thym, par exemple, est une plante riche en calcium. Avec un ratio de 1260 mg de calcium pour 100 g d’aliment, c’est une excellente alternative aux laitages (bon, je reconnais que ce n’est pas évident à faire avaler aux enfants au petit-déjeuner…). Mais c’est le cas également de certaines épices comme le cumin, le curry, la cannelle et même le poivre. Autre possibilité, la graine de sésame avec plus de 960 mg de calcium pour 100 g consommé. Les sardines à l’huile sont également une excellente source de calcium.

Mycoses vaginales : la méthode yaourt

Il existe un remède étonnant contre les mycoses vaginales (candidoses vaginales), la vaginite (inflammation du vagin), et la sécheresse vaginale.

Il est utilisé depuis longtemps par des naturopathes et repose sur les bactéries présentes dans le yaourt, les lactobacilles, particulièrement efficaces pour enclencher le processus de reconstitution de la flore vaginale, lorsqu’elle est détériorée par des champignons ou par une inflammation.

Comment faire ? Le principe est d’imbiber un tampon hygiénique de yaourt, dans lequel on aura ajouté préalablement un peu de miel (pour ses vertus antiseptiques). Ce tampon agira comme un probiotique sur la reconstitution de la flore vaginale.

Le tampon doit ensuite être placé dans le vagin pendant quelques heures. L’opération peut être répétée plusieurs jours de suite.

De nombreuses études ont démontré que l’utilisation de yogourt dans le vagin [6] peut aider dans le traitement des mycoses vaginales.

Pour celles qui trouveraient la méthode un peu trop « cavalière » : il existe des probiotiques vaginaux [7] sous forme d’ovules, de tampons, ou de suppositoires, qui reposent sur les mêmes types de lactobacilles.

Une petite réflexion qui nous vient de la savane

 

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Les dents des grands de ce monde L’histoire de nos dents regorge (si l’on peut dire) d’anecdotes aussi passionnantes qu’effrayantes, que le Dr Christine ...
Diabète : sont-ils (re)tombés sur la tête ? Savez vous qu’en créole, fou se dit « tôktôk ». Un adjectif que j’appliquerais volontiers à certains experts de la nutri...
Vivre mieux quand on a la migraine J’ai beaucoup de chance, je ne souffre pas de migraine. Parfois un léger mal de tête mais, je touche du bois, c’est à pe...

5 réponses à “Le jogging inefficace pour perdre du poids”

  1. Vanina dit :

    Mouais je n’y crois absolument pas! (en ce qui concerne les allégations sur le footing et le fait qu un masai parcourant 60km par jour consommerait autant de calories qu un americain moyen lol).

    Pas mal de personnes ont perdu du poids avec le footing, à condition de procéder à un rééquilibrage alimentaire.

    Chez les coureurs confirmés, le but n’est pas de perdre du poids, car en général leur poids est normal.

    Vous semblez passer à coté de la finalité de la course.

    Je ne pense pas qu’on puisse courir 3-4 fois par semaine (régime de croisière d’un coureur) et demeurer en surpoids.

    En outre les bénéfices de l’activité physique vont bien au-delà de la perte de poids. Ses bienfaits conduisent à une prolongation de la vie, grossièrement, qui croit en proportion à l’intensité de l’activité. Des bénéfices importants sur la santé mentale et la cognition ont en outre été établis.

    « If you want to live a long and healthy life, you should make sure you’re getting enough exercise.

    It will keep your brain healthy and can add years to your life. Researchers have found that many fit older adults have the muscles and bones of people years — even decades — younger.

    And any exercise is good for you, whether you go for a quick swim or jog or even if you are just walking to the store instead of driving.

    If you are doing any or all of that, great.

    But while a basic minimum amount of exercise does have huge benefits, there are still potentially even greater benefits from doing more. »

    http://www.businessinsider.de/why-burpees-and-jumping-rope-are-best-workouts-2017-5

    Sincèrement je pense que les runners s’en foutent royalement de la question de perdre du poids, et qu’elle n’est pas essentielle au jogging.

    En prime je pense que ces infos sont fausses, obtenues par biais, ou détournées par interprétations des sources originelles. Le jogging comme tout exercice physique en augmentant la part de muscles dans la masse corporelle contribue à augmenter le métabolisme de base au repos, en plus de la dépense calorique induite par l’effort physique.

    Mais évidemment il existe des facons plus radicales de perdre du poids par l’activité physique, par exemple la corde à sauter, ou encore la course en intervalles (fractionnés), mais si déjà vous dénigrez le footing je pense que vous n’aurez pas la forme pour pratiquer ces disciplines… très sollicitantes…

    Sorry!

  2. Léo Boussamet dit :

    Vos interpretations des résultats sur le footing sont faux.
    Un exercice modéré d’accord, ou au contraire court et violent, vont mobiliser la masse graisseuse, peut etre aussi efficacement qu’un footing, voir plus, mais seulement si l’exercice dur plus de 30 minutes ce qui est le point clé (que vous ne mentionnez même pas..) de la perte de gras. En dessous de cette valeur le métabolisme n’utilise pas les lipides pour la production d’énergie. Je suis reellement déçu par vos conclusions sur cet article. je vais probablement me désabonner.

  3. Bert Schumann dit :

    Je suis content de lire en conclusion que la marche « très dynamique » est bien indiquée pour perdre des kilos. En effet, je pratique la « marche nordique » deux fois par semaine, pendant la pause de midi, avec Hugo, professeur du stade Rennais. Avec la propulsion des bras /bâtons, les habitués atteignent une vitesse de 8 km heure.

  4. Maitta dit :

    Bonjour, je suis issue d’un parent originaire de la Martinique j’y ai vécu jusqu’à l’âge de vingt ans. Autrefois (car j’ai 75 ans) aucun ado ne souffrait d’acné. Nos parents utilisaient la méthode des plantes en prévention dès l’âge de 9 ans. Famille nombreuse de 8 enfants, nous avions tous une peau de velour. J’ai appliqué le même précepte pour mes enfants et petits enfants et le résultat est fabuleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *