C’est officiel : le métier d’herboriste n’existe plus (mais il pourrait réapparaître bientôt)

Chère lectrice, cher lecteur,

Le nom de Marie Roubieu ne vous dit sûrement rien. Seul un petit cercle de spécialistes des plantes médicinales la connaissait.

Marie Roubieu avait obtenu son diplôme officiel d’herboriste avant que le régime de Vichy ne l’abolisse en 1941, au profit des pharmaciens.

Elle était donc la dernière herboriste officiellement reconnue de France… Et elle s’est éteinte en janvier dernier, à l’âge de 97 ans, emportant son beau métier avec elle.

Dorénavant, à cause de la suppression du diplôme d’herboriste par le gouvernement de Vichy, plus personne n’est autorisé à vendre une plante en tant que remède, mis à part les pharmaciens en officine.

Car en France, contrairement à de nombreux pays européens comme l’Italie, la Belgique, l’Allemagne ou encore le Royaume-Uni, il est interdit, même illégal, de conseiller par exemple de l’huile de millepertuis contre les brûlures ou de la tisane de bruyère contre les cystites. Si, si, vous avez bien lu. C’est illégal.

À force, les herboristes deviennent des professionnels du Scrabble…

Aujourd’hui, la plupart des producteurs et vendeurs de plantes médicinales sont contraints de jouer sur les mots pour vendre leurs produits à base de plantes.

C’est ce qui explique la profusion de tisanes « bonne nuit » ou « rêverie », qui seraient hors-la-loi si elles étaient par exemple baptisées « Tisanes pour lutter contre les troubles du sommeil ». Certains professionnels doivent même rebaptiser leur activité en « tisanerie » ou « herbalisterie » pour respecter la loi.

Désolé, mais je trouve qu’on en arrive vraiment à marcher sur la tête… D’autant que les Français sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux bienfaits des plantes pour se soigner [1].

Le retour des herboristes en France

Mais cette situation pourrait bientôt changer. Et cela, grâce à Joël Labbé, sénateur breton. En mai dernier, Joël Labbé a mis en place une mission d’information, composée de 27 sénateurs, pour réhabiliter l’herboristerie en France. Son rapport devrait être présenté au Sénat à la fin du mois de septembre.

L’objectif ? Auditionner tous les professionnels concernés [2] (herbalistes, écoles, producteurs, cueilleurs, universités, pharmaciens, médecins, etc.) afin de publier un rapport sur des évolutions législatives possibles pour l’herboristerie et les plantes médicinales.

Autrement dit, un premier pas vers la réhabilitation de l’herboristerie.

Ne manquez pas le débat sur France Inter ce samedi

Malgré leurs divergences sur la régularisation du métier d’herboriste, tous les experts sont d’avis qu’il faut mieux protéger les consommateurs, notamment face aux charlatans.

Et Joël Labbé va même plus loin, notamment concernant la qualité des produits : « Il faut organiser la filière de production localement, pour la vente des plantes fraîches en circuit court. (…) En Bretagne, comme ailleurs, ça contribuera à l’aménagement et au développement des territoires ruraux. Peu de terres sont nécessaires, c’est pourvoyeur d’emplois et ça contribue à la biodiversité… C’est une bonne réponse pour les abeilles aussi. Alors que 95 % des plantes qui alimentent les laboratoires sont d’importation, cette production devrait revenir en France et être un bon complément d’activité et de rémunération pour l’agriculture familiale. [3] »

Ce rapport serait-il enfin la clé qui pourrait faire basculer le gouvernement et permettre de rétablir un véritable diplôme, symbole d’une solide formation en herboristerie ? Le sujet sera débattu dans l’émission « CO2 mon amour » en direct sur France Inter. Elle aura lieu samedi 8 septembre, de 14 heures à 15 heures, avec la présence de Joël Labbé.

Si vous souhaitez suivre ce débat, je vous donne la page de l’émission ici.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Selon les derniers chiffres fournis par AgriMer, 45 % des Français ont recours à la phytothérapie et les ventes progressent de 2 % chaque année en volume.
[2]Les auditions sont toutes publiques et filmées, à retrouver sur le site du sénat.
[3]Interview donnée au quotidien régional Le Télégramme, samedi 25 août 2018.

7 réponses à “C’est officiel : le métier d’herboriste n’existe plus (mais il pourrait réapparaître bientôt)”

  1. laurent dit :

    Cher Monsieur,
    je trouve que le régime de Vichy a bon dos ; qu’est ce qui empêchait la 4eme puis la 5eme république de revenir sur cette législation depuis 70 ans ? tout a fait d’accord avec Vasionensis.

  2. vasionensis dit :

    Il est étrange que la République, ayant rétrospectivement déclaré illicite l’Etat français et rapporté bon nombre de lois édictées entre 1940 et 1944, n’ait pas jugé bon de rétablir le métier d’herboriste.
    Je ne partage pas votre optimisme : les préliminaires à un éventuel rétablissement semblent bien tortueux. Cela sent un second enterrement, après consultation d’une commission dont le président a déjà les conclusions en poche.
    Et tant mieux si je me trompe!

  3. Francine FLOS dit :

    Je suis révoltée par la France. Les herboristes, les homéopathes ne peuvent plus pratiqués, mon praticien en médecine traditionnelle chinoise a été contrôlé et ne peut plus faire d’acupuncture alors que dans les autres pays européens toutes les médecines douces sont reconnues.
    Merci pour toutes les informations que vous donnez.

  4. Francine FLOS dit :

    Ça ne va vraiment en France. J’en ai plus qu’assez que les herboristes, les homéopathes ….ne peuvent plus pratiquer, mon praticien en médecine traditionnelle chinoise a été contrôlé et ne peut plus faire d’acupuncture alors que dans les autres pays européens toutes les médecines douces sont acceptées. Qu’allons-nous devenir???

  5. consiglio dit :

    J ESPERE BIEN QUE LES HERBORISTES EXISTERONT TOUJOURS!!!

  6. Jean SZELAG dit :

    C’est la même chose chez Géant Casino !

  7. Rivier dit :

    j’espère qu’il renaîtra ce métier, c’est une vocation pour la plupart de ceux qui l’exercent !
    j’étais abonnée à plantes et santé;je suis abonnée à Alternatif bien-être, , la santé par les plantes, de qualité égale !Je
    n’ai pas les moyens de faire plus..Aussi si vous voulez me remettre ce livre gratuit des « trésors de la nature » ou équivalent, je vous en serai reconnaissante; sinon gardez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *