C’est sûr qu’avec un nom pareil…

Et aussi : Force d’intervention rapide contre la sciatique, Ne sautez pas dans ce bain toxique, Légumes qui font vraiment maigrir (et pourquoi)

 

Quel drôle de nom : la coenzyme Q10

On dirait une planète éloignée, un peu comme l’astéroïde B612 d’où débarque le Petit Prince. Ou un personnage de La Guerre des étoiles, le genre C-3P0 ou R2D2.

Les scientifiques, il faut le dire, ont un peu manqué de sens de la formule lorsqu’ils ont décidé de nommer ainsi cette molécule, également connue sous le nom d’ubiquinone (décidément !).

Le résultat, c’est que tout le monde a entendu parler de la vitamine D, du magnésium ou du zinc, mais alors la coenzyme Q10…inconnue au bataillon (ou presque) !

Et c’est TRÈS dommage.

Car la coenzyme Q10 est une molécule antioxydante qui joue un rôle clé dans la production d’énergie.

Plus un organe a besoin d’énergie, plus ses tissus ont besoin d’un fort taux de coenzyme Q10. Ce composé est en partie apporté par l’alimentation (viande : cœurs de bœuf et de poulet notamment, poissons, huiles de soja et de canola, chou-fleur, épinards, oranges etc.) et également synthétisé par notre organisme. Nos taux sanguins de coenzyme Q10 diminuent naturellement avec l’âge, à partir de 25 ans.

Ce sont les Japonais qui ont été les premiers à compléter leur alimentation en coenzyme Q10, en particulier pour les personnes touchées par des problèmes cardiaques.

Les premiers essais d’extraction sur des cœurs de bœuf furent très couteux. Mais à partir des années 70, ils trouvèrent une manière de produire la coenzyme de manière naturelle, en faisant fermenter de la betterave et de la canne à sucre dans des souches spécifiques de levures.

La Super puissante Coenzyme Q10

Le déficit profond en coenzyme Q10 est rare, il ne concerne qu’une maladie génétique rarissime dans laquelle la production de coenzyme Q10 dans l’organisme est nulle. On observe alors des problèmes musculaires et nerveux.

Mais les chercheurs ont identifié plusieurs maladies qui pourraient être provoquées par un déficit chronique en coenzyme Q10, et d’autres qui peuvent être notoirement améliorées par une supplémentation :

  • En cas d’insuffisance cardiaque (infarctus) qui se caractérise par une grande fatigue et une gêne respiratoire. 50 à 75 % des patients cardiaques manquent de CoQ10 [1]. Le cœur ne pompe pas assez de sang pour irriguer tout l’organisme. La coenzyme Q10 améliore la production d’énergie du cœur et bloque ainsi le cercle vicieux de l’insuffisance cardiaque. La coenzyme Q10 est aujourd’hui communément prescrite en adjuvant aux traitements classiques (inhibiteur ACE, bêtabloquants) au Japon, en Russie, en Israël. Dans une méta-analyse de 2005 [2], elle allongerait la durée de vie des patients de 3 ans. La dose recommandée est de 100 à 300 mg par jour.
  • En cas de maladie de Lapeyronie : cette pathologie, qui provoque des déformations du pénis accompagnées de douleurs, n’a pas de traitement médical réellement efficace. La coenzyme Q10 semble être une des substances les plus prometteuses pour les malades, avec 89 % de personnes améliorées après 24 semaines de traitement, à la dose de 300 mg par jour [3].
  • En cas d’hypertension artérielle. La coenzyme Q10 est parmi les traitements non médicamenteux les plus efficaces de l’hypertension artérielle, sans effet secondaire. Une méta-analyse [4] datant de 2007 montre que la prise journalière de coenzymes Q10, avec des dosages allant de 34 mg à 225 mg par jour, pouvait faire baisser la pression au moment de la contraction du cœur (pression systolique) de 11 à 17 mm Hg, et celle au moment du relâchement du muscle cardiaque (pression diastolique) d’environ 8 mm Hg. La CoQ10 ne peut pas se substituer au traitement contre l’hypertension mais elle peut permettre d’en abaisser les doses et minimiser ainsi les effets secondaires. Cet ajustement entre les dosages doit être fait par un médecin.
  • Avec les médicaments anticholestérol : si malgré les nombreux effets secondaires qu’elles entraînent [5] vous prenez des statines, alors n’oubliez pas de prendre aussi de la coenzyme Q10 ! En effet, les statines diminuent fortement la synthèse de coenzyme Q10 dans l’organisme, ce qui occasionne fatigue, douleurs musculaires et effets secondaires divers… [6]
  • En cas de sclérose en plaques : la maladie s’accompagne souvent d’une profonde fatigue et d’une dépression qui sont la conséquence directe des attaques neurologiques rencontrées dans la maladie (et pas simplement du fait « d’être malade” »). Des chercheurs ont ainsi montré que la coenzyme Q10, qui agit en soutenant l’activité énergétique des neurones, était très efficace pour diminuer la fatigue et les symptômes de dépression de cette maladie. La dose conseillée est de 500 mg par jour (par exemple 200 mg le matin, 200 mg le midi et 100 mg le soir) [7]  [8].

A lire aussi aujourd’hui, d’autres informations issues de la recherche en santé naturelle :

Sciatique, force d’intervention rapide

Ce qu’on appelle « sciatique » est en fait une inflammation du nerf sciatique, le nerf qui relie la moelle épinière aux muscles de la jambe et en particulier du mollet. Lorsque le nerf est compressé au niveau des vertèbres, cela crée des douleurs fulgurantes qui peuvent parfois paralyser la jambe entière.

L’huile essentielle de gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens) est probablement la plus efficace pour réduire les douleurs liées à l’inflammation.

Elle contient une molécule qu’on peut apparenter à l’aspirine, le salicylate de méthyle, qui fait d’elle un antidouleur hors pair qui pénètre la peau.

Diluez l’huile essentielle de gaulthérie couchée dans une huile végétale avant de l’utiliser. Vous pouvez compter 8 gouttes d’huile essentielle pour 1 cuillerée à café d’huile végétale.

Massez les vertèbres lombaires (dans le bas du dos) avec cette lotion en cas de douleurs aiguës.

Ne sautez pas dans ce bain toxique !

Le point commun entre les M&M’s, les Mentos, les chewing-gums Hollywood, Freedent, Malabar mais aussi les gâteaux LU, les raviolis Panzani, le hachis parmentier William Saurin, les blanquettes de veau Leader Price et encore beaucoup d’autres produits ?

Leurs fabricants leur ont fait prendre le même bain toxique, à base de dioxyde de titane, utilisé pour stabiliser les couleurs des aliments. Les dentifrices sont aussi désormais plus blancs, plus brillants, grâce à cet additif magique.

Aujourd’hui on en retrouve aussi sous forme de nanoparticules dans les compléments alimentaires et même dans certains médicaments.

Il n’existe à l’heure actuelle aucune étude scientifique qui puisse statuer sur la toxicité des nanoparticules de dioxyde de titane.

MAIS…

Leurs effets in vitro et in vivo sur les animaux de laboratoire (rats, cochons, etc.) font froid dans le dos. Et dans les jambes, et partout ailleurs !

Une étude américaine de 2009 sur des souris vivantes a montré que ces nanoparticules causent un stress oxydatif et une réaction inflammatoire qui peut aller jusqu’à casser l’hélice de l’ADN [9].

Cette réaction inflammatoire a aussi été notée au niveau des poumons [10], de la bouche et des intestins [11].

Les chercheurs ont montré qu’à dose massive (au-delà de 5 microgrammes par millilitre), les particules peuvent endommager la barrière hémo-encéphalique du cerveau avec, à la clé, dérégulation des cellules et apoptose (la mort cellulaire).

Bien sûr, l’homme n’est ni un rat ni un cochon, il est donc difficile de conclure à partir de ces seuls éléments. Et c’est ce qui fait les affaires des industriels. Mais les nôtres ?

Personnellement, je dirais qu’en attendant d’en savoir plus (dans 10, 15 ou 20 ans) sur la toxicité du dioxyde de titane, on peut s’abstenir.

Alors notez bien également son « nom de scène », celui qu’on trouve sur les emballages pour mieux cacher sa vraie identité : E 171.

Ces légumes qui font vraiment maigrir

Vous voulez savoir tout de suite de qui il s’agit ?

Un peu de patience, il faut d’abord comprendre pourquoi ça marche.

Les plantes ont en effet la capacité de transformer l’énergie du soleil en énergie organique grâce à des composés spéciaux, les thylakoïdes.

Des chercheurs [12] ont découvert que ces derniers avaient une autre propriété : celle de ralentir la digestion des graisses alimentaires et ainsi de mieux couper la faim.

Leur effet a été testé sur des volontaires : après un repas riche en épinards, un légume à forte concentration en thylakoïdes, l’appétit se trouve limité lors du repas suivant.

En plus d’être intéressants pour la santé (antioxydants notamment), les légumes verts à feuilles (épinards, blettes, choux, navets, etc.) permettraient donc de perdre du poids. C’est ce qui s’appelle faire d’une pierre deux c(h)oups :-).

Et n’oubliez pas le dicton : Suis ton cœur, mais prends ton cerveau avec toi.

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Vivre mieux quand on a la migraine J’ai beaucoup de chance, je ne souffre pas de migraine. Parfois un léger mal de tête mais, je touche du bois, c’est à pe...
Ondes électromagnétiques : ne pas croire les autorités ! Chère lectrice, cher lecteur Vous allez bientôt accueillir, si ce n’est déjà fait, un invité permanent à la maison. ...
Les 3 tests qui prédisent votre mort Allez-vous mourir d’ici 10 ans ?   A l’aide de trois tests que vous pouvez refaire chez vous, les chercheurs de...

[1] LA COENZYME Q10, QU’EST-CE QUE C’EST ?

[2] Singh U, Devaraj S, Jialal I., Coenzyme Q10 supplementation and heart failure.,Nutr Rev. 2007 Jun;65(6 Pt 1):286-93. Review.

[3]Safarinejad MR. Safety and efficacy of coenzyme Q10 supplementation in early chronic Peyronie’s disease: a double-blind, placebo-controlled randomized study. Int J Impot Res. 2010 Sep-Oct;22(5):298-309.

[4]F L Rosenfeldt1,2,3, S J Haas4,5, H Krum4,5, A Hadj1,3, K Ng1, J-Y Leong1,3 and G F Watts6,Coenzyme Q10 in the treatment of hypertension: a meta-analysis of the clinical trials, Journal of Human Hypertension (2007) 21, 297–306. doi:10.1038/sj.jhh.1002138; published online 8 February 2007

[5] à ce sujet voir la lettre ici.

[6]Ghirlanda G, Oradei A, Manto A, et al. Evidence of plasma CoQ10-lowering effect by HMG-CoA reductase inhibitors: a double-blind, placebo-controlled study. J Clin Pharmacol. 1993;33(3):226-229.

[7]Sanoobar M, Dehghan P, Khalili M, Azimi A, Seifar F. Coenzyme Q10 as a treatment for fatigue and depression in multiple sclerosis patients: A double blind randomized clinical trial. Nutr Neurosci. 2015 Jan 20.

[8]Sanoobar M, Eghtesadi S, Azimi A, Khalili M, Khodadadi B, Jazayeri S, Gohari MR, Aryaeian N. Coenzyme Q10 supplementation ameliorates inflammatory markers in patients with multiple sclerosis: a double blind, placebo, controlled randomized clinical trial. Nutr Neurosci. 2015 May;18(4):169-76.

[9] Schiestl R.H., Trouiller B., Reliene R., Westbrook A., Solaimani P., Titanium Dioxide Nanoparticles Induce DNA Damage and Genetic Instability In vivo in Mice, Cancer Res November 15, 2009 69:8784-8789; Published OnlineFirst November 3, 2009.

[10] Hussain, Salik, et al. « Research Carbon black and titanium dioxide nanoparticles elicit distinct apoptotic pathways in bronchial epithelial cells. » (2010).

[11] Schneider, Jordan C. « Can microparticles contribute to inflammatory bowel disease: Innocuous or inflammatory?. » Experimental Biology and Medicine 232.1 (2007): 1-2.

[12] Rebello CJ, Chu J, Beyl R, and al. Acute Effects of a Spinach Extract Rich in Thylakoids on Satiety: A Randomized Controlled Crossover Trial. J Am Coll Nutr. 2015 Jun 1:1-8.

Une réponse à “C’est sûr qu’avec un nom pareil…”

  1. bouchard dit :

    bonjour,

    je souffre de fibromyalgie et j’ai un déficit important d’ATP du à un dysfonctionnement des mitochondries.. On m’a dit que le CoQ10 les stimulait et pourrait être intéressant pour retrouver de la force musculaire.
    Pourriez-vous m’indiquer où je peux en trouver de qualité, svp?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *