La nouvelle combine des lobbies du lait pour vous faire avaler leurs produits

Chère lectrice, cher lecteur,

Avez-vous vu le nouveau coup marketing des lobbies du lait ?

C’est leur campagne en ligne pour « promouvoir l’activité physique ».

Ça s’appelle Milk and Move (en français : « Lait et Mouvement »).

Vous allez me dire : quel est le rapport entre les produits laitiers et le sport ?

Eh bien je vous avoue que je me suis posé la même question.

Je suis donc allé faire un tour sur leur site Internet.

Dans un premier temps, je tombe sur des articles pour (je cite) : « Une meilleure performance physique et une préparation efficace aux épreuves. »

Il est question de musculation, de course à pied et de nutrition…

J’opte pour l’interview d’un médecin sur l’alimentation à privilégier quand on fait de la course à pied.

Trop gros pour être vrai ?

Première surprise : le journaliste qui pose les questions au médecin n’a pas de nom. Il est prénommé « Les produits laitiers » (fallait y penser !).

Mais le pire, ce sont les conseils donnés dans l’interview : un bol de lait le matin avant d’aller courir, un pique-nique à base de fromage pendant un ultra-trail, ou encore un litre de lait demi-écrémé après un effort intense…

On se rend vite compte que l’interview est clairement orientée pour mettre en avant les produits laitiers.

Surtout que tous les mots qui font référence aux produits laitiers (lait, fromage, riz au lait…) sont coloriés en bleu pour bien attirer notre attention. Et quand on clique sur ces mots, on est redirigé vers une page qui nous détaille les bienfaits de ces aliments.

En fait, la page Milk and Move est hébergée par le site produits-laitiers.com, qui est dirigé par… devinez qui ?

Une information objective ? Pas vraiment…

Le Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière (CNIEL), l’interprofession qui regroupe tous les professionnels de la filière laitière en France

Autrement dit : tous ceux qui ont des intérêts (financiers) à ce que nous consommions plus de produits laitiers.

Dans un article, les auteurs du site se permettent même de dire aux personnes intolérantes au lactose de… ne pas arrêter les produits laitiers (évidemment, les auteurs se gardent bien de signer leurs articles).

Peut-on encore nous faire croire aujourd’hui que les produits laitiers sont bons pour la santé ?

Si vous me lisez depuis plusieurs mois, vous savez que ce n’est pas le cas.

Produits laitiers : ce que dit la science

Dans les Dossiers de Santé & Nutrition qui vient de paraître ce mois-ci, le Dr Franck Gigon liste 4 problèmes principaux avec les produits laitiers :

  1. Ils ne sont pas à la base d’une bonne santé osseuse, au contraire… Les chercheurs ont constaté en Finlande, en Suède et au Danemark, des pays gros consommateurs de produits laitiers, un taux beaucoup plus important de fractures de la hanche qu’au Japon ou en Inde, où les apports sont beaucoup plus faibles. Ce serait plutôt une alimentation riche en végétaux (de type méditerranéen) qui fortifierait vos os[1] et éviterait le risque d’ostéoporose[2]
  2. Une étude coréenne suggère que la caséine du lait de vache accélérerait le développement du cancer de la prostate (selon des tests in vitro)[3]
  3. Le lait ne favoriserait pas la perte de poids. Une équipe américaine a même constaté, après une année, une légère augmentation de la prise de poids chez les hommes qui avaient maintenu un apport régulier en produits laitiers de tous types (en moyenne 3,14 kg), par rapport à ceux qui en avaient diminué la consommation (2,57 kg)[4]
  4. Une étude publiée en 2017 dans la revue Nutrition & Diabetes évoque quant à elle un lien probable entre le diabète de type 1 et la variante A1 de la bêta-caséine présente dans le lait de vache[5]

Les produits laitiers figurent aussi parmi les aliments les plus acidifiants pour l’organisme.

Or une acidose chronique peut causer de nombreux problèmes sur la santé[6] :

  • Lourdeurs intestinales, flatulences, ballonnements, ulcères
  • Insuffisance rénale, risque de calculs et d’infections urinaires
  • Hypertension artérielle et artériosclérose
  • Déminéralisation et ostéoporose
  • Fatigue chronique
  • Prise de poids

Ils contiennent aussi du lactose, qui peut provoquer des intolérances et des troubles digestifs, et de la caséine, une protéine pouvant perturber la flore intestinale et augmenter l’inflammation.

Même l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) l’a reconnu : une consommation importante augmente les risques d’ostéoporose ainsi que d’hypertension artérielle et de cataracte[7].

Quand les lobbies de la malbouffe s’associent au sport

Avec leur campagne Milk and Move, la filière du lait essaie d’associer ses produits au sport et à la santé.

Ce genre de pratique n’est pas nouveau dans l’industrie agro-alimentaire.

Pensez à la célèbre chaîne de Fast-Food (vous savez, celle avec un grand « M »), sponsor principal des Jeux Olympiques.

Ou encore la grande marque de soda américaine, partenaire officiel de la coupe du Monde de football 2018.

Pareil pour la boisson énergétique « qui donne des ailes », associée aux sports extrêmes : motocross, parachutisme, snowboard, course automobile…

Les vendeurs de malbouffe et d’obésité ont bien compris qu’en associant leurs marques au sport ils sauvaient leur image.

On sait bien que ces produits sont mauvais pour la santé.

Mais à force de les voir associées à des activités saines, comme le sport, notre inconscient finit par croire que c’est sain et cool de manger un hamburger avec une boisson sucrée…

Le pire, c’est que ce sponsoring touche principalement les enfants et les jeunes, qui sont les principaux spectateurs des événements sportifs.

Faut-il arrêter totalement les produits laitiers ?

Certaines personnes ont décidé de supprimer totalement les produits laitiers de leur alimentation, que ce soit pour des raisons éthiques, pour leur santé ou à cause d’une intolérance.

Pour ma part, je ne dis pas non à un peu de fromage de brebis de temps en temps, ou à une raclette entre amis.

En fait, c’est surtout une question de mesure. Il faut simplement être conscient, quand vous mangez des produits laitiers, que vous le faites pour votre plaisir et non pour votre santé.

Si vous voulez continuer d’en manger, je vous conseille de privilégier les produits au lait cru (non pasteurisé), et en particulier ceux qui sont fermentés (yaourts, kéfirs de lait, fromages…).

Ils possèdent de meilleures qualités nutritives que le lait pasteurisé.

Les fromages de brebis et de chèvres seraient plus intéressants, car ils sont plus digestes, contiennent plus de vitamines et moins d’hormones de croissance que ceux à base de lait de vache[8].

Et préférez les petits producteurs locaux qui respectent leur troupeau et leurs produits plutôt que les laits et fromages du supermarché dont la provenance et le mode de fabrication sont plus douteux.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Veronese N, Stubbs B, Noale M, et al., Adherence to a Mediterranean diet is associated with lower incidence of frailty : A longitudinal cohort study. Clin Nutr. 2018 Oct; 37 (5): 1492-1497.

[2] Benetou V, Orfanos P, Feskanich D, et al., A. Mediterranean diet and hip fracture incidence among older adults: the CHANCES project. Osteoporos Int. 2018 Jul; 29 (7): 1591-1599.

[3] Park SW, Kim JY, Kim YS, Lee SJ, Lee SD, Chung MK. A milk protein, casein, as a proliferation promoting factor in prostate cancer cells. World J Mens Health. 2014 Aug ; 32 (2): 76-82.

[4] Rajpathak SN, Rimm EB, Rosner B, Willett WC, Hu FB, Calcium and dairy intakes in relation to long-term weight gain in US men., Am J Clin Nutr. 2006 Mar;83(3):559-66

[5] Chia JSJ, McRae JL, Kukuljan S, Woodford K, Elliott RB, Swinburn B, Dwyer KM. “A1 beta-casein milk protein and other environmental pre-disposing factors for type 1 diabetes”. Nutr Diabetes. 2017 May 15 ; 7 (5): e274. doi: 10.1038/nutd.2017.16. Review. PubMed PMID: 28504710 ; PubMed Central PMCID: PMC5518798.

[6] https://www.thierrysouccar.com/sante/info/acidose-chronique-qui-est-concerne-et-quels-effets-sur-la-sante-2038

[7] Le lait et les produits laitiers dans la nutrition humaine. Collection FAO: Alimentation et nutrition n° 28, 1998.

[8] Meyer, Z., Höflich, C., Wirthgen, E., Olm, S., Hammon, H. M., & Hoeflich, A. (2017). Analysis of the IGF-system in milk from farm animals – Occurrence, regulation, and biomarker potential. Growth Hormone & IGF Research, 35, 1–7.

3 réponses à “La nouvelle combine des lobbies du lait pour vous faire avaler leurs produits”

  1. crochemore dit :

    Vous ne faites pas la différence entre le lait d’aujourd’hui produit avec des vaches Holstein qui ne pâturent pratiquement plu consomment des fourrages de conserve (ensilage de maïs souvent en plat unique) avec des vaches qui sont au pâturage d’herbe et de légumineuses à la belle saison , souvent au moins 250 jours/an , au foin d’herbe et de luzerne , de betteraves de céréales , tourteau de colza oméga 3 l’hiver .D’autre part ,avez vous fabriqué des yaourts sans pasteuriser le lait avant ? c’est quasiment impossible à cause de la concurrence des bactéries naturellement présentes dans le lait . Nos grand parents ont consommé toute leur vie du lait de la crème et du beurre et du fromage et ont vécu jusqu’à plus de 90 ans , sauf ma mère dont son médecin avait réussi à la convaincre d’arrêter les matière grasses animales et qui à 75 ans est devenue Alzeîmer et décédée à 87 ans , moralité je ne suis pas prêt d’arrêter les produits laitiers NATURELS malgré tout ce que vous pourrez écrire , FAITES LA DIFFERENCE ,car tous ces produits ne se ressemblent PAS ! ! ! !

  2. Stephane dit :

    Concernant le Kefir, il existe aussi le kefir de fruits (noix de coco, mangue, etc.), obtenue egalement par fermentation.

  3. PATRICIA GUENEGO dit :

    Merci pour cet article pouvez-vous donner des infos sur les bienfaits du Kéfir de lait et quel lait choisir et que dire de l’acidose dans ce cas précis?

    Merci pour votre retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *