Remède (secouant) contre Parkinson

Et aussi : solutions du placard contre le diabète, petits conseils (en passant) pour éviter les fractures

Ce que je trouve le plus tragique avec la maladie de Parkinson, c’est la détresse d’un esprit encore vif qui se rend compte qu’il habite un corps qui lui échappe tous les jours un peu plus.

Parkinson est plus qu’une maladie : c’est un long chemin de croix.

Elle est caractérisée par la destruction irréversible d’un type particulier de neurones, ceux qui fabriquent la dopamine, dans une structure située à la base du cerveau, le locus niger.

La dopamine est un neurotransmetteur indispensable au contrôle de l’humeur, mais surtout des mouvements.

Les neurones disparaissent progressivement et la maladie peut évoluer pendant 5 à 10 ans avant que les symptômes ne soient visibles.

Puis viennent des tremblements. Ensuite, vos mouvements se ralentissent, vous traînez des pieds, vos membres se raidissent, vous perdez l’équilibre et vous peinez de plus en plus à articuler les mots.

Aujourd’hui en France, 150 000 personnes souffrent de la maladie de Parkinson, dont la cause reste encore largement méconnue.

Une hypothèse avancée serait l’exposition aux pesticides, la maladie étant répandue chez les agriculteurs pour lesquels les autorités ont d’ailleurs parlé de « maladie professionnelle ».

Voilà pourquoi on conseille en prévention de Parkinson de manger bio, d’éviter les aliments industriels, l’eau du robinet (chargée en polluants), les laitages entiers (leurs graisses stockent les pesticides) et encore des substances comme le tétrachlorure de carbone, le trochloroéthylène et le perchloroéthylène, qu’on trouve dans les produits de nettoyage à sec, peintures, adhésifs.

Régime cétogène et compléments

Le traitement classique de la maladie de Parkinson est basé sur la prise de L-Dopa, une molécule de substitution à la dopamine, qui atténue les troubles mais dont l’efficacité diminue avec le temps.

Car la vérité, c’est qu’on ne guérit pas aujourd’hui d’un Parkinson.

Mais le patient contribuera beaucoup à l’amélioration de son état en suivant quelques règles :

Règle alimentaire d’abord, avec l’adoption d’un régime cétogène, riche en graisses et pauvre en glucides, qui est souvent évoqué pour améliorer le fonctionnement des cellules cérébrales et protéger les neurones [1].

En tout cas, il faut consommer régulièrement :

  • des graisses polyinsaturées, en particulier de la famille des oméga-3 [2] : lin, colza, noix, cameline…
  • des fruits rouges riches en flavonoïdes [3] : fraise, myrtille, framboise, canneberge…
  • La cannelle de Ceylan [4], le poivron et les solanacées (tomate, aubergine, pomme de terre) pour ceux qui supportent ces aliments.
  • Du café à raison de 2 à 3 tasses par jour [5].
  • Du thé vert [6].

On recommande également la prise de certains compléments alimentaires :

  • Le glutathion : il s’agit de l’une des plus puissantes molécules protectrices du corps, à la fois antioxydant et détoxifiant. Il joue un rôle majeur pour défendre l’organisme contre les polluants et dans le cerveau. Sa diminution semble être associée à une progression de la maladie de Parkinson [7]. Le gluthation se fabrique dans les cellules à partir notamment d’un acide aminé présent dans les protéines, la cystéine, mais qui est souvent déficitaire car difficile à métaboliser par l’organisme. Pour renforcer efficacement la présence du glutathion, il est recommandé d’ajouter un complément alimentaire de ce précurseur : la N Acetylcystéine (NAC).
  • La vitamine D3, à une dose de 4000 UI par jour, est le complément alimentaire naturel de base pour ralentir la maladie de Parkinson. Une étude en double-aveugle réalisée au Japon en 2013 a montré qu’une supplémentation en vitamine D permettait de ralentir la progression de la maladie [8].
  • Du coenzyme Q10 (300 mg/jour), qui aide au bon fonctionnement des cellules.

Voilà pour les compléments utiles. Mais il y a aussi autre chose que vous pouvez faire. Une méthode naturelle encore plus efficace pour ralentir la maladie.

La musculation. 

On réalise en effet de plus en plus le fabuleux potentiel protecteur des exercices dits « à haute intensité » contre les maladies neurologiques.

En pratique, une activité physique à moyenne ou haute densité avec un travail plus intense sur les jambes d’une demi-heure tous les jours doit être mise en place.

Le seul moyen de parvenir efficacement à ce niveau de stimulation et de retarder le recours aux médicaments est d’effectuer des exercices en salle de musculation avec charge additionnelle [9].

Deux études récentes, une danoise et une américaine ont confirmé que la musculation avait bien des effets spectaculaires sur Parkinson.

Il a suffi que des patients soulèvent des charges lourdes, deux à trois fois par semaine pendant plusieurs mois, pour qu’ils bénéficient d’une diminution forte et durable de leurs symptômes [10].

Le seul hic est que la musculation en salle n’est pas accessible à tous, et surtout pas aux patients les plus touchés.

Il reste alors une autre alternative : la danse. Olé !

Danser

Une première découverte avait été faite par un neurologue italien de passage en Irlande, observant dans un pub un malade de Parkinson danser comme un dératé, sans la moindre difficulté ni aucun déséquilibre.

De retour à son laboratoire, le médecin a voulu vérifier qu’il n’avait pas abusé de la Guinness…Il a réalisé une étude qui a conclu que cette danse irlandaise était effectivement plus efficace que les exercices physiques habituels [11] !

Plus récemment, ce sont des chercheurs de l’Université de McGill, au Canada qui ont fait danser le Tango à des patients atteints de Parkinson pendant 12 semaines… et ils ont constaté une forte amélioration de leur équilibre et de leur mobilité. [12] !

Alors si vous avez Parkinson, dansez. Si vous craignez Parkinson, dansez. Et d’ailleurs même si vous ne craignez rien, même si vous êtes en parfaite santé, dansez.

Car la danse « prélude l’amour, suscite l’amour, exprime l’amour » avec ce prodige si particulier qu’elle nous fait sortir complètement de nous-mêmes. Qu’elle nous libère et qu’elle nous protège.

De Parkinson, on l’a vu. Mais aussi d’Alzheimer, du diabète, de l’obésité, des maladies cardiaques ou la dépression.

Vous hésitez à passer à l’acte ? Des cours de danse existent dans la plupart des villes. Des psychologues et des médecins proposent de la « danse-thérapie » [13], également pour accélérer la convalescence. Renseignez-vous.

Et pour convaincre les plus timides ou les plus réfractaires, je lance un appel à ceux des lecteurs de PureSanté qui pratiquent la danse pour qu’ils témoignent de tout ce que cette activité leur apporte. Rendez-vous en bas de la lettre pour me laisser votre message.

Je suis sûr que nous lirons des témoignages émouvants et passionnants ! Alors merci d’avance.

Egalement dans l’actualité aujourd’hui:

Solutions du placard contre le diabète 

Lorsqu’elles sont bien choisies, les plantes peuvent soulager, voire guérir, les maladies les plus graves. Prenez le diabète par exemple : pour contrôler sa glycémie… il faut commencer par fouiller dans les placards de sa cuisine :

  • La cannelle rendrait les cellules du foie ainsi que les cellules musculaires plus sensibles à l’insuline. Dans une étude du Human Nutrition Center (USA), une pincée de canelle (2 à 4 g/jour) a baissé de 12 à 30 % le taux de sucre dans le sang en 40 jours. En freinant le passage de la nourriture digérée dans l’intestin, la cannelle freine la diffusion du glucose vers le sang, régulant ainsi la glycémie.
  • Dans une étude, les patients à qui l’on a donné des clous de girofle ont connu une baisse de leur taux de glucose. De plus, les clous de girofle ont contribué à prévenir la formation de caillots sanguins, cause potentielle d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral (AVC).
  • La capsaïne, responsable du goût piquant du piment de Cayenne, augmente la production d’insuline par les cellules du pancréas [14]. Elle a l’avantage de donner facilement la sensation de satiété.
  • L’ajout d’un peu de vinaigre (acide acétique) au cours d’un repas comprenant des glucides permettrait de diminuer la glycémie dans les heures qui suivent, d’améliorer la réponse à l’insuline et d’augmenter la satiété [15]. Il suffit de préparer une vinaigrette avec 2 cuillerées à soupe de vinaigre de cidre pour accompagner une entrée de crudités, à chaque repas.
  • En fin de repas, une infusion de camomille permet un meilleur contrôle de la glycémie, probablement grâce à la présence de quercétine [16].

Petits conseils (en passant) pour éviter les fractures

Dans la série des GROS mensonges qui ont fait la fortune de leurs inventeurs, nous avons la légende du lait « qui rend les os solides ».

La Suède détient à la fois le record de consommation de laitages et le record des fractures du col du fémur. Aie.

A l’inverse, au Cambodge, en Gambie, à Okinawa, où l’on ne consomme pas de laitages et où l’apport en calcium ne dépasse pas 400 mg par jour (deux fois moins qu’en France), l’ostéoporose (réduction de la densité osseuse) est une maladie quasi inconnue. Re-aie.

Donc si vous voulez éviter les fractures, oubliez le lait.

En revanche, cela peut sembler idiot, mais le moyen le plus simple et le plus efficace d’éviter les fractures est d’éviter… les chutes ! Voici quelques mesures simples – le BABA pour s’épargner de sacrés désagréments :

  • enlever les tapis ou les fixer au sol avec du ruban adhésif
  • déplacer les meubles pour dégager les passages
  • fixer les fils électriques et téléphoniques le long des murs
  • en cuisine, mettre les ustensiles les plus utilisés à hauteur de taille
  • éviter de se déplacer pieds nus ou en sandales
  • ne pas mettre d’objet sur les marches d’escalier
  • utiliser des ampoules qui éclairent bien.

Et je vous propose de finir sur un petit quatrain de poésie, car cette histoire de danse m’a mis de bonne humeur :

Ah, la danse ! La danse
Qui fait battre le coeur,
C’est la vie en cadence
Enlacée au bonheur [17].

Amicalement,

Florent Cavaler




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Le secret bien gardé des sorcières Chère lectrice, cher lecteur, J’ai une question à vous poser : à votre avis, les sorcières existent-elles ? Vous ê...
Mangez-vous de la neige ? Avec la neige qui tombe, on voit apparaître dans les rues une curieuse catégorie de personnes : les passants gobeurs, qu...
Nouveau scandale sanitaire Vous vous sentez souvent fatigué(e). Ou alors vous souffrez régulièrement de douleurs articulaires, de craquements du...

[1] Vanitallie TB, Nonas C, Di Rocco A, Boyar K, Hyams K, Heymsfield SB. Treatment of parkinson disease with diet-induced hyperketonemia: a feasibility study. Neurology 2005; 64: 728–730.

[2] Kamel F, Goldman SM, Umbach DM, Chen H, Richardson G, Barber MR, Meng C, Marras C, Korell M, Kasten M, Hoppin JA, Comyns K, Chade A, Blair A, Bhudhikanok GS, Webster Ross G, William Langston J, Sandler DP, Tanner CM. Dietary fat intake, pesticide use, and Parkinson’s disease. Parkinsonism Relat Disord. 2013 Oct 1. pii: S1353-8020(13)00353-2.

[3] Khasnavis S, Pahan K. Cinnamon Treatment Upregulates Neuroprotective Proteins Parkin and DJ-1 and Protects Dopaminergic Neurons in a Mouse Model of Parkinson’s Disease. J Neuroimmune Pharmacol. 2014 Jun 20

[4] Xiang Gao, Carlos Singer; American Academy of Neurology’s 63rd Annual Meeting, Honolulu, April 9 to April 16, 2011

[5] Postuma RB, Lang AE, Munhoz RP, Charland K, Pelletier A, Moscovich M, Filla L, Zanatta D, Romenets SR, Altman R, Chuang R, Shah B. Caffeine for treatment of Parkinson disease: A randomized controlled trial. Neurology. 2012 Aug 1

[6] Shuhong Guo, J. Yan, T. Yang, X. Yang, E. Bezard and B. Zhao, « Protective Effects of Green Tea Polyphenols in the 6-OHDA Rat Model of Parkinson’s Disease Through Inhibition of ROS-NO Pathway » Biological Psychiatry, 15 December 2007, Volume 62, Issue 12, Pages 1353-1362

[7] Jenner P et al. oxidative stress as a cause of nigral cell death in Parkinson’s disease and incidental lewy body disease, 1992; 32 Suppl:S82-7

[8]  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23485413$

[9] Frazzitta G, Maestri R, Bertotti G, Riboldazzi G, Boveri N, Perini M, Uccellini D, Turla M, Comi C, Pezzoli G, Ghilardi MF – Intensive rehabilitation treatment in early Parkinson’s disease: a randomized pilot study with a 2-year follow-up – Neurorehabil Neural Repair. 2015 Feb;29(2):123-31. doi: 10.1177/1545968314542981. Epub 2014 Jul 18

[10] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25038064
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24990028

[11] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23731986

[12]http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0965229915000291

[13] http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=danse_therapie_th

[14] D. X. Gram, B. Ahre ́n, I. Nagy et al., “Capsaicin-sensitive sensory fibers in the islets of Langerhans contribute to defective insulin secretion in Zucker diabetic rat, an animal model for some aspects of human type 2 diabetes,” European Journal of Neuroscience, vol. 25, no. 1, pp. 213–223, 2007

[15] Ostman E, Granfeldt Y, Persson L, Björck I. Vinegar supplementation lowers glucose and insulin responses and increases satiety after a bread meal in healthy subjects. Eur J Clin Nutr. 2005 Sep;59(9):983-8.

[16] Maryam Zemestani, M.Sc., Maryam Rafraf, Ph.D, Mohammad Asghari-Jafarabadi, Chamomile tea improves glycemic indices and antioxidants status in patients with type 2 diabetes mellitus – Nutrition DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.nut.2015.07.011

[17] Marceline Desbordes-Valmore, La Danse de Nuit

30 réponses à “Remède (secouant) contre Parkinson”

  1. Maryse Louis dit :

    suis tres contente de vous lire,c’est malheureux de ne pas pouvoir recevoir le livre par ce que je suis aux etats unis.Que faire pour l’avoir c’est vraiment interessant..J’ai un probleme de memoire ,anflamation de colon,enfin une alergie qui ne me donne pas de la chance de manger ailleurs.
    je compte sur votre comprehension a bientot.
    Merci Maryse.

  2. Danièle M Verdi dit :

    Depuis toute petite j’ai des problèmes de posture importants qui ont conduit à certaines déformations. J’ai décidé de m’y attaquer il y a 3 ans, par des exercices divers. En janvier, pour finaliser le travail, je me suis inscrite à un cours de ballet. De semaine en semaine je constate que mon corps se transforme, s’aligne, que je peux utiliser des muscles que je n’avais jamais trouvés auparavant. Il reste du travail, mais la danse me permet aujourd’hui, à 56 ans, d’avoir le plus beau corps que j’ai eu de toute ma vie, alors même que je n’ai pas fini les corrections. De plus, c’est une joie de pratiquer, la beauté, la musique, l’élégance de la ligne et des gestes qui se met en place… l’expression de la beauté que l’on sent même si on ne l’a pas encore… les émotions…. J’arrive souvent fatiguée au cours du soir, mais j’en repars avec une énergie incroyable. Avec la danse, on permet au corps de trouver sa justesse et ainsi de vivre et bouger en souplesse et puissance, en coordination, en harmonie.

  3. Myriam B dit :

    Je pratique la Biodanza une fois par mois et c’est un bonheur à chaque fois renouvelé de profonde connexion (avec moi-meme, avec les autres avec l’univers).
    Et je donne aussi à mon corps l’occasion de danser ce dont il a besoin, chaque jour ou presque : je me suis concocté un CD de morceaux de musique assez différents et qui m’inspirent, je le mets à jouer en lecture aléatoire, je respire, relache les tensions (mentales, corporelles) et mon corps se met en mouvement…. Cela peut-être très différent d’un jour à l’autre, y compris sur un même morceau (tremblements, douce danse, quasi immobile, sauter partout). Le corps sait ce dont il a besoin… ça prend 3 à 6 min et ça me fait vraiment du bien (regain d’énergie le matin, détente le soir, reconnexion dans tous les cas).

  4. Françoise dit :

    Bonsoir ! Je confirme que la danse fait du bien au corps et au mental aussi. En ce qui me concerne, c’est musique latine à fond, mais aussi toutes les musiques des années 80 et celles d’aujourdh’ui, le tout partagé avec mes enfants avec qui de folles soirées endiablées s’improvisent dans la bonne humeur. Lorsque je me sens fatiguée, un peu de musique latine et c’est reparti! Je souffre pourtant d’arthrose et de plusieurs hernies discales, mais en chauffant le corps cela va mieux. Dansons donc !

  5. VIGNON dit :

    Bonjour, Je viens de recevoir par une Amie votre site qui m’intéresse beaucoup. En effet je suis atteinte de la maladie de Parkinson depuis 3 ans et votre article sur le Tango-Thérapie me donne l’espoir d’améliorer mon état.Auriez-vous la gentillesse de me dire où je dois m’adresser pour trouver un cabinet de kiné ou une association qui ferait cette pratique. J’habite à AGEN (47000) pourriez-vous me guider à trouver cet endroit ?
    Merci beaucoup avec l’espoir d’une réponse positive.
    Bien à vous;
    Bonne fin de journée.
    Jacqueline

  6. Jean Prevost dit :

    En effet votre article est bien la réalité bénéfique de mon regime que je m applique pour luter contre cette pathologie qu est parkinson et nous avons constaté avec mon épouse et mon médecin que ma parkinson avait régressé de 10 ans , pratiquement plus de symptômes j ai hâte de le faire savoir à un grand nombre de personne après une année de plus.
    Bien a vous.

  7. Pham dit :

    Je dors bien et beaucoup : entre huit et neuf heures par nuit et la technique de la feuille morte m’intéresse car elle me permettrait peut-être d’avoir moins besoin de sommeil mais je n’ai pas le temps d’écouter et suivre une longue vidéo. .

  8. Dem dit :

    Bonjour,
    J’ai beaucoup dansé, dans un club le vendredi, un autre le samedi et différentes salles le dimanche – Danses de salons + boogies-rocks, danses folkloriques et m^me de l’expression corporelle . dansez, dansez le plus possible, laissez vous aller, laissez votre corps s’exprimer.. En plus de la joie perçue dans cette activité, les soucis s’envolent et la santé vous souris. Vous gardez la forme. De nombreux autre couples qui dansaient avec nous étaient nonagénaires. Un monsieur a été fêté l’année passée pour ses 100 ans, son épouse en ayant 97. Ils ont valsé ensembles à cette fête. N’est ce pas formidable ?
    Puisque je suis seule maintenant, je danse dans ma cuisine, dans le salon ou sur la pelouse et parfois je chante (un peu faux dit mon petit fils!) Je n’ai aucune qualification en danse, mais je m’imprègne de sa joie.
    Je souhaite à chacun et chacune d’essayer et d’en ressentir les bienfaits.

  9. Bozena HALOUA dit :

    L’année 2000. Diagnostique tombe : maladie de Parkîson. Allongée dans mon lit je n’arrive pas à me retourner toute seule. Mon mari vienne à midi pour me nourrir et me lever. On me donne un traitement qui me permette de me lever enfin toute seule et faire quelque pas. J’ai l’impression que je suis entouré d’un boa constricteur qui m’empêche de plus en plus de bouger. On me promette un fauteuil roulant dans 10 ans…. Aujourd’hui, nous sommes en 2017 – toujours pas de fauteuil roulant !
    Hasard au début, determination après. Le hasard : je ne sors pas – impossible de franchir la porte de l’entrée. Une amie insiste pour que j’aille écouter la musique du folk américain. Mon mari aidant, j’y vais à la fin. On joue et on danse les danses en ligne.. J’écoute et, je réalise que mes jambes suivent le rythme sous la table (j’ai adoré danser dans ma jeunesse).. L’envie de danser est très forte. Mon amie m’encourage de me lever et d’essayer et… ça marche ! J’arrive à faire des mouvements que je suis incapable de faire normalement ! Je suis heureuse. Le landemain, très fatiguée, je me repose et je réfléchis. Si j’ai pu danser hier soir, je dois me rendre à l’évidence. Il y a des connection nerveuses dans mon cerveau qui même enfouies et endommagées, fonctionnent tout de même. À partir de ce jour, je réapprends à marcher.. Je pense à chaque pas et petit à petit, je marche de mieux en mieux. Encouragée, je me remets à tricoter pour remettre mes mains à fonctionner à nouveau. C’est dur, les mains durcissent, j’ai des crampes, mais je m’accroche….
    Depuis, ce temps, j’ai fait deux cures de rééducation alimentaires (j’ai pris sous Sifrol pas moins de 40 Kilos). Une grande partie de cure était les activités physiques – la marche tous les jours et une heure et demi par jour d’activités en salle dirigées par les kinésithérapeutes. Deux fois en trois semaines la gym en piscine – en musique. Je retrouve dans l’eau toute ma mobilité, je me défoule, je nage et je suis heureuse. Petit à petit je retrouve ma mobilité. Il y a un an, on m’a changé le traitement. Je n’ai plus le Sifrol, mon apetit c’est calmé, j’ai retrouvé enfin la sensation de satiété. Certes, il me reste encore 20 kilos de trop sur les 40 que j’ai accumulé.. Mais, je marche ! Pas de fauteuil roulant ! Je pratique une fois par semaine des activités physiques en salle, avec une dizaine d’autres personnes atteintes de cette horrible maladie. Une demi heure sur un appareil et une demi heure de gymnastique au sol sous la sourveillance et avec l’aide de kinésithérapeutes qualifiés. Le résultat – je suis bien obligé de vivre avec Parkinson mais ce n’est pas lui, qui me dicte comment vivre. Les personnes qui ne savent pas combien je suis malade, ne s’rendent pas compte et quand je le leur dis ils ne veulent pas me croire. J’ai cessé de ce fait d’ren parler car les personnes en bonne santé ne comprennent pas que la maladie peut ne pas se voir. J’ai des tas de bobos, mais je n’en parle pas car je ne me décide toujours pas de me déclarer malade. J’ai des jour « avec » et « sens ». J’ai formellement refusé de prendre des antidépresseurs, je gère. Par chance je ne tremble pas bien que parfois je me trouve parterre et probablement suite au traitement j’ai parfois des mouvements incontrôlés. J’ai du renoncer aux randonnées en groupe cer je suis incapable de suivre les bons marcheurs. Mais je vis aussi bien que possible.. Pour ce qui est la danse, je vous livre ma réflexion qui découle de mon expérience personnelle : peu importe s’il s’agit du tango ou du rock et même peu importe de danser. TOUTES les activités que j’ai pratique depuis que j’ai le Parkinson dès qu’elles sont pratiquées en musique, sont beaucoup plus facile à exécuter ! En piscine, comme en salle avec les Kinesi, en musique rythmée TOUTES les activités étaient plus facile pour moi.
    La seule chose que je ne comprends pas est pourquoi les illustres docteurs qui nous soignent ne veulent pas croire quand on leur fait part de ces expériences ?! J’ai eu beau dire au docteur que le Sifrol m’a fait grossir, il fallait attendre très longtemps avant qu’ils ne prennent pas enfin en compte ce que l’on constate en pratique. La même chose pour la gym. J’aimerais faire la gym dirigée plus d’une fois par semaine. Du fait qu’il m’arrive de tomber, je ne suis pas très motivé pour faire des longues. balades toute seule, mais la gym surveillée me donne toute la confiance. En plus, à plusieurs avec les mêmes soucis, on s’entraide et on rigole aussi. Et, le rire est très libérateur !
    Conclusion : marchez, danses, nagez, Faites ce que vous voulez si possible en musique et RIEZ ! Le rire permette de ne pas avoir ce « massique » – le visage figé si typique pour les malades de P.’

  10. Béatrice dit :

    Bonjour
    pour prévenir les chutes,vous parlez de mettre des ampoules qui éclairent suffisamment. ok mais encore faut-il les allumer!J’en connais un qui descend les escaliers dans le noir et pas moyen de le faire allumer.Béatrice Bec

  11. LAGHDIRI SAMIRA dit :

    Bonjour
    Merci pour vos précieux conseils.
    On en apprend tous les jours avec vous 😊
    Je suis très sensible aux produits industriels et aussi j’évite le gluten. J’avais toujours des problèmes de digestion ce qui entrainaient des carrences de vitamines et baisse de forme et le morale en berne. Paleur, problème de peau, d’humeur, de sommeil, le foie fatigué, etc.
    .L’alimentation est la base d’une bonne hygiène. A travers celle ci ont peut régler les humeurs et éviter les médicaments (à effets secondaires et controversées). Pour moi les régimes exotiques, africains, asiatiquesi sont les meilleurs .
    ..le sommeil et les exercices physiques pour lutter contre l’ennui et la sédentarité sont aussi des paramètres indispensable à prendre en considération .
    Merci encore pour votre site et vos recettes miracles.
    Amicalement
    Samira L

  12. Marylène dit :

    Danser… ou plutôt « me laisser danser » par la musique qui pénètre mon corps et mon âme, c’est ce que je pratique chaque semaine grâce à la biodanza. Malgré les douleurs provoquées par la maladie de Lyme, je ne me passerais pour rien au monde de ces rendez-vous avec la danse, avec les autres, avec ce qui vibre en moi.
    La danse donne équilibre physique et psychologique, me rend heureuse et me permet d’accueillir la vieillesse avec sérénité.

    • LAGHDIRI SAMIRA dit :

      La danse est le meilleur des remèdes contre la maladie, l’ennui, etc….elle a pleins de vertus . Elle réunie les êtres humains et débarrasse des idées parasites.
      Mais je ne savais pas que c’était bon pour nos neurones. Ça ne m’étonne pas finalement. Il faut écouter son corps.
      Comme dit Nietzsch « une journée sans danser est une journée de perdue  »
      Super sujet. .
      .Bravo pour l’article et
      Merci pour vos réponses.

  13. Portier Michèle dit :

    Effectivement la dance est un réel remède contre la maladie.Il y a quelques années je ne manquais une occasion de danser avec les sud-americains(j’habite la Guyane Française)j »étais en pleine forme;jamais malade.Puis j’a iarrêté de danser par manque de temps.Et là,des douleurs sont apparues;mon caractère a changé;et pour finir récemment on m’a diagnostiqué un Crohn; Pourquoi;c’est très simplej’ je ne mettais plus les mauvaises énergies à la porte.j’ai tout simplement perdu ces moments d’insouscience que procure la Dance.Alors dansons encore et encore.Michèle.

  14. isa dit :

    Je travaille dans un centre qui accueille des adultes et notamment des malades Parkinson. La danse leur apporte bcp de plaisir et leur permet effectivement de travailler leur équilibre et leur souplesse. Ils sortent de ces activités de bonne humeur et ragaillardis.
    Isa, paramédicale

  15. richard dit :

    je suis acceuillante familiale et je garde des personnes aggées.j »ai hébergée un couple qui était atteint de la maladie de parkinson j »ai acheté de l »extrait de ginko biloba et je leur en ai donné 30gouttes 3fois par jour quand j »ai revue la neurologue elle m »a dit ,c »est la premiere fois que je vois cette maladie régréssépar contre elle a rit quand elle sut pourquoi;j « avais vu rémission sur la 5 a la tv;par contre il ne faut plus arrèter car la maladie progresse très vite

  16. edith dit :

    En effet la danse est pour moi un moment de bonheur, même tout seule chez moi, je danse.
    Je me souviens étant enfant,les disputes de mes parents m’inquiétaient, mais ils dansaient souvent et là je pouvais sentir leur amour. A bientôt 8Oans, ils dansent encore et tout le monde peut voir qu’ils sont heureux, et cela leur permet pendant ces moments là d’oublier leurs soucis.

  17. Davanture lucile dit :

    Parkinsonienne diagnostiquée depuis plus de 6ans,mais ayant des symptômes depuis plus de 10 ans, je pratique musculation, danse,, parfois volley Ball, enfin chaque jour je pratique une des activités. Je porte aussi des patchs à la nicotine, qui reboustent les neurones sans les dopaminergiques, sans effets secondaires, cela est maintenant prouvé.
    Tout cela, depuis 3ans.
    C’est à dire que les 3 premières années, après ‘annonce de cette maladie,,, je ne faisais pas grand chose,, le modopar, medicament du protocole classique, m’ayant donné une dystonie cervicale, qui me faisait tourner la tête à droite,,, sans que je le veuille.
    Donc, il y a 3ans, je prenais une dose de. Stalevo (équivalent modopar) de 4×150,, plus azilect, sifrol, et modopar,LP, 2X150,pour la nuit.
    Avec un neurologue exceptionnel qui arriva dans ma ville il y a 3ans, et qui réussit enfin à redresser plus ou moins ma tête grâce à des piqûres de toxine botulique très bien faites, j’ai retrouvé le moral,, ainsi que la découverte de la nicotine, ma maladie commença à régresser.
    Aujourd’hui, je suis quasi à 4×100 mg de stalevo, et me sens 1000 fois mieux qu’il y a 3ans.

  18. Liliane Roubaud dit :

    J’approuve et je confirme la danse est une thérapie magnifique je l’enseigne depuis 20 ans dans uns club de seniors et il sont tous en pleine forme

  19. nirvannah dit :

    je suis en surpoids et je ne peux plus m’habiller du coup je ne sors plus et n’ai plus gout à rien mème la marche me fatigue, je suis en rémission d’un cancer du sein et depuis la perte de mon sein je déprime, en plus je suis au chomage, j ai du mal à me nourrir bien mon cas es désesperrrré

    • nirvannah dit :

      mon commentaire est en attente de modération alors ça fait tache sur le site il ne faut que des personnes sans problèmes alors ne me contactez plus vous etes des marchands et ne valez pas mieux que les industriels que vous condamnez

  20. Laurence dit :

    Avant je dansais, aujourd’hui, je vis la musique au travers des mouvements. Chacune de mes danses est différente. J’écoute attentivement la musique et je laisse le geste se développer. Ma danse peut être lente ou rapide, sans bouger les jambes ou au contraire en tournoyant. Il m’arrive même de danser sur le silence.
    Je danse souvent chez moi, dès que j’entends à la radio une musique qui me donne envie de bouger. Je danse dès que je peux car cela me donne de l’énergie et beaucoup de plaisir.

  21. kaplène dit :

    Bonjour,
    Votre article sur Parkinson est intéressant. Plus précisément l’activité sportive (et la danse) pour améliorer les maladies neurologiques m’a interpelée.. C’est valable également pour la maladie des « jambes sans repos » ?

    Je voudrais vous dire également : »Stop aux vidéos parlées et écrites » (comme celle qui est en bas de la présente lettre). Vous croyez qu’en nous rendant captifs, nous irons jusqu’au bout ? Utopie ! Illusion ! totalement faux !!!!
    En ce qui me concerne, je coupe tout de suite.. Ça m’exaspère. Comme on lit plus vite que vous ne parlez, on perd son temps, et comme la plupart du temps vous abordez des sujets que nous connaissons., ce serait tellement mieux que ce soit écrit afin qu’on aille directement là où vous expliquez des choses nouvelles..
    Réservez les vidéos pour les choses visuelles. Par exemple,une manipulation, ou la présentation d’une plante, etc…
    A propos des plantes, quand vous préconisez un aliment, précisez si les propriétés dont vous parlez sont celles de l’aliment cuit ou de l’aliment cru, car certaines disparaissent à la cuisson et d’autres s’épanouissent à la chaleur.

    En tout cas merci d’éclaire nos lanternes.
    sincèrement
    K.

    • Jean Prevost dit :

      Je confirme qu il y a aucun doute sur le regime indiqué pour lutter contre parkinson si vous voulez en savoir davantage procurez vous « la chrono-alimentation du cerveau » par le Doct jm Bourre. A ajoutant le sans gluten et sans lait de vache .
      Bien cordialement.

  22. Daviau Anne Marie dit :

    Depuis des années la danse m’aide à supporter toutes les adversités, il suffit de se laisser aller en écoutant la musique, laisser le corps parler à notre place. Pour les plus timides une légère inclinaison du corps au rythme de la musique produit déjà des bienfaits et on se rend compte petit à petit qu’on prend de l’assurance.
    On se sent parfaitement bien lorsque les timides s’approchent de vous pour vous murmurer : « Comme vous dansez bien ».
    Là vous n’avez plus peur de rien !

  23. RIHET ANNIE dit :

    la danse est une libération des diverses douleurs (arthrose et tendinite chronique dont je souffre).Elle rapproche le corps et l’esprit; elle est le partage des sens ouie,toucher,vision…et enfin elle est le plaisir d’un partage avec les autres de bonheur qui ne peut qu’améliorer la santé physique et mentale!

  24. lacome Jacqueline dit :

    Merci pour tous ces bons conseils. Je confirme que la danse est une excellente thérapie pour « tous les maux ». Je pratique plusieurs fois par semaine, le rock et les danses latino telles que salsa, batchata et kizumba. Ajoutées à de la marche quotidienne, je garde mes articulations et mes muscles en excellent état et je suis sereine par rapport à mon entrée dans un an dans la zone des septuagénaires….vive la vie!!!!

  25. Y. Rousière dit :

    Oui, je confirme.
    Étant vice-président d’une association de retraités, nous organisons, avec ma compagne, bénévolement des rencontres hebdomadaires autour de la danse en ligne. Nous avons beaucoup de participantes qui prennent du plaisir. La danse c’est bon pour les articulations mais aussi pour la mémoire car il faut apprendre et retenir les pas.
    Merci pour tous vos conseils.

  26. Béatrice dit :

    Lorsque je danse, je laisse mon corps s’exprimer, je souris, je ris aussi, j’ouvre mes bras et laisse aller mon corps au son de la musique que j’écoute. En fait, je joue parfois avec mes enfants qui sont grands: je mets différentes musiques depuis mon ipod et nous dansons comme nous le sentons sur des rythmes et musiques différentes… qu’est-ce qu’on rit! Tout s’efface dans ce moment magique, c’est merveilleux. La danse, la musique, ce sont des expressions magnifiques et plus on ose bouger, plus notre aura s’aggrandit et plus on est heureux!

  27. Legrand Michèle dit :

    Danser c’est lutter contre tout ce qui pèse et alourdit c’est donc par conséquence pratiquer l’ Art Sacré.

    J.Chauviré Danseuse Etoile Opéra de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *