Faites des exercices de thym ?!

Le thym, dans le sud de la France, on l’appelle aussi farigoule.

Ca sonne bien, farigoule, ça fait un peu nom du cancre de la classe (« ah mais quel farigoule, celui-là ! »).

En fait…pas du tout ! C’est tout simplement une déclinaison de l’occitan farigola, issu du latin féricula (plante sauvage).

Il n’empêche…On invente bien des impôts tous les jours dans ce pays, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas inventer de nouveaux sens aux mots.

Et puis je n’y peux rien : quand on se met à parler du thym, on se retrouve mentalement dans le midi, et voilà qu’on y va de sa galéjade.

Parce que le thym, quelle plante, quelle histoire, quel trésor !

Un de ses plus grands admirateurs était peut-être le célèbre herboriste Maurice Mésségué, qui en dresse un portrait dithy(m)rambique, dans son célèbre « Herbier de Santé » :

« Merveilleuse famille, généreuse famille que celle des labiées. Après nous avoir superbement donné la sauge, la mélisse, le romarin, la menthe, la sarriette, le lamier et dix autres herbes de joie et de santé, il fallait encore qu’elle nous offre le thym et le serpolet ! »

« Regardez-les, ces deux petits prodiges des clairières, des prés jolis, des rocailles inondées de soleil : ne sont-ils pas attendrissants, avec leurs étroites feuilles ovales toutes poudrées d’argent, et avec leurs fleurettes délicatement rosées ou teintées de mauve pâle ? N’ont-ils pas la légèreté, la grâce, l’arôme des herbes du Paradis terrestre ? J’aurais tendance à le croire, quand je les trouve au hasard de mes promenades, qu’Adam et Eve n’ont jamais croqué la pomme et que nous vivons encore dans l’Eden… »

Une plante du paradis, rien de moins.

René-Maurice Gattefossé, considéré comme un des pères de l’aromathérapie, ne pensait pas différemment, puisqu’on dit qu’il aurait hésité à baptiser cette l’aromathérapie entière la « thymo-thérapie », avant de se raviser au motif que c’était peut-être un peu restrictif.

Il est vrai, pour justifier cet emballement général, que le thym possède des vertus médicinales franchement hors du commun.

Le thym est un puissant antiseptique et anti-infectieux. Tisanes et macérat huileux de thym sont les premiers remèdes à prendre en cas d’infection respiratoire, de mal de gorge, de rhume ou d’angine.

Il permet aussi de renforcer et nettoyer le système immunitaire et soutient la fonction hépatique (foie).

Faire des exercices de thym

Mésségué conseillait de « pratiquer le thym » (et son jumeau le serpolet) « comme une hygiène », presque comme si on faisait des exercices :

« En période d’épidémies diverses, de grippe par exemple, on remarque que certaines personnes succombent et d’autres pas, alors que, dans le même entourage familial ou professionnel elles ont été soumises aux mêmes microbes. »

« Dans les hôpitaux, médecins et infirmières vivant dans un bouillon de culture de virus, passent souvent à travers des maladies qu’ils côtoient chaque jour. Pourquoi ? Le terrain, dit-on. Certains sont prédisposés, d’autres pas. En fait cette endurance s’acquiert. Elle ne consiste pas seulement à être en bonne santé, mais à créer en soi-même un terrain qui déplaît aux virus. »

« Je ne vous conseillerai pas de vous jeter sur votre bouquet de thym le jour où votre voisine de pallier ou de bureau a la grippe, je vous dirai seulement : si vous utilisez souvent du thym sous toutes ses formes, dans votre vie, vous vous épargnerez bien des grippes et autres misères et vous entretiendrez votre santé. Peut-être ne vous en douterez-vous même pas car il est difficile de savoir quand on l’a échappé belle. »

On reconnaît bien la judicieuse stratégie de nos anciens : jadis, lorsque la peste et la lèpre menaçaient, on consommait le plus possible d’aromates, jusqu’à s’en enduire le corps !

Aujourd’hui on attend que la grippe arrive pour avaler des antibiotiques…

Erreur fatale, nous disait déjà Maurice Mésségué dans les années 1970, car on peut préparer son organisme à résister à de telles épidémies par une consommation régulière d’herbes antiseptiques :

« Après une longue carrière de phytothérapeute, je tiens à remercier le thym et le serpolet pour leur pouvoir antiseptique : comme ils éliminent les virus et les bactéries dans l’atmosphère par leur arôme (dû au thymol qu’ils contiennent), ils détruisent ces germes infectieux dans l’organisme. Ainsi, du furoncle à la fièvre typhoïde et du panaris à la tuberculose, je ne connais pas de maladie à microbes qui ne puisse être soulagées par mes deux chères petites plantes. »

Maintenant, admettons que vous ayez décidé de vous traiter avec du thym pour soigner un rhume.

Si c’est pour faire une infusion, la plupart des thyms feront l’affaire. Mais si c’est pour le prendre sous forme d’huile essentielle, il faut procéder avec beaucoup plus d’attention.

Pour la prévention, buvez une infusion de thym le matin et le soir, tous les jours pendant les périodes à risque qui peuvent durer tout l’hiver.

Pour préparer son infusion :

  • Placez au fond d’une tasse une cuillère à café de feuilles de thym sèches, ou quelques branchettes de thym frais.
  • Faites bouillir de l’eau dans une bouilloire, puis laissez-là reposer une ou deux minutes.
  • Versez ensuite l’eau chaude dans la tasse et couvrez sans attendre à l’aide d’une assiette. Ne laissez pas trop infuser les feuilles, en particulier si la tasse contient aussi des branchettes, sous peine de donner un goût amer et astringent. Laissez infuser 2 à 3 minutes, puis filtrez. Rajoutez, si vous le souhaitez un peu de miel, qui fournira un effet désinfectant supplémentaire, et buvez bien chaud. Si vous avez du thym autour de chez vous, utilisez les nouvelles pousses qui apparaissent en janvier et février. Elle sont purement aromatiques et ne contiennent quasiment pas de tanins et de composants amers.

Si vous notez de petites brûlures d’estomac ou autre irritation gastro-intestinale, diminuez à une infusion par jour, ou faites une pause pendant une semaine.

En huile essentielle

Le thym en huile essentielle, je préfère vous le dire : c’est un peu un truc de polytechnicien.

Le seul thym vulgaire se décline jusqu’à 9 chémotypes différents – un chémitype est une sorte de carte d’identité de l’huile essentielle avec des profils biochimiques différents, et des indications (presque) toutes différentes.

En première intention, on se contentera de choisir l’huile essentielle de thym vulgaire à linalol ou à thyanol, « peu agressives et assez polyvalentes » d’après la spécialiste des huiles essentielles Elske Miles…

L’application cutanée est privilégiée et le choix de la zone d’application se fera en fonction du type d’infection : 2 à 4 gouttes sur le thorax et le dos pour une infection respiratoire, 2 à 4 gouttes sur le bas ventre pour une infection urinaire. Appliquer 3 fois par jour jusqu’à amélioration nette de l’infection.

Pour soutenir la défense immunitaire, en cas notamment de grande fatigue, accompagnée d’une faiblesse du système de défense de l’organisme : apparition de boutons de fièvre, zona, herpès, etc., faites pénétrer 2 gouttes d’huile essentielle de thym linalol sur le plexus cardiaque au niveau du thorax, 2 fois par jour pendant 10 jours.

On réservera l’huile essentielle de thym vulgaire à carvacrol ou à thymol à l’avis d’un aromathérapeute averti, qui vous donnera la marche à suivre pour les employer en deuxième intention, pour des infections plus sévères.

En cas d’extinction de voix, d’angine ou de gorge, il faut s’intéresser à l’huile essentielle de thym vulgaire thujanol :

Parfaitement tolérée par les muqueuses, elle peut être prise directement dans la bouche à raison de 2 gouttes mélangées dans 1 cuillerée à café de miel à garder à l’arrière de la bouche avant d’avaler. Cette prise peut être répétée jusqu’à 4 fois par jour pour un adulte. Aucune prise orale d’huile essentielle pour les  enfants de moins de 10 ans !

Et en cuisine ?

Evidemment, on ne peut pas parler du thym, sans évoquer les bouquets garnis où il se retrouve en excellente compagnie, notamment avec le laurier, le romarin, le persil ou toute autre herbe de votre imagination. Il accompagne parfaitement les ragoûts, grillades en été, plats mijotés en cocotte et soupes.

On s’en sert aussi pour assaisonner les légumes, surtout ceux qui ont un goût fort comme le chou.

Le thym se marie bien avec les courgettes et les aubergines grillées, mais aussi avec les poissons, volailles ou le fromage de chèvre. Séché, il parfume la ratatouille, le riz, les gratins.

L’idée de Charlemagne

Le thym, comme dirait George Clooney, « what else » (quoi d’autre ?)

Avant lui, l’empereur Charlemagne avait donné pour instruction, dans son Capitulaire de Villis[1] où il recommande la culture d’un certain nombre d’herbes et de plantes potagères,  que le thym soit planté dans les jardins de tous les monastères et châteaux.

Pour le bienfait de leurs habitants, ET de leurs visiteurs.

Alors une suggestion pour conclure, à nos gouvernants si prompts à voter lois et règlements : à quand un décret concernant les bonnes herbes, ou un crédit d’impôt pour ceux qui font pousser du thym dans leur jardin par exemple ?

C’est une idée comme ça, mais je suis sûr que les lecteurs de PureSanté en auront plein d’autres, il suffit de les laisser en commentaire au bas de cette lettre…

Amicalement,

Florent Cavaler




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Election de Miss (Huile) Essentielle Chère lectrice, cher lecteur, « Quelles sont vos 10 huiles essentielles préférées ? » Lorsqu’on pose cette que...
Anciens de mai 68, mangez des glaces aux fleurs ! « L’imagination prend le pouvoir ». Vous vous rappelez ? C’était le slogan des jeunes chevelus de mai 68. Bon… À ...
Le XXIe siècle sera intestinal ou ne sera pas Par les temps qui courent, il n’y en a plus que pour l’intestin. On fait des films sur l’intestin, des best-sellers s...

14 réponses à “Faites des exercices de thym ?!”

  1. Françoise dit :

    Bonsoir ! Merci pour parler du thym et de ses bienfaits. Je l’utilise depuis au moins 20 ans, d’abord en aromatique pour mes plats cuisinés, en même temps que le basilic, l’estragon, l’ail et l’oignon, et j’en passe… A partir du moment où j’ai cuisiné avec les aromates, j’ai constaté que mes enfants étaient beaucoup moins malades, qu’ils résistaient aux virus présents dans leur école, et même nous, nous n’attrapions plus rien. J’en ai parlé à mon médecin de l’époque qui n’a pas démenti ce que je lui disais à propos des simples utilisées en cuisine. Depuis, j’ai déménagé et je cultive mes médicinales, dont le thym fait évidemment partie… et nous nous soignons qu’avec les plantes du jardin tout au long de l’année… De plus, étant atteinte de parodontite, et devant prendre des antibiotiques assez souvent, j’en suis venue à rechercher quelle plante pourrait m’aider à éviter ces antibios chimiques et le thym à thymol est apparu comme ma solution. J’en ai parlé à mon dentiste qui était ravi de ce choix, car il est aussi pour la médication naturelle. Depuis que j’utilise cette huile essentielle de thym à thymol, à utiliser avec la plus grande précaution car elle est très caustique et brûlante donc pour les muqueuses de la bouche, j’ai raement de nouvelles crises de parodontite, et dès que cela me menace je reprends quelques gouttes pendant deux ou trois jours. Plus de douleurs dentaires atroces depuis, c’est un vrai soulagement. Les plantes étaient utilisées par les anciens qui les connaissaient bien, alors pourquoi les labos et les médecins qui se laissent dominer par eux, ne veulent pas laisser ces belles « médecines » regagner leurs lettres de noblesse, pour le bien de la population, pour la sécurité sociale aussi et pour la connaissance que cela apporte de s’y intéresser de plus près???
    Bonne continuation à vous pour nous informer.
    Cordialement, Françoise

    • olivier barraillé dit :

      Pourquoi consultez vous puisque vous vous soignez toute seule ? Et puis vous vous contredisez en glorifiant le thym et les médecines naturelles tout en étant abonnée aux antibiotiques .Et surtout quand vous découvrirez un nouveau trésor de santé naturelle n’oubliez pas de rapporter cela à votre docteur comme un bon toutou que vous êtes .
      Olivier Barraillé cabinet de naturopathie naturopathe Indre

  2. Geneviève T. dit :

    Bien envie de faire un gros bouquet de thym et de serpolet, qui poussent tous les 2 à foison sur mon balcon, rien que pour l’odeur. Pourquoi pas…

  3. Geneviève T. dit :

    Bien envie de faire un gros bouquet de thym et de serpolet qui poussent tous les 2 à foison sur mon balcon… Rien que pour l’odeur à l’intérieur ce doit être super. Non ?

  4. Montout dit :

    Bonsoir

    très juste..

    je l’utilise

    le thym mérite d’être reconnu

    merci de le rappeler

  5. Guillaume dit :

    Ne pourrions nous pas soumettre à notre chère Ministre de la santé d’imposer une tisane de Thym à l’école, crèche, maternelle, collège??(Dosé à juste valeur bien évidement!), plutôt que de nous imposer des vaccins inutiles!!! Personnellement j’ai toujours une boite de sachet de Thym de la marque « les 2 marmottes » dans mon placard pour subvenir à une pénurie de thym fraichement coupé avec mes enfants ! 😉

  6. Marijon dit :

    Bonjour…dans le passé j ai fais énormément d infusion de thym et j ai attrapé la gale du thym… Depuis je n ose plus en faire du tout

  7. GENTILE Bernadette dit :

    Autre suggestion : abaisser ou supprimer la CSG pour tous ceux qui se soignent avec des méthodes naturelles, moins coûteuses pour la Sécurité Sociale. Cela contribuerait plus efficacement à combler le soi-disant trou de la Sécurité Sociale.
    Qu’en pensent les laboratoires pharmaceutiques ?

    • olivier barraillé dit :

      qu’en pense votre doctoresse et votre pharmacienne qui en vivent alors que ce n’est pas leur rôle ?
      Olivier Barraillé cabinet de naturopathie

  8. Roegis dit :

    Le thym n’est il pas contre indiqué lorsqu’il y’a des problèmes rénaux ?? Si c’est le cas ne faudrait il pas le mentionner

  9. MIGNOT dit :

    Bonjour, quelqu’un peut-il me dire au sujet du curcuma si la prise est meilleure avec un corps gras ou avec la pipérine ?
    Avec mes remerciements
    Richard

    • Maria Serra dit :

      souffrant de colon irritable depuis mes souvenirs, [76 ans] je prend depuis presque 16 ans un melange de curcuma,; env 250 ml. avec 2 ml de poivre blanc melange. et ce couvert d’huile d’olive extra Vierge, pour faire une pate de l’a quelle je prends une c. a cafe rase et la melange dans ma soupe une fois par jour. Mon colon me remercie en se comportant assez bien, Si je n’en prend pas une journee je retrouve mes problemes..C’est le poivre noir qui serait conseille , mais il empire mon probleme. Le curcuma que j’utilise n’est meme pas bio. Ne pas refrigerer, et rajouter de l’huile si necessaire

  10. ranzoli dit :

    Merci de prendre le temps pour nous informer. J’ai descendu dans mon jardin, pour y cueillir du Romarin……!!!!
    Quelles plantes choisir….???? Elles sentent si bon, thym, serpolet,, verveine, sauge, lavande, laurier,basilic; persil, et je ne vous en conte plus tellement nous sommes choyés, et, si vous y ajoutez la poésie nous sommes comblés. Bonnes vacances

  11. Claire dit :

    Bonjour cher Monsieur et merci pour votre bon et odorant message de ce matin. Il est requinquant et gorgé de soleil !
    Oui, une merveille ce thym polyvalent et si facile à cultiver. Avec la sarriette, le romarin, la sauge et tant d’autres « simples » on a de véritables trésors dans son jardin ou tout simplement sur son balcon.
    Je vous souhaite un bel été, peut-être même dans la garrigue provençale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *