Les femmes plus intéressées par le sexe que ce que vous croyez

Si vous êtes un homme, lisez ce message car il va vous ouvrir les yeux GRAND GRAND GRAND.

Si vous êtes une femme, lisez-le aussi. Vous me direz si vous êtes d’accord avec le résultat… d’une étude étonnante sur la sexualité du couple. J’attends avec impatience de lire votre avis à ce sujet dans les commentaires de cette lettre.

Il s’agit des travaux de chercheurs canadiens, parus début juin 2016 dans le Journal of Personality and Social Psychology : trois études portant sur 229 couples, dont les membres étaient âgés de 18 à 68 ans.

Dans la première étude, 44 couples ont tenu un journal pendant trois semaines. Ils y inscrivaient chaque jour leur niveau de désir, ainsi que la perception qu’ils avaient du désir de leur partenaire et leur niveau de satisfaction au sein du couple.

Dans la deuxième étude, 84 couples ont témoigné oralement, devant les chercheurs, sur les mêmes sujets. Ils n’étaient donc pas « protégés » par l’anonymat d’un questionnaire.

Enfin le dernier groupe était constitué de 101 couples tenant eux aussi leur journal avec encore les mêmes questions, auxquelles s’ajoutait leur degré de motivation à « ne pas se faire repousser par leur partenaire » pour avoir une relation sexuelle.

Et voici ce qu’ils ont découvert.

Le problème des hommes

Dans les trois groupes, les chercheurs sont arrivés à la même conclusion : les hommes sous-estimaient systématiquement le désir de leur femme, alors que les femmes lisaient parfaitement l’intention de leur mari.

Une des explications serait que les hommes cherchent ainsi à se protéger du rejet de leur partenaire.

En supposant que leur femme n’est pas intéressée, et en ne tentant aucune approche, ils évitent une situation un peu humiliante pour eux et embarrassante pour leur femme. Seulement personne n’est vraiment content du résultat…

Quiproquo féminin

Alors que faire ? Dans leur grande sagesse, les chercheurs suggèrent de « se parler au sein du couple »… Conseil qui ne casse pas trois pattes à un canard en apparence, mais se révèle plus utile qu’on pourrait le penser.

Car un des autres phénomènes identifiés par l’étude est le « quiproquo féminin ». Un signal de désir envoyé par la femme mais qui est mal interprété par son partenaire. « Par exemple, une femme plaisante dans son lit à propos d’une scène sexuelle dans un film ». Pour elle le message est clair : cela signifie qu’elle souhaite avoir une relation sexuelle. Le mari, lui, se contente de rigoler à nouveau en pensant à la scène.

Deux salles, deux ambiances, comme on dit…

« Parler », ce n’est pas seulement parler de son désir ou non d’avoir une relation sexuelle. C’est aussi parler des signaux qu’on adresse à l’autre pour lui témoigner son désir. Ceux que l’on préfère recevoir, et ceux qu’on souhaite éviter. Un mot doux, une main posée, un baiser etc., à chacun de trouver ainsi le message qu’il souhaite envoyer et que l’autre comprendra.

Sagesse des chercheurs

Voici maintenant quelques autres conseils issus de cette étude :

  • Abordez la question de la sexualité en utilisant le « nous » plutôt que le « je ». Il s’agit en effet d’une affaire à traiter à deux.
  • Si vous sentez que votre partenaire a envie mais que vous n’êtes pas dans la même humeur, reconnaissez son désir. Expliquez que vous le(la) trouvez attirant(e) mais que ce n’est pas le moment que vous souhaitez. Et promettez de trouver le bon moment.
  • Plus surprenant, n’hésitez pas à avoir une relation sexuelle même si vous n’en brûlez pas d’envie. Les études montrent que les personnes qui adoptent ce comportement (appelé « la force sexuelle commune ») ont une plus grande capacité à maintenir le désir sur le long terme.
  • Et enfin, même si ce n’est pas ce qu’auraient conseillé les romantiques du XIXe siècle, les chercheurs suggèrent qu’il est utile de programmer la date de ses relations sexuelles. Une étude de l’université d’Indiana parue en 2013 a montré un effet booster de l’énergie sexuelle des couples et de leur satisfaction. « Ce programme, vous y pensez, et vous y repensez. En fait, vous êtes déjà en train de pré-vivre un moment agréable », explique le responsable de l’étude.

 


Vous souhaitez aller plus loin dans la santé naturelle ?  Cliquez-ici pour découvrir notre revue Révélations Santé & Bien-Être.


 

L’ordonnance naturelle qui enflamme la vie amoureuse

En complément des cette approche relationnelle, n’oublions pas que la nature peut aussi fournir certains « coups de pouce » lorsque la mécanique du désir s’enraye.

La première chose à faire est d’aller chercher l’explication du côté de l’armoire à pharmacie plutôt que dans les pensées confuses du vieux docteur Freud. Les médicaments sont en effet des coupables potentiels beaucoup plus sérieux que le « surmoi profond » en cas de manque de désir.

En particulier, méfiez-vous :

  1. Des antidépresseurs, mais aussi des hypnotiques
  2. Des traitements cardiovasculaires, hypotenseurs en particulier (notamment les bêtabloquants), qui peuvent mettre à mal votre libido
  3. Des médications pour la prostate (en ce cas les alphabloquants) qui sont aussi des inhibiteurs du désir
  4. Des traitements antihormonaux et ceux destinés à la repousse capillaire
  5. De la prise de la pilule contraceptive, qui a tendance à faire diminuer la libido chez 20 à 40 % des femmes, parce qu’elle diminue la quantité de testostérone circulant dans le sang.

Dans tous les cas, la première thérapie commence dans l’assiette avec… le céleri ! Il semblerait en effet que les tiges de céleri frais aident le cycle de production de la testostérone et que celui-ci favoriserait la libération d’androstérone, un aphrodisiaque contenu dans la sueur sous forme de phéromone.

L’artichaut, le fenouil, l’asperge ou la grenade peuvent également jouer un rôle d’excitant.

Certaines plantes bien choisies, comme l’ortie (qui stimule le tonus et augmente la biodisponibilité de la testostérone) ou le damiana, originaire des forêts amazoniennes (prendre 1 gélule le soir avant de se coucher) aident également à stimuler le désir.

Le tribulus est souvent surnommé « le Viagra Vert », mais les études scientifiques qui ont contribué à cette réputation ont été pratiquées sur des rats et des lapins et n’ont pas été élargies à l’homme.

Parmi les vasodilatateurs, la verveine agit à un double niveau et doit ses vertus à un alcaloïde : la verbénaline. Elle dilate les artères et, favorisant la turgescence du sexe de l’homme, facilite l’érection et stimule la libido dans le même temps.

Si le mucuna, une plante grimpante également connue sous le nom de « pois mascate », agit comme aphrodisiaque, c’est probablement parce qu’il contient dans ses graines de la L-Dopa, un acide aminé précurseur de la dopamine : le neurotransmetteur du plaisir.

Enfin, voici une tisane à prendre si vous ressentez une baisse de désir : 3 tasses par jour, pendant 15 jours, en infusion du mélange suivant : 30 g de menthe poivrée, 30 g de millepertuis, 30 g de sarriette, à raison d’une cuillerée à soupe par tasse.

Et pour les femmes, un massage du plexus avec 2 ml de rose de Damas, 2 ml d’ylang ylang et 10 ml d’huile végétale de sésame produit, c’est un médecin phytothérapeute qui me l’a assuré, un effet… « étonnant ».

Allez savoir ce qu’il entendait par là.

Santé !

Gabriel Combris

 


Vous souhaitez aller plus loin dans la santé naturelle ?  Cliquez-ici pour découvrir notre revue Révélations Santé & Bien-Être.


 




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


La folle histoire des deux médecins Aujourd’hui, je vous propose de commencer par une petite composition personnelle, au sujet des déserts médicaux. L’histo...
Embarquez pour une mission immunitaire ! Chère lectrice, cher lecteur, Aujourd’hui, j’ai rencontré un singulier personnage que vous devez absolument connaître...
A quoi sert la Coenzyme Q10? Et aussi : Force d’intervention rapide contre la sciatique, Ne sautez pas dans ce bain toxique, Légumes qui font vraimen...

7 réponses à “Les femmes plus intéressées par le sexe que ce que vous croyez”

  1. Michel dit :

    Il ne faut pas perdre de vu que ces conclusions ont été tirées d’un échantillons de personnes, il ne faut donc pas y répondre par « c’est vrai ou non », mais plutôt envisager que c’est vrai pour une partie des couples et que pour l’autre partie ça ne l’est pas.
    Je m’y suis personnellement retrouvé, lors de ma précédente relation et peux affirmer que oui, la pilule réduit plus ou moins la libido parfois beaucoup. Une libido trop inégale dans un couple créé un déséquilibre et puis quoi? Soit l’un est frustré soit l’autre se « force »?
    Ayant été dans le premier de ces deux cas ci-dessus, le mal-être que ça provoque se répercute forcément à l’autre et c’est pour ça que je trouve ça utile que des articles comme celui soit créé.
    Si vous n’êtes pas d’accord avec l’article c’est que vous ne semblez pas vraiment être concerné par ce dernier.

  2. Michel dit :

    Entièrement d’accord en ce qui concerne le céleri, un vieux proverbe local affirme que :
    « Si les femmes savaient le pouvoir du céleri sur l’homme,
    elles en planteraient de Paris jusqu’à Rome. »

  3. Nadia dit :

    Bonjour,

    Et l’Amour dans tout ça ! C’est quand même essentiel dans un couple ! Oui, l’Amour est essentiel et non le sexe. le sexe c’est sympa, le petit cadeau en plus du reste, la cerise sur le gâteau, le partage intime,… Le sexe c’est juste une des nombreuses manières de manifester son amour… Remettons donc les choses dans l’ordre, car si la sexualité n’est reléguée qu’à une mécanique, pour ma part, je préfère m’en passer !

    A votre santé !

  4. Mme Theryca dit :

    Ce qui est fort dommage, c’est que toutes les lettres que je reçois sur la santé sont des interprétations masculines. Ici il s’agit du sexe, donc c’est particulièrement partial. En fait, tous les couples ne sont pas si intéressés que ça par l’acte sexuel et ce qui leur pèse, c’est le sentiment d’obligation communiqué par les médias ; si on n’est pas excité par ce genre de propos sur le désir sexuel c’est qu’on n’est pas normal, qu’on a des carences ou un problème psy. Le problème vient carrément de l’ambiance mais personne ne veut regarder le sujet sous cet angle. Pourquoi faut-il du sexe ? Les hommes se contentent de peu mais les femmes préfèrent être sans chaussures que mal chaussées. Ensuite, qu’est-ce qu’on cherche dans le sexe ? Du plaisir mais il s’agit d’un plaisir aussi fugitif que de manger un repas gastronomique ou une glace à la vanille. Que dites-vous des bouddhistes qui cherchent à se débarrasser du désir parce qu’il est la racine de la souffrance ? Il y a aussi la question du sentiment de solitude mais faut-il en passer par le sexe pour avoir le droit de ne pas rester seul(e) ? C’est un peu fort de café. Et pourtant, c’est le sentiment de beaucoup de jeunes filles. Elles se disent : Comment se caser sans accepter le sexe ? Cette pression masculine sur l’obligation pour une femme de s’offrir en pâture est quelque chose de moyen ageux à mon sens.

    • Xavier dit :

      Les hommes se contentent de peu ?
      Vous n’avez pas rencontré l’amour voilà tout
      Ou alors ils sont simpliste ?? Étrange de simplifier la vie ainsi
      Malheureux de réduire ainsi l’homme. Enfin pour vous tout au moins

  5. Cléa dit :

    Quid du gingembre ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *