Grande tristesse

Chère lectrice, cher lecteur,

Je suis tombé l’autre jour sur une revue de mon enfance, La Hulotte. Vous la connaissez sûrement, c’est « le journal le plus lu dans les terriers », un concentré d’humour et de récits naturalistes pour faire découvrir le monde merveilleux de la nature aussi bien aux enfants qu’aux chercheurs en biologie !

Bref, j’étais ravi d’avoir mis la main sur ce petit trésor.

Mais en relisant ce numéro datant de décembre 1973, et consacré aux animaux protégés, j’ai surtout été envahi d’une grande tristesse.

Voici ce qu’écrit le rédacteur, Pierre Déom, au sujet des oreillards (chauves-souris) et de leur disparition progressive :

« Accusés, les poisons chimiques follement déversés dans la nature. Pourquoi ? Parce que, par insectes interposés, ces écœurantes mixtures se retrouvent en doses massives dans la chair des chauves-souris et s’y accumulent inexorablement. Un jour, le seuil mortel est dépassé et tout est dit.

« Tout cela pour quel bénéfice ? On se le demande… Les produits toxiques tuent, il est vrai, une bonne partie des insectes mais ceux qui en réchappent sont en quelque sorte “vaccinés” et donnent naissance à une souche d’individus plus résistants. Pour venir à bout de ces derniers, il faut alors augmenter les doses… et puis encore augmenter les doses… et toujours augmenter les doses. »

« En vain, car les facultés d’adaptation de ces insectes sont tellement extraordinaires qu’il se trouve toujours des individus sur qui les traitements n’ont aucun effet et qui font que tout est sans cesse à recommencer. »

« Un jour, cependant, il faut bien s’arrêter car l’on s’aperçoit avec une extrême inquiétude que les doses sont devenues tellement fortes qu’elles risquent tout bonnement d’empoisonner l’homme lui-même, par exemple à travers l’eau et les aliments. »

C’était en 1973… Il y a quarante-trois ans.

Et vous sentez déjà poindre la question :

Qu’avons nous fait depuis tout ce temps ?

Avons-nous progressé d’un millimètre, alors qu’il y a encore quelques mois la Commission européenne a annoncé la prolongation de l’autorisation du glyphosate, molécule active du RoundUp, le tristement célèbre pesticide de Monsanto ?

Et je ne parle même pas des aliments fabriqués de toutes pièces, des perturbateurs endocriniens, des métaux lourds, de l’explosion du nombre de cancers, de maladies chroniques et neurodégénératives (Parkinson, sclérose en plaques, Alzheimer).

Quel gâchis… Quelle honte. Quel scandale.

Dans une interview récente [1], le Pr Gilles-Eric Séralini résumait ainsi la situation :

« Nous sommes en permanence empoisonnés, mais nous ne sommes pas les seuls : les animaux sauvages, de boucherie ou de compagnie le sont aussi. »

« En fait aujourd’hui tous les kilos de chair sur terre contiennent des résidus de pesticides. »

« Même les Inuits qui n’en utilisent pas un gramme, les reçoivent par les pluies et les condensations tombées dans la mer, et donc dans leur alimentation. »

…(silence résigné).

Je vous fais part de mon désarroi, mais je sais aussi que se plaindre ne suffit pas.

Alors que faire concrètement devant une telle apocalypse, face à un tel sabotage du vivant ???

D’abord se protéger, bien sûr.

Je suis en train de préparer une lettre, assez complète j’espère, sur le sujet, en compilant les conseils des meilleurs experts pour réduire son exposition aux perturbateurs endocriniens (dans l’alimentation, les vêtements, le logement etc.), mais aussi pour éliminer ces toxiques de l’organisme.

Mais en attendant, je veux aussi vous parler d’une autre initiative, qui va plus loin que notre seul destin individuel.

Chacun, nous devons aussi préserver notre bien à tous : le vivant. La santé, la nature, cette planète sur laquelle nous ne séjournons qu’un instant avant de la laisser à d’autres.

Nous avons le devoir de les protéger.

En ce moment même, les grandes multinationales de la chimie et des toxiques comme BASF, Monsanto, Syngenta etc. s’activent dans les coulisses de la Commission européenne afin d’obtenir une dérogation pour commercialiser des produits hautement toxiques, comportant de nombreux perturbateurs endocriniens.

En relisant le vieil article de la Hulotte, j’ai pensé qu’on ne pouvait pas laisser faire ça !!!

C’est pourquoi j’ai décidé de lancer une grande pétition nationale « NON au SABOTAGE CHIMIQUE DE NOS VIES ! »

Je sais bien qu’il s’agit du combat du pot de terre contre le pot de fer. David contre Goliath. Voilà pourquoi j’ai besoin de votre soutien.

Face à ces multinationales qui disposent d’une puissance de feu colossale, nous n’avons peut-être que notre détermination. Mais elle est énorme.

Il y a quarante-trois ans, le rédacteur d’une petite revue naturaliste pleurait déjà devant les conséquences catastrophiques du tout chimique.

Et nous, que dirons-nous à nos enfants ? Que dirons-nous demain aux victimes de ces maladies de civilisation dont le nombre explose et dont les études montrent qu’elles sont largement liées aux pollutions chimiques en tout genre ?

Oserons-nous les regarder dans les yeux en leur disant : « je ne savais pas ».

Non ! Nous savons.

Les amoureux de la nature comme les meilleurs scientifiques nous ont alertés.

Désormais, c’est à nous, simples citoyens, de poursuivre leur combat et de le porter sur la place publique. Au vu et au su de tous.

Je ne sais pas si un jour de nouvelles mentalités porteront un regard neuf, plus harmonieux sur la vie, le progrès, le développement ; mais ce que je sais à coup sûr, c’est que rien ne se produira si l’on baisse les bras d’avance.

Alors un grand merci pour votre soutien et pour votre signature !

Cliquez ici pour découvrir notre pétition.

Signez la petition

Florent Cavaler





8 réponses à “Grande tristesse”

  1. Dussouillez Michel dit :

    Les pétitions c’est bien, mais il y a beaucoup mieux en changeant de politique par votre vote le 23 Avril.
    Le programme l’Avenir en commun de La France insoumise prévoit d’inscrire dans la constitution de la 6 ème République, l’Initiative populaire, entre autres.
    Pour une santé publique et gratuite:
    _ Plan de prévention des maladies liées à la polution, aux pesticides, à l’alimentation, à la consommation de drogues et d’alcool, à la souffrance au travail et au stress.
    _ Service de médecins généralistes, fonctionnaires d’Etat
    _ Remboursement à 100% des soins prescrits
    _ Pôle public du médicament pour baisser les prix et protéger la recherche médicale de la spéculation financière des laboratoires pharmaceutiques.
    Lire aussi la lettre envoyée à Jean-Luc Mélenchon du Docteur Alain Frobert sur « Les Déserts médicaux.

    Tout ce programme « l’Avenir en commun » est basé sur l’Humain d’abord.

  2. Seb.C dit :

    Bonjour, je tiens juste à vous signaler qu’il est nécessaire que vous adressiez cette pétition au ministre de l’agriculture, ainsi que de l’écologie (au minimum). La santé est loin d’être la seule concernée par ce problème et vous le dites vous même !
    Cordialement
    Seb.C

  3. Merlem dit :

    Bonsoir,
    Vous parlez de monsanto et autres, savez-vous que nous sommes aussi empoisonnés par les chemtrails qui nous vient du ciel, qui s’en soucie ??? M. Poutine a interdit à ces avions de passer sur son territoire. Et nous on continue à voir ces trainées blanches qui nous larguent leurs poisons. Un pilote ayant appris ce qu’il faisait, a refusé de continuer à larguer ces poisons. Et nous nous acceptons sans rien dire ! Qui peut nous aider ? Il faut aussi refuser que ces avions passent sur notre territoire et nous larguent leurs cochonneries !!!
    Bonne fin de journée

  4. Bozena HALOUA dit :

    Bonjour, votre pétition est bien mais savez-vous que Avaaz en a publié aussi une qui est signée par les persnnes du monde entier. Il faudrait peut-etre joindre nos forces pour pouvoir bouger…..

  5. malika dit :

    les pesticides utilisés d’abord comme des produits de combat ont montré aussi leur efficacité dans le domaine de l’agriculture le mal est fait (je ne suis pas pessimiste)
    des molécules chimiques sont découvertes par dizaine tous les jours, comment voulez vous stopper tout cela

  6. Schmutz dit :

    la bataille que vous livrez est tout à fait légitime. En tant que senior, j’ai toujours agi , depuis 40 ans, dans le sens de la protection de la nature à tous les niveaux : éducation,alimentation, soins, élevage et jardinage.
    Il se trouve que nous sommes à la veille de l’élection présidentielle et je voudrais attirer votre attention sur un candidat, pas encore très connu, mais qui mérite de l’être puisqu’il propose à la France de sortir de l’Union Européenne et de l’Euro et qu’il est aussi très sensible à un retour vers une agriculture familiale, biologique. Il s’agit de François Asselineau, président du parti U.P.R dont le programme est accessible sur internet (UPR.fr)
    Sa nomination au poste de Président de la République
    permettrait ainsi de se désolidariser radicalement et rapidement de ces si colossales multi-nationales qui exercent leur dictature et leur emprise sur nos vies.

  7. Wagner dit :

    Notre époque est prophétisée dans la parole de Dieu notre créateur et il nous assure qu’il va saccager ceux qui saccagent la terre pour donner celle-ci aux humbles à ceux qui aiment la justice . Ouvrez les yeux ! Ouvrez votre coeur ! Étudiez la Bible et revenez vers votre créateur tout puissant qui ne supporte plus la méchanceté humaine !!! Consultez le site jw.org

  8. Catherine LENGLET dit :

    Bonjour,
    Avant de signer une pétition et de la diffuser, il est important de savoir à qui elle s’adresse et quel est son contenu ?
    Cordiales salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *