Le meilleur des aphrodisiaques

Chère lectrice, cher lecteur,

Pour l’homme, il y a la petite pilule bleue dont je dois taire le nom sinon mon e-mail atterrira dans vos « spams ».

Avancée de la science oblige, il y a aussi maintenant une petite pilule rose, conçue à partir d’une molécule, la flibansérine, censée soigner l’absence de désir chez la femme.

Attention, je ne vous conseille pas ces produits chimiques. Je mentionne juste leur existence.

Du côté de la nature, il y a la célèbre tisane de sarriette à laquelle certains ajoutent un peu de thym pour stimuler aussi « l’esprit ». Il est vrai qu’un bon état d’esprit, ça compte pour beaucoup dans cette affaire.

Mais il y a aussi le céleri, qui favoriserait la libération d’androstérone, un aphrodisiaque contenu dans la sueur sous forme de phéromone, l’artichaut, le fenouil, l’asperge ou la grenade, qui peuvent également jouer un rôle d’excitant.

Pour stimuler le désir, il y a encore l’ortie (qui stimule le tonus et augmente la biodisponibilité de la testostérone), le damiana, originaire des forêts amazoniennes (prendre 1 gélule par soir avant de se coucher), le mucuna, une plante grimpante également connue sous le nom de « pois mascate ».

Bref, il y a le choix. Pour les posologies, les recettes détaillées et les petits pièges à éviter, je vous renvoie à une précédente lettre, que vous retrouverez ici.

Le plus érotique des élixirs

Car aujourd’hui je veux parler simplement du meilleur de tous les aphrodisiaques. Du plus érotique des élixirs, de la tisane des nuits sans fin : l’amour.

Oui ! C’est l’amour qui donne la vraie clé pour faire l’amour.

Ça paraît évident, dit comme ça, seulement ça ne l’est pas du tout.

Car l’amour n’est pas une « bénédiction » qui tomberait du ciel, le fameux « coup de foudre » du cinéma. Dans la vraie vie, c’est différent : l’amour s’apprend, l’amour se travaille, l’amour se cultive.

Mieux : l’amour se décide. C’est un feu qu’on allume volontairement et dont il faut entretenir la flamme.

« L’amour est comme le reflet du soleil sur la baie. Il faut vite l’emprisonner de son regard, et si intensément que le seul souvenir de la lumière crée encore de la lumière. »

« Il ne faut pas s’aviser de lui faire de l’ombre avec les habitudes, les soucis, en pensant que plus tard, quand on le voudra, le reflet sera là. Non… perdu : il sera éteint. Ne reste que l’ombre, qui gagne, qui gagne [1]. »

Voilà pourquoi il ne faut pas dédaigner les « petits moyens » au service de l’amour.

J’en évoquais quelques-uns au début de cette lettre, auxquels j’aurais dû ajouter la berce, les racines de l’angélique sauvage ou encore le ginseng.

Mais il faut aussi viser plus haut.

Assez de « sentir standard »

Je crois en effet à l’importance de réapprendre à sentir, à toucher, à goûter, bref à vivre… sensuellement.

Notre monde impeccable d’aujourd’hui – deux douches par jour, déodorant au moindre doute, brossage de dents matin midi et soir – nous impose précisément l’inverse : à nous aseptiser de nous-mêmes.

Pour être accepté, déplorait l’herboriste Mésségué, « il faut sentir standard ».

Mais quoi de plus décourageant, par exemple, que l’haleine d’une personne aimée venant de se brosser les dents. Ce ne sont plus des mots d’amour qui viennent à l’esprit, mais des noms de marques de dentifrice.

À la place, dit l’herboriste, mâchonnez un brin de menthe fraîche… et ressentez le souffle puissant de l’aventure conquérir votre corps entier.

D’ailleurs, quel autre conseil pourrait-on donner que de réapprendre le vertige des parfums, les vrais parfums, ceux qui troublent et réveillent les sens, et non pas la fausse chlorophylle qui sort du dentifrice ou la lavande triste qui dégouline du gel douche ?

Sentir les fleurs à plein nez, entrer dans leur mystère, tâter les fruits, humer les légumes, caresser la viande (quand on en mange), respire le souffle moite d’une nuit d’été, plonger ses mains dans la terre, c’est remettre le sensuel au cœur de la vie.

Beaucoup l’ont peut-être oublié. Pourtant cette sensualité est le terreau fertile de l’amour. Car chacun de nos cinq sens exige mieux que ce que la publicité et les industriels ont prévu pour lui.

Chacun de nos sens aspire à l’infini.

Travaux pratiques

Maintenant, je voudrais vous proposer une séance de travaux pratiques, issus là encore des recherches de Maurice Mésségué, qui mélange le « retour aux sources » à la pratique amoureuse.

Alors partons en couple, si vous le voulez bien, faire la cueillette des plantes d’amour.

La saison du printemps est à ce titre la meilleure. C’est le moment où la nature « parle fort », exagère les sons, les lumières, les émotions.

Les préparatifs d’un couple d’herboristes, nous dit le spécialiste, sont « des petits gestes de bonne humeur » :

Emportez ainsi un livre de botanique dans votre poche. Préférez les ciseaux au couteau, ils sont plus faciles à manier. Mettez dans votre panier quelques carrés de linge pour séparer les sortes de plantes afin de « ne pas bouleverser les parfums ».

Très bien, allez-vous me dire, mais quel rapport avec l’amour ???

On y arrive.

Prenez aussi une nappe. Vous pourrez ainsi l’étendre à l’ombre pour trier vos herbes et boire le petit vin frais que vous aurez apporté. Et c’est là que tout peut basculer…

« Si la musique des oiseaux vous inspire dans ce lieu sauvage… »

« Si l’odeur de l’herbe réchauffée vous exalte. »

« Si le parfum des grands fenouils en graine, mélangé à celui de la myrte et des cystes vous tourne un peu la tête, abandonnez-vous à cette vague de joyeuse sensualité. »

Et là c’est peut-être votre compagne qui risque de protester… « Mais si on nous surprend ? »

« Ne cherchez pas à la convaincre avec des arguments. Persuadez-là en la troublant » répond l’herboriste.

« Comme s’il fallait repartir de zéro avec elle. La reconquérir à la face du ciel. Faites-lui oublier les peurs que lui a apprises sa mère, les retenues que lui imposent ses enfants. »

« C’est maintenant qu’il faut rompre avec l’habitude, l’endormissement. La Nature vous aide, de toutes ses émanations, ses chants, ses couleurs ».

Arrivera ce qui arrivera. Les arbres ni les feuilles n’en diront rien.

Seul restera le souvenir,

D’un simple dimanche, par un jour de printemps,

Où malgré les fourmis qui chatouillaient le séant,

C’était bon d’être amoureux, libre et bien vivant…

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Y-a-t-il une vie après l’accouchement ? Et aussi : Arthrose du genou : si on vous parle de vous opérer, effet totalement méconnu de l’ail et comprendre l’homéop...
Si l’on veut se faire aimer d’un homme « Si l’on veut se faire aimer d’un homme (ou d’une femme), on se frottera les mains avec du jus de verveine et ensuite o...
Diabète : ne finissez pas avec les deux jambes amputées Je vous présente Richard Doughty, 59 ans. Il est fin comme une allumette, sportif, court très régulièrement et joue ...

[1] Maurice Mésségué, Réapprenons à aimer.

15 réponses à “Le meilleur des aphrodisiaques”

  1. Gautier R dit :

    Très bien écrit…. j’adhère tout à fait.

  2. Angeline dit :

    très belle séance de travaux pratique,
    que d’amour dans ce récit
    j’en ai eu les larmes aux yeux
    Merci

  3. Viviane Ackerman dit :

    magnifique

  4. Carole Blanc dit :

    Mais quelle belle lettre…. et tellement vrai !! Mmmmmerci !! 💙

  5. Lovergne dit :

    UN GRAND MERCI Je suis une vieille dame. LEs caresses. La tendresse ,c est ce qu il y a de meilleur!

  6. Marie dit :

    Quelle merveilleuse lettre qui donne envie d’ouvrir son coeur et ses sens !! quelle belle bouffée d’oxygène !! Merci

  7. Desmond Jean-Louis dit :

    Bonjour,
    Le Mucuna (pois mascate) que vous citez dans votre article aurait par ailleurs des effets positifs sur la maladie de Parkinson car riche en L-Dopa ( trés utilisé dans la médecine ayurvédique).
    Le Docteur Curay a-t-il publiè sur ce sujet ?
    Merci pour votre réponse.

  8. Micalef dit :

    Mon dieu que cela est beau et VRAI
    Retour aux sources de l’amour tout simplement et qui fait revivre les sentiments parfois oubliés.
    Merci pour cette belle lettre. En effet, pas besoin de plantes pour se retrouver et faire l’amour.

  9. SERRANO dit :

    Fantastique ! Nous foisonnez d’idées !
    Je ne réponds jamais mais là il fallait que je vous le dise.

  10. Marie-France dit :

    C’est tellement beau et vrai ce que vous dites que j’en pleure d’émotion. Merci pour tous vos articles qui me rejoignent à chaque fois.

  11. morier dit :

    Superbe, si vrai, si juste
    A qui peut entendre……
    De’la part d une vieille dame !!,

    Merci pour vos accompagnements et temoignages toujours si,pertinents et « rappelants et reveillants » et « education du coeur et de l,esprit » dont’les jeunes manquent tant et ont tant besoin pour une vie de vraie qualité….
    Mais…..

    Plein de force et tenacité à vous pour votre participation
    (Si tous, vous’pouviez veiller a ce que vos textes ne soient pas trop longs….celui ci est parfait !)
    Que la Vie soit plus forte que nos faiblesses…..

  12. Blanc dit :

    c’est tout à fait vrai
    très belle lettre merci pour ces rappels
    par contre, abonnées à plusieurs revues je n’ai jamais reçu votre livre ,que je lirais très volontiers !

  13. BG dit :

    Très belle lettre sur l’Amour, pensée partagée.
    Beau message du matin qui accompagnera La journée avec bonheur, sensualité et bienveillance sur les personnes et les choses qui nous entourent.
    BG

  14. Christine dit :

    Une petite merveille cette lettre! Merci Gabriel❤

  15. Grill dit :

    Bonjour,
    A quoi renvoie votre [1], dans le paragraphe « Le plus érotique des élixirs » ?
    De même dans votre lettre reçue par mail.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *