Les « alimenteurs » démasqués !

Chère lectrice, cher lecteur,

Février, c’est le carnaval de Rio, tout le monde se déguise…

Samba !

 

Enfin, Samba… attention quand même, car on a parfois de très mauvaises surprises quand on regarde ce qu’il y a vraiment derrière les déguisements.

Je ne parle pas de cette jeune femme, bien sûr (elle joue plutôt « franc jeu »), mais des aliments que les industriels de l’alimentaire qualifient de « diététiques » et qui ne sont rien d’autre que de la « malbouffe déguisée ».

Je les appelle les « alimenteurs », ce sont les rois du déguisement dans nos rayons alimentaires… 

Et leurs mensonges sont lourds de conséquence.

Une étude française récente, baptisée NutriNetSanté et portant sur plus de 105 000 personnes sur une période de 8 ans, a cherché à « évaluer l’association entre la consommation de produits alimentaires ultratransformés et l’incidence du cancer ».

Leur conclusion: « La consommation d’aliments ultratransformés a été associée avec un risque global plus élevé de cancer » (jusqu’à 18%) « et de cancer du sein » (jusqu’à 22%).

Franchement, on s’en doutait et si vous lisez PureSanté régulièrement, il est probable que ce n’est pas une découverte pour vous…mais cette fois au moins, les choses sont dites, écrites même – l’étude a été publiée dans une revue prestigieuse, le British Medical Journal.

Le fameux « lien probable » (entre alimentation industrielle et cancer) commence à devenir dangereusement concret.

Evidemment, l’information a aussitôt fait la une de l’actualité.

Mais pas vraiment comme on l’attendait…

Les médias officiels, financés par les publicités des grands industriels, ont tout fait pour…minimiser la portée de cette étude !!!

« Il faut prendre des précautions avec ce constat » nous dit France TV Info [1].

« Lien alimentation – cancer : une étude à traiter avec prudence » avertit Process Alimentaire [2]

« Cancer : l’étude sur les aliments ultra-transformés est à relativiser » assène Top Santé [3].

Le procédé est toujours le même. Nier la qualité des travaux des scientifiques qui ont conduit l’étude gênante, puis temporiser. Demander d’autres preuves, d’autres études, etc.

Il sera temps ensuite de convaincre un ministre de créer une commission d’enquête qui devra « produire un rapport qui devra faire des propositions » etc. etc. En attendant, les produits cancérigènes seront toujours en vente dans les rayons des magasins.

Mon conseil :

1 Ne pas perdre une seconde à écouter leur bla-bla.

2 S’informer,

3 Agir.

Et pour cela, je vous signale que mon collègue Eric Müller, spécialiste de nutrition et collaborateur du journal Alternatif Bien-Être, a consacré récemment une formidable enquête aux 13 pires produits soi-disant diététiques, mais qui sont en réalité les rois de la transformation.

Parmi eux, on trouve les aliments transformés « pauvres en graisses » et « 0 % de matières grasses », les huiles végétales polyinsaturées, la margarine « censée protéger votre cœur », les produits enrichis en phytostérols, là encore pour « protéger votre cœur », les jus de fruits qui ne sont rien d’autre que du sucre liquide, les céréales « minceur du petit-déjeuner, etc.

Il s’agit de l’un des travaux les plus consultés de la nutrition francophone sur Internet (plus de 200 000 lecteurs), et cela ne m’étonne pas car l’enquête d’Eric Muller se révèle d’une grande utilité pratique, pour mettre en œuvre les changements alimentaires qui vont avoir un impact déterminant sur votre santé.

Vous pouvez obtenir cette enquête détaillée en cliquant sur le lien ci-dessous. Je précise que c’est entièrement gratuit.

En plus, vous bénéficierez également d’un abonnement gratuit à la lettre Néo-nutrition. Avec plus de 500 000 lecteurs, c’est une des lettres les plus lues du monde francophone. Et oui, elle est totalement gratuite !

Cliquez ici pour recevoir cette formidable enquête aux 13 pires produits soi-disant diététiques et bénéficier en prime d’un abonnement gratuit à la lettre Néo-Nutrition.

Eric considère qu’il s’agit d’une mission d’information essentielle et ne demande aucune rémunération pour ce travail. Je me permets de le remercier au passage.

En attendant de le découvrir, si vous avez des courses à faire, voici déjà les trois règles fondamentales qui vous aideront à démasquer ces « alimenteurs » :

  • Si l’emballage crie « je suis un produit diététique », c’est que le produit n’a rien de diététique. (Et d’ailleurs les produits ne crient pas).
  • Les vrais aliments n’ont pas « d’allégation » santé. Vous les reconnaîtrez parce qu’ils sont crûs, entiers, non préparé, non raffinés. Personnellement je n’ai jamais croisé une tomate qui disait « mangez-moi, je suis pleine de lycopène… »
  • Une nourriture saine n’a pas de « liste d’ingrédients ». ELLE est le seul ingrédient. Cela paraîtrait une évidence à la première de nos grands-mères, mais c’est aujourd’hui une vérité qu’il est devenu polémique de rappeler !

J’ajoute un dernier conseil, que le Dr Gille-Eric Séralini, professeur en biologie moléculaire à l’université de Caen, donnait il y a quelques mois aux lecteurs de la revue Santé Corps Esprit : utiliser régulièrement dans son alimentation des plantes détoxifiantes.

« Les plantes détoxifiantes existent partout dans le monde, et sont utilisées par tous les peuples indigènes pour digérer ou pour éviter les intoxications de poisons naturels.

« La plupart du temps, ces plantes sont celles qui servent à aromatiser en cuisine. Par exemple la tige et la feuille de persil, ou la feuille et la fleur de cassis, du romarin ou des fleurs comme celles du mélilot. C’est délicieux et ça marche très bien !

« Les plantes aromatiques stimulent l’odorat et le goût et donc par voie réflexe la salivation. Et quand un plat vous fait envie, quand vous salivez, vous stimulez vos sucs gastriques et hépatiques, or les enzymes dépollueurs se trouvent dans les sucs hépatiques, ce sont les éboueurs qui nettoient nos cellules. »

Voilà. Et sinon, samba !

Gabriel Combris

Flash Info 

++ L’hiver n’est pas fini ! A Rio c’est peut-être le carnaval, mais chez nous, l’hiver se poursuit et il ne faut pas baisser la gardeL’ail frais stimule l’activité des cellules immunitaires, il est très utile en prévention des maladies respiratoires de l’hiver. Râpez une gousse fraîche et laissez-la reposer une dizaine de minutes pour favoriser la libération d’allicine. Intégrez-la ensuite à votre nourriture, vinaigrette etc. ++ Mal de dos – Essayer le yoga ? Des chercheurs ont analysé 12 essais incluant 1 080 sujets souffrant de lombalgies chroniques sans cause identifiée. Le bénéfice sur la douleur serait perceptible au minimum pendant 6 mois [4]. MAIS ATTENTION : 5 % des patients ont vu leur douleur s’intensifier, ce qui signifie que le suivi par un enseignant qualifié et indispensable. ++ Préserver les oméga-3 du poisson. Les oméga-3 sont détruits par la chaleur et s’oxydent (rancissent) facilement. Le fait de préparer le poisson (sardine notamment) en marinade anti-oxydante (le jus de citron est riche en vitamine C et en citroflvanoïdes) préserve toutes ses qualités nutritionnelles et apporte plus de saveur.

++ A méditer…Cette envolée du docteur Madeuf, qui écrivait en 1898 dans la préface de son ouvrage populaire La santé pour tous ou la Médecine naturelle et normale : « Il est temps de revenir à la médecine normale simple et naturelle, celle qui faisait les générations normales simple et naturelle, celle qui faisait les générations robustes et les longues vieillesses en bonne santé… Il est grand temps d’employer la simple thérapeutique d’autrefois, renouvelée, épurée, éclairée par les découvertes modernes de la science. Ce serait assurément là le plus puisant régénérateur de l’humanité




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


La lavande, le paradis bleu Chère lectrice, cher lecteur, « C’est la merveille du Midi en habit bleu. » « Je ne connais pas de parfum plus sua...
Tout seul « Je me suis fait tout seul, moi ! »   C’est une phrase qu’on entend régulièrement. Généralement dans la bouche...
Grève des médecins : baisse du nombre de morts Que se passerait-il si tous les médecins (ou presque) décidaient brutalement, du jour au lendemain, de ne plus soigner l...

[1] Site Francetvinfo : Les aliments « ultratransformés » favoriseraient le cancer ? On vous explique pourquoi il est encore trop tôt pour le dire

[2] Site topsante.com : Cancer : l’étude sur les aliments ultra-transformés est à relativiser

[3] Site topsante.com : Cancer : l’étude sur les aliments ultra-transformés est à relativiser

[4] L. Susan Wieland, Nicole Skoetz, Karen Pilkington, Ramaprabhu Vempati, Christopher R D’Adamo, Brian M Berman. Yoga treatment for chronic non-specific low back pain. Cochrane Library, January 2017

5 réponses à “Les « alimenteurs » démasqués !”

  1. Hubert dit :

    Pourquoi mettre une photo d’une jeune fille dénudée sur une plage pour illustrer un carnaval et ses déguisement
    ? C est assez ridicule et sexiste.

  2. grimoux dit :

    référence dans cette lettre à Mr SERALINI. dites moi si je me trompe,il me semble que c’est lui qui avait tenté de démontrer la nocivité des OGM….par une une étude invalidée par l’ensemble de ses confrères de la planète pour des biais avérés et par sa méthode non scientifique de publier ses résultats,indépendament de son activisme anti OGM,et étude financée par des anti OGM (article publié dans Science et vie) Pas trés crédible….

  3. della siega dit :

    merci pour ces conseils

  4. citronnnelle dit :

    Bonjour, L’étude cite les chiffres de 18 et 22% comme risque global plus élevé de cancer par une alimentation industrielle, et bien je croyais beaucoup plus !
    Si on fait le calcul inverse cela signifie que nous avons entre 78 à 82 % de risque de développer un cancer par une autre cause que celle alimentaire …..
    Et puis on parle de risque donc de probabilité, il faut donc d’autres facteurs qui se rajoutent pour déclencher une mutation des cellules. Ce serait bien qu’une étude se penche là dessus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *