L’ortie, agent de la…DGSE !

Certains événements fascinants qui se déroulent tous les jours, que ce soit dans un sous-bois, une prairie, une fougère ou un champ, laissent penser qu’il existe un dialogue permanent du vivant avec lui-même, et que la Nature prend des décisions absolument fondamentales sans que nous n’ayons, nous les humains, la plus petite conscience de ce qui est en train de se passer.

Hum… Un peu brumeux, le Combris aujourd’hui !?

Alors prenons un exemple concret.

A l’instant même où je vous écris, quelque part sur le terreau fertile de notre beau pays, une ortie est en train de pousser. Et vous voulez savoir ? Tout le monde s’en f…

Autour de la plante, aucune des « grandes plumes » du Point, de L’Express, du Nouvel Observateur, aucune de ces célèbres consciences éclairant notre monde, prophètes, grand reporters ou intellectuels.

Personne.

Juste quelques papillons, vanesses, paons du jour ou vulcains qui tournoient autour des feuilles de la plante.

Vous allez me dire : « à la place de l’ortie, je préfèrerais, moi aussi…».

Peut-être.

Mais on aimerait quand même qu’un témoin puisse rendre compte de l’exceptionnelle aventure qui se déroule derrière la scène en apparence banale d’une ortie qui pousse, et nous dévoile le ré-équilibrage essentiel que la nature est en train d’opérer pour elle-même – et comme elle n’est pas rancunière, pour nous aussi, les hommes.

Voici l’histoire secrète de l’ortie.

Agent en service commandé !

Car l’ortie ne pousse pas là par hasard. Elle est, nous dit la spécialiste Claire Bonnet [1], en « service commandé », tel un véritable agent de la Direction Générale de la Sécurité et de l’Equilibre (DGSE – section Nature). Voici sa fiche de mission :

« Spécialité de l’ortie : le fer.

« Sa mission : résister aux herbicides, dépolluer et harmoniser l’information ferrique du sol. »

Et voilà comment elle s’y prend :

« L’ortie est comme chargée par la Nature de réguler le fer dans la terre afin d’assurer à chaque plante sa part de croissance. »

« Si la teneur ferrique est trop importante, elle en absorbe le surplus ; si elle est trop faible, elle la diffuse équitablement. » [2]

L’ortie, une « régulatrice de vie » qui intervient auprès des éléments les plus faibles, qui soutient les plantes en détresse !

Vu comme ça, la vulgaire « plante qui pique » révèle un autre profil, non ? Et c’est pareil quand on s’intéresse à ses vertus médicinales.

Mais là ce n’est plus une lettre d’information qu’il faut écrire, c’est une encyclopédie.

L’ortie compte en effet parmi les plantes médicinales les plus efficaces.

Chacune de ses parties est utile : racine, tige, feuilles, fleurs et graines. L’ortie est dépurative, tonique, diurétique, astringente et hémostatique, antianémique, etc. Quant aux piqûres d’ortie, elles soulagent l’arthrite et les rhumatismes.

Bon pour le…courage !

Commençons d’ailleurs par là, si vous le voulez bien, avec un traitement qui consiste à appliquer sur les endroits douloureux des feuilles d’ortie fraîche. Bon courage…

Côté positif : les feuilles d’ortie sont particulièrement riches en protéines (5 à 9 % de leur poids, un vrai trésor pour les végétariens), en vitamines A et C (8 fois plus que les oranges), en fer, en magnésium et en calcium (autant que le fromage) et en antioxydants.

Côté négatif : elles piquent sévère (acide formique et histamine).

On pose les feuilles pendant 30 secondes, on serre les dents et on les retire. L’efficacité a été établie en 2000 par des chercheurs britanniques.

Dans un autre registre, on apprend que les légionnaires romains se flagellaient à coups d’ortie, histoire de se réchauffer et de se donner du courage.

Pour ceux qui préfèrent y aller « plus tranquille », une étude récente a montré des soulagements comparables en appliquant un teinture alcoolique d’ortie (de l’alcool dans lequel on a fait macérer des feuilles d’ortie) : badigeonner les parties atteintes, plusieurs fois par jour ou utiliser en compresse ou en cataplasme.

Bon pour la prostate

Dans une de ses lettres, mon collègue Jean-Marc Dupuis a aussi évoqué une utilisation souvent moins connue de l’ortie, en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

« Plusieurs études, dit-il, ont montré l’efficacité de la racine d’ortie, d’un mélange de racine d’ortie et de palmier nain et d’un mélange de racine d’ortie et de pygeum, une plante africaine également connue pour la même indication. »

Attention, il avertit aussi que ces études étaient « de dimension modeste, ou alors sans groupe placebo. Ces limites, liées évidemment au fait qu’il n’y a aucun intérêt financier derrière l’ortie, la plante n’étant pas brevetable, a servi de prétexte fallacieux à ce que ces résultats soient discutés et, globalement, ignorés de la médecine conventionnelle ».

Mais il n’en reste pas moins vrai que l’Organisation Mondiale de la Santé, la commission allemande pour les plantes médicinales (commisssion E) et l’organisme européen de reconnaissance des plantes (ESCOP) reconnaissent tous l’usage de la racine d’ortie pour soulager les problèmes urinaires liés à la prostate.

Il suffit de prendre 1,5 g de racine séchée et de les mettre dans 150 mL d’eau froide. Faire bouillir une minute puis laisser reposer 10 minutes hors du feu. Boire une tasse, trois à quatre fois par jour. On peut aussi prendre un complément alimentaire (Prostagutt Forte, aussi appelé PRO 160/120 [3]).

Toujours dans la même région, l’ortie se révèle efficace contre l’inflammation des voies urinaires, ou les calculs rénaux : le principe est de boire des tisanes d’ortie, du jus d’ortie ou encore de la teinture alcoolique d’ortie diluée dans cinq volumes d’eau.

On peut aussi prendre des extraits de feuilles et de fleurs séchées, en capsules ou en comprimés : 300 mg à 700 mg, trois fois par jour, en buvant régulièrement de l’eau.

L’ortie au tableau d’honneur

La célèbre herboriste autrichienne Maria Treben, auteur de « La Santé à la Pharmacie du Bon Dieu », avait un petit faible pour l’ortie. Pas étonnant lorsqu’on détaille les constituants de l’ortie et leur effet sur notre santé

  • Le fer (on l’a dit) : pour la reconstitution des globules rouges, et la bonne oxygénation des tissus
  • Les glucocinines : substances qui font baisser le taux de sucre dans le sang
  • La sécrétine : hormone qui stimule les glandes digestives de l’estomac, l’intestin, le pancréas, le foie et la vésicule biliaire
  • La silice (contribue à la rigidité de la plante) : agit sur l’élimination par les reins et la vessie.
  • Le soufre : élément indispensable du cuir chevelu et des cheveux.
  • Le zinc à l’effet anti-inflammatoire (acné, eczéma)
  • La vitamine K : anti-hémorragique (règles trop abondantes)

Et « mémé » dans tout ça ?

Maintenant, avant de conclure, il nous faut répondre à l’impatience des plus jeunes qui se demandent, l’esprit malin et le sourire en coin, si l’on doit donc « pousser mémé dans les orties » [4], compte tenu des multiples propriétés bénéfiques évoquées plus haut.

La réponse est « non ! ».

En revanche on savourera avec délice le délicieux potage aux orties dont les grands-mères connaissent encore les nombreuses variantes.

D’abord, ramassez des orties « propres », c’est-à-dire pas trop près d’une route, des abords de vergers, des vignes et cultures arrosées de pesticides…Mais de toute façon, lavez-les en insistant beaucoup !

Recette 1 : Faire bouillir un litre d’eau avec quatre gousses d’ail. Ajouter quatre pommes de terre coupées en dé, et laisser cuire 10 minutes. Ajouter l’ortie (entre 200 et 500 g environ) et laisser cuire encore 5 minutes. Salez, poivrez, mixez, buvez

Recette 2 : au fond d’une cocotte légèrement huilée (huile d’olive), faire revenir un oignon et de l’ail. Après 5 minutes, on ajoute les pommes de terre coupées de dés. Faire dorer légèrement, ajouter l’ortie. Remuer jusqu’à ce qu’elle soit fondue. Ajouter un peu d’eau bouillante et laisser cuire à feu doux environ dix minutes

Je vous invite bien sûr à partager en commentaire de cette lettre vos propres recettes à l’ortie (médicinale et culinaire).

Ah une dernière chose, qui peut quand même être utile quand on parle d’ortie : en cas de piqûre, lorsque vous ramassez vos orties, frotter avec des feuilles d’oseille, de mauve ou de plantain.

D’ailleurs il n’est pas rare qu’on trouve ces plantes à proximité même de l’ortie. Quand je vous dis que la nature est bien faite…

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Diabète : 27 plantes plus efficaces que les médicaments Il existe une plante dont beaucoup de grands laboratoires pharmaceutiques préféreraient qu’on taise le nom : la berbérin...
La folle histoire des deux médecins Aujourd’hui, je vous propose de commencer par une petite composition personnelle, au sujet des déserts médicaux. L’histo...
Réussir son premier cataplasme Le cataplasme est l’un des trésors les plus précieux de la médecine naturelle. Il s’agit d’une préparation pâteuse à ...

31 réponses à “L’ortie, agent de la…DGSE !”

  1. Gérard cieux pres de limoges dit :

    Je suis très amateur de produits à base d’orties bio
    je retrouve une  » peche » formidable grace à cette pratique. à 73 ans je suis en forme malgré le diabète le cholesterol les triglicerides et autre acide urique ( tout ça me dégoutte ) mais grace à une pratique alimentaire particulière tout est supportable. merci dame nature et que vive la vie …….

  2. BEAUVIR dit :

    Bonjour,peut on me détailler la récolte,le séchage,le conditonnement,de la racine d orties ainsi que la proportionnalité (1,5g pour 150ml/15g pour 1,5litre?) J ai une grande propriété avec énormément d orties. Autre question,peut on associer tisane d orties avec un traitement conventionnel avec alpha bloquant.De maniere générale pouvez mentionner ou l on peut se procurer les produits naturels(hors internet) en province sachant que les herboristes ont pratiquement disparus.Merci pour la réponse et continuez à nous informer sur la santé au naturel..

  3. dodane dit :

    bonjour
    Je tiens à confirmer tout ce que vous dites sur l’ortie, car lorsque je me suis fait opérée des varices, il y a 15 ans, je me suis retrouvée avec une analyse de fer de 3 c’est à dire plus de fer dans le sang, j’ai donc bu une tisane d’ortie (1 litre par jour et au bout de 2 mois j’étais remontée à 30 et à la fin de l’année j’étais à 100 étant entendu que je n’ai pas fait de tisanes pendant l’été quand les orties étaient trop grandes. Je me suis appuyée sur le livre de Maria Trében que vous avez cité dans votre lettre d’information et depuis ce moment je me reporte très souvent à ce livre quand j’ai des petits soucis de santé
    Je vous remercie pour toute vos informations et vous encourage à continuer
    Bien à vous

  4. bailly dit :

    L’ortie merveilleuse plante . Une vieille histoire qui est arrivee a l’un de mes freres. Il a eu une broncho pneumonie je crois et malgres traitements piqures antibiotique rien ni fait . Notre pere un dur montagnard lui a dit demande a ta femme de mettre des gants et d’aller ramasser une poignee d’orties ensuite de frotter le dos et de partir de la maison .Mon frere a hurler pendant un bon moment ensuite le dos a peler et deux jours plus tard il a reprit son travail il etait charpentier Donc l’ortie a battu les medicaments .Il faut le faire ! Bonne annee a tous .

  5. MORVAN dit :

    PESTO D’ORTIE :
    une belle poignée d’orties fraîches (lavées et séchées) des graines légèrement grillées au four (tournesol, courge ou sésame…) un peu d’ail, d’oignon ou d’échalote, suivant son envie, filet de citron, sel, poivre, épices, voire même un peu de tomate séchée, un peu d’huile de colza, olives, ou noix (pour la conservation et rendre le tout homogène) mixer le tout mettre en pot… garder au réfrigérateur et déguster à l’apéritif sur toasts, ronds de concombre ou de carotte ou feuilles d’endive…

  6. Bob2a dit :

    Merci de ce rappel, et de grace oublions ces grands esprits de journaleux dont les ecrits relevent parfois de la psychiatrie : en effet, lorqu’on est afflige de psycho-rigidite on ne devrait pas ecrire, dans l’Express par exemple.
    C. Barbier s’est fendu d’un requisitoire de beauf contre la CTC dirigee par une majorite nationaliste, càd son pire cauchemar, en oubliant la paix retrouvee, une gestion rigoureuse pour changer un peu, et une opinion largement favorable.
    Alors si un esprit aussi obtus s’interesse a ma soupe, je la jette aux orties.
    Ma recette est simple : Courge ou carottes, blettes ou rhumex, plantain ou pissenlit, feuilles d’orties, lentilles et pommes de terre, revenues a l’huile d’olive puis cuisson a l’eau a petit feu, 20 min. La tomate est facultative, conserve oblige.
    Bon appetit

  7. CHERVET dit :

    je ne ferais pas un commentaire, seulement une question
    >>>> pourquoi des pommes de terre ?
    un autre légume ferait-il moins bien ?
    votre réponse m’intéresse beaucoup

    Merci pour tout

  8. Jacobs-Mazillier dit :

    Votre lettre sur l’ortie : géniale et surtout ne changez rien
    à votre « façon de raconter  » … j’étais, comme disent les d’jeunes pliée en deux !
    Instructif et relaxant que demander de plus !
    Bien à vous.

  9. Maillet Marcelle dit :

    Bonjour !
    en complément des recettes de soupe à l’ortie: pour ceux qui doivent éviter les pommes de terre on peut les remplacer par une des nombreuses farines bio (riz complet, millet, quinoa, pois chiche etc..) ou par du potimarron, ou… (imagination). Bon appétit !

  10. Manrèse dit :

    Que pensez-vous de faire une petite cure de jus d’ortie cru?
    Je viens de me procurer un extracteur de jus de légumes et fruits, Les orties vont bientôt pousser. C’est peut-être le moment de profiter pour moi des bienfaits d’une herbe si bonne pour notre santé. Merci pour votre réponse.

  11. Juliette dit :

    Merci pour cette lettre très intéressante.

  12. Mathieu dit :

    Bonjour,
    Bonne idée l ortie
    Simplement l ortie ne peut pas être consommée sur du long terme car toxine (acide formique); nos ainés le savaient.
    je vous invite à découvrir la silice d ortie de chez photonika, labo qui a réussi après bien des années à extraire les toxines tout en conservant les principes actifs de cette fabuleuse plante
    bonne santé

  13. COEYMAN ISABELLE dit :

    bonjour,
    Pour ma part j’avais déjà entendu parler des pouvoirs thérapeutiques des orties. Seulement, je n’ose en consommer car je suis à vie sous anti-vitamine K pour traiter un déficit en protéine C dans le sang. Alors ma question, pourrais-je quand même consommer des orties ou faut il absolument que je les évite. Si vous pouviez m’éclairer sur le sujet ce serait extra.
    Un grand merci pour votre dévouement

  14. brando dit :

    J’ajoute que la décoction de racines d’ortie (on peut aussi
    utiliser les EPS) peut améliorer les problèmes des
    cystites récidivantes chez les personnes qui ont un
    résidu vésical post-mictionnel (à vérifier par échographie
    abdomino-pelvienne), et la canneberge peut être
    complémentaire quand il s’agit d’une colibacillose.

  15. Jeannine dit :

    Bonjour. et pour l’hemochromatose que faire ??? faut il en manger ou pas ?
    Merci de répondre, c’est très important pour moi

  16. JACQUERE Anne-Marie dit :

    La consommation d’orties est pr moi depuis mon enfance : la soupe d’orties et la tisane d’orties; les graines d’orties depuis plus récemment.

    je pense qu’il est très dommage que pendant la guerre ils n’avaient pas cette connaissance de l’ortie ! c’eut été une bonne parade !

  17. MICHEL ECAROT dit :

    Depuis de nombreuses années j’étais soigné pour la prostate avec 2 médicaments à problèmes : Xatral 10 et Avodart. L’Avodart à des effets secondaires importants pour les hommes.
    J’ai pu le supprimer en le remplaçant par deux capsules de chaque : Saw Palmettes et Stinging Nettle Root que je commande sur Amazon.com. je ne me lève même plus la nuit.

  18. hasbroucq christine dit :

    Je connaissais certaines vertus de l ortie mais j ai une question a propos de la régulation du taux de fer. En cas d hemochromatose (ferritine bcp trop elevee cause exces de fer) l ortie est elle recommandée et peut elle aider a faire baisser naturellement la ferritine et éviter les saignées ou au contraire est elle a proscrire ? Merci d avance de vos infos

  19. Frederik dit :

    Bonjour les ortiens,
    Une ortie est non piquante, l’Urtica dioica subsp.galeopsifolia.
    Localisation, rives saines de pesticides, zones marécageuses sèches inondables l’hiver.
    Ne pas abuser, elle est rare en dehors de ses habitats.

  20. Martine ROUESNé dit :

    Moi, ma soupe aux orties préférées c’est avec un poireau revenu avec un oignon dans de l’huile d’olive, ensuite j’ajoute pommes de terre et eau bouillante et les orties.

  21. marie-Louise Gonzalès dit :

    excellent produit notamment associé au sureau et au plantain pour lutter contre une crise d’asthme,seul problème même en infusion ou en potage l’ortie reste irritante , donc seul solution passer la solution dans un filtre papier afin d’éliminer les poils urticants , ce qui a été mon cas
    cordialement

  22. michel angelosantomichel angelosanto dit :

    vous profiterez au maximum des propriétés des orties en les mangeant crues. Les cueillir une demi heure avant de les faire en salade. J’évite de les laver si elles proviennent de mon jardin.

  23. Garde Viviane dit :

    bonjour,

    merci pour votre article sur l’ortie, très intéressant.

    J’avais lu -me semble-t’il- que les préparations à base d’ortie étaient très mauvaises pour les personnes souffrant d’hypertension : qu’en est-il exactement et que me conseillez vous ?

    Merci d’avance

  24. Fabienne dit :

    Mr combris
    Je lis vos lettres avec plaisir car le ton y est pertinent , drôle et le contenu toujours intéressant et parfois très  » pointu  » et votre discours sur l ortie en est la preuve
    Merci et à bientôt
    Ps néanmoins je conseille le mettre des gants pour ramasser et laver surtout les orties !

  25. Alfaric violaine dit :

    Bonjour, je suis adepte de l’ortie depuis longtemps. L’hiver les orties sont absentes, elles se préparent pour le printemps, aussi à la belle saison, j’en cueille beaucoup que je fais sécher à l’air et à l’ombre et que je peux mettre en poudre facilement pour les utiliser l’hiver en tisane ou à saupoudrer sur les soupes ou à mélanger aux salades ou légumes. Je pense que c’est très bon aussi pour la Sante et qu’elles ne perdent pas leurs vertus. Merci pour vos conseils.

  26. Estanguet dit :

    vous pouvez également faire une quiche aux orties après les avoir hachés un peu les faire revenir dans du beurre et les ajouter au mélange oeufs + crème
    très bon ma grand mère nous en faisait ainsi que du velouté aux orties

  27. martine dit :

    autre recette pour cette merveilleuse ortie :
    les laver bien sûr avec un peu de vinaigre.
    Faire bouillir une grande quantité d’eau salée, plonger les orties 2 à 3 minutes. Egoutter. Mixer avec un peu de crème végétale. Poivrer.
    Avec un poisson, c’est un véritable régal…

  28. Maria Aldé dit :

    Mi sono piaciute molto queste informazioni sull’ortica…
    Mi interesso da anni di Biodinamica e so che l’ortica è importantissima e utilizzata come preparato per attivare la formazione di humus nel terreno.
    Molte grazie per il tuo bellissimo lavoro
    Mariola

    • Bob2a dit :

      In biodinamica, si puo anche utilizzare l’ortica come fertilizzante e repulsivo per gl’insetti. Si mettono l’ortiche in acqua circa un mese, poi si pulverizza il sugo sulle piante, piantini o alberi.
      Ottimo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *