Maux de ventre : la stratégie fenouil

Si je vous dis « effet carminatif », vous allez peut-être ouvrir des yeux tout ronds :

« Kess-cé-ce truc là ??? »

Il est vrai qu’en phytothérapie (soin par les plantes), on a parfois l’art d’utiliser des mots savants et compliqués pour décrire des situations parfaitement ordinaires.

Une plante a des propriétés lavantes ? Elle est « détersive ». Une autre provoque le vomissement : elle est émétique, cher ami. Elle interrompt le saignement, mais c’est une hémostatique pardi ! Et je vous invite à aller voir de vous-même ce que font cholagogues, sécrétagogues, émollientes et autres révulsives.

Mais revenons à nos moutons.

 

Son petit préféré

 

Effet carminatif, donc, veut dire qui « favorise l’expulsion des gaz intestinaux (tout en réduisant leur production) ». Là, normalement, c’est plus clair.

Certaines graines aromatiques sont particulièrement célèbres pour jouer ce rôle (aneth, angélique, cumin, carvi) mais le professionnel de la lutte antiballonnement, l’arme suprême contre les gaz, c’est le fenouil. Lui, là :

 

Faites lui deux trous, dessinez-lui un nez, une bouche, et vous aurez un vrai petit personnage, qui me rappelle un peu le Wilson du film « Seul au monde », avec Tom Hanks :

 

 

Autant dire que le fenouil appartient à la catégorie des plantes potagères sympathiques.

C’était d’ailleurs le petit préféré de la grande sainte Hildegarde de Bingen. « Le fenouil contient une chaleur douce et sa nature n’est ni sèche ni froide. De quelque façon qu’on le mange, il rend le cœur joyeux, procure à l’homme une bonne sueur et assure une bonne digestion. »

 

Le double effet fenouil

 

Observatrice, sainte Hildegarde ! Mais on peut aujourd’hui être un peu plus précis encore que la grande mystique du Moyen Âge.

Les semences du fenouil s’opposent aux fermentations de la flore intestinale et permettent l’expulsion des gaz. Pour soulager aérophagie, colite, dyspepsie, hoquet et même nausée, préparer les semences en décoction pendant 2 minutes, à raison d’une cuillerée à café par tasse. Prenez-en une tasse 15 minutes avant les repas, ou 1 heure après.

De plus, le fenouil stimule la sécrétion biliaire, améliore le travail du foie, et son effet équilibrant sur le système nerveux explique ses vertus antispasmodiques (lutte contre les contractions involontaires des muscles).

C’est ce double effet, à la fois nerveux et digestif, qui permet de formidablement détendre le ventre et les intestins, surtout en cas de stress, de nervosité ou d’angoisses.

Mais il y a encore mieux.

 

À la cour du roi Fenouil

 

Depuis des générations, les herboristes élaborent la « tisane carminative » à partir d’un mélange de sept graines : anis vert, aneth, carvi, cumin, coriandre, angélique et notre roi Fenouil, bien sûr, souverain incontesté de cette cour dont les semences sont toutes issues de la même famille, les Apiacées.

Il s’agit là de plantes qui ont besoin de chaleur et d’un rayonnement solaire important, ce qui leur permet d’élaborer des huiles essentielles. Cette chaleur est retransmise à notre ventre par les propriétés réchauffantes de ces essences, d’où l’effet de détente.

Mais le fenouil, là encore, est un cas à part.

Comme ses « cousins » du mélange carminatif, il aime la chaleur et les terrains secs, mais l’humidité et le froid ne lui font pas peur.

Contradictoire ? Au contraire, c’est même sans doute l’explication de ses belles vertus équilibrantes.

Réchauffant, mais jamais en excès, le fenouil s’adapte aux besoins de la personne qui le consomme. Souvenez-vous : « de quelque façon qu’on le mange… » disait Hildegarde.

L’anis, lui, pourtant proche cousin du fenouil, ne peut agir de façon si douce : l’anéthol qu’il contient peut être toxique pour le système nerveux s’il est pris à haute dose [1].

En revanche, le fenouil contient très peu de cette substance et peut être donné à un nouveau-né ou à une femme enceinte ou allaitante, chez qui il stimule d’ailleurs la lactation.

 

Une tisane applaudie par la science !

 

Maintenant, passons aux travaux pratiques.

Pour préparer une tisane carminative, bien mélanger les sept graines à parts égales.

Infuser une cuillerée à soupe de graines, seules ou mélangées, par bol d’eau froide. On fait chauffer jusqu’au frémissement, puis on coupera le feu et on infusera durant 10 à 15 minutes.

Pour le nourrisson on emploiera le fenouil seul contre les colites en donnant l’infusion à la petite cuillère ou à l’aide d’un compte-gouttes. Voici d’ailleurs l’exemple d’un usage qui met tout le monde d’accord : utilisé depuis la nuit des temps, il est aujourd’hui validé par les toutes dernières études scientifiques [2].

Sainte Hildegarde n’utilisait pas le mot « carminatif » mais je crois qu’elle avait pourtant tout compris. Au fenouil !, comme à bien d’autres choses, nous aurons certainement l’occasion d’y revenir…

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Curcuma, mon amour ! À qui viendra l’idée, D’écrire une ode enflammée À cette plante épicée. Personne !? Et nul qui s’en étonne… ...
Le thé qui veille sur la Reine d’Angleterre La reine Elizabeth II d’Angleterre prise en photo avec son garde du corps (si, si, il est bien là !) Et aussi : Dor...
Si l’on veut se faire aimer d’un homme « Si l’on veut se faire aimer d’un homme (ou d’une femme), on se frottera les mains avec du jus de verveine et ensuite o...

[1] Il est d’ailleurs contre-indiqué chez la femme enceinte et le jeune enfant.

[2] Weizman Z, Alkrinawi S, et al. Efficacy of herbal tea preparation in infantile colic. J Pediatr. 1993 Apr;122(4):650-2.

*Irina Alexandrovich, Olga Rakovitskaya, Elena Kolmo, Tatyana Sidorova, Sergei Shushunov. The effect of fennel (Foeniculum vulgare) seed oil emulsion in infantile colic: a randomized, placebo-controlled study. Alternative therapies, July/aug 2003, vol. 9 no. 4

6 réponses à “Maux de ventre : la stratégie fenouil”

  1. Rachel Collin dit :

    Où trouver semences de fenouil et comment préparer cette tisane. Merci!

  2. Françoise Sauvage dit :

    Pouvez vous nous expliquer ou trouve t on les semences bio de fenouil + les autres utilisables pour une tisane ?
    Merci

  3. Claudine de Burlet dit :

    Cet article est très intéressant, mais… les quantités indiquées sont un peu floues, ne serait il pas utile d’indiquer les doses pour un litre d’eau? Une autre indication serait utile: à boire le matin? le soir? avant ou après les repas? Merci pour tous ces bons conseils.
    Cordialement.

  4. PERE dit :

    J’utilise les jeunes feuilles de fenouil en les ajoutant aux
    légumes crus ou cuits que je consomme. Cela est bon et parfumé et surtout me procure une saine digestion sans souci !

  5. Elisabeth dit :

    Avez-vous déjà vu un homme prendre une tisane après un repas ??? Très dur de leur faire avaler cela, mais un soir mes invités ce sont « bâfrés » de raclette et se sentaient un peu lourd, voir ballonnés. Je leur ai fait une tisane d’anis, fenouil et cumin. Les hommes ont rigolé et de prime à bord refusé ma tisane. Leurs compagnes les ont forcé à boire, car elles ont apprécié. 1/2 heure après ils se sentaient moins lourd et en étaient étonnés.
    Cette tisane est un classique pour moi et en même temps me détend le soir.

  6. Béatrice Debièvre dit :

    Merci pour ce bel article ; le fenouil est en outre une très jolie plante parfumée dans les jardins de terrain desséché du Sud où rien ne fleurit : il me donne de vaporeux bouquets de Septembre.
    Mais je n’en consomme plus depuis que j’ai lu qu’il n’était pas bon pour les hypertendus? Qu’en est-il?
    Merci pour la réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *