Nouveau scandale sanitaire

Vous vous sentez souvent fatigué(e).

Ou alors vous souffrez régulièrement de douleurs articulaires, de craquements du dos et du cou, de maux de tête, de problèmes de mémoire.

À moins que vous ne soyez sujet à des troubles d’humeur ou à des phases de dépression.

Ce n’est peut-être pas grand-chose.

Si vous allez voir votre médecin, il est probable qu’il vous prescrira des antidouleurs, des antidépresseurs et qu’il signera son ordonnance en vous suggérant d’aller voir un psy.

Mais il se peut que ce soit beaucoup plus grave. Et que votre médecin passe à côté d’une maladie discrète, presque invisible mais pourtant bien réelle, aux conséquences qui peuvent être dramatiques.

La maladie de Lyme.

 

Etes-vous malade sans le savoir ?

À l’origine, la maladie de Lyme est causée par les bactéries du genre Borrelia, qui se transmettent par les piqûres d’insecte, et en particulier les tiques, qui prolifèrent avec le réchauffement climatique. Aux Etats-Unis, ces dernières années, on a noté environ 300 % d’augmentation du nombre de comtés fortement infestés.

Une simple piqure et ces bactéries s’infiltrent dans tous vos organes, tous les tissus de votre corps, y compris les os.

Elles attaquent ainsi tous les systèmes, dont votre système nerveux et votre cerveau, menant à des lésions graves très variées qui provoquent douleurs insupportables, paralysie, fatigue chronique accablante, troubles psychiatriques, démence…

Seulement lorsque l’infection devient chronique, la maladie de Lyme peut être confondue avec quasiment toutes les maladies connues en médecine, et des dizaines de milliers de personnes seraient ainsi mal diagnostiquées par la méthode classique, le test Elisa.

C’est notamment ce qu’affirme le Dr Christian Perronne, chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, dans une interview au magazine L’Obs [1] :

« En plus de la borrélie responsable de la maladie de Lyme, il existe une vingtaine d’autres espèces de Borrelia. Le test Elisa, étape obligatoire pour les médecins français, n’en détecte que trois, avec de plus une proportion élevée de cas où ce test reste négatif malgré la maladie. Et pourtant, s’il est négatif, les médecins français n’ont pas le droit de poursuivre leur exploration, de compléter par un autre test plus précis, comme le Western-Blot. Même si leur patient a des signes cliniques significatifs. Les médecins peuvent être poursuivis par l’assurance maladie s’ils le font ! »Et ce n’est pas tout :« Le centre de référence de la borréliose à Strasbourg dit encore aujourd’hui que ce test est fiable à 100 % alors que toutes les publications montrent l’inverse ! Comment peut-on continuer une telle aberration ? Surtout qu’il est prouvé depuis longtemps – ça a été publié dans les plus grandes revues scientifiques – qu’une sérologie peut être négative malgré la présence de la bactérie Borrelia. » (En d’autres termes, un test négatif ne veut pas dire qu’on n’est pas infecté, ndlr).

« Aux Etats-Unis, non seulement le médecin est libre de prescrire le Western-Blot malgré un Elisa négatif, mais il a même le devoir de dire à son patient qu’un test négatif, quel qu’il soit, n’est pas la preuve qu’il n’est pas infecté ! ».

Le test de Western-Blot est aujourd’hui presque généralisé en Allemagne, où la maladie de Lyme est devenue une épidémie galopante : 900 000 personnes ont été traitées en 2010.

Les tiques aussi fortes que le nuage de Tchernobyl ?

En France, il faut croire les tiques font comme le nuage de Tchernobyl en son temps : elles contournent sagement notre frontière pour ne contaminer que nos voisins.

En tout cas, je ne vois pas vraiment d’autre raison crédible qui expliquerait pourquoi nos autorités ne déclarent que 27 000 nouveaux cas par an, soit 30 fois moins qu’en Allemagne, pays frontalier !!!

Ou alors c’est le Dr Peronne qui a raison lorsqu’il parle carrément de « scandale sanitaire » à propos de Lyme.

D’autant plus scandaleux en effet qu’il existe de nouvelles méthodes de diagnostic particulièrement efficaces.

Celle développée aux Etats-Unis par le Dr Richard Horowitz, médecin interniste (spécialiste des diagnostics difficiles et des maladies auto-immunes) dans l’Etat de New York, mérite vraiment l’attention : lui-même a en effet traité et guéri depuis 30 ans plus de 12 000 patients atteints de la maladie de Lyme !!

Le plus important… n’est pas le test

Sa technique s’applique en particulier aux cas les plus difficiles à détecter, comme ceux qui sont liés à la rickettsiose et la bartonellose, dont les manifestations peuvent se confondre avec d’autres pathologies.

Pour son diagnostic, le Dr Horowitz recourt lui aussi aux tests Elisa et Western Blot, mais l’anamnèse (histoire de vie du patient) est d’après lui « souvent la plus importante pour définir quelles bactéries sont en cause » !

S’intéresser à ce que les patients peuvent raconter à leur médecin : une révolution !

Pour le Dr Horowitz, il semble prudent de rechercher une maladie transmise par les tiques chez tout patient présentant ces symptômes sans explication médicale :

  • Fatigue, lassitude
  • Maux de tête
  • Raideur de la nuque ou du dos
  • Gonflement ou douleurs articulaires
  • Fourmillements, engourdissements et/ou sensation de brûlure aux extrémités
  • Confusion, difficulté à penser, difficultés à parler ou à écrire
  • Difficulté à se concentrer ou à lire
  • Distraction, mauvaise mémoire à court terme
  • Troubles du sommeil

Pour un autodiagnostic plus pointu, vous pouvez remplir le questionnaire mis au point par le Dr Horowitz, en ligne sur le site de l’association Lyme sans frontières : http://www.associationlymesansfrontieres.com/questionnaire-lyme/

Ce questionnaire est conçu comme le point de départ d’un travail de détective médical qui vous amènera à poser votre propre verdict.

Discutez de ce questionnaire avec votre médecin. Selon le score que vous aurez obtenu, il demandera peut-être des analyses complémentaires de dépistage de la maladie de Lyme.

Des plantes contre la maladie de Lyme

Je vous disais que le Dr Horowitz n’a pas seulement diagnostiqué, mais qu’il a surtout guéri plus de 12 000 patients. Bien sûr, en utilisant des cures d’antibiotiques, parfois de longue durée.

Mais pas seulement.

Il se trouve que l’usage de certaines plantes médicinales est vigoureusement recommandé dans le traitement de la maladie de Lyme.

En particulier, le Dr Horowitz utilise un protocole (protocole de Cowden) qui a été efficace pour 70 % de ses patients ! 30 à 60 gouttes par jour d’un mélange de cumanda, de banderol, d’enula et de samento (griffe du chat).

L’armoise annuelle, elle, est reconnue pour agir sur la borréliose mais aussi sur la babésiose.

Un autre protocole étonnant est celui de Buhner qui comprend l’Andrographis, la renouée du Japon, la griffe du chat, l’astragale de Chine et l’éleuthérocoque.

Enfin, le soutien à l’immunité est également indispensable, avec du maïtaké, du shiitaké ou du reishi, ou mieux, le bêta (1,3 et 3,6)-glucane qui est extrait d’un champignon spécifique. Cette molécule augmente les lymphocytes T jusqu’à 300 %. Le colostrum, une substance issue du lait maternel, à raison de 1 à 2 g par jour, augmente aussi les lymphocytes T et les Natural killers jusqu’à 300 % !

Enfin, dernière chose si vous aimez vous promener en forêt, munissez-vous d’une pince spéciale qu’on trouve dans toutes les pharmacies.

En cas de morsure, si la tique est porteuse de bactéries, le délai de contagion peut varier considérablement mais plus l’insecte est difficile à retirer plus le risque de contamination augmente.

Raison pour laquelle il faut s’en occuper sans attendre.

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Étiquetages : une étude blanche comme neige Le ministère de la santé a enfin décidé de réaliser une étude comparative sur le système d'étiquetage alimentaire dans...
Suis-je « complètement à l’ouest » ? J’ai croisé l’autre jour un homme qui posait des objets encombrants dans la rue, pour que les services de la voirie vien...
L’erreur des insomniaques Une des mauvaises stratégies classiques des insomniaques est d’essayer de dormir plus en se couchant plus tôt. Certains...

10 réponses à “Nouveau scandale sanitaire”

  1. Régnard dit :

    Bonjour
    Ou commander ses 4 flacons de gouttes de cumanda,de banderol, d’énumérer, et de samento. (Griffe du chat)
    Nicole.

  2. Régnard dit :

    Bonjour ,
    J’ai été piqué par des puces je pense je ne dors plus j’ai une infection qui se propage de la nuque dans le dos jusque dans les doigts j’ai vu des dermatologues généraliste rien n’y fait rien j’ai mal partout je ne dors plus j’en tremble j’aimerais commander ce mélange de gouttes griffes du chat. De cumanda, de banderol, d’anula et de samento.j’aimerais savoir combien ça coûte pouvez-vous m’informer s’il vous plaît.
    d’avance merci.

  3. Régnard dit :

    Bonjour
    Mon appartement est infesté de puces je crois et je n’arrête pas d’être piqué.
    J’ai une infection qui se propage,des mots de têtes,quelques pertes de mémoire, envie de vomir. Tout les jours, j’ai comme une sorte de fière Je ne peux plus me traîner , mal partout l’infection va jusque dans mes doigts et cela déforme mes doigts. Je ne peux plus dormir des boutons partout jusque dans la nuque et Je n’arrête pas de me démangeait . J’ai vu dermatologue, généraliste tous vous donne des traitements trop fort et de plus en plus de boutons.
    Je voulais savoir Ou je pouvais commander ce ménage de gouttes griffe du chat. Car elles sont introuvable dans le commerce et herboriste.
    Mélange de cumanda, de banderol, d’énumérer et de samento.
    Nicole

  4. Marie dit :

    Un kinésiologue a constaté que j’avais eu la maladie de lyme à l’age de 40 ans et qu’un germe serait resté dans mon corps, ce qui aurait provoqué des problèmes dans la vésicule biliaire, le pancréas et le colon. Il m’a donné un traitement à base de plantes. J’ai + de 60 ans.
    Le traitement que j’ai fait est très ressent. Je ne connais pas les résultats.

  5. Jeanne dit :

    Bonjour;
    Es possible pour avoir de renseignement sur la goutte. Comment la soigner et peut on guerir.
    Merci j

  6. FELIX dit :

    comment soigner les crises d’ épilepsie d’un jeune homme de 23 ans. Merci pour votre réponse sur mon adresse mail si possible

    • Régnard dit :

      Bonjour
      Pour les crises d’épilepsie il faut il faut aller voir un neurologue qui vous donne un traitement en fonction de la maladie dépakine,alepsale,, zarontin, rivotril.etc.
      Je vous dis ceci car moi j’ai eu un traitement pendant longtemps et j’en suis guéri maintenant j’ai plus de médicaments Depuis 17 ans .

  7. ferro dit :

    je ne pense pa avoir ete piquee,mais j’ai tous les sympotes depuis des annees,et m’a toujours soignee pour l’arthrose,ce que je lis dans vos lettres remets tout en question,mais je ne sais pas quoi faire.en tout cas je vous remercie enormement pour tout ce que vous publiez dans vos lettres..et surtout continuez ,je ne suis pas abonnee mais je vais m’abonner,encore merci.

  8. responsable France Lyme Bourgogne dit :

    attention l’astragale est tout à fait déconseillée pour les lyme chronique ( lire Buhner ) car elle favorise les maladies auto immunes
    elle ne se prend qu’au stede 1

  9. Tossings dit :

    J’ai eu la maladie de Lyme mais je n’ai pourtant pas été piquée par une tique. J’ai été soignée par antibiotique. Je ne suis pourtant pas certaine d’être guérie malgré une seconde prise de sang plutôt positive.
    Que me conseillez-vous?
    Merci pour votre aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *