Portrait d’un expert en micronutrition

Un singe qui enseigne la nutrition ?!!

 

Cette histoire commence avec les recherches d’une jeune vétérinaire, Sabrina Krief, qui a commencé à étudier les chimpanzés en 1997, au Congo.

Six singes dont la mère avait été abattue par des braconniers furent recueillis et éduqués par des humains.

Lors de leur réintroduction dans la forêt équatoriale, à l’âge adulte, la vétérinaire fut chargée de vérifier leur état de santé, évaluer leurs capacités à survivre et leur donner d’éventuels compléments alimentaires. Mais voilà ce qu’elle a observé :

 

« Dès le premier jour, les chimpanzés ont été autonomes et ont mangé les bonnes plantes, alors qu’ils avaient été élevés aux bananes ».

 

Non seulement ils savaient intuitivement ce qu’ils devaient manger pour ne pas s’empoisonner, mais ils pratiquaient aussi une forme d’automédication : lorsqu’ils étaient malades, ces chimpanzés se nourrissaient de plantes qui ne faisaient pas partie de leur régime habituel.

Comme s’ils connaissaient leur pouvoir médicinal !

Après quelques semaines cependant, la vétérinaire s’inquiéta… elle avait constaté que les chimpanzés consommaient leurs propres crottes. Un trouble du comportement, peut-être lié à l’absence de mère ? Non. Sabrina Krief comprit que les singes ne mangaient pas leurs crottes, mais picoraient des graines au milieu de celles-ci. Et l’explication apparut alors :

 

« J’ai réalisé que les chimpanzés étaient friands d’un fruit dont ils avalent non seulement la pulpe mais également le noyau. Celui-ci, au départ noir et très dur, devient mou et blanc nacré à la suite d’une première transformation chimique lors de la digestion. »

 

À l’analyse, ces graines se révèleront être d’une exceptionnelle richesse protéique, devenue biodisponible grâce à ce processus de digestion en deux temps…

Derrière ces chimpanzés se cachent de véritables experts en micronutrition, dignes de célébrités comme Rodolphe Bacquet ou Jean-Marc Dupuis ! Et ce n’est pas tout.

 

Stratégie des chimpanzés contre les vers digestifs

 

Les singes sont aussi détenteurs d’une science de l’automédication :

 

« Le matin, certains d’entre eux roulaient une feuille rugueuse d’aspilla sur elle-même et l’avalaient tout rond, sans la mâcher. »

« Ils renouvelaient leur prise une trentaine de fois. Six heures plus tard, en analysant les crottes, nous avons retrouvé les feuilles intactes dont les petits poils avaient accroché des parasites. »

 

Vous avez compris : poussées dans le système digestif sans pouvoir être digérées, toutes ces feuilles rugueuses agissent comme un velcro, accrochant et chassant les vers…

Magistral !

 

Les singes trouvent un traitement antipalu

 

Les grands singes ont aussi pour habitude de mâcher des feuilles aux propriétés antibactériennes, mélangées avec de la viande.

Cela ne vous dit rien ? Il existe nombre de traditions culinaires humaines dans lesquelles la viande est associée à des herbes aromatiques ou des épices dont les vertus antibactériennes et digestives sont connues (coriandre, cardamome, cumin, fenouil, etc.)

Et quand les malaises sont là, les chimpanzés ne sont pas démunis.

Un matin, Sabrina Krief constate qu’une jeune femelle atteinte d’une diarrhée alternant avec de la constipation réalise de gros efforts pour écorcer longuement un albizia, afin de lécher la résine qui s’écoule du tronc.

À l’analyse, cette résine se révèlera contenir des molécules saponines jamais identifiées jusqu’alors et aux propriétés vermifuges, mais également anticancéreuses.

Plus étonnant encore, la découverte d’une plante contenant une molécule aussi active contre le paludisme que la chloroquine, la substance médicamenteuse de référence.

Un jour, un mâle visiblement abattu se met à ingérer de jeunes feuilles de Trichilia rubescens, une plante que les chimpanzés mangent rarement.

Après avoir ingéré les feuilles, le primate se met à creuser parmi des racines pour prélever une poignée de terre fine et rouge. Des analyses montreront que la terre potentialise l’activité des molécules antipaludisme de la plante !

Quand on sait que cette maladie fait plus de 600 000 morts par an, on mesure l’intérêt potentiel d’une telle découverte pour la santé humaine…

 

Dans la pharmacie des chimpanzés

 

Alors, y aura-t-il bientôt des singes pour faire la leçon aux étudiants en médecine ? Il y a en tout cas beaucoup de choses à découvrir dans la pharmacie des chimpanzés.

Il suffit d’observer leurs conditions de vie pour comprendre que ce sont d’excellents médecins : malgré les parasites, malgré les champignons, les bactéries, malgré les mutilations dues aux pièges des braconniers, les chimpanzés vivent parfois au delà de 65 ans.

Et ils résistent mieux à certaines maladies communes à nos deux espèces :

Alors qu’au Togo et au Ghana un parasite digestif, l’œsophagostomum, provoque une très forte mortalité chez l’homme, le même parasite, également mortel pour les chimpanzés captifs, n’occasionne aucune mortalité chez les chimpanzés sauvages…

Leur remède : les feuilles rugueuses d’aspilla qu’ils avalent quand ils sont infectés et qui permettent d’évacuer le parasite.

Ah, une dernière chose : leurs ordonnances sont entièrement gratuites. Et avec eux, on rigole beaucoup.

 

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Le chou superstar Chère lectrice, cher lecteur, Évidemment, quand on voit sa grosse tête toute ronde, son air joufflu de notaire en hab...
Trucs à copier chez les animaux Observer nos animaux domestiques dans leur vie de tous les jours est une source d’amusement et de joie, mais c’est aussi...
Guérir ses allergies…sans médicaments ! Chère lectrice, cher lecteur, Depuis plusieurs semaines, je travaillais à un article sur les allergies et la meilleur...

7 réponses à “Portrait d’un expert en micronutrition”

  1. Yolande TCHIVANGA dit :

    YolandeTCHIVANGA
    Par expérience vécue dans mon jardin. Je suis malade et très fatiguée. Soudain je suis habitée par une grande envie d’aller dans mon jardin cueuillir une fleur, faire un bouquet de feuillages. Et je traines au milieu des plantes plus que prévu. Je me retrouve même à arracher des mauvaises herbes. Et quand je rentre à la maison, quelques temps après je réalise que ma fatigue est partie. Et je suis même guérie. Qui est allé vers l’autre ? J’ai conclu que ce sont elles qui mont magiquement attiré dans champ éthérique pour me soigner. Nous avons une relation d’amour et des échanges très bénéfiques….

  2. Grandhomme dit :

    Un grand merci pour toutes ces infos surprenantes et très intéressantes aussi. Les feuilles des arbres c est pour notre guérison citation du plus ancien des livres .

  3. René Paulus dit :

    Nos ancêtres lointains étaient des singes…qui n’avaient pas et n’utilisaient pas d’argent.
    Toutes nos soi-disant, trouvailles et découvertes sur la santé ont permis à certains de se remplir les poches avec de l’argent. Ils ont galvaudé notre richesse pour de l’argent…

  4. Aliénor dit :

    Bonjour à tous,

    Les gens pensent que les animaux, chats compris, sont intelligents car ils « choisissent » les plantes pour se soigner. En fait il ne choisissent pas, ils sont attirés par leur odorat, vers une substance qui les attire. C’est leur odorat qui, étant très puissant, captera des odeurs alléchantes pour lui à ce moment là, car son corps malade réclamera telle ou telle molécule pour se soigner. C’est l’instinct tout simplement, instinct que nous avons perdus. Pour en savoir plus il suffit de lire le livre de guy claude Burger : Manger Vrai. Et malgré tout ce que les médias et autres ont dit sur lui, c’est lui qui a raison. L’instinctothérapie.
    Bonne soirée

  5. Marinette dit :

    Merci Gabriel. Cet article est des plus intéressant et on en apprend tous les jours. Nos amis les animaux sont d’une intelligence rare que l’humain a du mal à comprendre. Je savais déjà que les chats choisissent l’herbe pour se purger et bien d’autres animaux se soignent avec les plantes.

  6. Jean Merken dit :

    Bonjour M. Combris,
    Merci à toute votre équipe pour ces nombreux conseils.
    Auriez-vous par hasard fait des recherches sur la guérison naturelle des tendinites ? C’est un mal très présent dans notre société et peu de remèdes mis-à-part des anti-inflammatoires qui ne dont que décupler les soucis sans la moindre amélioration à terme. Merci d’avance.
    Bien cordialement

  7. Flavia Vergani dit :

    grazie!
    un articolo bellissimo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *