Avez-vous vu cette mauvaise herbe ?
(100’000 dollars de récompense)

Chère lectrice, cher lecteur,

Si vous avez un jardin, il y a de fortes chances pour que vous détestiez cette plante.

C’est la terreur des jardiniers.

Je ne serais pas étonné que vous ayez un portrait d’elle affiché au mur, comme les shérifs dans les westerns :

Recherché ! Mort ou vif. 100’000 $ de récompense !

Car avec elle, vous pouvez abandonner le rêve d’avoir un beau gazon anglais, bien vert et rasé de près comme un terrain de golf.

Le pissenlit, c’est le voyou par excellence : un nom provocateur, des fleurs grossières, des feuilles dentelées comme la mâchoire d’un requin, une façon sournoise d’envahir les jardins en se servant du vent…

Et pourtant, je vous propose de lancer un autre « avis de recherche » sur le pissenlit, pas pour s’en débarrasser, mais pour profiter de ses nombreuses vertus thérapeutiques.

Ce « malfaiteur » est recherché pour… ses bienfaits

D’abord, le nom « pissenlit » n’est pas aussi provocateur qu’on pourrait le croire.

On lui a donné le nom de « pisse-en-lit » (pisseen-lit en vieux français) pour une raison très simple : c’est un excellent diurétique.

On l’appelle aussi dent-de-lion, à cause de la forme de ses feuilles. Mais n’ayez pas peur, il est totalement inoffensif.

La racine de pissenlit a une action drainante à la fois sur le foie et les reins. C’est donc une plante idéale pour détoxifier les organes filtrants.

En 2017, des chercheurs de la China Pharmaceutical University ont d’ailleurs démontré que les polysaccharides contenus dans la racine de dents de lion participent au bon fonctionnement du foie et le débarrasse des toxines[1].

La racine de pissenlit peut se prendre en macérât alcoolique (40 à 60 gouttes dans un peu d’eau) ou en décoction, 2 fois par jour. Faites cette cure dépurative pendant une dizaine de jours. Si vous vous sentez mieux après la cure, répétez l’opération tous les 3 mois.

Les oncologues « réhabilitent » le pissenlit

Avec la mode de la détox, le pissenlit commence enfin à avoir meilleure réputation.

Mais aujourd’hui, il vient de faire encore plus fort : il a réussi à gagner l’estime des oncologues.

Et l’exploit mérite d’être souligné, car les spécialistes du cancer sont souvent très sceptiques quand quelque chose s’éloigne de leurs chimiothérapies, et en particulier les remèdes naturels.

Il faut dire que l’étude, parue récemment dans la revue Oncotarget, ne laisse pas place au doute.

Selon l’équipe de chercheurs canadiens, les extraits de racine permettraient de tuer les cellules cancéreuses du côlon, sans causer de dégâts aux cellules saines environnantes[2].

L’extrait de racine de pissenlit a provoqué la mort cellulaire de 95 % des cellules cancéreuses du côlon après 48 heures de traitement in vitro. Et cela a même été confirmé par des études in vivo : la prise par voie orale de pissenlit a retardé de plus de 90 % la croissance des modèles de xénogreffe du côlon humain.

Les auteurs affirment même que « l’extrait de racine de pissenlit pourrait être une alternative anticancéreuse non toxique et efficace, essentielle pour éviter l’apparition de la résistance aux médicaments des cellules cancéreuses. »

Maintenant, je vous vois venir…

Vous allez me dire que c’est trop compliqué de préparer des extraits de racines à partir des pissenlits de jardin : « Pour le moment, ils continuent d’envahir mon jardin, et je ne sais toujours pas quoi en faire ! »

Mais je vous conseille d’attendre encore un peu avant de sortir votre tondeuse, et de lire ce qui suit.

Faites comme les vaches !

Si vous n’avez pas le courage de réaliser vos propres préparations médicinales à base de pissenlit, sachez qu’il y a un moyen plus simple de profiter de ses vertus :

Faites comme les vaches, mangez-les !

Les feuilles de pissenlit font une excellente salade de printemps. Choisissez les jeunes feuilles, car elles sont moins amères. Pour enlever toute trace d’amertume, n’hésitez pas à les laisser tremper une heure dans de l’eau chaude.

Et voilà, votre salade est prête !

Comme la ciboulette, lorsqu’elles sont hachées finement, les feuilles agrémentent à merveille vos soupes, omelettes, purée ou encore fromage blanc. Vous pouvez aussi les préparer avec beaucoup d’ail et des lardons.

Et n’oubliez pas les tiges ! Elles se prêtent elles aussi à la préparation de salades ou de légumes. Mais veillez également à les tremper dans l’eau ou dans le sel pour enlever toute note d’amertume.

Si vous voulez utiliser les racines du pissenlit, le plus simple est d’en faire une décoction : plongez les racines dans l’eau bouillante pendant 30 minutes environ, et filtrez.

Une alternative est d’en faire du café, 100 % naturel et sans caféine :

  • Nettoyez bien les racines de pissenlit avec une brosse
  • Coupez-les en petites rondelles
  • Faites-les torréfier au four à 120 degrés pendant 45 minutes (jusqu’à ce qu’elle devienne marron foncé)
  • Moulez les rondelles dans un moulin à café et préparez votre café comme vous le faites habituellement

Avis aux amateurs de douceurs : on peut obtenir très facilement du miel à partir des fleurs de pissenlit. Lavez les fleurs, hachez-les et passez-les à ébullition dans une casserole d’eau. Filtrez la préparation avant de la remettre à cuire dans de l’eau. Ajoutez ensuite du sucre et laissez prendre.

Le pissenlit a aussi un autre avantage : la nature nous l’offre généreusement dans toutes les prairies, champs et jardins. Il n’y a qu’à se baisser pour les ramasser et profiter de ses bienfaits.

Alors la prochaine fois que vous découvrirez un pissenlit dans votre jardin, je suis sûr que vous le verrez d’un autre œil. Et vous vous direz peut-être, comme un poète de jadis, que le pissenlit « est un soleil qui devient voie lactée, un monde d’astres, après floraison ».

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Cai L, Wan D, Yi F, Luan L, Purification, Preliminary Characterization and Hepatoprotective Effects of Polysaccharides from Dandelion Root, Molecules. 2017 Aug 25;22(9).

[2] Pamela Ovadje, Saleem Ammar, Jose-Antonio Guerrero, John Thor Arnason and Siyaram Pandey, Dandelion root extract affects colorectal cancer proliferation and survival through the activation of multiple death signalling pathways, Oncotarget. 2016 Nov 8; 7(45): 73080–73100.

8 réponses à “Avez-vous vu cette mauvaise herbe ?
(100’000 dollars de récompense)”

  1. mnob dit :

    bjr, où trouver des epf, merci

  2. Françoise Marie BERNARD dit :

    Bonsoir ! Très contente de lire la réhabilitation du pissenlit, je jouais avec les fleurs quand j’étais petite, ma mère les ramassait pour en faire une bonne salade, et mon mari les cueille aussi pour la salade au lard fumant… Moi je cueille les feuilles pour les faire sêcher, et je les bois en infusion pour soulager mon foie.
    Bonne continuation. Françoise

  3. Cavernator dit :

    En ce moment, chez moi, c’est tout jaune…. ha ha ha ..

  4. Martinelli dit :

    Merci pour votre commentaire sur les pissenlits c’était ma salade de jeunesse ma maman me donnais le panier et le couteau « et pars ramasser la sa salade » dans les champs verdoyants,depuis toujours la salade de pissenlits ..un vraie régal..Merci pour vos messages et continuer..BM..

  5. Comte monique dit :

    quand j’étais petite en Auvergne,à la campagne,je ramassais les feuilles tendres de pissenlit qui sortaient des taupinières,quel régal!on trouvait aussi des « doucettes »(variété de màche) Vive la campagne!

  6. Bob2a dit :

    Il existe 2 ou 3 varietes de pissenlit, avec des feuilles plus ou moins dentelees et des nuances de vert, qui peuvent faire d’excellentes tartes aux herbes, melangees avec oignons, blettes…..

  7. Tchikatchik dit :

    Les jaunes pousses de pissenlit avec du bacon, un régal!!!!

  8. Pignon dit :

    Bonjour
    Je suis étonnée « agréablement par votre article » – vous nous conseillez de MANGER les pissenlits
    Mais que pensez-vous des EPF (extraits de plantes fraîches) plus faciles à utiliser et tout l’année??

    Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *