Retrouver l’énergie perdue

Certains matins, sortir de son lit ressemble à un défi plus audacieux que l’ascension du Mont Blanc.

Poser le pied par terre, c’est presque comme aller sur la Lune.

Le lendemain c’est pire, et celui d’après…

Pour retrouver un peu de tonus, la tentation est alors de se jeter sur les excitants en tout genre : cigarette, friandises industrielles, barres chocolatées, boissons énergisantes et autres Guronsan etc.

Le résultat est le même : l’adrénaline, l’hormone du stress, grimpe en flèche, ce qui fait monter le sucre sanguin.

Nos organes de régulation souffrent et s’épuisent. C’est le cercle vicieux : toujours plus de fatigue et d’excitants jusqu’à ce qu’on craque !

Je préfère vous dire tout de suite qu’il y a beaucoup mieux à faire.

Et que les plantes, en particulier, offrent des solutions tout à fait intéressantes pour retrouver l’énergie perdue.

La solution qui marche tout de suite

D’abord, la solution « Grosse Bertha » !

Il s’agit de nourrir vos centrales énergétiques : les mitochondries, situées au cœur de nos cellules.

Parmi les carburants indispensables à la production énergétique, citons les grands classiques : magnésium, vitamines du groupe B et vitamine C.

Dans l’alimentation, on trouve du magnésium dans les oléagineux, les légumes secs, les céréales complètes et le chocolat. Les vitamines B sont notamment présentes dans les céréales complètes, les abats, les bananes etc [1].

Quant à la vitamine C, ce n’est pas à vous que je vais l’apprendre, on la trouve surtout dans les fruits et légumes crus. Sinon, prenez un concentré à base d’acérola, de cynorrhodon ou d’argousier : 200 à 500 mg de vitamine C naturelle par jour est souvent un minimum pour ressentir un effet.

Bien. Voilà un travail d’urgence souvent efficace mais qui ne suffit pas toujours, surtout en cas de stress.

D’autres toniques naturels, nous dit l’excellente revue Plantes & Bien-Être, peuvent également soutenir et remonter durablement l’énergie :

Le pollen frais (au rayon congélateur en magasin bio), efficace surtout en cas de fatigue nerveuse. Il apporte des fibres, de nombreux minéraux dont le magnésium et toutes les vitamines du groupe B, utiles à la production d’énergie mais aussi à l’équilibre nerveux. Commencez par ½ cuillerée à café puis augmentez progressivement jusqu’à 1 cuillerée à soupe par jour durant 3 semaines. À prendre pendant le petit-déjeuner.

L’eau de mer en ampoule apporte tous les oligo-éléments et minéraux indispensables à l’organisme. La version « hypertonique » est davantage stimulante que la version « isotonique ». Prenez 1 à 2 ampoules par jour, dont une avant le petit-déjeuner et la seconde avant le repas de midi. Cela durant 3 semaines. Les enfants peuvent en prendre ½ ampoule à partir de 5 ans. Optez pour la version isotonique si vous souffrez d’hyperthyroïdie ou d’hypertension, ou pour les enfants de moins de 5 ans. Aucun risque d’incompatibilité pour l’isotonique, sauf en cas d’allergie aux produits de la mer, ce qui vaut pour les deux bien sûr.

La feuille d’ortie en gélule, moins chère que les ampoules d’eau mer mais tout aussi efficace. Elle est reminéralisante et fortifiante. Prendre 1 à 1,5 g par jour durant 2 mois. Sous forme d’EPS (Extrait fluide de plante standardisé) ou d’extraits hydroalcoolique, elle sera aussi intéressante mais un peu plus chère (là aussi il faut faire une cure de 2 mois). Sur le sujet, j’en profite pour vous rappeler que vous pouvez retrouver ma lettre consacrée à l’ortie et à sa mission très secrète en cliquant ici.

Le fucus est une algue qui contient de nombreux minéraux, notamment de l’iode, qui booste en douceur la thyroïde si besoin. Si vous vous sentez apathique psychiquement et physiquement, que vous avez tendance à prendre du poids ou êtes sujet à la frilosité, faites un bilan thyroïdien auprès de votre médecin. Si aucun problème n’est détecté, faites une cure de fucus !

Le fucus est contre-indiqué en cas d’hyperthyroïdie et déconseillé en même temps qu’un traitement thyroïdien. En tisane, il a un goût et une texture… d’algue – il faut aimer ! La prise est plus facile en gélule : 2 à 3 g par jour durant 3 semaines.

Rechargez vos surrénales !

Les glandes surrénales (situées au-dessus de chaque rein) sont des piliers de notre énergie.

Elles sécrètent la cortisone naturelle, qui nous permet d’avoir de l’énergie, de gérer l’inflammation dans l’organisme et régule en partie la glycémie.

Vous avez peut-être déjà lu qu’il existait des plantes « cortison-like », qui stimulent la production de cortisone naturelle ? Notamment le bourgeon de cassis (contre la fatigue nerveuse) ou le bourgeon de chêne (contre la fatigue physique).

Demandez ces plantes sous forme de macérâts glycérinés (gemmothérapie) en pharmacie ou magasin spécialisé. Douce et efficace, cette forme peut être utilisée par tous dès l’enfance. À prendre le matin et le midi aux posologies indiquées, durant 1 à 2 mois.

Certaines huiles essentielles sont elles aussi de véritables concentrés d’énergie : l’épinette noire, le pin sylvestre etc.

Je vous signale le mélange que mon ami l’herboriste Christophe Bernard conseille d’appliquer directement sur la zone des surrénales, le matin et si besoin en milieu d’après-midi :

  • Huile essentielle d’épinette noire (Picea mariana) 50 gouttes
  • Huile essentielle de pin sylvestre (Pinus sylvetris) 60 gouttes
  • Huile essentielle de basilic (Occimum basilicum) 40 gouttes
  • Huile végétale d’amande douce 2 ml

On applique 4 à 5 gouttes du mélange et on frotte énergiquement, c’est le cas de le dire, jusqu’à sentir un échauffement sous votre paume. Pour les adultes seulement, à faire durant 3 semaines.

Rappelons aussi que les huiles peuvent être efficaces en simple inhalation. En cas de coup de fatigue, on met deux gouttes d’une huile essentielle (menthe poivrée ou pin sylvestre par exemple) sur un mouchoir et on inspire profondément à plusieurs reprises.

Les substances aromatiques atteignent très rapidement les récepteurs olfactifs localisés dans notre cavité nasale, les activent, ce qui envoie un signal vers le cerveau qui va réagir à ce stimulus.

Les Vauban de la nature

Enfin, je ne voudrais pas conclure cette lettre sans dire un petit mot des grands artistes de la fortification du corps, sortes de « Vauban de la nature », que sont le ginseng, la rhodiole ou encore l’éleuthérocoque.

Là encore, ces plantes agissent en stimulation des glandes surrénales et des systèmes nerveux, hormonal et immunitaire.

À prendre en gélule à raison de 300 à 1200 mg par jour, ou en extrait hydroalcoolique : 30 à 60 gouttes par jour le matin, sur des cures de 3 semaines à 2 mois [2].

Voilà un petit échantillon des merveilles qu’offre le magasin de la nature à qui veut bien se donner la peine d’aller y faire ses courses.

Et si vous cherchez un guide, je vous conseille d’aller faire un tour par ici

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Source alimentaires de vitamines B. lien ici

[2] Les plantes adaptogènes sont généralement contre-indiquées chez la femme enceinte ou allaitante et chez l’enfant. Le ginseng comme l’éleuthérocoque sont à éviter en cas d’hypertension. La rhodiole est contre-indiquée en cas de trouble bipolaire, et incompatible avec certains médicaments comme les antihypertenseurs ou psychostimulants.

2 réponses à “Retrouver l’énergie perdue”

  1. Etienne MULAMBA dit :

    Merci, pour cette initiative sanitaire. Mais j*ai une préoccupation concernant mes yeux.
    En effet, j*ai de boules sous forme de graisse dans mes yeux, que puis-je faire pour que j*obtienne un remède efficace?

  2. Nicole Athane dit :

    Pour le moment je suis en Colombie pour 2 mois .Crise de dépression épouvantable .J’pris ce que j’ai trouvé et même du lexomil je vais mieux, la preuve, les piqûres de moustiques me plaisent presque.Huile essentielle de lavande as pis. Mais je vais en rentrant en France voir un (une) spécialiste naturopathe, Je vis à Biarritz pondez vous m’indiquer un nom S.VOUS Plaît.
    Je me perd da, si vos conseils .À 70 ans pas mal de petites misères et je ne sais plus que faire.
    Si je suis rentrée j’irai au congrès de Bayonne 7 km de chez moi. Merci mille fois pour votre travail.J’ai réussi à faire arrêter les sratines à mon mari mais pas à. ……tous les amis, ma soeur. ……
    Pas plus sourd que celui qui ne veux pas entendre. Merci, merci
    Nicole Athane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *