Le houblon ne sert pas seulement à faire de la bière

Chère lectrice, cher lecteur,

Pour la plupart des gens, le houblon, c’est ce petit goût amer si caractéristique de la bière.

Et c’est vrai que le houblon fait partie de la recette de la bière depuis plus de 1 000 ans.

La préparation de chaque boisson dépend du savoir-faire de son brasseur. Il joue avec les saveurs en laissant bouillir plus ou moins longtemps l’une des 120 variétés de houblon.

Le résultat est incroyable, la bière peut avoir le goût de… menthe, litchi, écorce ou même de poivre !

Bref, le houblon, c’est le roi de la bière.

Enfin ça, c’est pour l’histoire officielle.

Mais très peu de personnes connaissent la vie secrète du houblon et ses nombreuses vertus sur la santé.

Confidences d’une plante sous-estimée

Si l’on demandait au houblon de nous raconter sa vie, cela pourrait commencer ainsi :

« Pour vous, êtres humains, je suis tout juste bon à faire de la bière. Mon nom résonne alors comme la promesse de l’ivresse et de la débauche.

Si j’ai décidé de me confier aujourd’hui, c’est pour rétablir la vérité sur ma personne et faire la lumière sur tout un pan de ma vie qui a été effacé de vos livres d’histoire.

Car bien avant d’être utilisé dans la fabrication de la bière, j’étais vénéré pour mes nombreux effets thérapeutiques. »

Avant de faire de la bière, je soignais les hommes

« Les Amérindiens m’utilisaient pour lutter contre les douleurs aux dents et aux oreilles. Ils confectionnaient des petits sacs avec mes feuilles chauffées qu’ils appliquaient sur la zone douloureuse.

Ils utilisaient également les cônes de mes fleurs femelles en infusion pour favoriser l’endormissement.

En Europe, on retrouve des traces d’un usage médical au XIIe siècle, dans les écrits de la célèbre nonne et herboriste Hildegarde de Bingen.

Elle préconisait mes cônes contre la mélancolie. Deux siècles plus tard, on m’utilise dans les campagnes pour mes vertus diurétiques, digestives, fébrifuges et sédatives. »

Mais l’histoire du houblon ne s’arrête pas là !

Depuis quelques années, des scientifiques ont ajouté un nouveau chapitre à sa biographie.

« Prince de la santé » adoubé par la science moderne

Récemment, des recherches scientifiques ont validé les usages traditionnels du houblon… et lui ont même découvert de nouveaux bienfaits.

Ainsi, le houblon pourrait aider en cas d’anémie, lymphatisme (état pathologique caractérisé par une grande fatigue), manque d’appétit, difficultés d’assimilation.

Le houblon aurait aussi la capacité de réguler les troubles gastriques provoqués par un excès ou un manque d’acidité.

Pour profiter de ses vertus digestives, laissez infuser 10 à 15 g de cônes par litre pendant 10 minutes et buvez une tasse après le repas.

Aussi efficace qu’un somnifère…

Le houblon est recommandé par l’European Scientific Cooperative on Phytotherapy (ESCOP) pour lutter contre l’anxiété et l’insomnie.

Son huile essentielle contient des vertus sédatives très puissantes. De nombreux thérapeutes le prescrivent en association à la valériane en cas de difficultés d’endormissement ou de réveils précoces.

En 2017, une étude[1] a d’ailleurs montré qu’un mélange composé de 500 mg de valériane et de 120 mg de houblon était plus efficace que l’extrait unique de valériane (500 mg) pour diminuer le temps d’endormissement.

Cette association serait même aussi efficace que les benzodiazépines (un anxiolytique prescrit contre l’insomnie et l’anxiété)[2].

Utilisé comme calmant et anaphrodisiaque, le houblon a aussi fait ses preuves dans certains cas de troubles sexuels d’origine nerveuse chez l’homme (spermatorrhée, éjaculation précoce…).

Si vous voulez profiter de ses vertus calmantes, vous pouvez faire infuser 40 g de cônes dans 1 litre d’eau bouillante. Prenez 1 tasse le soir, 30 minutes avant d’aller dormir.

Le houblon, une plante de femme ?

Le houblon est une plante œstrogène-like, c’est-à-dire qu’il stimule la production naturelle de cette hormone. Il peut donc rééquilibrer certains troubles hormonaux féminins, notamment pour apaiser les règles douloureuses, les migraines, les troubles nerveux, les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale.

Pour réguler vos cycles menstruels, faites infuser 10 à 15 g de cônes par litre d’eau bouillante. Buvez 1 tasse 2 fois par jour.

En raison de son action hormonale, le houblon est déconseillé aux femmes qui présentent un risque de cancer du sein ou de l’utérus.

Certains auteurs précisent que les effets de cette plante sont souvent associés à ceux des hormones de synthèse. En réalité, le houblon stimulerait la production naturelle d’œstrogènes sans se substituer à elle, contrairement aux traitements hormonaux de substitution.

Mais par précaution, mieux vaut éviter d’en consommer en cas d’antécédents de cancer hormonaux.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Koetter U, Schrader E et alii, « A randomized, double blind, placebo-controlled, prospective clinical study to demonstrate clinical efficacy of a fixed valerian hops extract combination (Ze 91019) in patients suffering from non-organic sleep disorder. », Phytotherapy Research, 21 (9), 2007, pp. 847- 851.

[2] Schmitz M, Jäckel M, « Comparative study for assessing quality of life of patients with exogenous sleep disorders (temporary sleep onset and sleep interruption disorders) treated with a hops-valarian preparation and a benzodiazepine drug. », Wiener Medizinische Wochenschrift, 148 (13), 1998, pp. 291- 298.

2 réponses à “Le houblon ne sert pas seulement à faire de la bière”

  1. Maumy dit :

    J’a Eu un cancer du sein en 2006. Puis je prendre l’infusions le soir avant d’a dormir, pour empêcher mes insomnies ?
    Merci de votre réponse

  2. Peuteuil dit :

    Bonjour, très intéressant sur le houblon car je souffre d’anxiété importante donc ou trouver les cones merci beaucoup.

Répondre à Maumy Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *