Les trois piliers du bonheur et de la santé

Qu’est ce qui nous maintient heureux et en bonne santé tout au long de notre vie ? 

Cela fait 75 ans que des chercheurs de l’Université de Harvard, aux Etats-Unis, mènent une étude destinée à répondre à cette question : la Harvard Study of Adult Development.

Oui, 75 ans, il n’y a pas d’erreur de frappe!!

Le psychiatre Robert Waldinger est le quatrième directeur de cette étude absolument unique dans l’histoire de la science. Il a tenu récemment une conférence que vous pouvez suivre ici si vous parlez l’anglais.

Et pour les autres, nous traduisons ses conclusions sur le bonheur dans la Lettre d’aujourd’hui.

 

« Bonjour à tous,

Une récente étude conduite auprès de jeunes étudiants a montré que pour 80% d’entre eux, un des buts essentiels de la vie était de devenir riche. Et pour 50%, un des autres buts importants était de devenir célèbre.

Il est vrai que nous sommes poussés à nous investir toujours plus dans notre travail, à produire plus, à gagner plus. Et cela nous donne l’impression qu’il s’agit bien là des buts essentiels à poursuivre pour réussir sa vie.

Mais s’agit-il réellement des bons objectifs à atteindre pour être heureux ? C’est ce que nous avons cherché à savoir, et voici d’abord comment nous avons procédé.

Gros risques

D’un point de vue scientifique, il est difficile d’obtenir une photographie complète de la vie d’une personne, de ses choix, des résultats qu’ils ont entraîné. La majeure partie de ce qu’on sait de sa vie, on l’obtient en demandant à cette personne de nous le raconter. Et là…La sagesse rétrospective n’est pas une science exacte. Et puis nous oublions tous de nombreuses choses que nous avons vécues. Sans compter que la mémoire nous joue parfois des tours et qu’elle aime bien aussi…un peu enjoliver.

Mais imaginez maintenant qu’on puisse suivre la vie d’une personne au fur et à mesure qu’elle se déroule. Qu’on puisse l’étudier depuis l’adolescence jusqu’au troisième âge pour voir ce qui réellement, rend les gens heureux et en bonne santé, tout au long de leur vie.

Il se trouve que c’est ce que nous avons fait. L’étude de Harvard, The Harvard Study of Adult Development, est sans doute la plus longue étude consacrée à la vie adulte et au bonheur jamais réalisée dans l’histoire de la science. Depuis 75 ans, nous avons suivi la vie de 724 hommes, année après année, les interrogeant sur leur travail, leur vie de famille, leur santé, leurs craintes, leurs joies etc.

Ce genre d’études est extrêmement rare, et la probabilité qu’elle se poursuive dans le temps est infime. Il y a d’abord le risque que trop de personnes refusent de poursuivre , ou que les fonds pour la mener s’épuisent, ou encore que les chercheurs s’ennuient à la conduire, ou meurent, sans être remplacés.

Mais avec un peu de chance – et pas mal d’obstination nous avons réussi à poursuivre notre étude.

Aujourd’hui 60 des 724 hommes du départ sont encore en vie et y participent toujours. Nous commençons même à faire rentrer dans notre panel les enfants de ces hommes (il y en a 2000 en tout) et je suis moi-même le quatrième directeur du projet.

Depuis 1938, nous avons ainsi analysé dans le détail la vie de deux groupes d’hommes. Le premier était composé de jeunes étudiants de première année à Harvard. Ils ont terminé leur scolarité pendant la deuxième guerre mondiale, et la plupart d’entre eux sont allés à la guerre par la suite. Le deuxième groupe a été constitué de garçons issus des quartiers les plus pauvres de la ville de Boston et qui avaient été choisis précisément pour leurs origines ; la plupart vivait dans des baraquements sans eau courante.

Au début de l’enquête, ces garçons des deux groupes ont tous été examinés par un médecin, les chercheurs sont allés les interviewer chez eux, parler à leurs parents. Et puis tous ces jeunes hommes sont entrés dans la vie active. Certains sont devenus ouvrier, d’autres avocat, maçon ou médecin. L’un d’eux a même été Président des Etats-Unis. Certains ont sombré dans l’alcool, d’autres ont souffert de schizophrénie, l’ascenseur social a profité à quelques-uns, d’autres sont redescendus avec lui…

Comportement très toxique

Les initiateurs de cette étude sur le bonheur n’auraient jamais imaginé, même en rêve, que je serais là à vous dire que leur travail se poursuit. Car aujourd’hui encore, notre équipe continue d’interroger les hommes de notre échantillon sur leur vie.

En réalité, nous faisons plus que simplement leur poser des questions. Nous allons chez eux, dans leur salon, leur cuisine, nous étudions leur dossier médical. Nous parlons à leurs enfants, leur femme, nous les filmons dans leur vie quotidienne et leurs préoccupations les plus personnelles.

Alors, qu’avons nous appris ? Quelles sont les leçons que l’on peut tirer des dizaines de milliers de pages d’informations récoltées ? C’est en réalité très simple. Le bonheur n’est pas une affaire de travail, d’argent, de célébrité, contrairement à ce que pensent si souvent les jeunes gens. Ce qui rend heureux et en bonne santé, ce sont des relations bonnes et sincères avec les autres. Point.

Pardon d’être un peu direct mais c’est ainsi.

Nous avons appris trois grandes leçons sur les relations aux autres.

La première est que le fait d’interagir avec d’autres humains est bon pour nous. Il se trouve que les gens qui ont plus de relations avec leur famille, leurs amis, sont plus heureux et en meilleure forme physique que les autres. Ils vivent également plus longtemps.

La solitude, elle, est réellement toxique. Les personnes qui vivent plus isolées qu’elles ne le souhaiteraient ont une santé qui décline plus tôt, souvent dès la quarantaine, et des performances cognitives qui diminuent elles aussi prématurément.

Etonnant secret anti-âge

Mais attention, la solitude, ce n’est pas forcément vivre tout seul dans une maison au fond des bois. On peut être seul dans une foule, seul au milieu de ses collègues de travail ou dans son mariage.

Voilà la deuxième grande leçon de notre étude : c’est la qualité de la relation avec les autres qui compte. Pas le fait que vous ayez beaucoup d’amis ou que soyez très entouré.

Lorsque les hommes de notre échantillon ont atteint l’âge de 80 ans, nous avons voulu regarder en arrière, lorsqu’ils avaient 50 ans, pour savoir si nous aurions pu prévoir qui allait devenir un octogénaire heureux et en bonne santé, et qui ne le serait pas. Lorsque nous avons rassemblé tout ce que nous savions d’eux à cet âge-là, il se trouve que ce n’est pas leur taux de cholestérol ou leur alimentation qui allait se trouver déterminant pour prévoir leur bonheur à venir. C’est leur degré de satisfaction dans leurs relations aux autres.

C’est la troisième leçon de notre enquête : de bonnes relations ne protègent pas seulement notre corps, mais aussi notre esprit. Ainsi, deux membres d’un couple qui ont réellement l’impression qu’ils peuvent compter l’un sur l’autre ont une mémoire qui reste excellente plus longtemps.

Vous allez me dire : 75 ans d’étude pour arriver à une conclusion que la sagesse ancienne avait tirée depuis longtemps…

C’est vrai. Mais je vous pose alors la question : pourquoi continuons-nous d’ignorer cette idée si simple qu’entretenir de bonnes et sincères relations d’amour, d’amitié, est le secret profond du bonheur et de la santé ?

Sans doute parce que nous sommes humains. Que nous comptons sur un truc, une aide extérieure, une béquille comme un médicament, de l’argent, la gloire, quelque chose qui nous aidera à régler les problèmes lorsqu’ils se posent et à les stabiliser une fois pour toutes.

Cela, je préfère vous le dire, ne fonctionne pas.

En revanche, créer et entretenir des relations sincères suppose d’accepter le doute, la difficulté, l’échec. Cela demande du temps, c’est le projet d’une vie et cela ne finit jamais.

Mais c’est la meilleure façon d’être heureux. »

Et vous trouvez ça intéressant ?

Ici s’achève la conférence de Robert Waldinger et je sens que certains penseront peut-être:

«Tout ça pour ça !!! 75 ans d’étude pour conclure que nous avons tous besoin des autres pour être heureux… Et Gabriel Combris qui trouve intéressant d’en faire une lettre entière. Mais de qui se moque-t-on?».

Je dois dire que je vous comprends un peu. C’est vrai que nous nous savons tout cela instinctivement.

Mais combien de fois par heure, par jour, par semaine, se déconnecte-t-on totalement de cette vérité si simple ? Pour se focaliser sur des questions secondaires qui nous obsèdent, l’argent, la consommation, la possession, la reconnaissance sociale etc.

Alors une fois de temps en temps, il n’est pas inutile de réveiller ces vérités enfouies, de les faire tourner un peu dans nos têtes et pourquoi pas, d’en tirer vraiment des conclusions pour nos vies de tous les jours.

Et puis sur un sujet aussi important que celui du bonheur, je serais intéressé que vous nous fassiez partager vos expériences. Vous-même, qu’est-ce qui vous rend heureux ? Est-ce que vous arrivez aux mêmes conclusions que les scientifiques de Harvard, ou ont-ils encore des choses à découvrir ? Merci mille fois par avance à tous ceux qui voudront bien prendre le temps de réagir, en laissant un message dans les commentaires au bas de cet article.

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Crise cardiaque : vous avez lu ça cent fois… …mais il y a un « détail » qui a échappé à tout le monde Dire que l’alimentation est la première médecine est devenu un...
Menace sur les esprits libres La menace sur la liberté d’informer se précise. Nous assistons en ce moment même à une tentative absolument inédite p...
La porte du paradis (vivre apaisé dans un monde furieux) Ces derniers mois, le monde des hommes a montré l’étendue de sa folie meurtrière. À Barcelone, Paris, Orlando, Nice, ...

151 réponses à “Les trois piliers du bonheur et de la santé”

  1. abdel dit :

    Le contentement est la clé du bonheur.point

  2. vr dit :

    Texte magnifique qui nous fait bien prendre conscience des » bonnes choses ». A relire une fois par mois !!!
    Moi mon bonheur je le puise surtout avec mes enfants…et bien sur le reste de ma famille. Certaines personnes extérieures valent la peine d’être connues mais cela devient rare donc pour moi un certain isolement est primordial…

  3. JM dit :

    Merci pour ce texte dont le sujet est primordial et qui me fait prendre conscience de mes difficultés…
    Une question reste là cependant : comment sortir du cercle de la solitude poussée par un desinterressement de la vie, de soi et donc des autres, même en ayant accès aux amis, a la famille? le besoin de s isoler toujours plus n’aide pas…et lorsqu’on a pas envie d’être aidé alors ca se mord la queue….

  4. Galarneau dit :

    Moi , ce qui me rend heureuse: c est bien le relationnel avec les autres . Je suis médecin homéopathe,et chaque jour je passe mon temps à échanger avec mes patients , j ai bien dit échanger !! Le reste du temps , je le passé avec mes amis , nous rions beaucoup , et je suis convaincue que c est la l essentiel du bonheur , d autant que je ne suis pas gênée par des difficultés financières merci pour toutes vos publications .

  5. Marie-Thérèse MORETTI dit :

    Je vis seule depuis 34 ans. Mais je suis heureuse. Je reçois ma famille, fils petits enfants, neveux nièces, et amis quand ils le peuvent. J’aime leur faire de bons petits plats !! quel bonheur de les voir appréciés tout cela. Je suis suivi pour quelques problèmes comme toute personne de 79 ans, mais je me soigne également d’une façon naturelle (entre autre régime du docteur Seignalet) depuis 10 ans.
    Je me plais seule. Je regarde peu la télé, je préfère jardiner. Le soir, je lis, Je ne suis pas pour autant une ‘sauvage’, Je bavarde avec les gens que je rencontre.
    Et je pense que mon état d’esprit est positif. Je ne me prends pas la tête pour les contrariétés du quotidien.
    J’espère vivre encore longtemps et heureuse malgré ma ‘solitude’ que j’apprécie.

  6. Dubost dit :

    Ce qui me rend heureuse
    la nature ! marcher dans la montagne, nager, voir le soleil, la lune, les arbres respirer les plantes écouter les oiseaux….
    ma petite fille mes filles quand nous sommes ensemble surtout ! (sinon, je me sens un peu triste et seule).
    aller voir un spectacle mais je préfère là encore y aller accompagnée
    manger boire de bonnes choses encore une fois de préférence avec d’autres
    danser
    rire pas facile tout seul ….
    être dans les bras de son amour
    PARTAGER

  7. Madeleine Fortin dit :

    je suis en accord que les relations avec soi et les autres sont importante. Vivre en harmonie dans le donner et le recevoir aide a etre heureux.

  8. maréchal sylvie dit :

    bonjour mon frère vient de mourir à 54 ans, parents divorcé donc abandon, il est mort dans la solitude en se noyant dans la dépression et l’ alcool 15 ans de souffrance….alors oui le manque d’ amour et la solitude font mourir prématurément bonne journée sylvie

  9. ANS dit :

    bonsoir
    je réagis à l’article sur le bonheur et j’en arrive aux même conclusions que ma vie s’est enrichie après avoir partagé du temps avec mes proches et ma famille.
    je suis bénévole dans 3 associations différentes ou mon interaction avec d’autres personnes issues d’autres milieux sont très saines et honnêtes.
    Je suis beaucoup sollicité car j’écoute et essaye d’apporter mon aide à mon prochain.cela m’apporte beaucoup de bien être .
    Par contre au travail c’est un appauvrissement total,ou l’individu est considéré comme un numéro,notamment au sein d’une multinationale,…..
    j’ai compris cela à partir de 40 ans car on me faisait croire que nous étions une famille or cela n’a jamais été le cas .J »étais souvent en stress à cause de ma hiérarchie et un jour je me suis rendu compte que ce n’était qu’illusion.
    Depuis je fais le minimum syndical,pas plus de 8 hrs /jour et sans stress..
    Ce temps récupéré je le passe avec des vrais gens qui m’enrichissent chaque jour.Par contre nous vivons sous l’ère de l’informatique avec une multitude d’objets communicants ou l humain est devenu secondaire par rapport aux technologies d’aujourd’hui et de demain

    Merci pour votre news je les lâche pas .
    cdlt

  10. LANNEVAL dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec M.Gombris. L’isolement,, même dans la foule, est dur à vivre. L’appel à la fraternité, au vivre ensemble, montre que la société est en train d’en prendre conscience. Ce qu’elle voit moins c’est que la mode extrême des portables utilisés même en conduisant en voiture, mais également en moto !!! (je l’ai vu) isole encore plus, car l’autre, au bout du fil est loin, même s’il semble proche.
    Internet nous a aussi isolé car nous n’allons plus guichet pour nos démarches. C’est malheureusement ça l’avenir. On gagne du temps, on perd une sociabilité.

  11. Hove Annick dit :

    Bonjour
    Ce qui me rend heureuse le sourire de ma petite fille et celui de ma fille.
    C’est pour elles que je survis à mon cancer.
    Les entendre rire et rire avec elles et papy c’est ce qui me rend heureuse, j’ai 69 ans et je vous souhaite une belle journée et une belles vie d’amours et d’amitiés.

  12. Maguy Lozac'h dit :

    j’aurai tendance à penser de même, car lorsque nous avons des amis, que la famille nous entoure et que nous répondons aux sollicitations des uns et des autres, nous nous sentons utiles, la joie nous habite. Notre esprit est vif, c’est comme s’il recevait une dose de dynamisme, de joie. L’échange entre humains est très important, le social nous maintient dans le flux du cours du temps. Cela nous amène à la curiosité et fait travailler nos méninges.D’ailleurs au Japon ils se sont rendus compte que si les gens vivaient aussi vieux, cela était dû à leur vie sociale et à leur alimentation.. Je suis une optimiste, et j’espère que l’humain continuera dans cette voie.
    Merci pour tout ce que vous nous transmettez.
    Maguy

  13. Sylvie Gerault dit :

    oui, j’adhère tout à fait à l’idée que la qualité des relations humaines conditionne notre équilibre et, par conséquent, notre santé . J’ajouterai la notion de respect et de « bonne entente » avec le vivant, au sens large, Le contact avec les « forces de la nature » vents, terre, feux, eaux est également primordial pour être en bonne santé .

  14. michele cauzit dit :

    Ce qui me rend heureuse c est de voir les autres heureux

  15. Michel Grisar dit :

    Je suis heureux que la grande science reconnaisse enfin ce que la très grande sagesse souligne depuis longtemps. Il est réellement temps que cela fasse partie de l’enseignement de base de toutes les écoles du monde, bien des problèmes majeurs que nous connaissons pourraient se dissiper largement.
    D’autre part, et complémentairement, je sais aussi qu’à chaque fois que dans ma vie je me suis senti malheureux, ce n’était pas par manque d’argent ou de célébrité, mais bien suite à un problème relationnel.
    Amour, compassion, compréhension… Les appellations sont diverses. De fait, nous sommes tous unis et, au fond de nous-mêmes, nous le savons. Agir à contre-courant de cela, c’est se couper de soi. Comme l’ont dit bien des sages, chacun à sa façon : restons simples et aimons nous les uns les autres. Le reste n’est que complexité nuisible et malheureuse. Bon soleil !

  16. V. Therrien dit :

    Bravo pour cette information. Elle est juste mais INCOMPLÈTE. Je suis un octogénaire et les recherches de toute une vie m’ont appris qu’il faut 3 choses essentielles pour le bonheur des retraités: a) une bonne santé entretenue, b) de bons projets, c) enfin de bonnes relations d’amitié. IL FAUT LES 3.

  17. Sylvie K. dit :

    Bonjour,
    Je suis entièrement d’accord avec cette étude. J’ai deux filles magnifiques que j’aime du plus profond de mon être. Malheureusement, je ne m’étais jamais rendus compte qu’il ne suffit pas simplement d’être présente pour elles simplement en rendant la maison propre ou en confectionnant de bons petits plats! J’ai compris, grâce à ma meilleure amie, qui m’a souvent fait le reproche de ne pas être suffisamment disponible pour elle, que je ne l’étais en fait pour personne! Pas même avec mes enfants, m’évertuant à garder ma maison propre, à aller travailler et à cuisiner des heures pour leur bien être! J’ai compris que parler, jouer, passer du temps avec les gens qu’on aime est beaucoup plus important que d’être une « parfait fée du logis »! Les échanges, les sourires, les larmes aussi parfois, ouvrent les coeurs et rendent heureux!!! Heureux de partager, d’aider, d’écouter ou de pleurer ENSEMBLE! Alors, même si parfois il faut se remettre en question, il est important d’écouter les autres pour progresser!

  18. Roselyne BARBOTIN dit :

    Je suis tout à fait d’accord. Je crois que la passion ou même l’envie d’avoir une activité qu’on aime nous préserve de la morosité et nous empêche de nous laisser « glisser » ou de nous résigner à une vie non choisie.Pour moi c’est la danse,en particulier le tango argentin que je pratique avec enthousiasme et passion.Cela me permet de rester connectée avec d’autres personnes(sans notion d’âge) dans une atmosphère gaie et conviviale grâce à la musique et au partage.On me dit souvent que je ne « fais pas mon âge ».Je crois que c’est la joie de vivre qu’on voit plus que les années gravées…

  19. Catherine Michel dit :

    Merci pour cette belle lettre qui nous remet les idées en place.
    Pour moi le bonheur, c’est effectivement l’Amour de ma famille; Mon Mari et mes 2 garçons. Je souhaite à toute famille et couple, l’Amour que j’ai autour de moi grace à mes 3 hommes.

  20. Atse Amin Florent dit :

    Il est vrai que avoir des relations et de bonnes aideraient a mieux vivre. Mais je pense que l’etude n’a pas pris en compte la dimension spirituelle qui permet justement d’avoir des relations et de bonnes.

  21. Josée Doucet dit :

    Bonjour,
    Je me sens heureuse dans ma vie de tous les jours. En effet, je suis mariée et maman de 5 enfants. Notre vie de famille est agréable, dans la confiance et le respect.
    J’ai aussi des amis qui sont formidables et nous nous retrouvons régulièrement pour prendre des nouvelles t parler de la vie qui va…
    Ces dernières années ont été plus difficiles et même dans les moments les plus difficiles ce sont ma famille et mon entourage qui m’ont soutenu, félicité, encouragé pour faire chaque jours un pas de plus. Merci, merci à moi, à eux et à Dieu !

  22. clemence dit :

    Excellente etude tres realiste. Suis absolument et entierement d’ACCORD sur la NECESSITE de creer et entretenir des relations sinceres de qualite afin d’etre plus HEUREUX et vieillir sereinement et davantage en sante. Merci de nous partager ce genre d’infos positives.

  23. Claudine Pes dit :

    Je suis completement d’accord avec cette lettre. Pour etre bien, avoir des moments de bonheur il faut avoir des relations simples et franches avec les autres. Je me rends compte que je passe beaucoup de temps a collectioner les moments de partage et ce au jour le jour. Je me rends compte que cette somme reguliere de vrais relations humaines me permet de supporter mes propres problemes, mais aussi, elle permet a mon entourage de faire de meme. C’est magique.

  24. COLOMBIER DOMINIQUE dit :

    MERCI de nous ré-affirmer cette vérité sur le bonheur .Une déconnexion tous les trimestres , pendant 8 jours et plusieurs semaines en été nous permettent l’équilibre du bonheur .
    Pas de connexions téléphoniques , d’ordinateurs et le retour à la vie simple réglée sur le soleil et le quotidien de ceux qui nous entourent . Le plaisir de retrouver le travail ( enfants et collègues ) est d’autant plus fort après une vraie déconnexion . Les projets mûrissent pendant ce temps de repos et voient leur concrétisation après .Le tout avec du sport au quotidien ( sport d’équipe et multi générationnel ) .
    Du bonheur simple .

  25. Berenger dit :

    C’est vrai, faire cavalier seul, c’est stagner pour mieux s’isoler et finalement reculer. On devient alors comme une plante sans eau, l’Amour nous manque terriblement. L’ Amour, à l’origine, ce sont nos parents, car ils représentent les premiers jardiniers de la plante que nous sommes. Mais la plante qui s’accroche à la vie voit, ou ressent, que les autres existent aussi et pourraient avec un peu d’effort l’arroser de cet Amour si recherché ! Mais comment être en osmose avec eux pour avancer de concert ? Pour pouvoir se raccrocher à la vie, il faut se raccrocher à son créateur.
    Mais qui est-il ? Existe-t-il ? Croire à son existence est-ce stupide ? Ou réconfortant ? Où est-il ?
    Dans les autres ? En moi ? Que faire pour les aimer et en être aimée ? C’est la question que je me suis longtemps posée, et que je me pose encore parfois quand tout va mal :

    Voici la réponse que j’y apporte et qui me console à chaque fois:

    Pourquoi ai-je toujours cru en un Dieu d’Amour ?!

    Le bonheur c’est donc de savoir apprécier dans l’instant de l’heure qui passe ce qu’il y a de bon !

    Dans les périodes douloureuses que j’ai vécues, j’ai dû chercher la planche de salut qui m’a permis de me raccrocher à la vie. Les notes d’espoir, dans ma solitude affective, qui m’ont permis d’ouvrir les yeux sur le monde ont progressivement été :

    -Une fleur poussant avec confiance et détermination.
    -Le chant d’un oiseau égayant ce spectacle offert gracieusement par la nature.

    -Le ronron d’un chaton trouvé, blotti contre moi, cherchant ainsi ma protection.

    -La caresse d’un chien s’appuyant sur mes mollets, pendant que j’étais occupée à laver la vaisselle ou le linge debout près de l’évier, m’a manifesté ainsi son amitié.

    -Les sourires reconnaissants des enfants avec qui j’avais joué ou pour qui j’avais raconté des histoires.

    -L’infirme étonné et heureux avec qui j’avais parlé d’égal à égal.

    -Le regard affectueux du vieillard que j’avais écouté alors que je le croisais, assis seul sur un banc au soleil s’y ennuyant ferme. J’ai compris, ensuite, que l’intérêt pris à sa conversation, suite à un simple « bonjour ! », représentait son instant de bonheur passager, car au même titre que le soleil qui lui chauffait la peau, je lui avais réchauffé le cœur.

    -La dame âgée, fière, sous mon regard admiratif, de ses fleurs qu’elle arrosait avec Amour, et qui du coup m’avait raconté sa vie, avait besoin d’aimer pour être aimée.

    -La solidarité des êtres qui m’aimaient et à laquelle j’étais loin d’avoir songé et l’étonnement heureux qui s’en suivit. La vie sous toutes ses formes m’a transmit l’espérance. La nature est le meilleur anxiolytique.
    Maintenant pour toutes ces joies dans le désarroi, je remercie Dieu, ou l’intelligence universelle, en essayant de contribuer au bonheur universel justement :

    -En arrosant mes fleurs.

    -En nourrissant quand leurs besoins s’en fait sentir, les animaux qui m’entourent, en les caressant, en leur parlant même.

    -En considérant comme importants les enfants, les personnes âgées et même les handicapés, en m’intéressant à eux d’une écoute attentive. (Tout être peut nous apprendre à grandir et à découvrir la sagesse !) 

    -En essayant de pratiquer l’amitié autour de moi, en m’oubliant, un peu, pour mieux penser à eux.

    -En ayant des pensées positives pour tous et en tâchant de les appliquer.

    Pourquoi ai-je d’abord parlé de la végétation, puis des animaux qui m’entouraient, puis seulement des êtres humains ? Parce que me sentant rejetée par ceux qui auraient dû m’aimer, je me sentais terriblement seule. Alors pour renaître à la vie humaine, j’ai dû apprendre à vivre avec la nature. Il n’y a qu’en me sentant intégrée, par elle, que j’ai pu apprécier le genre humain qui en fait partie, mais qui souvent l’ignore, hélas.

    Mais pourquoi Dieu, ou l’intelligence universelle, s’est-il fatigué à créer la vie sous ses formes diverses ?

    Pour nous apprendre à vivre ! Pardi !

    Bien amicalement à tous !

    Geneviève.

  26. Marc Martinez dit :

    Ce tout ça pour ça est intéressant. Il remet au goût du jour des évidences perdues au fil du temps, de nos préoccupations matérielles. Ces fondements sont de l’ordre de la quintessence animale qui est en nous.

  27. Pasquet Jean-Baptiste dit :

    Bravo pour cette étude et ses conclusions.
    Il est terrible de constater que tout, dans le fonctionnement de notre société, nous pousse à ignorer cette vérité et à considérer que les liens qui nous unissent aux autres sont secondaires et que l’essentiel est de dépasser les autres d’une tête et pourquoi pas plus encore. En fait toute notre société est articulée autour de la compétition, et tout petit déjà on nous enseigne qu’il faut être le meilleur. Nous évoluons donc dans cette idée erronée de notre propre réussite et nous produisons au quotidien du stress et du mal être dans les deux « camps », chez ceux qui « réussissent » comme chez ceux qui « échouent ». De plus cette mentalité conduit à épuiser les ressources de notre planète qui nous conduit droit dans le mur, puisque l’enjeu est la richesse effrénée symbole de « réussite ».
    Merci pour votre article qui constitue une première pierre dans le jardin des partisans de cette stupide compétition.

  28. Monique dit :

    J’apprecie beaucoup votre article. Pour ma part, le bonheur a commence quand j’ai trouve la reponse a ces 3 questions: d’ou venons-nous? Que sommes-nous? Ou allons-nous? Et dans notre raison de vivre sur la terre, les relations avec les autres sont primordiales. Alors que la mentalite de beaucoup est de rechercher la gloire ou/et la richesse qui endurcissent le coeur et qui ne sont que poursuite du vent, l’altruisme nous apporte l’epanouissement dont nous avons besoin.

  29. Capucine dit :

    Nous sommes arrivés, mon mari et moi a l’automne de la vie et nous sommes HEUREUX. La traversée ne s’est pas passée sans aléas comme toutes les vies. Notre but était de vivre simplement avec gratitude. Nous n’avons jamais manqué de rien et le superflus n’était pas ce que nous recherchions. J’avais arrêté de travailler pendant 3 ans pour m’occuper de notre fiston. Mon bonheur était d’être là pour lui et de l’élever. Lorsqu’il me dit aujourd’hui qu’il a eu « une enfance dorée  » et que je le vois équilibré et bien dans sa peau, mon bonheur est immense.
    Nous sommes allés habiter à la campagne à la retraite et trouvons un grand bonheur à nous occuper des fleurs de notre jardin.
    Voilà ce que j’avais à dire. Une vie simple, peut-être banale mais loin de la course à l’argent et à la notoriété. Cela nous va bien.

  30. NOEL dit :

    Je pense que pour être heureux, il faut d’abord faire la paix avec soi-même. Désactiver toutes les petites voix intérieures qui chaque jour vous sapent la joie de vivre et viennent polluer votre naturel, ça se travaille… Plus chez certains que d’autres, tout dépend votre caractère. En ce qui me concerne je suis partie en bas de l’échelle. A 57 ans, je me dis qu’il est temps de prendre ma vie en main, et devenir le meilleur des collaborateurs pour apprécier ma vie et la rendre agréable. La source du bonheur est en moi, à moi de ne pas l’entraver et de lui mettre des obstacles, la laisser circuler comme une douce preuve de vie. ça s’appel la confiance en soi, alors si on a su ouvrir certaines portes, derrière se trouve un monde où tout est possible : la relation aux autres, etc… Pour ma part, la méditation est le début du chemin

  31. zerbib dit :

    L ANALYSE EST BONNE, MAIS CE QUI ME REND HEUREUSE C EST DE VOIR LES GENS QUE J AIME EN BONNE SANTE

  32. Christine dit :

    Je partage complétement les conclusions de cette enquête le Bonheur se construit chaque jour dans la Paix avec soi-même d’abord donc avec les autres par résonnance merci pour cette lettre pleine de bon sens parfois oublié

  33. Marc-André dit :

    Je suis tout à fait d’accord. Il est important d’aimer, d’apprécier les autres, et aussi d’être aimé et de se sentir apprécié des autres. Donc, tout tourne autour des relations aves les autres, qu’elles soient humaines ou animales. Car les animaux aussi aiment et savent être reconnaissant.
    Bravo pour l’étude et longue vie heureuse à toutes et tous.

  34. Tatiana dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour vos courriers. Pour moi, le bonheur est dans les choses simples. Mes journées commencent avec la sensation de bien-être : se réveiller auprès de l’être aimé, le temps du petit-déjeuner, du passage à la salle de bain, toujours ensemble, cette complicité… Mon bonheur est là : mon mari. Ma famille est également très présente : ma maman et 2 soeurs dont je suis très proche. . Et puis oui, les amis, les échanges d’opinion, les débats animés, qui permettent de garder notre cerveau en mouvement…
    La vie est belle, chaque nuage, arbre, oiseau… il suffit juste de prendre le temps d’observer. Un proverbe dit « la joie est en tout, il faut savoir l’extraire ». J’en ai fait une « ligne de conduite » !
    Beaucoup de bonheur à vous, à vos lecteurs et à tous les êtres.

  35. Navou dit :

    Merci pour cette lettre qui me conforte dans mes idées…
    Oui, je pense la même chose que ce qui est écrit dans votre lettre, mais comment faire partager ces idées à des plus jeunes(ex: mes enfants) que moi(63 ans) quand ils pensent qu’ils ont toujours raison sur leur façon de penser le bonheur. ils leur faudra surement prendre de l’âge pour comprendre. comment faire comprendre que le bonheur dans les relations humaines est plus importants que le reste?

  36. Anne de Diesbach dit :

    Je suis d’accord avec vous pour dire que les relations de qualité avec les autres apportent beaucoup, pouvoir compter sur son conjoint et communiquer avec lui avec simplicité est très sécurisant et nous avons besoin de sécurité.
    La sécurité et la facilité sont des point fondamentaux d’une bonne relation qui apporte le bonheur.
    Cependant il ne faut pas oublier qu’à partir du moment où l’on s’engage dans une relation ,on prend des risques,
    Risque d’être déçu à un moment donné, risque de souffrir car parfois l’évolution des personnalités fait que nous laissons L’autre ou nous sommes laissés d’où un sentiment d’abandon et d’échec.
    Il reste que cela vaut quand même la peine d’être vécu et c’est bien de se rappeler les bons moments passés ensemble.
    Et si nous vivions chaque rencontre qui nous correspond vraiment comme un cadeau ?

  37. Lacroix dit :

    Pas si simple. C’est vrai que les relations humaines sont indispensables et c’est normal, Mais si, il y a quarante ans, je n’avais pas trouvé un moyen de comprendre ce que je suis, de me découvrir moi-meme, je serai mort depuis longtemps. J’ai 76 ans, vis seul, et parfaitement satisfait. L’Amour de la vie, l’Amour qui me fait vivre, me rempli de joie et ainsi j’ai quelque chose à offrir à mes relations.

  38. Le grand francois dit :

    Pour être heureux il faut déjà ne pas avoir peur de la réalité. Et consentir , le faite que nous n’avons aucune emprise sur elle, ou vraiment très peu. Ensuite après l’avoir accepté il faut l’aimer dans sa globalité. Et pour finir la cléf du bonheur c’est l’acceptation de soi . Trouver sa place et s’aimer. Après ce long processus de consentement, vous ne pourrez qu’aimer les autres. Ça a l’air simple et pourtant c’est une des grandes vérités. L’amour englobe tout, il est naturel et ne s’achère pas. Et on est tous à la même enseigne. On est bien tintin. (Simple expression d’amitié ). À bientôt.

  39. Servais linda dit :

    Tout le monde connait au moins une personne (j’en connait bien plus) qui sont toujours « mal » sans en savoir la cause. Mais clairement, après observation personnelle, ce sont des gens qui n’ont pas de relations intéressante au sens large du terme. Lorsqu’elles ont la chance de passer une journée ou plus entourées de gens attentionnés, elles vont beaucoup mieux. Mais elles n’ont pas la « force » de reproduire cet état par elle-même, il faut toujours quelqu’un qui le fasse pour elles. Bizarre.

  40. Andrée Versailles dit :

    Comme vous avez raison!| J’ai l’exemple parfait d’une personne qui a toujours fait le vide, n’acceptant pas les autres comme ils sont, elle se croyant supérieure. Elle a 72 ans seule car tous autour d’elle ont des problèmes , fous, schizophr;enes , pauvres parce qu’ils n’ont pas sus.
    Elle est millionnaire, finit sa bouteille de vin chaque soir et devient d’une toxicité désagréable … tous la fuient.
    Retourner en arrière c’est voir le pourquoi et l’égocentricité de cette personne!

  41. cuny dit :

    Bonjour je partage entièrement ce point de vue et il est vrai que l’on ne s’enrichit qu’à travers les autres en leur apportant beaucoup de choses et réciproquement.

  42. SICAUD dit :

    Ce qui me rend heureuse sont les petits bonheurs simples de tous les jours. Le soleil qui brille dans le ciel le matin, le sourire de mon voisin quand je sors de chez moi, la mamie que j’aide à traverser la route, la boulangère qui me dit un mot gentil, mon fils qui revient de l’école avec le sourire car il a eu une bonne note, un bisou dans le cou de mon amoureux, un merci maman pour le repas, de l’aide pour débarrasser la table, une pâquerette cueillie par mon bébé …..

  43. Wieme Hélène dit :

    j’ai 71 ans et je peux attester que ce sont bien les bonnes relations avec notre entourage proche qui nous rendent heureux. je ne suis ni célèbre ni riche j’ai simplement appris à communiquer avec bienveillance vis à vis de mes interlocuteurs et vis à vis de moi même. mon corps et mon esprit sont en harmonie et c’est cela qui me rend heureuse. la paix qui est en moi, personne ne peut me la ravir.

  44. TEDESCHI Annie dit :

    Comme je pense être d’accord avec ce que je viens de lire.Jusqu’à présent j’ai toujours eu de bonnes relations avec mes collègues aussi bien à l’école que dans ma vie active. Il est important pour être heureux de se sentir bien avec les autres de les respecter et de les apprécier donc de les aimer. Aujourd’hui je vis seule car mon mari est décédé d’un cancer des poumons il y a 2 ans. Son départ ne me pèse pas car je suis entourée de relations amicales de 20 ans à 80 ans et plus et j’ai 67 ans

  45. LAURENT aNNICK dit :

    Bonjour,
    Se retrouver le matin avec des collègues que l’on apprécie, dire bonjour et quelques mots gentils à ses voisins, Aimer et être aimée par la personne qui partage ma vie. Savoir que mes enfants ainsi que les personnes que j’aime sont en bonne santé et heureux, pour moi c’est ça le bonheur.
    Annick

  46. DOMINIQUE dit :

    Ce qui me rend heureuse, c’est d’avoir créé ma vie et de la réaliser telle que je la concevais. Je fais un travail qui me passionne et lorsque la vie m’apporte son lot de soucis, je suis plus forte pour traverser les moments de difficultés. J’ai un adorable mari, des enfants et petits enfants, encore mes parents, tout cela nécessite de rester bien centrée pour diviser mon quotidien en tranches, une pou chacun, beaucoup d’amis, j’ai crée un réseau amical et professionnel et je profite un maximum de ce que les autres peuvent m’apporter d’enseignements, d’amitié, de joie, de partages à tous les niveaux. J’ai 61 ans et je compte bien terminer ma vie en pleine conscience, assister à ma mort et me glisser dans l’envol définitif en savourant l’accomplissement de ma belle vie… le plus tard possible bien sûr..

  47. Odette Cabrier dit :

    Je pense tous les jours que je suis heureuse,heureuse de pouvoir regarder le ciel,les merveilleux couchers de soleil,les arbres à qui je parle,entendre le chant des oiseaux,aimer les animaux et m’en occuper parfois, les regarder vivre,respirer un air pur ou qui me paraît l’être,heureuse d’habiter où j’habite même si ce n’est pas le grand luxe ! Je me lève en souriant et je souris très facilement,aux gens dans la rue qui me le rendent tout le temps,j’aime les enfants, les jeunes,les personnes agées ,en fait j’aime la vie,je ne m’ennuie pas et je remercie aussi pour tout ce que je reçois tous les jours, pour ma santé qui est bonne sans plus; mais la personne que je remercie le plus c’est ma mère une personne merveilleuse pour moi qui m’a donné le sens du bonheur,de l’amour de la vie c’est de là que vient le bonheur une enfance aimée. j’ai oublié de dire que je suis très jeune,j’ai 76 ans !!oui et merci à vous pour tout ce que vous faites.En fait rien n’est pourtant facile et un exemple ne peut en être forcément un pour tous les autres,les exemples ne servent à rien nous sommes nous mêmes des exemples pour nous mêmes .

  48. Janine Gillet dit :

    🌹 Cela fait de nombreuses années que je cherche à vivre dans le bonheur. Ma vie passée a été faite de beaucoup de peurs crée en moi par notre système de société.. Il est possible de regarder positivement tous les événements de la vie, et faire grandir la confiance de voir  » tout ce qui est bon » pour nous. C’est un choix de pensées de nourrir celles qui nous rassurent en nous-même,,et celles qui nous aiment dans l’union, le partage, et la paix. Aujourd’hui , j’ai enfin pris conscience que la réalité est faite de mes croyances.  » Savoir regarder la vie  » avec une  » vision clarifiée  » des peurs hypothétiques diffusées par les médias, permet de  » créer en soi un bien-être intérieur  » qui grâce à l’homéostasie ouvre la porte à une vie plus en santé. N’est-il pas  » merveilleux de ressentir la vie en nous  » ? Quelle magie nous habite tous ! Le soleil qui ouvre nos yeux à la vie, la beauté de la nature, la joie des moments calmes et simples, n’est-ce pas l’essentiel ? A-t-on besoin de plus que ressentir positivement nos sens qui nous offrent tant dans le moment présent.  » Vivre maintenant en projetant un futur positif « . Tout se crée alors avec harmonie. Regarder les choses avec bienveillance, et croyance aux  » trois B  »
    ( beau, bon, et bien ) Pour moi, » vivre, c’est bien ressentir l’essence des sens  »
    qui nous offre notre vrai sentier de vie. A nous de créer notre bonheur ( encore un quatrième B ! )… Quelle gratitude pour cette grande aventure de la VIE ! Nous possédons tout en nous, c’est l’alchimie de tous les possibles… 🌹

  49. Fénot dit :

    Merci pour cette belle lettre ! J’en profite pour vous livre cette info, car je ne sois où vous contacter. Copie à
    à l’Institut de Protection de la Santé Naturelle
    à Santé Nature Innovation
    à Prof Henry Joyeux
    à Pure Santé

    Bonjour
    Je reçois régulièrement vos newsletter, je lis vos alertes, signe vos pétitions …
    Bravo et merci pour le gros travail que vous faites.
    Bravo et merci pour vos divers forums, congrès, publications …

    Comment décupler leur impact auprès des citoyens ? Et auprès des élus, des « décideurs » officiels ?
    Partout foisonnent des recherches, des initiatives, des alertes, dans tous les domaines. Comment rassembler tous ces efforts ?

    C’est le projet du mouvement a-politique des « JOURS HEUREUX » ? Son projet est de fédérer un grand mouvement citoyen pour peser sur les prochaines élections présidentielles :

    Faire advenir une société du bien vivre,
    en actualisant le programme « Les Jours Heureux » du Conseil National de la Résistance (CNR) aux enjeux d’aujourd’hui, grâce à une grande consultation citoyenne, et
    en créant les conditions de sa mise en œuvre dès 2017.

    Parmi leurs 9 mesures essentielles, la 6° est de sécuriser la santé publique
    cf : http://les-jours-heureux.fr/9-mesures-essentielles/6-securiser-la-sante-publique/

    Une marche est en cours, partie le 7 octobre des Pyrénées Béarnaises, qui doit arriver à Paris le 5 novembre pour une grande fête citoyenne, et la sortie du livre « et nous vivrons des jours heureux ».

    Pour en savoir +, voir le site http://les-jours-heureux.fr/.
    Les statuts de l’association vous donneront un aperçu de son état d’esprit – liste des co-auteurs du livre, liste des partenaires de soutien, etc…

    Si ça vous dit de joindre votre énergie à celles qui convergent déjà, vous êtes les bienvenus !
    Si ça vous dit de relayer l’info à tous vos lecteurs, ce serait magnifique !
    Si ça vous dit de soutenir et /ou rejoindre la marche, de venir à la fête, de découvrir le livre, ce serait un énorme appui supplémentaire !

    On dit qu’il suffit de 10% de personnes motivées pour faire bouger les autres 90 % !!! Alors, ça vous tente ?…

    Bien cordialement, Cécile, simple citoyenne, motivée pour faire advenir des JOURS HEUREUX sur Terre : avec vous ?

  50. Wauquier dit :

    Bonjour, je réagis à votre demande. Oui, je confirme le bonheur est une question d’interaction avec les autres et l’argent ou la gloire ne sont que des béquilles . J’ai eu un cancer il y a 11 ans, de multiples opérations et suis depuis handicapée . À ceux qui me demandaient pourquoi j’étais si gaie , je répondais, j’ai un travail , un toit , je ne cherche pas ma nourriture dans les poubelles . Et j’ai la chance d’être mère et grand-mère , d’être soignée: demander plus serait indécent. Ils ne comprenaient pas. Partager un sourire, écouter un enfant qui rit, voir la nature , le bonheur c’est cet ensemble de petits riens qui mis mis bout à bout font un parapluie merveilleux contre les bobos de la vie😍😍. De plus dans son cercueil on emmène pas ses biens matériels .😂

  51. Keiflin yvette dit :

    J’ai 77 ans . Ces trente dernières années , j’ai eu beaucoup à m’occuper , de ma mère que j’ai accompagnée dans sa fin de vie , et de mes petits-enfants , dont les parents travaillaient . Ma mère a gardé ses capacités intellectuelles jusqu’à la fin , et est devenue plus dépendante physiquement les deux dernières annéés . Elle est décédée à 98 ans il y a 5 ans . Pendant ce temps mes petits-enfants grandissaient . Aujourd’hui ils ont entre 31 et 14 ans . Autant dire que je n’ai plus guère à m’occuper d’eux , même la dernière ayant un scooter pour ses déplacements ….Certains diraient  » je vais pouvir respirer et me reposer  » . Mais je remarque que je commence à perdre mes capacités , je suis devenue  » vieille  » brusquement . On me dit certes encore que je ne fais pas mon âge , mais le vide qui commence dans ma vie me fait un peu peur . J’essaie tant que je peux de garder des relations avec mes enfants et de les aider en me rendant utile . J’ai eu un AVC , j’ai un méningiome , de l’arthrose , une mauvaise circulation sanguine , et quoi ? Peu importe , ce qui compte pour m’aider à vivre , ce sont eux et l’amour qu’on se porte mutuellement .

  52. CLARENDON Martine dit :

    Je suis totalement d’accord avec le résultat de cette étude, relayé dans cette lettre. Mais question importante à poser : Pourquoi certains sont -ils incapables d’entretenir de vraies relations (écoute , partage, empathie, compassion, joie de vivre ensemble, tout ça à définir et probablement compléter.) avec les autres ? Autre aspect :je pense que la relation aux autres s’enrichit avec l’âge, sans doute avec les épreuves que nous réserve la vie.
    Merci pour les conseils diffusés dans cette newsletter qui nous donnent des pistes de réflexion pour mieux prendre notre vie en main au quotidien

  53. Michèle Goulet dit :

    Très intéressant cette recherche sur le bonheur.Comme quoi les choses les plus simples sont toujours les plus près de la vérité.Pour ma part j’ajouterais que pour me rapprocher du bonheur je dois me centrer sur le sens à donner à ma vie et au ressenti que j’éprouve pour les gens que j’aime et la nature qui m’entoure.Juste ressentir sans essayer d’intellectualiser.cela m’apaise énormément.
    En terminant bon ressenti à tous!.

  54. Gian dit :

    Et est-ce qu’en termes ultimes, le critère de relations harmonieuses avec autrui n’est-il pas la satisfaction, le sentiment de réplétion mentale, morale, psychique, intellectuelle, comparable, pour le dire vite, à la sensation d’assouvissement que l’on peut éprouver après avoir bien mangé ou bien amouré ?,

  55. Helene Diane dit :

    J’ai beaucoup aimé votre article sur le bonheur,ça fait réfléchir alors que de nos jours, tout va trop vite et où « le bien paraître  » prend tellement de place…trop ! ….et que dire des relations modernes via les médias sociaux….ce n’est pas pour aider à consolider de vraies amitiés. J’ai 64 ans et je trouve très difficile de trouver dans mon entourage de vraies bonnes personnes positives, heureuses et bien dans leur peaux…..alors, imaginez un peu comment ça se passera pour les générations de « je, me, moi » qui nous suivent…

  56. Mme Theryca dit :

    L’Education Nationale ne nous apprend pas les choses les plus importantes sur la vie. Quel gâchis ! Personnellement, j’ai dû atteindre le milieu de la vie pour commencer à comprendre grâce à mon esprit de recherche. Quand nous subissons l’adversité, ce n’est pas que nous sommes moins bons. Les humains avancent dans l’ensemble au milieu de l’obscurité et poussent tout ce qui les gêne. Chacun(e) sans exception doit tracer son chemin sans peur et aider autant qu’il est possible son entourage parce que nous ne sommes pas des entités isolées ; si nous aidons, les autres et la providence nous aident. C’est une loi de la vie et peu de nos aînés la connaissaient. Alors c’est à nous de la propager aussi largement que possible. Quand nous savons, la peur disparaît et enfin nous pouvons être heureux.

  57. Patricia Boudreau dit :

    C’est tellement vrai! Il ni a rien que les relations interpersonnels pour nous donner du bonheur…….encore faut-il garder en tete qu’une bonne relation ne vient pas toute seule……on se doit de faire des efforts ….faire confiance ….on dit parfois que certaine personne ont le bonheur facile,il suffit de les regarder vivre pour compreendre que c’est la bienveillance qui domine chez ces personnes!
    Bonne journée!

  58. Rezé dit :

    L’enfer c’est parfois les autres; mais justement je ne peux pas vivre sans les autres, certains autres que l’on choisit. La vie en couple qui dure, au grand étonnement des trentenaires, c’est la meilleure assurance d’une vie heureuse.

  59. Choquet Sylvain dit :

    La société moderne, « civilisée », entretient l’illusion. Le bonheur se trouve dans un regard, un sourire, un hug, une main tendue. Il peut être aussi simple et beau qu’un lever de soleil même dans l’air glacé d’un matin d’automne. Le bonheur c’est de retrouver chaque jour l’être que l’on aime et recevoir famille ou ami(s). Il n’est ni la possession, ni la domination, ni la victoire à tout prix (même au prix de leur santé pour certains…), C’est bien plutôt l’échange gratuit d’actions utiles, d’actes d’amour ou de compassion. Sartre a laissé croire que l’enfer c’est les autres, mais en vrai les uns sans les autres, c’est le déclin des civilisations. Bonne vie à Tous !

  60. fieu dit :

    Ce qui me rend heureuse c’est le moment où mes enfants reviennent vers moi pour me faire partager un petit moment de leur vie, quand je vois dans les yeux de tous ceux que j’aime une petite lumière qui s’allume quand on se retrouve.

  61. DEHARVENG dit :

    Merci Gabriel pour cette lettre qui ne peut que faire du bien, même si par expérience je sais que se donner aux autres est la logique d’un bonheur tout simple.
    Mon époux et moi-même sommes catholiques pratiquants et nous aimons beaucoup notre Eglise même si nous la savons pécheresse car faite d’hommes. Nous sommes très engagés dans cette Eglise et nous donnons et avons toujours donné de notre temps aux autres. Cette année par exemple, nous avons accompagné un couple vers le baptême, la 1ère communion, la confirmation et le mariage. A la fin de chacune de nos rencontres, une joie profonde et sincère nous habitait. Nous étions heureux de partager ce qui fait le fondement de notre vie : parler de Jésus mort et ressuscité pour chacun de nous ! C’était un vrai bonheur, c’est pourquoi nous ne nous arrêterons pas là et continuerons tant que nous le pourrons.
    Par contre, je peux dire qu’il n’est possible de donner de son temps, d’aller vers les autres que si on est parfaitement en phase avec soi-même, son conjoint, ses enfants, si notre vie est équilibrée, si on arrive à « lâcher prise » (pour nous, c’est tout remettre entre les mains de Notre Seigneur…et ça marche !) et ne pas compter uniquement sur nous-mêmes, voire sur les autres. Accepter l’autre aussi tel qu’il est et non pas tel que nous aimerions qu’il soit, oser demander pardon et pardonner… Bref, tout un programme de vie mais qui vaut largement la peine d’être vécu.

  62. Simon dit :

    Bonsoir
    Je partage. Votre point de vue .
    Mais aussi faut il etre bien avec soi même pour etre bien avec les autres Ce qui peut demander du travail selon son parcours de vie .
    Etre son meilleure amie voici aussi un élément essentiel pour conduire au mieux sa. Vie parmi les autres .

  63. REAL dit :

    Pour avoir dû vivre dans la plus grande solitude, je confirme que le manque de relations est très destructeur. Il faut aller vers les autres, sinon l’on déprime et l’on perd tous ses repères temporels et spatiaux (cf. personnes âgées, c’est ce qui leur arrive quand elles sont dites « Alzheimer » : elles sont juste seules, dans une très grande solitude – trop).

    Vive les échanges pour tout être humain !

  64. Goupil dit :

    Bonjour… et merci.
    J’ai remarqué que quand je poursuis un but ou un projet qui me tient à coeur, c’est à dire qui a quelques valeurs à mes yeux et ce intensément… et bien je suis heureux…
    C’est comme si l’action, lié à la certitude du bien fondé de mon activité me rend heureux.
    Je pense que vous devez être souvent heureux… avec le travail que vous faites !!! Encore merci

  65. Josette Evesque Dumont dit :

    Aimer la nature les êtres les animaux. Aimer tout autour de soi. La vie donc… Aller vers les autres le cœur ouvert sans arrière pensée. .Vivre le moment présent. Et la nature si on veut s’en donner la peine vous nourrit. Il y a peu de poison dans les plantes ..
    Et tout cela vous aide à supporter les écueils .Namasté.

  66. khnafo dit :

    Jai lu avec intérêt votre lettre ,et j’y adhère totalement , pour avoir fait l’expérience de vivre pendant plus de trente années avec des moyens financiers importants ,mais avec aussi des relations sincères avec des amis qui le sont restés après un divorce qui m’a laissé pour seul revenu une retraite de 1900 euros et la perte des propriétés que je possédais …Je me suis adaptée à ma nouvelle situation financière et j’ai conservé mes amis …Je suis toujours heureuse et en bonne santé à 68 ans après avoir accusé le coup d’un divorce non voulu à 56ans …

  67. Marie dit :

    Je suis d ‘accord avec la personne qui se nomme « la Pom », dans son commentaire du 19 octobre. Je me suis fait la même réflexion : un homme sur deux est une femme et l’étude oublie cette moitié, c’est bien dommage !

  68. Monique Vaillancourt dit :

    Bonjour Gabriel,

    Moi, ce qui me rend heureuse c’est d’entrer dans une relation sincère d’intimité avec le plus de gens possible durant la journée que ce soit au marché, en attendant l’autobus, lors du trajet en autobus…

    C’est aussi avoir des projets à court, moyen et long terme. Créer et m’occuper de ma roseraie me comble de bonheur. Discuter avec les passants lorsque je jardine est aussi très gratifiant pour moi.

    Faire mes 60 longueurs dans la piscine familiale sous le chaud soleil d’été est une autre source de bonheur.

    Les personnes vraies et sincères sont une autre source de bonheur.
    Les gens qui accomplissent quelque chose pour les bonnes raisons me comble de bonheur.
    Toutes mes passions sont aussi une forme de bonheur.
    La beauté de la nature et les animaux me comlent de bonheur.

    Les enfants, le don d’émerveillement chez les gens de tout âge me comble de bonheur.

    Lire un bon livre où ma curiosité intellectuelle est mise à profit me comble de bonheur. Apprendre me comble de bonheur.

    Marcher dans la nature, en montagne me remplisse de bonheur.
    La gratitude, la reconnaissance me comble de bonheur. Ma foi en Dieu, mes anges Poyel, Ariel, Rehael, Manakel et Melahel me protège et me guide pour être un bon être humain et ça c’est du bonheur à l’état pur.

    La pratique des sports tels que le tennis, le ping-pong , le flag football me comble de bonheur.

    Mes multiples intérêts pour la politique, le Feng Shui, la création, la menuiserie, me comble de bonheur.

    D’écouter mon prochain et d’entrer en relation avec l’autre me rend heureuse.
    Je pourrais poursuivre pendant des heures sur ce qui m’apporte du bonheur. Je crois que chaque personne détient en elle ce qui la rend heureuse et doit écouter sa petite voix intérieure car elle ne ment jamais !

  69. Anne dit :

    Bonjour

    Mon expérience de vie m’amène exactement à la même conclusion .Il faut privilégier les rapports humains (car ce sont eux qui nourrissent notre « âme »et donner beaucoup moins d’importance aux choses matérielles.

  70. T. C. dit :

    Bientôt 70 ans… un mari (un seul !), des enfants, des petits-enfants, enseignante pendant toute ma carrière, avec passion. Je peux donc laisser quelques pistes pour vivre harmonieusement.
    Un regard qui refuse de dramatiser mais garde une touche d’humour et souligne des raisons de faire confiance.
    Des liens de confiance avec une petite poignée d’amis, de proches.
    Se rendre utile autour de soi, d’abord en prenant soin d’écouter l’autre.
    Trouver plaisir aux choses simples qu’elles soient ou non partagées.
    Une vie intérieure active qui réclame du silence, du retrait de temps à autre pour faire le point et corriger sa manière de penser ou d’agir.
    Savoir se remettre en question sans se sentir humilié. Remercier chaque jour ceux, celles qui m’apportent de la lumière, de la chaleur par leur présence, leur professionnalisme, leur ouverture de coeur ou d’esprit.

  71. GD dit :

    Bonjour, pour moi vivant seule sans enfants, l’amitié est tres important mais je dois faire attention car j’ai tendance a me laisser vampiriser, à vouloir trop aider l’autre et je ne mets pas toujours mes limites alors l’autre en profite souvent inconsciemment mais là je ne peux plus et ne veux plus car on m’a aidé à me rendre compte que derrière ça il y a un problème de dévalorisation et ceci m’aide grandement à m’arrêter et regarder si je vais au delà de mes limites et si l’autre est dérangée ce n’est pas de cette amitié dont j’ai besoin et je me sens de mieux en mieux depuis cette prise de conscience voilà!

  72. mattei dominique dit :

    ce qui me rend heureuse c’est d’aimer et ,parfois ,de me sentir aimer car pour moi rien n’est plus beau et, surtout ,guérisseur que l’amour .Il y a aussi la découverte de la spiritualité car elle m’a ouvert l’esprit sur autre chose de bien plus beau et enrichissant que notre société matérialiste et égoiste

  73. Marie dit :

    Merci pour cette lettre, car après avoir lu j’ai repris contact avec des personnes que j’apprécie particulierement et je suis allée rendre visite à une voisine mal voyante qui vit seule Extra ce petit rappel . On a tendance à voir seulement sa solitude …

  74. Marchesin dit :

    Je me souviens avoir lu il y a longtemps que les deux sources du bonheur sont les autres et la connaissance.
    Dans le même sens, une devise : il faut être heureux pour rendre heureux et rendre heureux pour demeurer heureux.
    Meilleures salutations.

  75. chantal bellette dit :

    en 98 j ai tout chambouler dans ma vie prefere etre seule me porte beaucoup mieux pas de faux jetons autour de moi egale moins de tress pas de remariage pas d amis me plaignait pas pour moi c est le bonheur avec mon chien remplace largement les humains bonne journee

  76. Liliane dit :

    J’ajouterai que tout arrive à point nommé quand on est attentif à ce qui se passe autour de soi. Votre lettre par exemple arrive dans un moment de doute, comme une réponse à une question que je me posais en faisant un bilan de ma vie et ça me conforte dans une résolution que j’ai prise et ça met également en lumière le pourquoi de la joie profonde que l’on éprouve lors des réunions de famille ou lors de dialogues avec des amis vrais. Merci.

  77. Ramaroson dit :

    Mes grands parents ont vécus + de 60 ans ensemble. Un vrai bonheur d’avoir pu les voir s’aimer toutes ses années durant. Malheureusement ma grand-mère mère nous a quitté il y a 4 ans. Mais mon grand père est toujours avec nous à l’âge de 94 ans encore actif bricolage reunion familiale et religion. Bien sûr il vit tout seul mais ses enfants et petits-enfants viennent le voir très souvent. Une leçon de vie que de le voir je suis fière d’être ça première petite fille bientôt 50 ans ! Mais plutôt en forme sport nourriture la plus saine possible et le plus important un mari à mes côté sur lequel je peu compter. Merci la VIE

  78. catbar dit :

    Oui, je trouve cela intéressant, même si comme vous le dites, les philosophes depuis l’antiquité avaient déjà cette sagesse et cette compréhension du « bonheur ». J’irai même encore plus loin en disant qu’au-delà des relations sociales bénéfiques, il faudrait élargir cette notion de bonheur en situant l’être humain comme faisant partie d’un Tout composé de la nature qui nous entoure: du règne animal et végétal. Je me sens pour ma part comme un être vivant en faisant totalement partie. C’est ma perception. Ce qui me rend heureuse aussi :
    contempler mon jardin et la nature chaque matin en prenant mon petit déjeuner, voir mes fleurs, mes arbres , mes arbustes grandir, changer, fleurir au rythme des saisons; regarder mes chatons grandir, jouer , évoluer, voir ma chatte me regarder dans les yeux, se blottir contre moi et ronronner. Un hérisson qui passe dans mon jardin . Admirer un paysage magnifique…Toute cette vie qui me confirme chaque jour que je ne suis pas seule. Je crois aux joies simples que l’on oublie bien trop souvent . Mais cela , je ne l’ai appris et compris qu’avec le temps… la sérénité, ça n’a pas de prix!

  79. Girard dit :

    Je pense que l’étude a fait l’impasse sur la foi en Dieu créateur de notre univers – l’impasse sur le choix entre le bien et le mal – mais ces données ne sont pas dans l’air du temps –

  80. Rolandone virginie dit :

    Je suis parfaitement d’accord et j’aimerais que le résultat de cette étude face l’objet d’une publication ou d’une émission de TV comme celle qui vient d’être diffusée sur le Cholestérol (incroyable !) … j’ai passé 40 ans et je me sens heureuse quand je suis avec mes amis et mes enfants, même si j’apprécie aussi de grands moments de solitude en foret ou à bouquiner, il faut un équilibre entre les deux … n’est ce pas ça le secret l’équilibre…

  81. AYER dit :

    Oui , je suis intéressée de savoir davantage

  82. Maryse dit :

    Bonjour,
    J’ai beaucoup aimé votre lettre.
    Le bonheur c’est tellement simple qu’on a du mal à le capter.
    Pour moi le bonheur c’est être connecté à soi-même.
    Ce qui est très difficile dans notre société où tout va très vite.
    Car pour être connecter à soi-même il faut « s’arrêter et écouter ».
    Comment faire une pause dans cette société où il faut aller de plus en plus vite ?
    Comment être dans le silence dans cette société bruyante ?
    Quand je m’arrête pour écouter, j’ai l’impression d’habiter pleinement ma vie.
    C’est grâce à cette pause avec moi-même, qu’ensuite je peux être bienveillante envers l’autre et à l’écoute.

  83. HOULLE dit :

    Bonjour,
    J’adhère à vos conclusions, les relations humaines et sincères sont très importantes pour une vie en harmonie, mais qu’en est il des déceptions que l’on peut avoir dans les rapports humains ? Car je pense que tout le monde peut être déçu du comportement des ses amis ou proches ?
    Par ailleurs, je pense que le contact avec un animal apporte également énormément de bonheur.
    Qu’en pensez vous ?

  84. LEGROS dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec les conclusions de l’article. Rendre visite à nos enfants avec mon mari nous apporte beaucoup de joie et de bonheur, d’autant plus qu’ils sont éparpillés dans le monde entier et cela nous fait aussi découvrir d’autres cultures de très près ayant des gendres d’origines diverses: Allemand, Cambodgien, Canadien ( Libanais d’origine), Slovène. Tant de diversités ds notre famille est un vrai bonheur.

  85. JALLAT dit :

    Bonjour, je souscris pleinement à vos affirmations. J’ai aimé et été aimée pendant 39 ans par l’homme qui aujourd’hui encore, malgré sa disparition il y aura bientôt 2 ans rempli ma vie. J’ai la chance d’avoir deux fils magnifiques et généreux qui ne m’ont apporté que des satisfactions et m’ont donné de fabuleux petits enfants. J’ai également des amis de toujours, simples et bienveillants avec lesquels l’amitié est une valeur sûre. Après une vie professionnelle bien remplie et consacrée aux jeunes, à la retraite je m’épanouis dans le bénévolat et le partage vis à vis de nos aînés mais aussi d’enfants maltraités par la vie. Le sourire de tous est une récompense et un retour incommensurable sur le peu que je peux leur apporter.
    A 70 ans, je remercie le Ciel de me garder en bonne santé et de pouvoir vivre de ce partage d’amour et d’amitié dont je ne saurais me passer.

  86. christine dit :

    Bonjour, j’ai décidé à 50 ans de divorcer et quitter cette vie de tous les jours dans laquelle je sentais que je dépérissais. Depuis je vis heureuse avec un nouveau compagnonsur lequel je peux compter, nous profitons de la vie et de nos amis. Tous les jours est un jour nouveau ou il y aura plein de bonheur. Alors oui je confirme que l’essentiel se trouve dans nos relations et notre façon de voir la vie. Depuis ce jours toutes mes connaissances me trouve rajeunie et rayonnante. Félicitations pour vos lettres. Avec toute mon amitié.

  87. Merabti Sylvie dit :

    Ma vie a été une succession de douleurs : carences affectives et éducatives, abandons, harcèlements sexuels (enfant) puis scolaires (collège ), violée à 22ans…burn out à 38ans. Je me suis toujours relevée grâce à des amies, prof…mais le derniers évènement a été terrible et je ne parviens pas à me remettre de cette grande solitude amicale et familiale qui a suivi ma perte d’emploi. Je n’ étais qu’un TRAVAIL…

  88. Audrey dit :

    Bonjour,
    Pour moi le bonheur, c’est de donner, de rendre heureux les autres et de voir en retour cette joie et ce bonheur dans leurs yeux, le bonheur ce sont ces moments, sans artifice, passés avec sa famille, le bonheur, c’est de se sentir aimé dans le regard de son conjoint..
    Moi j’ai quitté mon pays pour rejoindre mon conjoint..je n’ai pas beaucoup d’amis mais je trouve mon bonheur en mettant tout mon amour dans la cuisine que je fais pour les autres, en étant à l’écoute de quiconque a besoin de moi, je trouve mon bonheur dans les babillages de ma fille de 1 an..

  89. regine theodorides dit :

    même si j apprécie la compagnie de certaines personnes, je n’aime pas être « envahie » ; en effet j’aime la solitude … j’y trouve un certain bonheur… « liberté, liberté chérie »…

  90. J.Guignard dit :

    Cher Gabriel, merci pour cette étude. Il est en effet utile d’envisager ou de démontrer des vérités fondamentales par une approche le plus rationnelle possible et cette étude le fait bien. Mais si l’on parle de bonheur, je pense qu’il manque encore un élément essentiel que cette étude n’a pas mis en évidence. Je vous soumets cette définition du bonheur qui à mon sens est encore plus importante que les conclusions de l’étude. La voici:  » le bonheur est l’atteinte d’un but connu en surmontant des obstacles non inconnaissables » (traduction de l’original anglais). C’est une variante plus technique et moins poétique du célèbre « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire » de Jean De La Fontaine. Puis-je vous suggérer de transmette cela à vos lecteurs?
    Bien à vous.

  91. Anna dit :

    Je suis d’accord avec l’étude: moi pour être heureuse j’ai besoin d’être en relation avec les personnes que j’aime, même si elles sont distantes; et l’amitié est aussi très importante.
    Vivre le moment présent en pleine conscience est aussi source de joie, parce qu’on commence à apprécier tout, on se rend compte de la grande chance qu’on a et on se dit que c’est bien si on réussit à la partager avec les personnes qui nous entourent

  92. Soizic dit :

    De vivre …
    Tout les matins, chouette une belle journée
    J’évite les toxiques, je communique et pense à ceux que j’aime et j.estime
    Et je parle aux arbres

  93. nathalie dit :

    Bonjour,
    ce qui me rend pleinement heureuse est de m’allonger sur un plaid au soleil avec mes chiens,les oiseaux qui chantent,les hirondelles qui ont l’air de jouer dans le ciel, ou encore comme ce matin un moment de calin avec mon chat avant de me lever.
    En fait en ce qui me concerne ce sont les relations avec le vivant qui sont les plus importantes,pas uniquement entre humain.
    bonne journée à tous

  94. laik jeannine dit :

    Les relations humaines sont essentielles dans dans notre vie, nous avons bcp d’outils à notre service …

    Regarder le beau , l’autre différent de nous , la lumière
    un sourire …

    Nous sommes un maillon de la chaine
    Chacun de nous doit-agir a son niveau ..

    Jeannine

  95. Noël Martinetto dit :

    Bonjour, Idriss Aberkane m’a fait découvrir l’équation de la connaissance ( les deux facteurs en sont : l’ Amour et le Temps ) . Si l’un des facteurs est nul : il ne faut attendre aucun résultat !
    Pierre Rabhi, pour sa part, nous invite à plus d’humanisme
    car à l’opposé nous générons la dépendance et la nécessité de l’humanitaire.
    Il est très logique qu’une étude aussi bien conduite sur la Motivation apporte une réponse rassurante sur la Condition Humaine
    Merci

  96. Catherine Dufaÿ dit :

    Bonjour, Excellentissime…..!! OUI, OUI et OUI, c’est tellement vrai tout ce que vous écrivez. Nous formons tous un puzzle, chaque pièce est différente mais chaque pièce a besoin des autres pièces si non il y a un ‘trou’ dans le puzzle…. Voilà ce qui m’est venu, c’est du brut…..!!Cela dit, dans le monde actuel il faut de plus en plus se serrer les coudes, et essayer par de petits gestes quotidiens qui semblent inisignifiants faire régner l’amour universel….. Cordialement. C. Dufaÿ

  97. Zarri Marie Antoinette dit :

    Bonjour. Ce qui me rend heureuse bien sûr c’est de me retrouver avec les gens que j’aime mais aussi me retrouver seule face à une belle montagne ou la mer ou n’importe quel beau paysage . Le bonheur se sont de petits moments qui sont interrompus pour revenir plus tard.
    Merci à vous pour vos bons conseils.
    Cordialement.
    M. A. Zarri

  98. Xavier Zimbardo dit :

    Je partage ce point de vue exprimé dans plusieurs commentaires : « C’est exact que de vivre en communion et en conscience avec d’autres est fabuleux mais je rejoins certains ici, c’est insuffisant. L’idéal personnel est fondamental et le réaliser est une merveille. »
    Cela me semble compléter judicieusement votre propos et cette étude pourrait être complétée par la lecture de « Vivre la psychologie du bonheur » une recherche fondamentale avec des milliers de personnes par Mihaly Csikszentmihaly.
    « Pour Csikszentmihalyi, le bonheur se définit par l’«expérience optimale». Il présente dans ce livre, les principes généraux du développement de l’expérience optimale et les conditions du bonheur dans le contexte de la vie quotidienne. Csikszentmihalyi précise que l’expérience optimale correspond à «l’état dans lequel les gens sont quand ils sont profondément engagés dans une activité pour le plaisir, quand ils se sentent heureux et sont au maximum de l’enchantement». Csikszentmihalyi donne le conseil suivant «Recherchez sur les aspects positifs de l’expérience humaine : la joie, la créativité et le processus d’engagement total face à la vie que j’appelle «expérience optimale». (Csikszentmihalyi, p.11). Mihaly indique d’ailleurs que pour atteindre le bonheur, il est important de multiplier les expériences optimales de manière à recréer et préserver son équilibre mental. Il souligne également l’importance d’avoir un fil conducteur à ces multiples expériences optimales pour éviter la désorientation et donner réellement un sens à sa vie. »
    http://www.creativite.net/vivre-la-psychologie-du-bonheur-mihaly-csikszentmihalyi/

  99. Xavier Zimbardo dit :

    Vos lettres sont instructives, généreuses et passionnantes. Mais au-delà, ce qui est impressionnant, c’est que vous avez su créer un rapport quasi-intime avec vos lecteurs en touchant au meilleur d’eux-mêmes. En conséquence, vous recevez des commentaires tout aussi intéressants que votre lettre elle-même. Vous le méritez, certes, et c’est gratifiant pour nous tous. Merci de nous offrir les fruits de votre cœur et de votre âme avec une plume si claire ! Ou plutôt un clavier !
    Vous en avez sans doute parlez mais, pour ceux qui ici s’interrogent sur comment entretenir d’excellentes relations avec les autres, le « travail » sur soi-même est indispensable toute la vie durant. Cela au-travers de la pratique si possible quotidienne de la méditation et aussi d’exercices respiratoires tels que ceux, très simples, du pranayama que l’on peut trouver via Google.
    Enfin, pratiquer sans crainte d’en abuser l’amour inconditionnel, l’émerveillement devant les splendeurs du monde et la joie de vivre.
    Ce n’est pas si compliqué…
    Merci pour TOUT !

  100. Dany dit :

    Merci pour cet article. Pour moi la clé du bonheur c’est la grâce que j’ai de connaître Jésus-Christ comme mon sauveur personnel. Je peux tout remettre entre ses mains car il a la solution à tous les problèmes. Il est Dieu,, le Tout Puissant et il prend soin de nous si nous nous remettons entre ses mains. Il nous inonde de son amour et nous pouvons le répandre autour de nous.

  101. couffy dit :

    Exerçant dans la santé je mesure chaque jour à quel point la relation est importante.
    Dans tous les domaines, familial, social et professionnel il est important de cultiver la communication non violente avec toujours en fil conducteur l’Espérance. Bonne soirée

  102. Noisette dit :

    Il est vrai que le monde dans lequel nous vivons est difficile de part l’isolement par les nouvelles technologies, les médias qui polluent la vie de par des informations toujours négatives, des politiciens qui assoiffés de pouvoir et qui divisent le peuple pour mieux régner (c’est bien connu), mais malgré tout cela je me bat tous les jours pour ne pas me laisser happer par tout cela et je remercie la vie pour avoir mon entourage, je remercie la vie pour ce que j’ai et ce qui me rend effectivement heureuse c’est de pouvoir apporter quelque chose à quelqu’un et cela commence par un regard, un sourire, de l’écoute si besoin et si je peux rendre service si c’est dans le respect de moi même ce sera avec un grand plaisir …. Certes l’argent contribue au bonheur dans la mesure où il permet d’avoir un couvert et un toit ce qui permet d’avoir une dignité envers mes enfants à qui j’essaie d’apporter la valeur des choses qui se perd. Et oui la plus grande satisfaction c’est de se satisfaire de ce que l’on a et de partager avec les autres. Le rapport aux autres est source de bonheur. Merci à vous je me conforte dans les lectures quand je peux lire des choses où la simplicité de la vie rend heureux les gens.

  103. pascal27 dit :

    Bonsoir, pour moi le bonheur c’est d’être vivant et je pense en bonne santé ! ça me permet de rendre toute sortes de services bénévoles aux autres ! Cultiver mon jardin, donner des légumes, planter des arbres pour les générations futures, travailler la terre juste pour y déposer une graine, fertiliser naturellement le sol avec la symbiose des plantes, acter tous mes jestes et actions en non polluant, … Pour moi c’est ça le bonheur !! Et c’est vrai vous lire est un bonheur pour plein de sujets !! pascal

  104. La Pom dit :

    Suivant depuis des années toutes vos lettres et publications, nous savions que le bonheur n’est sans doute pas celui que l’on veut nous vendre.
    75 ans pour suivre plus de 700 hommes …… et pas une femme dans l’étude.
    Donc, je ne me sens pas concernée.
    Quel est le secret du bonheur et de la longévité des femmes, si malmenées dans ce monde ? Faudra-t-il encore 75 ans pour que l’on commence à s’en soucier ? Je ne pense pas …. juste un peu de respect Messieurs, et ce monde serait presque parfait, Les statistiques de tous ordres en seraient toutes chamboulées 😉

    • Eva-Maria LE VAN dit :

      Oh oui, tout à fait d’accord avec vous. A quand une étude de 75 ans sur les femmes uniquement? Moi aussi, je pourrais ne pas me sentir concernée, et pourtant………

  105. julie dit :

    être heureux c’est d’avoir la santé car cela permet de vivre sa vie pleinement et de partager des moments de bonheur et de bonne humeur avec famille, amis et surtout nos enfants.

  106. Mireille dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette très jolie lettre.
    En ce qui me concerne, je suis heureuse lorsque j’ai pu apporter quelque chose de positif dans la vie d’une autre personne et que je l’aide à prendre confiance en elle et gagner dans son univers. Les relations interpersonnelles sont complexes et, lorsqu’un désaccord surgit avec une autre personne, je suis heureuse lorsque nous pouvons communiquer chacune notre point de vue et accepter que l’autre puisse penser différemment. C’est très enrichissant intellectuellement et affectivement. Cela donne beaucoup d’apaisement et permet de bâtir des relations harmonieuses et durables.

  107. Thevenin Cat dit :

    Bonjour. Effectivement, les relations que nous entretenons sont primordiales, Il y a aussi les petits grains de bonheur, une balade en bord de mer, un moment de solitude ensoleillée dans le jardin ou une promenade en forêt le nez au vent; un rire d’enfant qui résonne quelque part, un sourire récolté au hasard. Il faut être ouvert à ces « petites choses » qui font qu’on se sent bien tout à coup, être capable de les saisir au vol en quelque sorte. Ça fait aussi partie de la « quête ».
    Alors je vous souhaite de les saisir.
    Cordialement
    Cat

  108. Evelyne dit :

    Dans ma famille il y a deux camps: les anxieux et les « relax ». Il ne fait pas de doute que les relax sont plus heureux, en meilleure santé et vivent plus longtemps en bonne santé. Je fais partie des relax et à 67 ans je ne peux pas me plaindre de ma vie. Mais ma soeur, elle est du camp des anxieux. Elle a un an de plus que moi. Elle a de l’arthrose, un genou en prothèse, elle a eu une descente d’organes, des douleurs un peu partout, dans le cou, dans la mâchoire, elle est en surpoids, ne dort pas bien avec un appareil pour respirer… Mais elle est très dynamique toujours prête à voler au secours de ceux qui sont en probleme. Pour n’importe quel ennui d’un membre de la famille elle passe des nuits blanches. Elles est agaçante et adorable à la fois.
    Tout cela elle le sait, mais on ne se change pas, dites moi comment elle pourrait arrêter de passer une nuit blanche parce que ses fils ont des soucis que maman atteint un grand âge, ou notre soeur handicapée a un avenir incertain à notre entière charge? Ces soucis je les ai aussi mais ça ne m’empêche pas de dormir, ça ne me cause pas de boulimie, ça ne me fait pas négliger ma santé.
    Alors comment devient-on relax quand on est né anxieux? Faut-il voir un psy? prendre des potions relaxantes? Faire du yoga et de la méditation? (Elle a déjà essayé et n’a pas supporté!). Comment changer sa perception des problèmes afin qu’elle arrête de s’autodétruire?

  109. Boyer dit :

    JE suis heureuse lorsque mon corps et mon esprit sont en parfaite harmonie afin de profiter pleinement de mes journées. ….
    J’aime Aimer , m’émerveille …..
    J’ai un toit , du chauffage , de quoi manger , de l’amour. ….
    Je suis donc prête tout les jours à écouter , aider , accompagner….
    J’aime les gens…..Nos différences….
    NOUS AVONS QU’UNE grande mère : notre terre nourricière..
    Bien à vous
    Prenez soin de vous

  110. Marie-France Despatie dit :

    Je crois que lorsqu’on est jeune, on joue en s’impliquant intensément dans le jeu avec nos amis; si l’on conserve cette prédisposition naturelle qui nous rend heureux, nous le resterons Je joue intensément avec mon petit-fils de 3 ans et mon cœur bondit de joie juste à y penser. De même pour l’intensité avec mon conjoint, la parenté et les amis.

  111. Boyer dit :

    JE suis heureuse lorsque mon corps et mon esprit sont en harmonie ……Ainsi je savoure chaques instants intensément et peux donc être plus à l’écoute d’autrui d’une façon plus sereine……
    Je suis heureuse de voir les gens heureux. …..
    J’aime Aimer et être Aimer……

  112. E.B. dit :

    Depuis toujours, j’ai placé les relations humaines sincères et de qualité au centre de ma vie et de celles de mes proches. Je suis heureuse, la vie m’a toujours apportée tout ce dont j’avais besoin. Je tiens cette sagesse de mes parents, ma mère surtout et je souhaite transmettre cette compétence à mes enfants et à mon mari.

  113. CHAUMET Frédérique dit :

    Bonjour, j’aimerai tellement me libérer de ce mal être, qui m’empêche d’être heureuse H24, j’ ai un mari formidable, débordant d’amour, un petit garçon magnifique, je suis fille unique, mon fils ainé est loin, ainsi que mes parents, ils me manquent terriblement alors que je n’ai pas du tout le même ressenti venant d’eux,
    je souffre beaucoup de les sentir indifférents de notre éloignement, A plusieurs reprises j’ai essayé de me rapprocher d’eux sous plusieurs formes mais ça ne fonctionne pas, l’éloignement à cassé notre relation enfin pour eux, pas pour moi donc tout cela joue beaucoup sur mon quotidien, Aujourd’hui, je me suis mis dans la tête d’acheter une maison, cela devient une obsession, ça me mine tellement que je n’arrive plus à penser à autre chose. Donc votre lecture m’a ouvert les yeux, il faut que j’arrête de m’obstiner à vouloir cette maison que d’ailleurs aujourd’hui je n’arrive pas à trouver, donc je vais me reconcentrer sur mes °2 petits hommes et mes amis et passer du bon temps. MERCI……

  114. Grace dit :

    Bonjour. C’est exact que de vivre en communion et en conscience avec d’autres est fabuleux mais je rejoins certains ici, c’est insuffisant. L’idéal personnel est fondamental et le réaliser est une merveille.
    Chacun construit et vit le sien, j’ai choisi de vivre en conscience et de savourer chaque instant car Je ne Suis jamais seule. Grace

  115. Magniez martine dit :

    Bjr oui la solitude me détruit. Jai 56 ans je suis 1 femme ..même acompagné par le passé j’ai tjr été seul..manque de dialogue de vie. Jai encore mon fils de 14 ans avc moi. Mais ses vrai lui même manque de dialogue. Vous allez me dire a 14ans que dire ou raconter que sa journée de collége.. De tout sa de ma vie je n’est pas eu de bonheur .je vis seul avc mon fils. Mes 2 filles n’étant plus avc moi et mon 1 er enfant un fils décédé a l’âge de 6 mois. Bref je suis dépressif angoisser insomnie aragophobe panique tathycardie ect. Je ne veut pas prendre d’enti dépresseur. Mais j’avou que je peut plus. Je voudrai de nouveau sortir comme avant faire mes coursse sourire ect. Mais le manque de communiquation la solitude est la. Donc ses vrai que il faut le contact humain. Parler échanger nos idées.

  116. Jean dit :

    Salut M. Combris
    La pleine conscience me semble un chemin intéressant pour le bonheur et la pleine réalisation de soi. Avez-vous lu le bouquin  » LE PROCESSUS DE LA PRÉSENCE » de Michael Brown ? Ça me semble réellement fameux !

    Bonne semaine!

  117. MORGANT dit :

    Bravo,l’argent ne fait pas le bonheur,il y contribue certes!
    Car l’on ne vit pas d’amour et d’eau fraiche!Par exemple à la retraite,si on ne peut voyager,,et bien il faut faire avec ce que nous avons!Avoir des centres d’intérèts moi c’est le vélo,faire du bénévolat:aider plus malheureux que soit!Re prendre un petit boulot,bien si la santé le permet!pour boucler les fins de mois et voila!!

  118. SARNELLI LUCIENNE dit :

    Le bonheur n’est pas un état mais une aptitude. Il est fait de petites choses comme savoir apprécier un rayon de soleil ou se sentir vivant plein d’énergie. Il ne faut surtout pas s’isoler. L’échange avec les autres est primordial et c’est la base du bien-être et de la santé

  119. Ragot Anne-Marie dit :

    Ce qui nous rend heureux est très simple et ne s’achète pas
    Des châtaignes autour d’un bon feu avec un verre de cidre puis regarder enlacés une série qui nous plait par exemple ou manger sur notre terrasse face à la mer nous dorant au soleil en plein nature et en nous disant qu’on a trimé pour avoir ce que l’on a mais que maintenant on est en paix et on apprécie le résultat de nos efforts
    C’est offrir un beau concert à des amis ou des connaissances qui découvre la musique en invitant des professionnels et des amateurs pour animer ces soirées qui restent gravées dans les mémoires. Etant moi-même pianiste et hautboïste ainsi que clarinettiste j’ai le choix des musiques
    C’est faire un pique nique au bord de la mer en trempant les pieds dans l’eau et en regardant le merveilleux paysage qui s’offre à nous
    On a la chance d’être super unis depuis 28 ans et on est toujours en admiration de l’un et de l’autre car on cherche toujours à faire plaisir à celui qui partage notre vie d’un manière très simple en racontant des blagues en prenant un bon bain avec des chants slavonnes ou en chantant ensemble. Le bonheur est de cultiver l’amour en toutes circonstances et de voir chaque être avec les yeux du coeur

  120. Caro dit :

    Cet article m a beaucoup parlé….. C est tellement vrai, si simple mais pourquoi est ce si compliqué à réaliser ?
    J espère un jour y arriver!!!!
    Bien à vous tous

  121. christine dit :

    Comme vous avez raison ! Pour moi, l’amitié et l’amour sont les piliers de ma vie qui a été heureuse malgré tous les aléas de la vie qu’on ne peut éviter ! L’amour de la nature aussi peut aussi nous rendre heureux quand on est dans un moment de solitude !

  122. VILLACRES Georges Jerome dit :

    Est-ce que le bonheur est le but de l’incarnation ?
    Il est évident que non, car l’être humain fait le contraire !
    Il a une mission personnelle, qu’il s’est assigné …

  123. Valérie Mas dit :

    Oui les relations avec les autres sont importantes mais la relation à soi l´est tout autant,
    belle journée à tous.

  124. Martine GRANDJEAN dit :

    je suis bien d’accord, il s’agit là d’une vérité… mais que trop souvent nous « oublions » de prendre en compte !
    pour répondre à la question « qu’est-ce qui me rend heureuse? »… c’est très simple, être en communication avec la nature, avec les animaux, que ce soit ceux que j’ai adopté ou ceux qui vivent librement dans mon environnement, Ensuite, pouvoir accueillir à l’improviste une ou un ami de passage, échanger sans tabous. Je précise que je vis « seule » (c’est à dire sans humain dans ma maison), mais je ne ressens pas la solitude, alors que pendant ma vie « de couple » cette horrible solitude réapparaissait très souvent, trop souvent : toute communication y était interprétée « de travers ».
    bien cordialement
    Martine

    • MartineBeltrami dit :

      Tout à fait d’accord avec vous Martine, le fait de vivre à deux ne garanti aucunement le bonheur. En ce qui me concerne, je vie seule par choix après 20 ans de mariage et me sens bien plus moi-même et moins seule que lorsque j’étais (mal) mariée ! Mes relations sont choisies et plus sincères que lorsque j’étais en couple ainsi que mes relations avec mes deux enfants qui se sont nettement améliorées du fait que je suis plus en accord avec moi-même.
      La relation avec la nature et les animaux me semble également primordiale pour être heureux…

  125. reboullet dit :

    bonjour
    je trouve votre message très intéressant mais j’aimerais y rajouter ma vision des choses
    il ne se passe pas beaucoup de jours sans que je témoigne que je suis un homme heureux ou que je réponde a la question très fréquente comment ça va ?
    -très bien Dieu merci pourvu que ça dure !
    donc pour moi qui ai 67 ans je dis que la foi en Dieu la confiance en Jésus Christ la prière une vie spirituelle épanouie est une source de bonheur de la même façon que aimer et être des autres
    que la paix et la joie animent nos journées
    Michel

    • ODILE dit :

      Bonjour Michel
      Je crois que vous parlez de la meme chose : Amour, confiance, soutien sincere. La foi nous porte. Que ce soit en Dieux, ou en l Humain.

  126. santacreu serge dit :

    Tout ce que vous dites est magnifique et vrai , mais la réalité est loin d’être accordée , car le monde de technologie dans lequel nous sommes totalement englué nous éloigne les uns des autres de plus en plus à mesure des « progrés » de celle ci . Car nous n’avons plus besoin de l’entraide des uns et des autres (père,mère,voisins) comme cela se faisait ,c’était le passage obligé si on voulait simplement assuré son quotidien et cela va s’agraver .Car qui a besoin de sa mère pour faire à manger (plats préparés et internet) de son père pour bricoler ( GSB et internet) Car qui garde les parents agés (maison de retraite) Car qui amuse les enfants ( chacun dans son coin avec son ordi et son I.phone) etc . La décomposition du maillage sociétal est la conséquence de l’alternative donnée à la demande d’entraide naturel de l’homme qui va,malheureusement ,vers le plus simple car bien formaté par notre société de consommation à outrance.C’est sans avenir.

  127. Philippe Lemaire dit :

    Il est des ermites qui sont très heureux. C’est leur relation à Dieu dans la communion des saints qui les rend heureux.

  128. Verdier dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec l’étude et ses résultats

  129. Paulus René dit :

    Bonjour,

    Je viens d’envoyer une message ou je parle de Sœur Emmanuelle. J’ai oublié de dire qu’elle avait vécu jusqu’à 100 ans.
    Quelle était sa méthode anti-âge?

    René Paulus

    • Pierre Fabry dit :

      Bonjour monsieur Paulus,
      Bien que incroyant j’ai lu le livre de sœur Emmanuelle.
      Je trouvais en effet cette personne fascinante car elle rayonne c’est manifeste. Il y a sans doute plus de joie à donner qu’à recevoir, c’est formidable de comprendre cela et surtout de pouvoir le faire. Femme très honnête elle reconnaît s’être masturbée, quel dommage pour elle de ne pas avoir connu la joie d’un amour partagé, pourquoi une si bonne personne se résigne t’elle à ne pas connaître un si légitime bonheur, pourquoi un tel sacrifice de sa vie? Je l’adore mais cela me rend triste pour elle. Elle a vécu cent ans, c’est fameux, n’aurait elle pas pu concilier les deux : donner et recevoir ?
      Elle a bien entendu reçu énormément d’amour de ceux qu’elle a aidé, mais pourquoi ne pas recevoir un peu d’amour physique ? Cet amour qu’elle a reçu sublime t’il l’amour physique, non puisque désir il y a eu…

  130. Paulus René dit :

    Bonjour,

    Je pense qu’il n’y avait pas, parmi les personnes interrogées, quelqu’un comme Sœur Emmanuelle qui a passé beaucoup de temps au Caire avec des gens qui vivaient dans les immondices et qui se dit « la femme la plus heureuse du monde ».

    Il y a encore du chemin à faire…

    René Paulus

  131. Pierre Fabry dit :

    Je me suis toujours senti heureux, j’ai 73 ans.
    Le matin je siffle sans m’en rendre compte parceque je suis tout simplement heureux de vivre et d’avoir la chance d’être encore là.
    Ce qui me rend heureux c’est bien sur mes bonnes relations avec les autres, je n’ai rien à ajouter à ce propos que ce qui en est dit par cette étude américaine, mais il y a encore plus que cela même beaucoup plus que cela :
    Je suis naturellement curieux de tout, je veux tout savoir, tout comprendre, en recherche constante de qui est vrai, dix vies ne suffiraient pas à satisfaire ma curiosité.
    Réussir à trouver la vérité me comble de joie, réussir une recette de cuisine et en régaler les autres par exemple ou réussir un problème de mathématique compliqué m’apporte une joie énorme et je suis si content que j’ai l’impression d’être sur un nuage pendant plusieurs jours. Mon seul conseil : soyez curieux,
    Ceux qui arrivent à rendre les autres curieux, comme par exemple un bon professeur que tout le monde aime écouter devrait recevoir la légion d’honneur.

  132. Anthonissen dit :

    Bonjour Gabriel
    Quelle belle annonce !
    Vous avez raison d’insister : dans cette société où manifestement l’individualisme poussé à l’extrême ne fait plus sourire personne au sens propre et au sens figuré.
    Nous devons apprendre à vivre seul MAIS bien entouré. Telle était la maxime de mes parents disparus trop tôt car c’étaient eux qui nourrissent le lien. dans le respect mutuel des générations.
    NON les anciens ne sont pas gagas.du verbe demeurer
    NON les jeunes ne sont pas gogos du verbe egocentrer.
    Merci pour vos lettres.
    Cordialement. Anne

  133. Robert Cédilot dit :

    Je suis totalement d’accord avec l’idée que posséder des amis sincères soit un élément important pour vivre heureux mais je crois qu’il faut aller plus loin et même plus haut. Voilà je peux vous confirmer que la plus grande amitié que nous puissions posséder c’est celle qu’un individu peut développer avec Dieu son créateur, car en vérité, développer sa foi et sa confiance en Dieu est l’essentiel pour vivre une paix et une joie durable. Et ça c’est le vraie bonheur.

    • kamel dit :

      Entièrement d’accord avec vous Mr Robert. C’est une question de conscience soit vous êtes sincère envers DIEU ce qui vous procurera du bonheur soit vous ne l’êtes pas et c’est DIEU qui vous rendra malheureux.

  134. Francoise Fourmanoir dit :

    La vie est d être simple il faut peu pour être heureux apprécier les petits bonheur il y en a tellement savoir les voir les entendre les regarder et la plus belle richesse est la santé mon constat de vie après une mort imminente mais cela a été le reproche de mes proches de ne plus attacher la mêmes valeurs à la vie il faut vivre dans l amour la paix et la sagesse

  135. delrue dit :

    je suis tout à fait d’accord avec vous.
    j’ai des relations très proches avec ma fille, mon petit fils
    nous partageons beaucoup de choses, j’ai également quelques amis avec lesquelles il y a échange de courrier, de téléphone et de visites. je me sens heureuse et en harmonie avec le monde.. .merci pour vos lettres JD

  136. Sissi Naturo dit :

    Le vrai bonheur « lorsqu’il n’est pas issu d’un produit manufacturé par l’égo », commence par soi-même..
    Il est aisé par la suite de l’identifier car il est porteur de joie, d’enthousiasme et de plaisir mais dépouillé de toute intervention mentale, car quand le mental s’installe, le bonheur est alors factice et égotique.
    Que du Bonheur à votre équipe ainsi qu’à tous vos lecteurs !!

  137. Ranzoli dit :

    Vaste sujet que le bonheur. Enfant,
    les naissances, de mes frères me donnaient du bonheur.
    Les premiers amours me faisaient espérer le bonheur.
    Mon mari également me procurait ce bonheur.
    La naissance de nos enfants, même dans la souffrance,
    était d’un grand bonheur. Mon bonheur à présent, c’est qu’ils soient heureux dans leur vie.
    Malgré que l’âge fane un peu les gens, je suis heureuse d’avoir un peu de temps pour apprécier de lire de belles choses et partagée ces moments là avec vous et vos confrères.
    Mais le vrai bonheur, serait qu’il n’y est plus de guerre, de personnes qui périssent en mer, afin de trouver une vie meilleure. ( que font leurs gouvernements ? ). Et nous que pouvons nous faire ?

    Très bonne journée a vous tous, amicalement

    p

  138. clo dit :

    Pour moi le bonheur c’est le plaisir de donner, de faire plaisir et d’être entourée de mes proches petits et grands
    et de passer de bons moments
    le relationnel est très important
    le déroulement de la vie nous fait apprécier ces petits plaisir et quel bonheur
    j’encourage les gens à sourire, faire plaisir, téléphoner à des amis, penser aux autres celai apporte un bien être
    intérieur
    ne pas se laisser envahir par le stress de la société, des médias qui nous empoisonnent la vie

  139. jeam louis dit :

    Mon bonheur à moi, c est de constater le bonheur dans le regard des autres….alors contribuer au bonheur des autres devient un chemin de profondeur et d emotion partagé qui Donne un sens à l être…
    Quoi de plus beau qu un rire d enfant,les larmes d une personne age e qui ne sait pas comment vous remercier parce que tout simplement vous lui avez souri, par le, tending la main?…
    Et vos amis avec qui vous partagez les moments les plus importants d une vie?..
    Leurs bonheurs se refletent dans votre âme et cree au fond de vous une sensation de bonheur qui ne demande qu à grandir et se multiplier.

  140. Raya dit :

    Moi ce qui me rend heureuse c’est de pouvoir donner aux autres et encore plus heureuse quand j’ai compris que recevoir était tout aussi gratifiant !
    J’ai 58 ans j’ai vécu seule très longtemps 26 ans, et maintenant je vis avec une de mes sœurs qui est plus jeune que moi d’un an et il est vrai que la vie à tout un autre sens !!

  141. Carolle dit :

    Une bonne relation à soi d’abord et ensuite entrer en relation avec les autres…

  142. Serge Capelle dit :

    D’accord avec l’importance des relations humaines pour notre bonheur mais le dosage est nécessaire car on peut aussi se perdre dans l’autre. Un peu de solitude est aussi profitable si elle est choisie. La relation avec la nature aussi améliore notre qualité de vie. Il faut établir une réelle communication avec les autres par la voix et le toucher en évitant les gadgets modernes. L’important n’est pas tant dans la quantité que dans la qualité de la communication avec les gens et tout ce qui nous entoure.

  143. ferro dit :

    bonjour,oui je suis tout à fait d’accord,mais je trouve que c’est dommage qu’on ne s’en rend vraiment compte tard dans la vie,je pense qu’on devrait plus insister à le dire plus tot dans la vie on gagnerais plus de temps à etre heureuse,moi je suis vraiment heureuse quand tout va bien avec mes enfants et qu’on s’entend bien.

  144. ROSALES dit :

    BONJOUR, en tant que fille unique, émigrée espagnole, famille en Espagne.
    J’ai construit ma famille en France sans oublier d’où je viens, mariée, enfants, amis, vie sociale riche, un métier intéressant, suis positive consciente car il y a toujours des solutions et je donne mon soutien à l’autre dès que je peux, ma vie est basée sur l’amour de soi, des autres, de la vie etc….Je pense qu’il faut changer son regard autour de soi, la nature est si belle, attirer le meilleur de l’autre. Tout s’apprend et la vie nous aide à l’appliquer il suffit de l’écouter attentivement….si le mental est calme le cœur est joyeux…Ce ne sont pas que des paroles, j’ai œuvré pour en arriver là…La vie nous réserve tant de surprises …..

  145. Buffet dit :

    Bonjour, je suis complétement d’accord, les relations humaines sont ce qu’il y a de plus importants dans la vie et l’amour que l’on se porte mutuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *