Trucs à copier chez les animaux

Observer nos animaux domestiques dans leur vie de tous les jours est une source d’amusement et de joie, mais c’est aussi une précieuse mine d’informations à retenir pour notre santé.

Chiens et chats ont d’excellentes habitudes de vie que la science valide aujourd’hui les unes après les autres.

Mon conseil : imitez-les !

Un objectif à la fois !

Chercher la balle : un objectif pour le chien

 

Vous voyez ce chien : en même temps qu’il cherche à attraper la balle, il n’essaie pas d’envoyer un email ou de trouver sur Internet le classement des meilleures croquettes bio.

Il se concentre sur un seul objectif : la balle.

D’après les chercheurs de Stanford, nous ferions bien de prendre exemple sur lui, car l’attention, la mémoire et l’efficacité souffrent de l’éparpillement des tâches : il suffit en effet à notre cerveau de se concentrer sur deux choses pour être surchargé [1].

Comme le disait Lord Chesterfield à son fils, en 1740 : « Il y a assez de temps pour tout faire au cours d’une journée si tu ne fais qu’une chose à la fois, mais il n’y a pas assez de temps dans une année entière pour tout faire si tu fais deux choses en même temps. »

Un chien ne dirait pas mieux.

Faites des siestes

Un chat en pleine sieste sur un canapé

 

Une étude portant sur 24 000 personnes a montré que celles qui faisaient des siestes régulièrement réduisaient de près de 40 % le risque de mort par crise cardiaque par rapport à celles qui ne faisaient la sieste qu’occasionnellement.

La sieste flash (10 à 20 minutes) permet de se détendre, elle peut être interrompue et doit être pratiquée tous les jours pour en acquérir la maîtrise.

La sieste royale (une heure ou plus) doit s’achever sur un réveil naturel : au sortir du sommeil paradoxal ou du sommeil profond, l’esprit est confus et en proie à une sensation désagréable qui met du temps à se dissiper. Si cela est nécessaire, quelques exercices de gymnastique contribueront à les faire disparaître.

Marchez !

Chien habillé avec le même anorak jaune que sa maîtresse

 

Qu’on soit sur quatre pattes ou deux jambes, c’est la meilleure façon de brûler des calories. La marche à pied est un sport particulièrement indiqué pour les personnes souffrant de douleurs chroniques, de fibromyalgie ou d’arthrose. Des marches régulières ont également un effet démontré pour lutter contre la dépression, le risque de diabète de type 2 et de cancer (sein, côlon).

Une équipe de chercheurs a montré que le nombre de pas recommandés par jour est de :

  • 12 000 pour les femmes âgées de 18 à 40 ans
  • 11 000 pour les femmes entre 40 et 50 ans
  • 10 000 de 50 à 60 ans, et 8000 à partir de 60 ans.
  • Les hommes de 18 à 50 ans devraient faire 12 000 pas par jour, et 11 000 pas à partir de 50 ans, soit 8 à 10 kilomètres par jour pour garder un poids idéal.

Cultivez l’amitié

un chat et un chat se câlinant

 

La Harvard Study of Adult Development est une étude scientifique d’une ampleur inégalée sur le bonheur et son lien avec la santé. Les chercheurs ont étudié un groupe de personnes pour savoir ce qui les rendait heureuses et en bonne santé. Après 75 ans d’observation (oui, 75 ans !!!), ils ont conclu que ce n’était ni l’argent, ni la gloire, ni la célébrité qui expliquaient le mieux le bonheur, mais la qualité des relations avec les autres.

Des relations sincères, profondes, l’amour et l’amitié vécues en vérité : voilà les piliers du bonheur et de la santé.

Vivez l’instant présent

chien qui tire la langue en gambadant

 

(Lui, il a l’air d’apprécier le moment présent, non ?)

Dans une étude intitulée « Un esprit qui vagabonde est un esprit malheureux », les psychologues de Harvard ont conclu que les gens sont plus heureux lorsqu’ils pratiquent des activités qui nécessitent une grande concentration. Le psychologue d’origine hongroise Mihaly Csikszentmihalyi (vous pouvez vous entraîner régulièrement à dire son nom, c’est excellent pour l’articulation) a travaillé toute sa vie sur l’importance de canaliser ses pensées pour trouver l’équilibre et le bonheur. Pour parler de l’expérience optimale, celle qui rendait le plus heureux, il a développé le concept de « flow ». Le « flow » est l’état où vous vous trouvez quand vous êtes « à fond », immergé dans une activité que vous maîtrisez, qui requiert toute votre attention et votre habileté, sans toutefois les dépasser. Le « flow », c’est ce que ressent un chirurgien au moment d’opérer, un surfeur lorsqu’il fonce dans un rouleau, mais c’est aussi l’artisan qui se concentre sur son ouvrage, le cuisinier qui exécute son plat, où le père de famille qui s’attaque au puzzle de 1500 pièces de l’un de ses enfants.

Pardonnez (pas facile, mais…)

deux chats côté à côté sur un arbre à chat

 

Diverses études, notamment celles menées par le Dr Fred Luskin de l’université de Stanford [2], responsable du Stanford Forgiveness Project, soulignent que ne pas pardonner a d’importantes répercussions psychologiques, relationnelles et même physiques.

Lorsqu’on garde rancune au lieu de pardonner, ce qui reste bloqué en nous nous intoxique : on est davantage sujet à des maux de tête, des maux de dos, à des douleurs de la nuque, des maux d’estomac et ulcères, à la dépression, l’anxiété, l’irritabilité, l’insomnie, l’agitation et au manque d’énergie.

L’absence de pardon a aussi un impact sur la longévité qu’elle peut raccourcir de cinq à six ans. Colin Tipping [3], qui anime des ateliers de pardon radical depuis plus de vingt ans, établit également un lien entre l’incapacité à se libérer de ses haines, ressentiments et rancunes, et la cristallisation de certaines formes de cancer.

Dites merci (avec la bouche, vous)

queue de chien devant un coucher de soleil sur l'océan

 

Les animaux disent merci (avec la queue) car ils ont compris que la gratitude leur faisait du bien.

Chez les hommes, c’est pareil : une étude récente portant sur 186 hommes et femmes souffrant d’une maladie cardiaque a permis d’observer que les participants qui déclaraient ressentir le plus de gratitude dans leur vie quotidienne étaient également en meilleure santé [4].

Ceux qui vont à l’église sont habitués à « rendre grâce » à Dieu pour les bienfaits qu’il accorde. Une autre façon simple de pratiquer la gratitude est de tenir un journal quotidien, où l’on recense trois à cinq bienfaits pour lesquels nous sommes reconnaissants.

Faites les idiots (au moins un peu)

chien qui s'amuse avec son jouet posé sur sa tête

 

Les cardiologues de l’Université du Maryland ont découvert que les personnes avec un cœur en bonne santé avaient plus le sens de l’humour que celles qui avaient eu une crise cardiaque. Conclusion : le rire est un excellent médecin.

Regardez des films drôles, riez de bon cœur aux blagues de vos amis, appréciez le comique de certaines situations : au bureau, dans les transports, dans la rue. Si vous ne la connaissez pas, lisez l’étonnante histoire de Norman Cousins, guéri par le rire : (https://www.santenatureinnovation.com/le-rire-peut-guerir/).

Et surtout, ne vous prenez pas (trop) au sérieux, c’est votre cœur qui vous le demande.

Touchez-vous, serrez-vous

chat qui profite de caresses de sa maîtresse

 

Une étude de la Carnegie Mellon University a montré que le fait de prendre quelqu’un dans ses bras permettait de réduire de 30 % les risques d’infections virales.

L’explication, selon Sheldon Cohen, le directeur de l’étude, est que « cela réduit les effets délétères du stress ». Cet effet protecteur est attribué au contact physique lui-même et aux émotions positives que le câlin génère (sentiment de soutien, d’intimité).

Notre peau, en effet, est parcourue de petits récepteurs (les « corpuscules de Parcini »), directement reliés au cerveau via le nerf vague. Lors du contact physique, ces micro-capsules en forme d’œuf vont être stimulées et venir activer les récepteurs à ocytocine (« l’hormone du plaisir ») situés dans le cerveau. En se déchargeant dans l’organisme, l’ocytocine provoque une sensation de bien-être et d’apaisement qui va diminuer le niveau d’autres hormones liées au stress (le cortisol par exemple).

Mais 10 secondes de câlins par jour font bien plus que nous protéger des coups de froid ! Grâce à l’ocytocine produite, les câlins diminuent les risques de maladies cardiaques, le stress ; ils aident à combattre la fatigue et à lutter contre les infections, stimulent le système immunitaire et diminuent les états dépressifs [5].

Buvez (de l’eau)

Chien qui boit de l'eau directement par le tuyau d'arrosage

 

Notre premier aliment et médicament est l’eau. Maladies rhumatoïdes et cardiovasculaires peuvent être soulagées en buvant plus d’eau. Plus important encore, boire davantage d’eau augmente les niveaux d’énergie, permet de mieux dormir et améliore la santé des gens.

Pour rester hydraté, il faut boire au minimum 1,5 litre d’eau par jour.

Mangez des petits poissons

chat qui regarde avec gourmandise un poisson rouge dans un bocal

 

Les meilleurs poissons pour la santé sont les petits poissons gras des mers froides : anchois, sardines, harengs, maquereaux.

Les oméga-3 des petits poissons sont riches en DHA (acide docosahéxaéonique), indispensable au fonctionnement du cerveau : 97 % des 14 % d’oméga-3 contenus dans le cerveau sont du DHA. Il participe à la transmission de l’influx nerveux entre les neurones.

Les oméga-3 permettent de ralentir le déclin cognitif avec l’âge. Le DHA a aussi des fonctions non spécifiques qui lui permettraient également de contribuer à un effet protecteur contre les maladies neurodégénératives, c’est-à-dire la maladie d’Alzheimer, le Parkinson, la sclérose en plaques et bien d’autres.

Mais ce n’est pas tout :

Les petits poissons améliorent la vue. Un taux élevé de DHA limiterait de 68 % le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge. Les hommes qui mangent le plus de poissons gras, riches en oméga-3, réduiraient d’un tiers leur risque de diabète de type 2 à long terme.

Les petits poissons gras contiennent aussi d’intéressants apports de vitamine D, de sélénium, de phosphore et de protéines de haute qualité.

Sortez, vivez au grand air !

chien de profil qui admire un superbe paysage de steppes et de montages

 

Une promenade en forêt, en montagne, sentir l’air de la mer vous remplir les poumons, le souffle du vent rafraîchir votre tête : la vie au grand air est un bienfait pour le corps (réduction du stress, synthèse de la vitamine D, etc.) et pour l’âme.

Chez les enfants, les études ont également montré que le fait de jouer à l’extérieur était source d’une meilleure vision, de moindres troubles d’hyperactivité, et de meilleures performances scolaires.

Alors tout le monde dehors, emmenez le chien, et pensez à réveiller le chat s’il fait (encore) la sieste !

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


C’est sûr qu’avec un nom pareil… Et aussi : Force d’intervention rapide contre la sciatique, Ne sautez pas dans ce bain toxique, Légumes qui font vraimen...
Vaccins : situation explosive !! Chère lectrice, cher lecteur, Lisez en urgence cet appel d’Augustin de Livois, président de l’Institut de Protection de...
Vitamine D : « simply the best » J’avoue que c’est une interprétation très personnelle, mais je trouve que la célèbre chanson de Tina Turner « Simply the...

[1] Is multi-tasking bad for your brain? Experts reveal the hidden perils of juggling too many jobs

[2] Pardonner pour de bon, Dr Fred Luskin, Editions Fidès, 2008.

[3] Le pardon radical, Colin Tipping, Editions Trédaniel, 2009.

[4] The Role of Gratitude in Spiritual Well-being in Asymptomatic Heart Failure Patients.

[5] Lena M. Forsell and Jan A. Åström (2012). Meanings of hugging: From greeting behavior to touching implications. Comprehensive Psychology: Volume 1, Issue.

www.amsciepub.com

12 réponses à “Trucs à copier chez les animaux”

  1. Regine Durbec dit :

    Chabadabada….Chabadabada. …

  2. Poujade dit :

    Merci pour cette « piqûre de rappel » !
    Je vais faire de ces 12 principes de base du bien-être, mon « bréviaire » !!!!

  3. Sylvain dit :

    Excellente lettre ! Rafraîchissante.
    Petite typo : il s’agit de corpuscules de Pacini

  4. Safdar dit :

    Petite typo : il s’agit des corpuscules de Pacini

  5. Schnepf dit :

    J’adore votre courrier. Pleins de bon sens et de sagesse et des conseils que j’ai aussi trouvé dans la bible, comme le pardon , la joie, l’amitié . Merci pour ces petits coups de pouce au mieux vivre le quotidien. Je vais essayer de manger plus de petits poissons à partir de maintenant. Bonne journee

  6. lenoble claudine dit :

    Cher monsieur Combris,

    encore merci pour cette lettre qui redonne le sourire et nous rappelle des vérités simples mais combien importantes.

    claudine lenoble

  7. danièle bonhomme dit :

    Merci ,un peu d(humour après les articles sur toutes les cochonneries,non les saletées,pauvre cochon qui n’y est pour rien ! qu’on voudrait nous faire avaler

  8. Nibel dit :

    Avec toutes les publications que vous nous proposer on ne s’y retrouve plus en plus même si pas trop onéreux je ne peux m’y abonner j’ai un petit budget

  9. mayon dit :

    Vous venez de nous envoyer une lettre catastrophe à propos des produits de la mer, et ici vous nous dites de manger des petits poissons que vous avez assassiné dans votre precedent courrier, soyez logique ….

    • Gabriel Combris dit :

      Bonjour, désolé nous n’avons pas envoyé de lettre « catastrophe » sur les produits de la mer. Nous avons envoyé il y a quelques temps une lettre concernant le saumon. Et nous conseillons toujours de consommer des petits poissons. Merci ! G Combris

  10. Anne Paillé dit :

    10 secondes seulement, les câlins ? mais ça va pas !

  11. Hanser dit :

    Bravo pour cette lettre pleine d’humour et de conseils beaucoup plus importants qu’on peut le croire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *