La valériane : une petite demoiselle qui cogne !

Chère lectrice, cher lecteur,

Aujourd’hui, quand on nous parle de tisane, on s’imagine forcément une boisson sans ambition, un liquide gentillet qui glisse sans histoire le long de la trachée, tout juste vaguement agréable.

Eh bien en voilà une qui donne un grand coup à toutes nos idées reçues.

C’est une cogneuse, une assommeuse, une guerrière.

La valériane.

Un vrai coup de massue contre l’insomnie. Et une assistante musclée pour ceux qui perdent pied, pris de panique ou d’angoisse après un choc ou un événement fâcheux.

La valériane apaise rapidement le stress, diminue la tension artérielle, et lutte contre la dépression.

9 raisons de prendre de la valériane

Il peut être utile de prendre de la valériane en cas de :

  • Insomnies passagères dues à une nervosité ou un excès de pensées
  • Anxiété
  • Torticolis ou contractures musculaires dues au stress
  • Douleurs intenses
  • Choc émotionnel
  • Sevrage tabagique
  • Douleurs menstruelles
  • Épilepsie
  • Syndrome des jambes sans repos

La vie d’une rock star de la santé

La valériane est composée d’acide valérénique, qui a la capacité de modifier les taux de nos neurotransmetteurs.

Le GABA (un neurotransmetteur), qui favorise la détente du système nerveux, s’en trouve augmenté ainsi que la sérotonine, utile à la bonne humeur et au sommeil. Cela entraîne de nombreuses conséquences positives sur notre système nerveux, comme la réduction de l’anxiété et de l’agitation. Elle a aussi un effet antispasmodique et antinévralgique (la névralgie est une douleur d’origine neurologique).

Ainsi, la valériane pourrait remplacer un antidépresseur, un anxiolytique ou un somnifère (dont on connaît les effets secondaires désastreux sur la santé).

D’ailleurs, au XVIIIe siècle, les médecins la conseillaient comme on prescrit aujourd’hui un somnifère ou des pilules contre la dépression.

Mais dans les années 1950, la star retombe dans l’oubli. Elle est totalement éclipsée par des traitements soi-disant « révolutionnaires » à base de médicaments. Et de nos jours, il est malheureusement bien rare qu’un médecin la prescrive à la place d’un antidépresseur ou d’un anxiolytique…

Pourtant, la valériane a un gros avantage sur les remèdes chimiques.

Sans les effets secondaires des médicaments

Contrairement aux solutions de synthèse, la valériane n’est pas une plante dangereuse. Elle ne provoque pas les effets indésirables des médicaments habituellement prescrits contre l’insomnie : ni accoutumance, ni sensations désagréables au réveil.

Les risques d’effets secondaires sont extrêmement rares et cessent rapidement après l’arrêt de la prise.

Mais attention, si vous prenez de la valériane, il y a un point sur lequel il faut être particulièrement attentif.

La valériane parfois… excitante

Peut-être avez-vous déjà fait l’expérience de donner de la valériane à votre animal de compagnie : l’odeur de l’herbe-aux-chats (c’est son surnom) provoque de drôles de réactions chez les félins.

Certains ressentent un effet euphorisant, proche de l’ivresse. On les voit « planer », baver parfois, se rouler par terre ou se frotter contre la plante dans un état d’extase. Alors que d’autres se mettent en position de chasse ou cherchent la bagarre, excités par les effluves de la plante.

Chez l’être humain aussi, les effets de la valériane peuvent être contradictoires. Si elle apaise dans la plupart des cas, il arrive néanmoins qu’elle ait un effet excitant et provoque des palpitations, voire des cauchemars. Au point de perturber le sommeil.

Cette double action est connue depuis très longtemps. D’ailleurs, certains écrits anciens, présentaient la valériane comme tonique, stimulante, chaude, asséchante et calmante à la fois. En fait, les médecins d’antan ne la prescrivaient pas à tout le monde, mais prenaient en compte le tempérament de chacun.

Ainsi, la valériane n’est pas adaptée à ceux qui ont beaucoup d’énergie, au profil type « Louis de Funès », de tempérament bilieux ou sanguin. Chez eux, pas besoin de tonique. La passiflore ou la mélisse sera plus adaptée.

Par contre, il semblerait qu’elle convienne bien à ceux qui ont besoin d’un effet tonique la journée et d’une forte déconnexion nerveuse au coucher.

Elle sera probablement efficace si vous avez tendance à la frilosité, au manque d’énergie et que vous souffrez de troubles nerveux : angoisse, anxiété, nervosité, troubles du sommeil, palpitations cardiaques, hypertension, contractures musculaires liées au stress, douleurs nerveuses, épilepsie…

Un goût infect ? Voilà la parade !

Une précision tout de même, l’infusion n’étant pas particulièrement délicieuse, on peut préférer les gélules ou l’extrait hydro-alcoolique.

Voici les formes les plus intéressantes :

  • Extrait sec (en gélules ou en comprimés) : posologie selon fabricant.
  • Extrait hydro-alcoolique : 60 à 100 gouttes par jour dans un verre d’eau.
  • EPS (Extrait de plante standardisée) : 3 à 5 cuillerées à café par jour.
  • SIPF (Suspension intégrale de plante fraîche) : 5 ml à consommer 2 fois par jour dans ½ verre d’eau.

En cas de troubles du sommeil, rapprochez-vous de la dose maximale indiquée, à prendre 30 minutes avant le coucher. En cas de manifestations nerveuses la journée, prenez plutôt la dose minimale à raison de 3 ou 4 fois par jour. Attention alors à l’effet de somnolence possible durant la journée. Adaptez la dose.

On prendra généralement de la valériane sur une période de 2 à 4 semaines maximum, le temps que la situation s’améliore et que les nerfs s’apaisent. Pour des cures plus longues, préférez une association avec d’autres plantes calmantes comme la passiflore, le houblon ou la mélisse pour éviter un potentiel effet excitant.

Une dernière chose : évitez la valériane si vous prenez des psychotropes, car elle pourrait modifier leur action. À noter qu’elle est également déconseillée chez l’enfant et la femme enceinte.

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Dormez mieux grâce au magnésium Et aussi : Tu connais Super Courgette ? Une belle légende, et Rions un peu   Nous sommes dans le cabinet d’u...
Plus dangereuse que virus et bactéries réunis Il existe, pour la médecine chinoise, quelque chose de beaucoup plus dangereux que tous les virus et toutes les bactérie...
En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien ! Chère lectrice, cher lecteur, « En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien ! » .  Ces propos so...

8 réponses à “La valériane : une petite demoiselle qui cogne !”

  1. CSIK Elisabeth dit :

    Cher Gabriel Combris,
    Je vous écris pour commenter votre article « Y-a-t-il une vie après l’accouchement ? »
    Je me permets de rectifier dans votre article une erreur
    quant au nom de l’auteur cité :
    Le nom de l’écrivain est en fait : Mohácsi Viki !
    Le titre du livre : Útmutató a léleknek (traduction : guide / ou manuel / pour l’âme)
    Avec mes félicitations et remerciements pour vos articles
    Elisabeth
    PS : je suis d’origine Hongroise…

  2. marc dit :

    bonjour
    est ce que la plante dite « lila d’espagne » est la valériane medicinale?
    merci

  3. V BOUGARTCHEV dit :

    Bonsoir,
    Je me souviens que ma grand’mère cherchait toujours sa valériane quand elle avait des palpitations.
    J’étais enfant, mais je m’en souviens. Mais, c’était, avant
    la guerre de 1940

  4. Carole dit :

    Je cherche en vain vos sources!
    Carole

  5. Claude-Blandine DECANTE dit :

    Oh..Monsieur COMBRIS…moi qui apprécie tant vos « Messages »..je suis désolée d’avoir aujourd’hui qlqe chose à vous reprocher: »1 erreur anatomique sérieuse  » = Vous écrivez que  »les tisanes glissent sans histoire dans LA TRACHEE »‘…chose qui m’étonnerait beaucoup CAR CELA CAUSERAIT à coup sûr L’ETOUFFEMENT du malheureux buveur….ce qui ne lui arrivera pas si ladite tisane passe par son chemin naturel, c-à-dire «  »l’oesophage ». // Ci-joint 1 petit copié-collé amical=
    Résultat de recherch « la trachée anatomie « www .passeportsante.net
    En anatomie, la trachée (du grec τραχεια, « rude, raboteuse ») est un conduit constitué de tissu fibreux et cartilagineux reliant le larynx en haut aux bronches principales gauche et droite en bas. Appartenant à l’appareil respiratoire, elle permet de conduire l’air entre ces structures.
    Sans rancune j’espére ! – Cordialemnt – Cl-Bl.

  6. Monique FAESE dit :

    Je suis confrontée au problème des jambes sans repos. Vous l’évoquez, et puis plus rien.
    Merci de me faire connaître à raison de quelle quantité elle pourrait avoir un effet apaisant sur ce dur problème qui m’empêche dorénavant de pouvoir assister à une séance de cinéma et bien d’autres choses.
    Je vous remercie par avance pour votre réponse.
    Cordialement

  7. metzger Sandrine dit :

    Euh…dans son trajet normal,la tisane ne s’ecoule pas dans la trachée qui mene aux poumons mais plutot dabs l’oesophage qui mene à l’estomac…. 😂😉

  8. Lucien Pirson dit :

    J’ai pris de la valériane en comprimés pendant quelques semaines pour essayer de contrer les effets du lorazepam (benzodiazépine) que j’avale depuis 20 ans à cause d’acouphènes essentiels … mais malheureusement petit à petit j’ai commencé à souffrir de troubles digestifs de plus en plus prononcés. Ces effets possibles étaient bien renseignés sur la notice jointe. A ce jour, malgré mes recherches, je ne trouve rien parmi les médicaments naturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *