Victoire (ou presque)

Chère lectrice, cher lecteur,

Comme vous le savez, nous avons soutenu la grande pétition de l’Institut de Protection de la Santé Naturelle (IPSN) réclamant le retour effectif du vaccin DT-Polio dans les pharmacies [1].

Cette mobilisation, qui a dépassé le million et demi de citoyens signataires, a permis de faire plier l’opposition la plus redoutable de notre système de santé, pour qui « tous les coups étaient permis ».

On se souvient de la façon particulièrement brutale et méprisante dont la ministre de la Santé s’est adressée aux signataires de cette pétition. Au débat qu’ils réclamaient, la ministre répondit : « La vaccination, ça ne se discute pas [2]. »

Mais dans un état de droit, il revient aux plus hautes autorités administratives de trancher. Sans pression médiatique ni influence des lobbys pharmaceutiques…

C’est ce qu’a fait le rapporteur public du Conseil d’Etat, lundi 16 janvier dernier [3].

Voilà le compte-rendu qu’en donne le journal Le Monde :

« Fin janvier, la plus haute juridiction administrative française pourrait contraindre le gouvernement à trouver en quatre mois une solution pour « assurer la disponibilité des seuls vaccins obligatoires » contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), introuvables depuis 2008, sans être associés avec d’autres valences. C’est ce qu’a préconisé le rapporteur public, dont les avis sont la plupart du temps suivis. »

Après presque deux ans d’une intense mobilisation, c’est une immense victoire, qui déjoue tous les pronostics écrits d’avance par les autorités de santé. Alors bravo, et merci ! Au Pr Joyeux, à l’Institut de Protection de la Santé Naturelle, aux centaines de milliers de signataires, célèbres ou anonymes, qui ont montré par leur courage que l’engagement sincère pour une cause juste permettait d’obtenir des résultats concrets.

Merci encore !

Mais il y a aussi quelque chose que je peux m’empêcher de dire…

Une victoire mais…

Vous allez me dire que je suis un oiseau de mauvais augure mais un passage de l’article du journal Le Monde a fait tilt dans mon esprit :

Il s’agit d’une préconisation du rapporteur public, dont les avis sont suivis « la plupart du temps ». Dans 90 % des cas, paraît-il…

Et là, vous voyez comme moi le loup …

Qui des 10 % qui restent ???

Je sais d’avance que dans les deux ou trois semaines qu’il leur reste pour agir, laboratoires et ministère de la Santé ne vont pas rester les bras croisés face à cette « préconisation ».

Avec les élections qui approchent, il est probable que Madame Touraine quittera prochainement son poste de ministre de la Santé. Et l’on peut parier qu’elle fera tout pour éviter de partir sur un échec.

Seulement, comme d’habitude, cela va se jouer « en coulisses », là où les citoyens ordinaires ne sont jamais invités.

Voilà pourquoi je pense qu’il faut redoubler d’attention. Nous sommes à deux doigts de la ligne d’arrivée, et ce n’est surtout pas maintenant qu’il faut flancher.

C’est pourquoi je vous demande à nouveau de signer la pétition pour le retour effectif du vaccin DT-Polio en pharmacie.

Chaque signature de plus est un pas supplémentaire vers la vraie victoire. Définitive. Celle qu’aucun politicien ni lobbyiste ne pourra remettre en cause.

Signez la petition

Dans cette affaire, nous avons collectivement perdu beaucoup trop de temps déjà.

Le vaccin DT-Polio obligatoire est introuvable en pharmacie depuis… 2008. Neuf ans de perdus !!!

Depuis tout ce temps, le ministère de la Santé a laissé les laboratoires imposer un vaccin hexavalent coûtant six fois plus cher, contenant trois vaccins non obligatoires, contenant de l’aluminium et d’autres adjuvants, contenant également le très controversé vaccin contre l’hépatite B (parfaitement inutile pour la plupart des nourrissons).

Lorsque qu’elle n’a plus été en mesure d’ignorer la gigantesque mobilisation citoyenne qui se dressait devant elle, la ministre de la Santé a noyé le poisson en organisant une parodie de « consultation nationale » sur les vaccins [4].

Mais les dés étaient pipés, et le rapport rendu par le Comité de Vaccination a provoqué un séisme : ce comité dirigé par un lauréat du prix Sanofi Pasteur, Alain Fischer, conseillait de rendre obligatoires onze vaccins au lieu de trois actuellement [5].

Face à ce déni de démocratie, nous n’avons pas plié. Nous nous sommes à nouveau mobilisés.

Et aujourd’hui le Conseil d’Etat donne raison aux citoyens.

Les juges de cette autorité administrative, la plus haute de France, ont estimé que :

« La discordance actuelle entre l’obligation vaccinale et l’impossibilité de la mettre en œuvre conduit à une situation d’illégalité » et que « la ministre de la Santé est en capacité de prendre diverses mesures pour assurer la disposition des seuls vaccins obligatoires [6]. »

De nombreuses voix affichent aujourd’hui leur confiance : le gouvernement, nous dit-on, devrait suivre l’avis du rapporteur du Conseil d’Etat.

Moi je dis : à voir.

Il ne reste que quinze jours pour afficher notre plus grande détermination avant la décision finale.

Quinze jours seulement, après neuf années perdues. Et combien de drames individuels, familiaux, liés à cette situation vaccinale indécente dans notre pays ?

Ce n’est pas le moment de flancher.

NE FAIBLISSONS SURTOUT PAS MAINTENANT, MOBILISONS-NOUS JUSQU’À LA DERNIÈRE FOULÉE.

TRANSFÉREZ CET APPEL PARTOUT AUTOUR DE VOUS.

Grâce à vous, dans quelques mois, des centaines de milliers de bébés pourront à nouveau être vaccinés au DT-Polio.

Signez la petition

Amicalement,

Florent Cavaler





4 réponses à “Victoire (ou presque)”

  1. A CHARLOT dit :

    On ne peut pas signer une 2è fois la pétition, le système refuse!

  2. Nathalie Allain dit :

    Bonjour,
    Pour faire suite à vos divers messages dénonçant l’imposition du vaccin hexavalent (j’ai évidemment signé votre pétition), je voudrais attirer votre attention sur le fait, au cas où vous ne le sauriez pas encore, que c’est aussi remonté jusqu’au niveau européen et que le Parlement européen recommande à la Commission européenne de dénoncer les vaccinations additionnelles imposées par les Etats membres à leurs citoyens à cause de la pénurie de vaccins trivalents. Voici le lien vers l’information du PE: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+MOTION+B8-2017-0030+0+DOC+XML+V0//FR
    Bien à vous.

  3. crepelle dit :

    Hello. Je suis une personne qui a eu a 27 ans une sep apres avoir fait le vaccin de l hepatite B dans les annees 90. J ai 47 ans maintenant sans enfants. Je hais ce vaccin et je signerai toutes les petitions pour le rejeter. Pour info a l heure actuelle, il n est plus obligatoire meme dans les milieux hospitaliers. Cela prouve qu il etait nefaste et dangereux.

  4. Plée Dominique dit :

    De toute manière, personne n’est perdant. Puisque le Conseil donne 4 mois pouir résoudre le problème, ce sera au nouveau ministre de la santé de s’occuper du dossier et pas à la mère Touraine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *