Vivre mieux quand on a la migraine

J’ai beaucoup de chance, je ne souffre pas de migraine. Parfois un léger mal de tête mais, je touche du bois, c’est à peu près tout.

Pourtant, en observant autour de moi, je me rends compte à quel point les personnes qui sont victimes de migraines subissent une double injustice. Il y a la douleur, bien sûr, et en plus le regard des autres : vous, moi, leur entourage, qui les observons souvent avec l’air de dire : « Bon ça va, il va pas nous emm… avec son petit problème, là ! »

Seulement la migraine, ce n’est pas un « petit problème».

C’est comme un voile noir qui se pose sur la vie entière. Il y a l’existence normale, et puis il y a la vie… avec la migraine. Ce qui faisait dire à Lewis Caroll, l’auteur d’Alice au pays des merveilles, et lui-même migraineux :

 

« D’habitude je suis très courageux, mais aujourd’hui, j’ai mal à la tête… »

 

Tout va bien et soudain, il n’y a plus rien d’autre que cette douleur insupportable, comme si un pivert cognait dans tous les recoins du crâne. «Toc-Toc » quand vous faites un pas. « Toc-toc » si vous restez immobile. « Toc-toc » si vous pensez. « Toc-toc » si vous ne pensez rien. Toc-Toc tout le temps !

Et la migraine ne fait pas seulement mal à la tête. Avant même de ressentir la douleur, certaines personnes éprouvent des idées terriblement noires, en proie à un pessimisme morbide : le monde va à sa perte, leur vie est un échec, personne ne les aime, l’humanité est un tas de boue etc.

Face à une telle agression dans la vie de tous les jours, il est vrai que des médicaments – aspirine ou paracétamol, seuls ou associés – peuvent être efficaces s’ils sont utilisés exceptionnellement.

Mais leur consommation prolongée peut transformer le mal de tête en un état permanent (sans parler de leurs effets secondaires). On parle alors de « céphalées par abus d’antalgiques », beaucoup plus difficiles à soigner ! Ces maux de tête incessants représentent 15 à 20 % des consultations auprès des centres spécialisés dans le traitement des céphalées.

Il est d’autant plus dommage d’en arriver là que des solutions douces existent : relaxation, yoga, hypnose, acupuncture, homéopathie et phytothérapie peuvent prévenir et soulager les maux de tête (céphalées) aussi bien que les migraines.

 

Première chose à faire : fuir !

 

Si certains combats réclament courage et engagement, la lutte contre la céphalée appelle une autre stratégie : la désertion. Fuir le bruit et l’agitation.

Dans le cas d’une céphalée, la douleur s’installe au niveau du front et de la nuque avec le sentiment d’une pression ou d’une tension. Parmi les causes les plus fréquentes, on trouve :

  • Un rhume tenace
  • Une infection des sinus ou sinusite dont la douleur s’accentue quand on se penche en avant
  • Une grippe ou syndrome grippal
  • Une infection dentaire non soignée
  • Un abus d’alcool ou alimentaire (repas très riche, plutôt gras et pris de façon inhabituelle)
  • Un manque de sommeil (l’apnée du sommeil est un facteur déclenchant des maux de tête chroniques)
  • Des douleurs pendant les règles
  • Une insolation ou un coup de chaleur
  • Une fatigue visuelle lorsqu’on fixe par exemple un écran d’ordinateur ou la télévision trop longtemps
  • Des verres correcteurs mal adaptés, parfois une divergence ou convergence oculaire qu’il faut corriger par des séances adaptées chez l’orthoptiste, très efficaces !
  • Etc.

La fuite, donc, c’est s’allonger au frais dans la pénombre, un gant frais et humide (éventuellement imprégné d’hydrolat de lavande vraie) posé sur le front. Avec généralement de bons résultats. Dans une étude de 1986, 71 % des patients qui utilisaient une poche de glace ont été soulagés, et la moitié d’entre eux ont déclaré que leur douleur avait immédiatement diminué [1].

En phytothérapie, choisissez des plantes contenant des dérivés salicylés (saule blanc, ulmaire ou reine des prés en gélule, 1 gélule 3 à 4 fois par jour) associées à des plantes à caféine (thé, maté, guarana, Kola…), mais aussi des huiles essentielles sédatives comme lavande, marjolaine à coquilles, camomille romaine, ylang ylang

L’huile essentielle de menthe poivrée est également efficace pour un massage du front, du lobe des oreilles, des tempes et de la nuque.

Et maintenant, que faire face à la vraie torture : la migraine.

 

Symptômes impressionnants des vraies migraines

 

La migraine vient du grec êmikranion, qui veut dire demi-crâne. Les migraines se manifestent par des douleurs lancinantes du côté droit ou gauche de la tête, parfois pendant des heures, voire des jours…

La douleur sourde augmente petit à petit jusqu’à atteindre toute la tête. Elle est pulsatile (avec des battements) : c’est l’horrible toc-toc, cette sensation de « clou » qui s’enfonce et peut s’accompagner de nausées, de vomissements, de photophobie (la personne ne supporte plus la lumière).

Certains symptômes sont plus impressionnants encore, comme des hallucinations auditives, ou encore des paresthésies (fourmillements, picotements) au niveau du visage, bras, mains, jambes… Certains patients sont si inquiets que les médecins font parfois effectuer un scanner pour les tranquilliser et éliminer l’hypothèse d’une tumeur ou d’une ischémie (vaisseau bouché).

Vous voyez ce que je vous disais au début de cette lettre : la migraine, ce n’est pas un « petit bobo ».

Lorsqu’elle arrive, vous pouvez faire la même chose qu’en cas de céphalée : commencer par rester allongé dans une demi-obscurité, appliquer une vessie de glace (cela resserre les vaisseaux) là où vous avez mal, masser les tempes, le dos, et surtout essayer de repérer le « déclencheur » pour mieux agir en conséquence :

  • Le cycle menstruel : avant les règles à cause des variations hormonales – on parle alors de migraines cataméniales (il se produit une baisse du taux d’œstrogènes)
  • Les facteurs psychologiques : soucis, surmenage entraînant du stress
  • Les facteurs physiques : efforts physiques ou intellectuels entraînant une forte fatigue
  • Excès ou manque de sommeil, décalage horaire
  • Facteurs environnants : vent, froid ou brusque variation de température, luminosité…
  • Odeurs fortes, parfums…
  • Facteurs alimentaires :

Allergies alimentaires : œufs, chocolat, fraises, fruits de mer, charcuteries, alcools ; repas trop riches, jeûne de longue durée, changement de rythme alimentaire…

Aliments contenant de la tyramine comme la banane, le chocolat et certains fromages ; mais aussi les sulfites que l’on trouve dans le vin comme agent de conservation, et le glutamate de sodium très utilisé comme exhausteur de goût, en particulier dans l’alimentation asiatique.

Gluten et lactose : une étude de 2001 menée à l’hôpital de Sheffield, au Royaume-Uni, sur un petit nombre de personnes sensibles au gluten a révélé que la plupart souffrent depuis longtemps de maux de tête. Lorsqu’un régime sans gluten a été instauré chez 9 de ces patients, 7 ont immédiatement arrêté de souffrir et les 2 autres ont dit ressentir des améliorations [2]. Des chercheurs de l’université de Cardiff ont relevé pendant 48 heures les symptômes de l’intolérance au lactose chez 133 patients après que chacun d’eux eût reçu 50 g de lactose, soit l’équivalent de ce que contient un litre de lait. Résultat : on trouve des maux de tête dans 86 % des cas.

Revoir son alimentation, c’est aussi s’interroger sur d’éventuels déficits, en magnésium notamment (qui pourrait expliquer les migraines des femmes qui souffrent de syndrome prémenstruel). On trouve du magnésium dans les légumes verts et secs, les oléagineux, les céréales complètes. Contre les migraines, une cure de trois à quatre mois est nécessaire avant de voir une amélioration.

Autres nutriments à considérer, les vitamines du groupe B et notamment la B2 ou riboflavine, qui intervient dans la production cellulaire d’énergie. Les cellules nerveuses des migraineux pourraient souffrir d’un défaut dans cette production d’énergie, d’où l’idée d’utiliser des suppléments pour améliorer l’efficacité des centrales énergétiques cellulaires (les mitochondries).

Dans une étude contrôlée, la riboflavine à la dose (élevée) de 400 mg/j pendant 3 mois a divisé par deux la fréquence des attaques de migraine, alors que la diminution n’était que de 15 % dans le groupe placebo [3].

Mais quelle que soit la cause de la migraine, il y a une plante qu’il faut absolument découvrir.

 

80 % de soulagement avec cette plante

 

La partenelle (Tanacetum parthenium) est également connue sous le nom de grande camomille. Mais avant de vous écrire cette phrase très académique, je trouvais personnellement qu’elle ressemblait à une « super marguerite », avec son beau coussin jaune et ses pétales blanc lumineux.

Je dis super car ses « sommités fleuries » contiennent une substance, le parthénolide, dont on comprend aujourd’hui le rôle étonnant de prévention des crises migraineuses. C’est simple, et fascinant :

Revenons une seconde sur le mécanisme de la migraine : à la suite d’un facteur favorisant (stress, émotion, aliments, cycle menstruel…) il y a libération de sérotonine, qui induit une alternance de contractions et de dilatations des petites artères cérébrales à l’origine de la douleur. Le parthénolide, lui, bloque la libération de sérotonine et prévient ainsi la crise.

Un traitement sur 3 mois permet de diminuer nettement la fréquence et l’intensité des migraines.

Posologie : 2 gélules de partenelle ou 5 ml (1 cuillerée à café) d’EPS (extrait phytostandardisé) dans une tisane de sauge tous les matins pendant 3 mois [4]. De nombreux médecins phytothérapeutes l’utilisent avec 80 % d’effets positifs si le traitement est poursuivi assez longtemps.

Guy de Maupassant parlait de la migraine avec ces mots : « La migraine qui broie la tête, rend fou, égare les idées et disperse la mémoire ainsi qu’une poussière au vent, la migraine m’avait saisi. Pendant dix heures, j’ai dû endurer le supplice contre lequel il n’est point de remède. »

Point de remède ? Il est vrai qu’il n’était pas abonné à PureSanté .

Plus sérieusement, j’espère que ces informations seront utiles à ceux qui sont régulièrement confrontés aux migraines. Et qu’aux autres, ceux qui ont la chance d’avoir la tête libre et tranquille, elles feront mieux comprendre à quel point ce n’est pas un mal exagéré.

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Arnaque aux calories brûlées : les machines de fitness programmées pou... Vous avez couru, transpiré sur le tapis de la salle de sport pendant 30 minutes. Bravo, exercice terminé, et… objectif a...
Grand concours de vie saine (et pourquoi je ne participe pas !) La « vie saine » est une préoccupation légitime, et à la mode. Vous avez une alimentation bio, vous veillez sur votre...
Si l’on veut se faire aimer d’un homme « Si l’on veut se faire aimer d’un homme (ou d’une femme), on se frottera les mains avec du jus de verveine et ensuite o...

[1] Diamond S, Freitag FG. Cold as an adjunctive therapy for headache. Postgrad Med. 1986 Jan;79(1):305-9. PubMed PMID: 3941818.

[2] Hadjivassiliou M, Grünewald RA, Lawden M, Davies-Jones GA, Powell T, Smith CM. Headache and CNS white matter abnormalities associated with gluten sensitivity. Neurology. 2001 Feb 13;56(3):385-8. PubMed PMID: 11171906.

[3] Schoenen J, Lenaerts M, Bastings E. High dose riboflavin as a prophylactic treatment of migraine: results of an open pilot study. Cephalagia 1994;14: 328-329

[4] Contre-indications : femmes enceintes et allaitantes.

17 réponses à “Vivre mieux quand on a la migraine”

  1. Perrault Louis dit :

    Bonjour
    Les migraines de ma chère femme ( 65 ans )se sont arrêtées après qu’un étiopathe lui ai fait un massage du haut du palais, il y a vingt ans.
    Depuis plus rien du tout, presque incroyable !!!!
    Merci pour toutes les infos
    Bonne chance
    Bien amicalement
    Louis

  2. desprat marie-claude dit :

    je souffre depuis plus de 10 ans de maux de tête; les causes sont multiples; je prends du skékan et du lyrica.
    les douleurs restent souvent insupportables.
    Je les soulage aussi avec l’H.E de menthe poivrée. Je veux bien essayer le traitement de partenelle; mais sur internet, les prix passent du simple au triple.
    Que conseillez-vous, le plus cher ou le moins cher ? Merci
    Marie-Claude

  3. sperry dit :

    j’aimerais vous livrer mon témoignage sur les migraines
    J’ai souffert de migraine du ‘cadre’ pendant des années
    j’ai été sur schouté à la codeine ,au début parce que je souffrais de migraine et je me TAPAIS la tete contre un poteau (JE VOUS PROMETS QUE C’EST VRAI)j’ai pris 12 cachets à la codeine par jour puisque les médecins me disaient de faire de la prévention donc j’en prenais dès mon réveil pour ne pas avoir mal au crane et ensuite plus j’en prenais PLUS J’AVAIS MAL et ceci pendant 15 ans
    Maintenant je m’en suis sortis, je suis allé dans un centre d’addiction et avec l’hypnose
    Voila si vous etes dans mon cas je suis pret à vous aider en vous expliquant comment faire. Aujourd’hui je ne prends plus de codeine et cela se passe bien
    Bien à vous

  4. luigi quirina dit :

    Bonjour M. Gabriel.
    Je me présente d’abord:
    Je suis ostéopathe et j’exerce
    cette magnifique profession depuis beaucoup d’années.
    J’ai lu avec intérêt votre article sur les migraines.
    Votre énumération des possibles causes est bien exhaustive sauf que…. on oublie les causes mécaniques qui sont à l ‘origine d’une bonne partie des migraines ou des maux de tête.
    Je comprend cet oubli !

    En effet l’étiologie d’une bonne partie de ce que vous énumérez, trouve très souvent l’explication – et la possible solution – en un traumatisme passé,
    pas forcement de quelque semaine ou mois, mais plutôt quelques années.
    On peut assimiler un corps à un milieu naturel.
    Un changement dans l’écosystème de ce milieu naturel peut porter une modification profonde de tous les éléments qui constituent l’ensemble..
    Cette modification ne s’opère pas en quelque semaine, mais en un laps de temps plus ou moins important. (pour un corps humain difficile à évaluer car le temps est fonction de l’ état du patient au moment du traumatisme).
    Cette relation CAUSE – EFFET est souvent invisible.
    L’ostéopathe procède aussi à une anamnèse détaillée mais, par sa formation et son expérience cherchera aussi à mettre en exergue tous les éléments qui pourraient avoir affecté la mobilité du patient : traumatismes, interventions chirurgicales, pratique excessive du sport etc..
    Cela lui permettra de identifier la ou les possibles causes qui pourraient avoir affecté soit la mobilité, soit la vascularisation même, soit d’autres fonctions.
    Toute attente d’une structure modifie, non seulement la fonction sous-jacente à la structure même, mais peut porter atteinte aussi à d’autres fonctions dont les structures sont en relation plus ou moins étroites avec la structure à l’origine du problème.
    M. Gabriel je tenais à m’exprimer sur ce sujet car je trouve que très souvent l’ostéopathie est ignorée par la plus part des media alors qu’ elle peut rendre des fiers services au patients.
    Les résultats sont là pour témoigner.

    Merci d’avoir pris le temps de me lire.
    Amitiés
    Luigi Quirina Ostéopathe

  5. F.Boniz dit :

    Bonjour,
    Je suis migraineuse depuis ma plus tendre enfance, d’aussi loin que je me souvienne, je devais avoir 4 ou 5 ans. A l’époque mes migraines se traduisaient par des maux de ventre. A l’adolescence les maux de tête sont apparus et les maux de ventre ont disparus.
    J’ai un traitement de fond depuis de longues années, car une maladie des artères m’interdit de prendre les anti migraineux classiques et c’est ce qui me soulage le mieux, pourtant j’en ai essayer des choses, acupuncture, homéopathie ….Même mon médecin de famille homéopathe pourtant expérimenté, n’a pas réussi à en venir à bout… C’est le seul médicament allopathique que je prends avec l’antiagrégant plaquétaire prescrit pour mes artères, que je n’ose pas arrêter. Je vais mieux depuis un peu plus d’un an, à la suite de la découverte de mon intolérance au lactose et au gluten. Là encore de souffrais de troubles digestifs depuis au moins 30 ans… Très vite une fois le régime mis en place, j’ai vraiment vu une amélioration nette. Je fais encore quelques migraines, notamment lors de mon cycle, mais elles passent souvent toutes seules et sont de très courte durée, chose qui n’arrivait jamais avant. J’ai donc essayé de diminuer mon traitement de fond, mais elles réapparaîssent très vite dès lors. J’aimerais pouvoir me passer de ce traitement.
    Je vais essayer la grande camomille sous forme eps, en parallèle de mon traitement de fond, et ainsi voir si je peux le diminuer et dans l’idéal, le supprimer.
    Si vous aviez une piste pour renforcer mes artères ???
    J’ai fait 5 dissections artérielles en 11 ans. Les carotides deux fois chacunes et une vertébrale.
    Merci pour cet article, j’espère qu’il pourra aider les migraineux. Bien cordialement.

  6. Jacqueline Zeiller dit :

    Une forte migraine qui se répète doit inciter à des investigations sérieuses: cela m’est arrivé il y a un mois, les douleurs étaient très fortes, mon généraliste pensait qu’il s’agissait de simples névralgies qui passeraient comme elles étaient venues.
    Je lui ai demandé, néanmoins, une ordonnance d’IRM: celle-ci a révélé un hématome sous-dural(petit AVC), qui, de plus affecte la vision d’un œil. Le neurochirurgien qui a fait l’examen veut refaire celui-ci dans quelque jours, avec ponction à l’appui si ce n’est pas résorbé…Alors, mieux vaut, quand on a très mal, un examen « de trop », (l’IRM montre bcp. plus de choses, même sans injection de produits de contraste, qu’un scanner!), plutôt que passer à côté d’un problème vasculaire sérieux! Dans mon cas, les antiinflammatoires, quels qu’ils soient, m’ont été interdits. Autorisation pour: homéopathie (arnica 5ch,etc) et abaisser la pression artérielle absolument, en dessous de 14. Voilà, merci pour vos courriers!

  7. Jacqueline dit :

    Une forte migraine qui se répète doit inciter à des investigations sérieuses: cela m’est arrivé il y a un mois, les douleurs étaient très fortes, mon généraliste pensait qu’il s’agissait de simples névralgies qui passeraient comme elles étaient venues.
    Je lui ai demandé, néanmoins, une ordonnance d’IRM: celle-ci a révélé un hématome sous-dural(petit AVC), qui, de plus affecte la vision d’un œil. Le neurochirurgien qui a fait l’examen veut refaire celui-ci dans quelque jours, avec ponction à l’appui si ce n’est pas résorbé…Alors, mieux vaut, quand on a très mal, un examen « de trop », (l’IRM montre bcp. plus de choses, même sans injection de produits de contraste, qu’un scanner!), plutôt que passer à côté d’un problème vasculaire sérieux! Dans mon cas, les antiinflammatoires, quels qu’ils soient, m’ont été interdits. Autorisation pour: homéopathie (arnica 5ch,etc) et abaisser la pression artérielle absolument, en dessous de 14. Voilà, merci pour vos courriers!

  8. Dr.MSD dit :

    Parmi les causes alimentaires de migraines ou céphalées,penser à la vanilline,arôme artificiel,pas toujours identifiable car l’étiquette comporte seulement « arôme » .Penser également au blanc d’oeuf., cause possible de tendinites.Les intolérances alimentaires sont détectables par des tests sanguins,malheureusement non remboursés et chers, mais quel soulagement quand l’éviction du ou des substances entraîne le soulagement des symptomes en 2 ou 3 semaines en général.

  9. Revillon dit :

    Une amie qui souffre de migraines depuis longtemps voit ce problème se résoudre avec un changement d’attitude ( mental) diamétralement différent.
    Elle a ressenti qu’ellle était bloquée, qu’elle n’allait plus de l’avant d’où constipation et maux de tête et enfermement sur elle-même.
    Cette simple prise de conscience l’a libérée

  10. Debremaeker dit :

    Bonjour,
    Merci pour vos articles. La mienne de migraine est particulière car C est la migraine hemiplegique imparfaitement nommée car elle présente plus de troubles neurologiques que de douleurs presque. Je suis d accord avec tout ce que vous présentez. Mais je crois qu il faudrait une explication claire des modifications physiologique et chimique dans le corps lors du stress pour que les gens arrêtent de culpabiliser de stresser, le genre C est dans la tête, tu n as pas un bon mental.
    Et une autre explication limpide des modifications chimiques induites par la méditation la cohérence cardiaque… etc… l exercice… produire ses propres médicaments.
    Un autre souci qui m exaspéré est que les plantes aussi présentent des effets indésirables des contre indications…
    Certaines peuvent provoquer de l hypotension, nombreuses sont celles qui agissent sur la coagulation, vous avez dans un article évoqué les conséquences des microlesions des vaisseaux et les plaquettes….
    Quand à la serotonine, un chercheur en hématologie le seul médecin que j ai qui semble réfléchir m a expliqué qu en réalité tout ce qu on pose comme dogme sur son action dans le cerveau ne repose que sur des hypothèses car on hé peut mesurer que la serotonine circulant e, celle des plaquettes, et les métabolites dans les urines. Et selon les cas un médicament pour soit disant augmenter la serotonine peur être très contre productif pour le moins.
    Dans le cas de la migraine mon dernier neurologue est un très célèbre neurologue qui peut sembler très sympathique, pousse dans ses retranchements il montre son arrogance son mepris des collègues voire même des dites de ses patients. Il n a pas tenu compte de mon terrain et à attribué l échec de son traitement à un prétendu abus médicamenteux de ma part en juin, puis en octobre il a envoyé un courrier à ma généraliste disant que j allais bien mieux, il a réussi. …. En réalité, la méditation m a apporter un confort de vie mais pour le reste … la migraine hemiplegique C est la migraine mais en 1000 fois pire. Une crise ressemble à un AVC.
    Ceci dit une bonne hygiène de vie des rythme de repas et de sommeil rigoureux aide.

  11. Pawlowski Jean-Marc dit :

    Je suis passé par 3 cures de prises d’eau thermales à Vichy, il y a plus de 30 ans, ces cures m’était conseillées par un Kiné, branché « médecines parallèles », pour ressusciter mon système digestif détruit par la prise journalière d’anti-inflammatoires pour « soigner » ma spondylhartrite débutante. Cette cure fut un vrai miracle et modifia mon métabolisme digestif, depuis tout passe, finis les migraines de lendemain de cuite, et celles qui suivent les « gros repas ». Une partie des migraines ont des origines digestives, et pour la majorité de ces cas là, VICHY EST LA SOLUTION. Un curiste convaincu par le thermalisme et qui gère sa maladie uniquement par la cure, sans l’utilisation d’anti-inflammatoires…

  12. jean michel beuzit dit :

    Bonjour,
    juste pour dire que le pourtour gris de votre new letter, a une ambiance catafalque quelque peu déplaisante.
    Je me permet de vous suggérer d’en adoucir la couleur.
    merci

  13. Anne Jimenez dit :

    Superbe article, merci.
    J’ai été migraineuse pendant plus de 20 ans mais maintenant il ne m’arrive que très rarement d’en avoir. Tant mieux. Par contre, depuis plusieurs années, je ne prends plus de médicament, je prends une tasse de café très sucré et un quart d’heure après, la douleur de la migraine s’efface peu à peu. Un bon conseil facile à mettre en œuvre qui peut aider. Cordialement, AJ

  14. Nat dit :

    Bonjour,

    J’ai 41 ans et subis des migraines depuis l’age de 13 ans. Donc bien entendu pas de lumière (vachement évident lorsque vous avez étes à la tête d’une petite entreprise!!!) pas de bruit (oups je vie en ville) et bien sur trouble de la vue, cuir chevelu électrisé au moindre contact, manque évident de volonté enfin voilà quoi !!!! La pire des pires a été en 2014… Ha les vacances de 2014 en Corse !!!! un régale …. Une migraine de 3 semaines avec vertiges vomissements et troubles de la vue ….!!!!! Mémorable !!! Enfin…
    Je suis ravie d’avoir pris connaissance de cet article, car lorsque mon petit démon (c’est comme cela que je nomme) pointe le bout de son nez je peux facilement avaler 6 tubes de paracétamol en moins d’une semaine !!!! Alors si cette plante pouvait m’éviter cet empoisonnement j’adhère volontiers !!!!
    Longue à la médecine douce

    Nat.

  15. Laura dit :

    Bonjour,
    Ado j’ai eu 2 migraines (une à 11-12 ans et une à 17). Puis, de Septembre 2008 à Juillet 2014 j’ai souffert de grosses migraines : une tous les 2 jours, alternées avec des sinusites. Puis au fil des ans, la fréquence a diminué (4/semaine) ainsi que l’intensité (adaptation à la douleur). J’avais des migraines sans aucune raison, je n’arrivais pas à trouver les éléments déclencheurs. Je ne suis pas fan des médocs, loin de là. Mais j’ai tout même pris ceux prescrits par les généralistes, neuros… j’ai testé tous les traitements possibles de courtes durées (dont tous les triptans) ou à libération prolongée ; j’ai même été sous perfusion pendant 1 semaine : soient ils étaient efficaces quelques semaines, soient efficaces mais avec les effets secondaires, soient complètement inefficaces avec les effets secondaires… Bref ! Avec mon conjoint, en prenant du recul et par déduction, on tombait toujours sur un point : la pilule !!! Les toubibs me disaient qu’il y avait très peu de chances que ce soit ça, car si c’était le cas, je n’aurais eu des migraines que pendant ou avant mes périodes menstruelles.
    J’ai pris des gélules de Grande Camomille (indiquée pour le bien-être pré-menstruel) et de Saule, plusieurs fois par jour et pendant au moins 6 mois et bien sûr j’ai arrêté la pilule. La dernière grosse migraine (au début de mon traitement par phytothérapie) a tout de même duré 3 semaines !!!
    Le point de départ de ces migraines fut : le début de la prise de la pilule + un gros stress.
    Depuis fin 2014, je ne prends plus ces gélules (j’en ai toujours en réserve au cas où), et je n’ai plus de migraine sans raison. J’ai appris à repérer les éléments déclencheurs, qui sont maîtrisables.
    PS : J’ai fait quelques séances d’acupuncture également, qui ont diminué l’intensité des migraines que je peux avoir parfois.

    Je finis mon laïus en disant que les médecins que j’ai rencontrés, surtout ceux censés être spécialisés dans les migraines, ont des œillères ! ils sont bornés, fermés ! S’ils ne l’ont pas appris à la fac ou par les labos, ça n’existe pas ou ce n’est pas possible que ça fonctionne.

    Merci la médecin douce !!!

  16. Eric dit :

    Jeune, j’ai souffert de migraines terribles pendant 5 ans. Malgré toutes les recherches, rien n’a soulagé ces migraines.
    Puis un jour, je vais chez un nouveau dentiste et j’avais ce jour-là une terrible migraine.
    On en parle et il me propose de remplacer les plombs par de l’inlay, me disant que les plombs dans les dents peuvent être une des causes, en plus du côté plus esthétique des inlays.
    J’ai accepté.

    Depuis, je n’ai plus jamais eu de migraine, soit depuis 20 ans.
    Si ça peut aider…

  17. sylviane LANGELLA dit :

    Bonjour, depuis 6 mois je souffre de migraines ophtalmiques (ma vision se trouve soudain affectée par des ronds qui forment comme des trous au milieu d’une phrase par exemple.) j’ ai pratiqué l’osthéo, l’acupuncture, cure de magnésium. tranquille pendant 2 mois, plus une seule crise et voilà que ça recommence. a chaque fois ça me laisse épuisée, la crise ne dure pourtant qu’une vingtaine de mn. suivie ou non de céphalées,(tjrs sur la nuque) selon si j’arrive a me détendre suffisamment ou pas. que pourriez vous me conseiller pour me débarrasser totalement de tout ça. je précise que j’ai 60 ans et n’ai jamais été migraineuse jusque là. et il n’y a rien au scanner. merci infiniment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *