La coriandre, c’est comme belle-maman. Soit on l’aime, soit…

Chère lectrice, cher lecteur,

La coriandre, soit on l’adore, soit on la déteste. Et ceux qui la détestent n’y vont pas de main morte :

« La coriandre, c’est dégueulasse ! Elle a un goût infect de savon mélangé à un vieux torchon moisi. »

Les amateurs de cette herbe verte et feuillue ne comprennent souvent pas pourquoi elle cause une telle répulsion chez certains…

Pour certains, la coriandre a le goût du savon. Pour d’autres, cela peut avoir le goût de punaises, de saleté, de moisi, etc…

Si c’est votre cas, vous n’êtes pas le seul : une étude montre que 21 % des Asiatiques, 14 % des Africains et 17 % des Européens n’aimeraient pas cette herbe aromatique.

C’est dommage quand on sait que la coriandre :

  • Stimule l’appétit[1] et aide à bien digérer[2]
  • Aiderait à éliminer les métaux lourds[3]
  • Est connue pour ses propriétés antimicrobiennes, antioxydantes, hypoglycémiques, anxiolytiques, analgésiques, anti-inflammatoires[4].

Alors la question est :

Pourquoi tant de dégoût à l’encontre de cette plante verte pourtant si bénéfique pour la santé ?

La réponse, vous allez voir, est scientifique.

Possédez-vous ce gène qui transforme la coriandre en savon ?

La coriandre est une plante aromatique qui pousse partout dans le monde, mais elle est originaire des bords de la Méditerranée et d’Asie occidentale.

Même si le fait d’aimer ou non la coriandre peut dépendre en partie de nos origines culturelles, des chercheurs ont voulu savoir pourquoi certaines personnes avaient pour elle autant d’aversion.

Et leur découverte est plutôt surprenante :

En analysant les gènes de près de 30 000 individus, ces chercheurs ont démontré que ceux qui déclaraient détester la coriandre partageaient un gène commun appelé « OR642 » [5].

Les individus possédant ce gène sont sensibles à l’odeur des « aldéhydes », un composé organique présent à la fois dans la coriandre et… dans le savon !

Moralité de l’histoire : si vous n’aimez pas la coriandre, ce n’est pas de votre faute…

Et parmi ceux qui raffolent de cette herbe, n’hésitez pas à consulter l’article les 8 effets méconnus de la coriandre.

Amicalement,

Florent Cavaler




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Cancer de la thyroïde : alerte sur le dépistage C’est tout simplement effarant. On nous bassine à longueur de temps avec des informations sans intérêt sur la politiq...
L’erreur des insomniaques Une des mauvaises stratégies classiques des insomniaques est d’essayer de dormir plus en se couchant plus tôt. Certains...
Mélatonine : évitons la panique Chère lectrice, cher lecteur, Dans les médias, ils ont sorti l’artillerie lourde. « Sommeil, alerte sur les effets s...

[1] H Baumana and J Seibert, Food As Medicine: Coriander/Cilantro (Coriandrum sativum, Apiaceae), HerbalEGram:Volume 12, Issue 6, June 2015

[2] Selon la commission E, l’organisme allemand qui atteste de l’efficacité des plantes.

[3] K Abascal, E Yarnell, Cilantro—Culinary Herb or Miracle Medicinal Plant?, Alternative and Complementary TherapiesVol. 18, No. 5

[4] Laribi B, Kouki K, M’Hamdi 3, Bettaieb T, Coriander (Coriandrum sativum L.) and its bioactive constituents, Fitoterapia. 2015 Jun;103:9-26.

[5] https://blog.23andme.com/23andme-research/cilantro-love-hate-genetic-trait/

5 réponses à “La coriandre, c’est comme belle-maman. Soit on l’aime, soit…”

  1. Pascale Mentré dit :

    Il n’y a pas d’aldéhyde dans les savons. Ce sont des sels d’acides gras et de sodium (savons courants) ou de potassium (savon noir). Cette inexactitude chomique ne retire rien à la valeur de coriandre en particulier pour éliminer les métaux lourds.
    (PM Docteur es sciences)

  2. AnnB dit :

    Idem : où sont sont les sources scientifiques pour cet article ?

    • Eloi Petetin dit :

      Bonjour,

      Vous pouvez consulter les sources sous l’onglet « Cliquez ici pour consulter les sources : » juste au dessus des commentaires, Bonne journée !

  3. Grill dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces informations sur la coriandre que, personnellement, j’aime bien.
    Mais où sont les renvois (1, 2, 3, 4, 5) de votre texte ?
    A vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *