La coriandre, c’est comme belle-maman. Soit on l’aime, soit…

Chère lectrice, cher lecteur,

La coriandre, soit on l’adore, soit on la déteste. Et ceux qui la détestent n’y vont pas de main morte :

« La coriandre, c’est dégueulasse ! Elle a un goût infect de savon mélangé à un vieux torchon moisi. »

Les amateurs de cette herbe verte et feuillue ne comprennent souvent pas pourquoi elle cause une telle répulsion chez certains…

Pour certains, la coriandre a le goût du savon. Pour d’autres, cela peut avoir le goût de punaises, de saleté, de moisi, etc…

Si c’est votre cas, vous n’êtes pas le seul : une étude montre que 21 % des Asiatiques, 14 % des Africains et 17 % des Européens n’aimeraient pas cette herbe aromatique.

C’est dommage quand on sait que la coriandre :

  • Stimule l’appétit[1] et aide à bien digérer[2]
  • Aiderait à éliminer les métaux lourds[3]
  • Est connue pour ses propriétés antimicrobiennes, antioxydantes, hypoglycémiques, anxiolytiques, analgésiques, anti-inflammatoires[4].

Alors la question est :

Pourquoi tant de dégoût à l’encontre de cette plante verte pourtant si bénéfique pour la santé ?

La réponse, vous allez voir, est scientifique.

Possédez-vous ce gène qui transforme la coriandre en savon ?

La coriandre est une plante aromatique qui pousse partout dans le monde, mais elle est originaire des bords de la Méditerranée et d’Asie occidentale.

Même si le fait d’aimer ou non la coriandre peut dépendre en partie de nos origines culturelles, des chercheurs ont voulu savoir pourquoi certaines personnes avaient pour elle autant d’aversion.

Et leur découverte est plutôt surprenante :

En analysant les gènes de près de 30 000 individus, ces chercheurs ont démontré que ceux qui déclaraient détester la coriandre partageaient un gène commun appelé « OR642 » [5].

Les individus possédant ce gène sont sensibles à l’odeur des « aldéhydes », un composé organique présent à la fois dans la coriandre et… dans le savon !

Moralité de l’histoire : si vous n’aimez pas la coriandre, ce n’est pas de votre faute…

Et parmi ceux qui raffolent de cette herbe, n’hésitez pas à consulter l’article les 8 effets méconnus de la coriandre.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] H Baumana and J Seibert, Food As Medicine: Coriander/Cilantro (Coriandrum sativum, Apiaceae), HerbalEGram:Volume 12, Issue 6, June 2015

[2] Selon la commission E, l’organisme allemand qui atteste de l’efficacité des plantes.

[3] K Abascal, E Yarnell, Cilantro—Culinary Herb or Miracle Medicinal Plant?, Alternative and Complementary TherapiesVol. 18, No. 5

[4] Laribi B, Kouki K, M’Hamdi 3, Bettaieb T, Coriander (Coriandrum sativum L.) and its bioactive constituents, Fitoterapia. 2015 Jun;103:9-26.

[5] https://blog.23andme.com/23andme-research/cilantro-love-hate-genetic-trait/

14 réponses à “La coriandre, c’est comme belle-maman. Soit on l’aime, soit…”

  1. Jeanine dit :

    Bonjour,
    J’adore la coriandre et en ressent le besoin d’en mettre un peu partout, (carottes râpées, plats…). Pourtant, jeune adulte je n’appréciais pas trop son odeur mais le goût passait…
    En revanche, c’était pour le gingembre que le goût de savon était trop prononcé pour pouvoir en manger mais l’odeur ne me déplaisait pas. Désormais, je l’apprécie mais pas autant que la coriandre !

  2. Magguy dit :

    Pourrait-on enfin cesser de dénigrer les Belles mamans? Nous sommes en 2022 et ces belles mamans ont été mères avant d’être belles mères. Mais il semblerait qu’après avoir été la douceur incarnée lorsqu’elles étaient mères et fécondes, elles soient devenues grincheuses et tyranniques avec l’âge et la ménopause. La femme est-elle encore en droit d’exister lorsqu’elle a cessé de procréer, ou devient-elle inutile, voir nuisible? Ces petites allusions répétitives n’ont l’air de rien, elles entretiennent pourtant bel et bien la mauvaise image de la femme âgée dans nos sociétés.

  3. RODRIGUES dit :

    Je trouve dommage qu’il faille aller de clic en clic à n’en plus finir pour avoir une simple information 😏c’est penible . Déjà il est hyper long de vous lire …70 ans …parfois j’avoue que je pense à ne plus vous suivre….je me soigne avec des Huiles Essentielles depuis toujours…je vous trouve interessant mais très pénible à suivre…désolée…
    Sentiments les meilleurs

  4. Eve dit :

    Bonsoir, Quant à moi, je trouve que la coriandre à l’odeur du « pipi de chat » mais je l’adore et je l’ai découverte il y a des années dans le 13ème arrondissement et depuis je la fait pousser dans mon potager….
    Merci pour vos articles.

  5. Jeanne BERNARD dit :

    Bonjour,
    Je fais partie de celles et ceux qui n’apprécient pas le goût de la coriandre FRAÎCHE ! En revanche je l’utilise beaucoup en épice, ajoutant les graines d coriandre, assez souvent en association avec la cardamome soit dans les légumes soit dans les compotes de fruits (poires-pommes par exemple). Cependant je ne les écrase pas appréciant la surprise de leur parfum subtile au moment où la graine viennent se nicher sous la dent ! Y-a-t’il un inconvénient à ne pas les écraser ? Est-ce que leurs vertus sont alors moins performantes ? Merci pour votre réponse.

  6. Claude dit :

    Petit témoignage : Il y a quelques années je détestais la coriandre et je me demandais comment on pouvait manger une pareille horreur. Je ne sais absolument pas ce qui m’a fait changer, mais maintenant je l’adore et je regrette toujours d’avoir du mal à en trouver.
    Donc, rien n’est jamais perdu !

  7. nathalie héberlé dit :

    Effectivement, il y a plus de trente ans je me suis retrouvé dans un restaurant Indien, et tout avait un gout de savon, moi qui mange de tout c’était une surprise.
    depuis il semblerait que ce gène puisse muté car maintenant j’adore la coriandre et grande quantité.

  8. Janie dit :

    Si j’ai toujours adoré la coriandre j’en ignorais les vertus. J’en mets dans de nombreux plats : salades de carottes, concombres, pousses de soja avec des cacahuètes pilées et un peu de menthe, bouillons etc…. Je n’aurais jamais pensé qu’on puisse lui trouver une mauvaise odeur. Je la trouve fraîche et avec un goût bien particulier qui se marie bien avec d’autres aliments.

  9. Mehlhardt-Doerfler dit :

    NB: Ce n’est pas « le gène appelé «OR 642» mais plutôt l’OR6A2 !

    [« Olfactory receptor 6A2 is a protein that in humans is encoded by the OR6A2 gene. » (https://en.wikipedia.org/wiki/OR6A2)]
    [« Several studies have been done throughout the world to find out the genetics behind the difference in taste perception of coriander leaves. Through these studies, scientists were able to point out the fact that most cilantro haters shared a particular group of olfactory receptor genes called OR6A2 that has the capacity to identify the smell of aldehyde chemicals that are present in coriander leaves as well as soaps. »
    (https://www.news-medical.net/health/The-Genetics-of-Corianders-Soapy-Taste.aspx)]

  10. Pascale Mentré dit :

    Il n’y a pas d’aldéhyde dans les savons. Ce sont des sels d’acides gras et de sodium (savons courants) ou de potassium (savon noir). Cette inexactitude chomique ne retire rien à la valeur de coriandre en particulier pour éliminer les métaux lourds.
    (PM Docteur es sciences)

  11. AnnB dit :

    Idem : où sont sont les sources scientifiques pour cet article ?

    • Eloi Petetin dit :

      Bonjour,

      Vous pouvez consulter les sources sous l’onglet « Cliquez ici pour consulter les sources : » juste au dessus des commentaires, Bonne journée !

  12. Grill dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces informations sur la coriandre que, personnellement, j’aime bien.
    Mais où sont les renvois (1, 2, 3, 4, 5) de votre texte ?
    A vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *