Lettre à tous ceux qui ne comprennent rien aux courges (comme moi)

Chère lectrice, cher lecteur,

Samedi matin, ma femme avait envie de faire une soupe au potiron.

Je lui propose d’aller au marché acheter une belle courge de la région.

Tout se passe bien, jusqu’au moment où je tombe sur ça :

Et là, c’est la panique !

J’avais en tête la bonne vieille citrouille orange, comme celle que les enfants décorent à Halloween.

Et là je me retrouve avec des monstres de toutes les tailles et de toutes les couleurs.

Certaines sont bien rondes, d’autres ont la forme d’un ballon de rugby, de soucoupe volante, de poire ou encore de maracas géantes. J’en ai même vu une tout allongée et tordue, qui ressemblait à un serpent avec une grosse tête…

J’en choisis une au hasard.

Ce n’était pas un potiron, mais un pâtisson.

Raté !

Je me suis juré que ça n’arriverait plus

Potimarrons, potirons, pâtissons, butternut, courge spaghetti…

J’ai décidé de mettre un peu d’ordre dans cette grande famille des courges. Alors si vous aussi, vous êtes un peu perdu au moment d’en choisir une, voici mes conseils pour vous y retrouver et mes recettes préférées à base de courge.

Pourquoi il serait dommage de s’en priver

La courge est presque aussi forte qu’une carotte, un chou-fleur et des épinards réunis.

Comme la carotte, la courge est riche en caroténoïdes. C’est d’ailleurs ce qui leur donne, à l’une comme l’autre, leur belle couleur orange.

Les caroténoïdes sont de puissants antioxydants qui peuvent aider à prévenir de nombreuses maladies comme les troubles cardiovasculaires et même les cancers.

D’ailleurs, en 2010, des chercheurs indiens ont montré qu’une alimentation riche en courge était associée à une réduction du risque de plusieurs cancers (estomac, sein, poumon, rectum)[1].

Comme le chou-fleur, la courge a une forte teneur en zéaxanthine.

Et comme les épinards, elle contient aussi de grandes quantités de lutéine.

Or ces deux types de caroténoïdes sont indispensables au bon fonctionnement des yeux.

Ils sont naturellement présents dans la macula, la zone de la rétine responsable de la vision centrale, et contribuent à filtrer la lumière bleue et les ultraviolets.

Des études ont d’ailleurs trouvé qu’une consommation riche en lutéine et en zéaxanthine permettait de limiter le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)[2].

Mais ce n’est pas tout.

La courge est aussi un excellent aliment pour faire le plein de glucides de façon saine.

En effet, son index glycémique est extrêmement bas (15)[3]. C’est encore mieux que la patate douce, pourtant réputée pour son index glycémique modéré (50).

Ainsi, lorsque vous mangez de la courge, vous assimilez des glucides sans faire monter dangereusement votre taux de sucre dans le sang (glycémie).

Vous l’aurez compris, nous avons tout à gagner à consommer régulièrement de la courge. Mais encore faut-il savoir la cuisiner et faire son choix parmi les nombreuses variétés proposées…

La plus connue, mais pas la plus “goûtue”

La citrouille est sans doute la plus connue des courges. C’est elle que les enfants transforment en visages terrifiants à Halloween.

Elle se prête bien à ce petit jeu car elle est grande, régulière et d’une couleur orange vif.

Mais si on l’utilise autant pour la décoration, c’est aussi parce que ce n’est pas la plus goûteuse.

Vous allez voir qu’il en existe d’autres à la chair beaucoup plus savoureuse.

Ma préférée pour la soupe

Le potimarron est une petite courge qui dépasse rarement les 4 kg. Il a la forme d’une grosse figue.

Et en soupe, il est vraiment délicieux.

Il suffit de le couper en gros morceaux et de le cuire 30 minutes dans l’eau avec une grosse gousse d’ail et deux oignons. Ajoutez ensuite de la crème végétale (la crème de coco se marie très bien avec, par exemple), un peu d’huile ou de beurre, et épicez-la à votre goût : curcuma, curry, paprika, thym, romarin…

Et l’avantage du potimarron, c’est que sa peau est comestible (à condition de le choisir bio). Vous n’avez donc pas besoin de l’éplucher.

Un « petit gros » plein de douceur

Le potiron ressemble au potimarron, mais il est plus enrobé et plus large. Il a un goût plus sucré que le potimarron, il convient donc parfaitement à la confection de desserts, comme la tarte au potiron (un vrai régal, avec de la cannelle et du miel).

L’OVNI de la famille

Sorte de soucoupe volante blanche échouée au milieu des étals, le pâtisson est un peu l’OVNI de la famille.

On se demanderait presque comment la nature a pu imaginer une forme de courge aussi étrange.

Sa chair est blanche et il paraît qu’on peut le consommer cru. Sa saveur rappellerait celle de l’artichaut.

Si vous le cuisez, vous pouvez en faire une excellente purée, avec de la patate douce ou des carottes par exemple.

Mais attention : sa peau est coriace. Il vous faudra un couteau bien aiguisé si vous voulez le découper cru. Je vous conseille plutôt de le cuire entier à l’eau bouillante et de le couper ensuite en deux. Vous n’aurez alors plus qu’à vider les deux moitiés avec une cuillère.

La courge butternut

La courge butternut est une valeur sûre. Sa chair tendre et crémeuse convient aussi bien pour un dessert que pour un gratin ou une soupe.

Le plus simple : coupez-la en deux, entaillez la chair, glissez quelques morceaux d’ail dans les brèches et recouvrez généreusement d’huile d’olive. Mettez-la alors au four pendant 30 à 40 minutes et c’est prêt ! Vous pouvez la déguster directement dans sa « coquille ».

Elle remplace les spaghettis

Cette courge ovale, de couleur jaune ou verte, parfois rayée, a l’air plutôt banale.
Et pourtant c’est sans doute la courge la plus étonnante de la famille. Quand sa chair est cuite, elle fait des filaments qui ressemblent à des spaghettis.
C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on l’appelle courge spaghetti.

Après avoir extrait tous les filaments de la courge, vous pourrez ainsi les cuisiner comme de vrais spaghettis italiens : bolognaise, carbonara, pesto… tout est possible !

Jack be little, la petite dernière

C’est la dernière que j’ai découverte au marché. Cette citrouille miniature sort vraiment du lot. Elle permet de réaliser des assiettes originales qui surprendront vos convives.

La meilleure façon de la préparer consiste à lui ôter son chapeau et à l’évider. Cuisez la peau et le chapeau à la vapeur pendant quelques minutes et faites revenir la chair dans de l’huile d’olive avec des oignons rouges et du gruyère râpé.

Selon vos goûts, vous pouvez encore ajouter des œufs, du tofu émietté ou encore des noix.

Il ne vous reste plus qu’à garnir la courge avec la chair et de mettre le tout au four (sans oublier le chapeau).

Et toutes celles que j’oublie…

Courge du Siam, delicata, festival, galeux d’eysines, kururu, lady godiva, melonette jaspée, musquée de Provence, rouge d’Étampes, pomme d’or, turban turc, sucrine du Berry, longue de Nice, bleue de Hongrie, etc.

La liste des courges est encore longue et je ne peux malheureusement pas toutes les citer dans ce message.

Si vous connaissez d’autres variétés, ou des idées de recettes pour les cuisiner, n’hésitez pas à partager vos secrets avec les lecteurs de PureSanté. Il vous suffit de cliquer ici et de me laisser un commentaire.

Amicalement,

Florent Cavaler



Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Démarrer avec le Qi gong Une des raisons qui explique le formidable intérêt de la médecine chinoise est qu’elle ne fait rien comme les autres. ...
Le parfum de mon enfance Chère lectrice, cher lecteur, La semaine passée, en faisant de l’ordre dans mes affaires j’ai retrouvé un drôle de tr...
Sous estimez-vous les Oméga-7 ? Chère lectrice, cher lecteur, En 2011, alors qu’ils étudient des souris obèses et diabétiques dans leur laboratoire d...

29 réponses à “Lettre à tous ceux qui ne comprennent rien aux courges (comme moi)”

  1. Court dit :

    Bonsoir,
    j’ai lu avec attention votre article sur les courges.
    Il se trouve que mes parents cultivaient dans les années 1970 des pâtissons, oui MAIS: des pâtissons jaunes (dont ils avaient gardé des graines lors de leur retour d’ Afrique du Nord) on les appelait aussi artichaut de Jerusalem; à l’heure actuelle on en trouve pratiquement plus! Ils ont tenté cette culture (ils étaient trop en avance sur leur époque et cela n’a pas marché) pour faire connaitre cette variété qui est bien plus délicieuse et moelleuse que le pâtisson blanc!
    Un goût très fin d’artichaut et de courgette, le fruit n’étant pas coriace comme vous le dites on pouvait le cuisiner pelé, revenu en fines tranches dans de l’huile d’olives accompagné d’une sauce tomate ou bien farci avec sa chair hachée et restes de viande: un régal!
    Mon conseil: pour les pâtissons blancs il faut SURTOUT les consommer quand ils sont très jeunes et petits. Plus gros ces pâtissons n’ont guère de goût…ne pas attendre qu’ils deviennent courge!
    PS: si quelqu’un a des graines de pâtissons jaunes , je suis preneuse!….
    Merci pour vos articles!

  2. Christian dit :

    Merci pour cet article très intéressant. Voici un truc pour ne rien gâcher des courges : lorsque vous ouvrez une courge pour la préparer, réserver les graines. Laver les graines dans l’eau en prenant soin de bien éliminer tout morceau de chair qui pourrait rester, sécher les graines dans un torchon, et les faire griller à feu doux dans une poêle sans rien d’autre (surtout pas de matière grasse). Lorsque les graines sont légèrement brunies, servez les en apéro. Attention, sous l’effet de la chaleur, les graines explosent et sautent hors de la poêle, j’utilise donc un couvercle anti projection. Les graines de citrouille sont très bonnes, celles de potimarron sont plus dures

  3. Pierre Kempf dit :

    Vous dites que l’indexe glycémique de la courge est de 15. C’est vrai quand elle est crue, mais cuite, l’IG monte à 75.

  4. ARGOUD dit :

    Je ne sais pas si d’autres personnes ont fait la remarque. Voici ce que vous avez écrit « Ainsi, lorsque vous mangez de la courge, vous assimilez des glucides sans faire monter dangereusement votre taux de sang dans le sucre (glycémie).  » A ma connaissance, ce n’est pas le sang dans le sucre mais l’inverse, le taux de sucre dans le sang..
    Bonne reception

  5. Christian dit :

    la courge de Naples, potiron doux vert d’Hokkaïdo, potiron bleu de Hongrie, potiron rouge vif d’Étampes et le potimarron Uchiki kuri tous excellent pour leur chair et leur gout.

  6. PENVEN dit :

    Un truc pour préparer toutes les courges y compris les pâtissons qui sont très durs à éplucher :
    Les piquer avec un couteau à 4 ou 5 reprises et les mettre à la vapeur pendant 1/4 d’heure.
    Ensuite elles s’épluchent toutes seules avec un économe et on peut les cuisiner et finir la cuisson de la façon dont on souhaite : en soupe, en purée, en lamelles, en dés, façon spaghettis, un super légume pour l’hiver !

  7. Gilibert Yves dit :

    pour ma part une citrouille en soupe est vraiment excellente je la cuisine en mettant des pommes de terre à poids egal dans une casserole d’eau , 20 minutes de cuisson et au moment de servir un peu de créme fraiche
    c’est une merveille!!

  8. Pierre Kempf dit :

    Dire que l’index glycémique de la courge est de 15 est trompeur. C’est vrai de la courge crue, mais je ne connais pas beaucoup de gens qui la mangent ainsi. Une fois cuite, l’IG monte à 75. Cela n’empêche pas que la courge reste un excellent légume.

  9. Katia Martinez dit :

    Bonjour Florent,
    Un grand merci à vous ainsi qu’à votre épouse car sans elle , point de cours sur les courges! Je saurai désormais comment les cuisiniers et les nommer. 😋

  10. Knockaert dit :

    Bonjour,

    Parmi les curcubitacés la citrouille, est la seule que je cuisine .la recette..une bonne part de citrouille+un kilo
    De moules+ crème.
    Cuire les moules, GARDER LE JUS,
    Couper en morceaux la citrouille qui va cuire dans les JUS de moule..En fin de cuisson ajouter la crème (entière) . Un peu de moules dans chaque assiette + la citrouille.

  11. GUYOT dit :

    Pour ne pas être lourde après le déjeuner ou pour le soir, je cuis une butternut en dés. Je les égoutte bien, ajoute des herbes, de l’ail, du sel fou, du jambon fumé râpé ou bacon. Je mélange et verse dans un plat huilé. Je verse dessus un pot de cancoillotte et j’enfourne four 200 degrés jusqu’à obtenir un plat doré. Ça fonctionne aussi au micro-ondes fonction crisp qui combine micro-ondes et grill. On dirait qu’on mange une tartiflette gratinée !

  12. Jocelyne Sewell dit :

    Ce soir nous avons mangé une soupe turban turc avec onions, céleri, patate douce et curry. Passée au robot et ensuite lait de coco. Un morceau de pain maison et mes produits sont bio de mon jardin
    Jocelyne Sewell
    British Columbia, Canada

  13. Delbeke valerie dit :

    Bonjour
    Attention toutefois aux lectines contenues dans les courges !!! Elles sont très irritantes pour les intestins fragiles . Il parait qu’il faut les cuire sous pression et enlever peau et graines pour limiter au max ces lectines.
    Bonbe soupe !

  14. Emilie dit :

    Il y a aussi la courge musquée qui est vraiment goûteuse, et le patidou bien sucré.
    La courge traditionnellement utilisée pour Halloween est une variété bien particulière où il n’y a quasiment pas de chair, ce qui évite de la creuser.
    Une recette intéressante est le fondant au chocolat à la courge musquée (qui remplace le beurre).
    Bien cordialement,
    Emilie

  15. Bourniche Mireille dit :

    La courge bleue de Hongrie est ma préférée et celle de mes enfants. Elle a un goût encore plus délicat que la butternut. En soupe avec de l ail et rien d autre (même pas de sel) elle est naturellement delicieuse.

  16. BRUN-COSME dit :

    Merci et bon appétit !
    Joëlle

  17. nelly dit :

    Bonjour, je viens de lire votre lettre sur les courges et je souhaitais partager avec vous une petite de la famille que j’ai découvert très récemment sur le marché. C’est en voyant une jeune femme sure d’elle « se jetter » dessus que j’ai été interpellée. Je l’ai donc questionné, et je l’ai testé: le patidou.
    courge de petite a moyenne taille ( pour 1 a deux personne) . Peu honereuse (je la paye chez moi 0.50€ la pièce sur un marché bio
    Vous coupez le chapeau, vous vider les pépin, vous remettez le chapeau et 35 à 45mn au four (selon la taille). 10 minutes avant la fin, vous la sortez, vous versez dedans un œuf entier, un peu de crème (végétale ou non selon les gout et pratiques), du sel, du poivre de la muscade, un peu de fromage rapé, vous remettez au four 10 à 15 minutes:
    vous obtenez des Patidou cocotte.
    Servez tel quel:
    Un repas savoureux, , nourrissant, et une assiette originale et agréable à servir

  18. Marc Moissard dit :

    Bonsoir,
    Une bonne recette facile :
    Butternut épluché, coupé en cube, cuit au four 20mn avec un filet d’huile vierge 1ere pression à froid. Sortir du four, ajouter des morceaux de noix et de roquefort remettre au four à 100°C 2mn. Assaisonner selon votre gout et régaler vous.

  19. LLAMAS dit :

    Bonjour,
    Une recette sympa est de couper un potimarron en tranches de les ensuite d’huile, de thym, de sel, poivre, curcuma etc et de les rotir au four 40min à 160/180°C… Et déguster !!!

  20. Coqu Catherine dit :

    Merci pour les courges.Et que dire des panais? Pour le goût: délicieux avec des carottes et navets jaunes…Merci de nous informer sur ses bienfaits nutritifs Légument vôtre .

  21. Solange dit :

    Merci pour cet article très bien écrit et informatif!

  22. KUSAK Catherine dit :

    Bonjour

    L’hiver, je ne consomme pratiquement que les courges bio de mon potager. J’ai acheté les graines sur le catalogue « La Ferme de Sainte-Marthe ».
    J’en ai testé plusieurs. Mes préférées sont le potiron vert olive dont la peau est comestible et le pink jumbo banana. J’aime aussi le banana blue et la courge musquée longue de Nice. Je recherche en général les plus sucrés.
    Je conserve toutes les graines que je replante ou que je consomme grillées ou cuites à la vapeur . J’en envoie aussi au magazine Rebelle Santé.
    Merci pour cet article très intéressant .
    Catherine Kusak

  23. Marquant-Thiebaut dit :

    quel dommage de conseiller de cuire le potimarron dans l’eau !!! il est bien meilleur cuit (peu de temps) coupé en tranches fines (croissants de lune! ) dans un cuiseur vapeur (cuisson douce) puis passé au four avec un peu de crème, éventuellement végétale, des épices (poivre, muscade…) de l’ail haché… et un peu de gruyère râpé…! c’est un délice !

  24. Martine MERLIN dit :

    Bonjour,
    Mon épicier m’a fait découvrir la courge délicata, elle est excellente en frite, moi je les fais à la poêle avec un minimum d’huile d’olive.
    Merci pour vos lettres qui m’intéressent toujours.

  25. christine dit :

    le Patidou est excellent, un petit goût de noisette… je les cuit à la vapeur, on les coupe en 2, on enlève les pépins qu’on remplace par une noisette de ghee ou un oeuf au plat. C’est un peu la taille de Jack be little… individuelle

  26. GOUJET dit :

    Super succinct et précis à la fois.
    Merci!
    Pour info, comme il est toujours mieux de cuire peu ou pas nos beaux légumes et fruits, j’ai testé la courge butternut en dés en salade mélangée à d’autres légumes de saison, c’est super bon.

  27. Vuillermot dit :

    Il y a la courge Tromba d’Albengra qui est très jolie
    Elle peut se cuisiner en purée avec des carottes par exemple et comme des pommes de terre sautées.
    Se cultive très facilement et très productive en tout cas chez moi
    https://www.kcb-samen.ch/photo_Tromba-d-Albenga_133590.png

  28. Frayard dit :

    Bonjour, Le pâtisson farci soit à la viande hachée soit au poisson et passé au four est délicieux
    Merci pour vos info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *