Si votre curcumine contient l’un de ces 5 ingrédients, changez-la !

Chère lectrice, cher lecteur,

La semaine dernière, je vous mettais en garde contre les dérives de certains laboratoires qui commercialisent de la curcumine.

Je vous disais qu’ils étaient prêts à tout pour améliorer la biodisponibilité de leur produit, quitte à utiliser des substances dangereuses pour la santé.

J’ai répertorié des centaines de curcumines vendues en grandes surfaces, parapharmacies ou sur Internet.

Dans la plupart de ces produits, je retrouve quasi-systématiquement au moins un de ces 5 ingrédients particulièrement inquiétants.

En fait, je pense même que la plupart de ces ingrédients devraient être bannis. Voici ma liste noire. Si votre curcumine contient l’un ou plusieurs de ces ingrédients, je vous recommande de changer de formulation :

  • Le stéarate de magnésium est un « agent de circulation », c’est-à-dire qu’il empêche les différents composants d’un complément alimentaire de s’agglomérer… Mais il est aussi connu pour inhiber l’absorption de certains nutriments (notamment les vitamines B et C) dans votre système digestif. Vous comprenez qu’il est ridicule de risquer de telles carences en prenant de la curcumine !
  • Le polysorbate 80 est un additif connu pour engendrer diverses réactions allergiques. On l’utilise surtout pour stabiliser des formulations, mais certaines études pointent son rôle délétère sur le microbiote intestinal, indispensable à votre bonne santé. Il faut donc l’éviter tant que possible.
  • Le myristate d’isopropyle est un solvant organique utilisé pour accroître l’absorption des nutriments par la peau, qu’on déconseille traditionnellement chez les personnes qui souffrent de problèmes de santé et prennent des médicaments, car il pourrait accroître certains effets secondaires.
  • Le phosphate de calcium dibasique est un ingrédient classique des formulations de curcumine, dont on sait qu’il inhibe l’absorption de certains minéraux par le système digestif, un peu comme le fait le stéarate de magnésium pour les vitamines B et C.

Enfin, j’aimerais vous alerter sur le cas particulier du poivre noir associé à la curcumine. Son principe actif, la pipérine, est connu pour « améliorer la biodisponibilité de la curcumine[1] » – exactement ce qui nous intéresse !

Mais la pipérine endommage la paroi intestinale, et de fait, permet à la curcumine de la traverser plus facilement… mais aussi à TOUT ce qui passe dans vos intestins.

Cela inclut tous les éléments nocifs, comme les métaux lourds…

La curcumine ne devrait pas vous mettre davantage en danger que vous ne l’êtes déjà, avec tous ces polluants dans notre environnement immédiat !

Idéalement, il faudrait viser une curcumine 100 % naturelle.

En général, je conseille à mes amis de suivre les 6 critères suivants :

6 critères pour identifier une curcumine de qualité

1. BIODISPONIBILITÉ : la curcumine offre-t-elle une biodisponibilité suffisante ?

Le principal problème de la curcumine, c’est son manque de biodisponibilité. Voilà pourquoi ce critère est le plus important. Ce n’est pas tant le chiffre qui compte, mais la méthode employée : est-elle naturelle ? Est-elle composée d’ingrédients inoffensifs ?

2. INTÉGRALITÉ : la curcumine contient-elle les 3 curcuminoïdes présents dans la plante ?

La curcumine est le curcuminoïde le plus important pour votre santé, mais elle fonctionne en synergie avec deux autres principes actifs présents dans le rhizome du curcuma, la déméthoxycurcumine et la bisdéméthoxycurcumine, qui doivent être présents au moins à hauteur de 5 %.

3. SÉCURITÉ : la curcumine est-elle formulée à partir d’ingrédients contrôlés et garantis sans risques pour la santé ?

Quand les labos veulent augmenter la biodisponibilité de leur curcumine, il leur arrive d’utiliser des ingrédients controversés (comme nous l’avons vu plus haut).

4. RICHESSE : la curcumine provient-elle bien d’un rhizome de curcuma contenant plus de 90 % de curcuminoïdes ?

Puisque le conditionnement en gélules de la curcumine nécessite de tamiser, broyer et filtrer plusieurs fois les racines, celles-ci doivent être les plus riches possible, pour garder une teneur en curcumine la plus élevée possible.

5. ÉLABORATION: la curcumine est-elle préparée dans un laboratoire respectable ?

Faites bien attention au lieu d’élaboration de votre curcumine : il est important de choisir une curcumine préparée dans un pays où les normes sanitaires et de sécurité sont élevées – pas besoin de vous expliquer pourquoi.

6. POSOLOGIE: devez-vous prendre moins de 3 gélules par jour ?

Certains compensent la très faible biodisponibilité de leur curcumine en vous recommandant de prendre plus de gélules. Alors si l’on vous recommande de prendre plus de 3 gélules par jour… leur formule n’est pas encore au point, fuyez !

Cette méthodologie n’est généralement pas connue du grand public. Mais dans les milieux du marché des compléments alimentaires, elle est assez courante (elle est connue sous le nom de BISREP).

Les pros l’utilisent pour identifier les fausses promesses et vérifier la qualité des produits sur le marché.

Si votre curcumine actuelle valide ces 6 critères, alors continuez à la consommer

C’est suffisamment rare pour espérer trouver mieux.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Guido Shoba et al., « Influence of piperine on the pharmacokinetics of curcumin in animals and human volunteers », Planta medica 64, no 04 (1998): 353–356.

10 réponses à “Si votre curcumine contient l’un de ces 5 ingrédients, changez-la !”

  1. Michel Muller dit :

    Bonjour moi j utilise aussi le rhizome bio que je mets directement dans mon extracteur de jus avec mes fruits ou mes légumes.

  2. Suzete Nunes dit :

    Monsieur Cavaler,
    J’ai fait une commande pour recevoir un paket avec 6boites de Curcumine, dt vous md disait que je devriais recevoir vers le fin d’aout. J’ai deja payé mais le paket n »est pas arrivé. J’habite en un lieu où il est difficile de trouver.. Je vous demande d’être remboursée
    Mes meilleurs compliments
    Suzete Nunes

  3. blans catherine dit :

    et alors quid du rhizome frais, ou de la poudre bio, comme toute l’Inde ?

  4. pierre dit :

    j utilise la curQ10 de biovancia est ce que je continu ou je dois changer si oui merci de me recommender un labo

  5. Evelyne Blanchi dit :

    Bonjour,je vous suis depuis quelques mois et vos informations sont très bien.Votre dossier est très intéressant sur la curcumine , vous dite quel est élaboré en France c’est bien , elle viens d’Inde un grand pays, mais pouvez vous me dire où se trouve les producteurs récoltant ? Ou bien le nom du laboratoire ,je reste très prudente car il y a pas mal de contrefaçon , ce n’ai pas facile de s’y retrouver !!
    Cordialement
    Evelyne

  6. Valle dit :

    Merci pour cet article.
    J’adhère à un programme sérénité (envoi des prduits tous les 2 mois) ayugold du labo Olliscience qui a été recommandé dans vos lettres SNI et autres. La posologie est de 4 gélules ! Que dois-je en conclure ? Claudie

  7. Yves dit :

    Bonjour,
    Moi j’utilise directement le Rhizome que j’achète en magasin bio et que je rappe très fin. Je pense que c’est la meilleure solution pour éviter tout additif dangereux.
    Merci de votre article.

  8. RAYMOND ANDRE dit :

    Je souhaite connaître le bon endroit ou acheter cette « bonne » curcumine. MERCI

  9. Haméon dit :

    C’est bien gentil de nous dire tout ces mises en garde mais il serai très intéressant de nous donner un laboratoire qui fabrique un curcuma sans danger, j’ai essayé un labo mais il contient du poivre et du gingembre.
    Merci de votre réponse.

  10. Bernard Desablin dit :

    Merci pour vos articles.
    Ici vous ne parlez pas du NOVASOL (E433 ) .
    Cela m’a été interdit par mes médecins car j’ai développé un cancer du côlon alors que je prenais de La Curcumine depuis 2 ans. Le Novasol est un risque réel de cancer .
    Cordialement
    Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *