Imitez les enfants pour ne pas vieillir

Et aussi : jus de légumes anti-Alzheimer / L’automne, saison des… amours ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Pour rester jeune, comportez-vous… comme un enfant.

C’est ce qu’affirme le professeur en psychologie Rachel Wu. En s’appuyant sur plus de 50 ans de recherches, elle a découvert que la façon d’apprendre des enfants permettait de préserver la cognition.

Les adultes qui continueraient à utiliser ces techniques d’apprentissage auraient un cerveau plus jeune et en meilleure santé que les autres[1].

Ainsi, Rachel Wu recommande 6 habitudes d’enfants pour freiner le vieillissement cérébral :

  1. Rester ouvert d’esprit, sortir de sa zone de confort.
  2. Ne pas hésiter à se faire guider par des experts.
  3. Être convaincu que ses capacités intellectuelles peuvent se développer par l’effort.
  4. S’autoriser à faire des erreurs et même à rater.
  5. S’engager sérieusement dans l’apprentissage et persévérer même si c’est difficile.
  6. Développer plusieurs capacités en même temps.

Jus de légumes anti-Alzheimer

Le 255e congrès de l’American Chemical Society (la plus grande société scientifique du monde) a été marqué par un fait plutôt inhabituel l’année passée.

Chose rare, la communauté scientifique a admis qu’il existait des pistes naturelles pour agir sur la maladie d’Alzheimer.

Une équipe de chercheurs a notamment vanté les vertus de la betterave rouge. La bétanine, le pigment qui lui donne cette jolie couleur rouge, aiderait à arrêter l’accumulation de protéines anormales dans le cerveau. Un processus qui est intimement lié à la maladie d’Alzheimer…

Darrell Cole Cerrato, chercheur à l’université de Floride du Sud, explique cette fabuleuse découverte : « On ne peut pas dire que la bétanine arrête totalement le développement anormal des protéines mais elle en réduit l’oxydation. La réduction de l’oxydation pourrait éviter ce développement jusqu’à un certain point, peut-être même jusqu’au point de ralentir l’agrégation de peptides bêta-amyloïdes qu’on soupçonne d’être la principale cause de la maladie[2]. »

C’est noté, on remplacera le jus d’orange matinal par un bon jus de betterave !

L’automne, saison des… amours ?

Ce n’est pas parce que les feuilles tombent en automne que votre libido doit en faire autant.

C’est même tout le contraire, selon une étude menée sur 1 548 hommes au nord de la Norvège[3].

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la véritable saison des amours n’est pas le printemps, ni même l’été… mais l’automne.

En effet, l’étude démontre que le taux de testostérone subit une légère augmentation au mois de février et surtout un pic entre les mois d’octobre et novembre. Et c’est en juin que le taux le plus bas a été enregistré.

La hausse des températures aurait un effet néfaste sur la testostérone qui diminue pendant les mois les plus chauds et les plus ensoleillés.

À noter que les variations hormonales au cours de l’année sont assez importantes, en moyenne 31 % entre le pic automnal et le creux du mois de juin.

Alors passez un beau mois de novembre…

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Rachel Wu et al. A Novel Theoretical Life Course Framework for Triggering Cognitive Development across the Lifespan, Human Development, 2016.

[2] Li-June Ming, Darrell Cole Cerrato and al., Vegetable compound could have a key role in ‘beeting’ Alzheimer’s disease, 255th National Meeting & Exposition of the American Chemical Society, 2018.

[3] Svartberg JJorde RSundsfjord JBønaa KHBarrett-Connor E, « Seasonal variation of testosterone and waist to hip ratio in men : the Tromsø study », The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, vol 7, n° 88, juillet 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *