Infection urinaire : utilisez les pouvoirs de votre mental

Chère lectrice, cher lecteur,

En 1968, le médecin suisse Raymond Abrezol avait mis sur pied un entraînement mental particulier pour préparer l’équipe de ski suisse.

Et à la surprise générale, les Suisses, qui étaient loin des premières places du classement depuis des années, accumulèrent les victoires !

Le skieur commençait par des exercices d’autosuggestion comme « J’ai confiance en moi ». Ensuite il visualisait le parcours et s’imaginait descendre la pente. Les recherches ont montré qu’après trois mois, les sportifs développaient une force de traction 35 % plus intense que sans imagerie mentale[1].

Le plus étonnant, c’est que ces techniques ne sont pas seulement utiles aux sportifs, mais aussi… pour accélérer la guérison de certaines maladies.

Aussi utile contre les cystites

En 2008, une étude[2] a ainsi démontré que les douleurs pelviennes et les symptômes urinaires des femmes atteintes de cystite interstitielle pouvaient être significativement diminués grâce à l’imagerie mentale.

Après avoir fait des exercices d’imagerie mentale pendant 25 minutes, les 15 participantes ont noté une diminution de 45 % de leurs douleurs et symptômes.

Vous devez vous demander quel genre d’exercice de visualisation peut aider à combattre les infections urinaires…

Faites cet exercice mental plusieurs fois par jour

  1. Tout d’abord, installez-vous dans un endroit calme. Asseyez-vous sur une chaise ou en tailleur sur le bord d’un coussin. Il faut avoir le bassin légèrement surélevé, de façon à avoir le dos bien droit. Ne croisez pas vos jambes l’une sur l’autre.
  2. Commencez par vous relaxer en vous concentrant sur votre respiration. Inspirez l’air par le nez en gonflant le ventre puis expirez par la bouche en abaissant les côtes vers le bassin.
  3. Quand vous vous sentez détendu, répétez dans votre tête ou à voix haute les phrases suivantes : « Je me sens bien », ou « Je suis guéri ».
  4. Visualisez ensuite que les muscles de votre bas-ventre se détendent. Imaginez une lumière blanche qui prend naissance dans votre bassin, descend vers votre vessie et s’écoule le long de l’urètre. Ce rayon vous fait du bien, votre urine se fluidifie. Sentez le bien-être et la détente vous envahir.
  5. Recommencez cet exercice à plusieurs reprises, en parallèle à votre traitement.

Cet exercice ne va pas soigner vos infections, mais il peut contribuer à accélérer le processus de guérison.

En parallèle, vous pouvez utiliser certaines plantes reconnues contre les infections urinaires.

On connaît surtout la canneberge, mais d’autres plantes pourront vous aider à vous débarrasser de votre infection urinaire.

3 plantes « anti-cystite » moins connues que la canneberge… mais aussi efficaces

Caton l’Ancien la conseillait il y a 2 000 ans

Les baies[3] de genévrier font partie des plantes connues pour leur action diurétique depuis des milliers d’années. Caton l’Ancien, célèbre intellectuel romain, recommandait cette baie antiseptique. Deux mille ans plus tard, la science a confirmé que le genévrier était très efficace pour stopper une infection avant qu’elle ne s’aggrave.

En infusion : écrasez au mortier 40 g de baies et laissez infuser 10 minutes dans 1 litre d’eau bouillante. Buvez entre 2 et 3 bols par jour, hors repas.

En vin diurétique : écrasez 60 g de baies au mortier et mélangez-les dans 1 litre de vin. Chauffez le tout jusqu’à ébullition et laissez macérer 3 jours. Mettez-le dans une bouteille et buvez-en 1 verre le matin, à jeun.

Attention en cas de surconsommation, le genévrier peut libérer du sang dans les urines. Utilisez-le sur une courte période et ne dépassez pas les posologies indiquées. À éviter chez les femmes enceintes, ou en cas d’inflammation aiguë des voies urinaires ou d’insuffisance rénale.

Si vous ne devez choisir qu’une plante…

S’il fallait choisir une seule plante pour détoxifier l’organisme, ce serait la bruyère. Riche en éricodine, elle est antiseptique et éclaircit les urines nauséabondes et troubles. Elle contient aussi de l’arbutoside qui s’attaque directement aux bactéries pathogènes.

En infusion, il faut mélanger 20 à 30 g de sommités fleuries par litre d’eau. Laissez infuser le mélange pendant 15 minutes et buvez entre 3 et 4 bols par jour.

Voici comment Pantagruel soignait ses infections

Dans le célèbre roman de Rabelais, le géant Pantagruel aurait soigné sa gonorrhée (infection des organes génito-urinaires) grâce à la busserole. Complètement oubliée après le XVIIe siècle, cette plante n’a été réhabilitée qu’en 1857. Aujourd’hui elle est recommandée par l’European Scientific Cooperative on Phytotherapy (ESCOP) pour traiter les infections urinaires.

En décoction : utilisez 20 g de feuilles sèches par litre d’eau. Faites bouillir 2 ou 3 minutes, puis infusez 10 minutes. Buvez 2 à 3 bols par jour pendant 10 jours.

En gélules : 2 à 3 gélules par jour pendant 10 jours. À associer à une tisane diurétique (faites bouillir 30 g de rhizomes de chiendent dans 1 litre d’eau pendant 10 minutes, couvrez 5 minutes, puis filtrez).

Attention à ne pas utiliser la busserole plus de deux semaines et au maximum cinq fois par an, sinon elle pourrait devenir toxique pour le foie et les reins. Cette plante est déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 12 ans. À éviter en cas de prises d’anti-inflammatoires, de supplémentation en vitamine C, de constipation chronique et d’ulcère.

Et si vous connaissez d’autres solutions naturelles contre les cystites, n’hésitez pas à les partager en laissant un commentaire au bas de cet article.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] Le Van Quyen, Michel, Les pouvoirs de l’esprit. Transformer son cerveau et améliorer ses capacités, Paris : Ed. J’ai lu, 2016, p. 35.

[2] Donna J Carrico, Kenneth M Peters, Ananias C Diokno, “Guided imagery for women with interstitial cystitis: results of a prospective, randomized controlled pilot study”, J Altern Complement Med, 2008 Jan-Feb;14(1):53-60.

[3] Les descriptions thérapeutiques des plantes sont tirées de : DELPART, Catherine (dir.), Le petit Larousse des plantes qui guérissent, 2013.

20 réponses à “Infection urinaire : utilisez les pouvoirs de votre mental”

  1. […] Je vous ai déjà parlé de la puissance de la visualisation dans une autre lettre (que vous pouvez relire ici). […]

  2. Denise Laflamme dit :

    Prendre 2 granules d’Urtica Urens 6X à chaque 4 heures pour 2 à 3 jours. Ça enlève l’inconfort en dedans de quelques heures. Utiliser 2 granules à chaque fois que le s symptômes commencent à revenir. Bon aussi pour les chiennes (1 ou 2 granules / traitement selon le poids) et les chattes (1 granule/traitement) qui ont parfois des infections urinaires. Simple comme bonjour.

  3. Catherine dit :

    On peut aussi boire un litre d’eau de coco dans la journée

  4. Chenak djamila dit :

    Bonjour , j ai fait des cystites à répétition en 2017, sept infections en une année, j en avais marre des antibiotiques . La dernière c était une hematurie franche avec brulures insupportable. Ecbu: escherichia coli
    Premièrement, j ai prié le bon Dieu pour qu il me guerisse puis je me suis rehydratee environ 3l par jour.
    Et j ai pris des tisanes de thym et tisanes des tiges de persil en infusion et en alternance pendant 3 jours, sans antibiotiques, c est miraculeux, les symptômes ont disparu et Ecbu de contrôle est revenu négative.

  5. lacordelle dit :

    un vieux remède de grand mère infaillible:
    cure de bicarbonate sur 1 ou 2 jours, plusieurs verres par jour (i cac dans un verre d’eau , remuer il faut que ce soit dissout!)
    sinon on boit de la vichy célestin .
    il s’agit de acidifier les urines pour neutraliser les germes et l’inflammation!
    et cela marche merveilleusement bien.
    j’avais moi-même des gros soucis d’infection et de douleurs persistantes!
    cdt

  6. Flo dit :

    Bonjour,
    J’au Souffert de cystite à répétition pdt 2 ans. J’ai tout essayé et rien ne marchait.
    Depuis que j’ai arrêté le sucre et les produits lairiers je n’ai plus rien.
    Ces aliments créent un milieu humide et donc infections urinaires.
    Je médite aussi bcp …
    Depuis 1 an je n’ai plus rien. Un grand soulagement:-)!

  7. M B dit :

    Bonjour,
    Je me suis beaucoup documentée sur les méthodes naturelles combattant la cystite après avoir craint un début d’antibio-résistance suite à de nombreuses récidives. Voici quelques remarques :

    Huiles Essentielles : l’application d’HE de Palmarosa sur la bas-ventre, lors de crises (+ HE Menthe Poivrée si la crise est douloureuse) s’avère très efficace contre l’inflammation et l’infection.

    Jus : la canneberge s’avère efficace, pourvu que ce ne soit pas un jus sucré mais frais, comme on le trouve en boutiques bio (quitte à le couper à l’eau si c’est cher)

    Tisane : jeune feuilles et écorce de bouleau, sève de bouleau à la période fin février/début mars : extrêmement diurétique et efficace.

    Alimentation : éviter à tout prix le vin blanc, le champagne, la junk-food, la viande ou la cuisson au graisses trop cuites (beurre et huile>100°) en particulier si l’on n’a pas bu depuis longtemps ; prêter attention au gluten et aux inflammations intestinales, ainsi qu’aux éventuelles sécheresses de peau, annonciatrices d’un manque d’hydratation général. Prendre garde aussi à boire de l’eau pure, et pas que du thé/café/tisane/jus, qui éliminent plus qu’ils n’apportent de l’hydratation. Plus AUCUNE récidive depuis que je suis passée à l’eau microfiltrée au charbon/céramique microperforée (filtres Berkey : l’eau ainsi filtrée résout également de nombreux autres problèmes – ceci dit sans vouloir faire leur publicité, mais c’est vraiment très efficace).

    Mode de vie : éviter au maximum les longs trajets assis, en voiture : privilégier le short, la robe et la diète si l’on doit en faire.
    Ne PAS laver ses sous-vêtements avec une lessive non biologique, ne pas les mettre au sèche-linge, nid à poussière et à bactéries, et si possible les laver à la main avec un savon de marseille authentique, en prêtant grande attention au rinçage. Eviter tous savons vaginaux. Ne pas porter de culotte la nuit mais régulièrement passer le fer à repasser sur son lit/couette/draps.
    NE jamais rester trop longtemps dans un jacuzzi, à la place remplacer son bas de maillot mouillé par un sec (se rincer aussitôt si l’on a un doute sur la pollution éventuelle de l’eau, si la piscine est très chlorée ou sent le chlore…)

    Mode : bannir les sous-vêtements qui ne soient pas en coton biologique et les pantalons serrés

    Règles : bannir à tout prix les serviettes hygiéniques et tampons blanchis au chlore et qui empêchent l’aération : préférer les serviettes en coton bio, ou bien une bande découpée dans une serviette éponge en coton bio. La cup peut favoriser l’inconfort urinaire.

    Rapports sexuels : boire avant, boire après ; adopter une hygiène très stricte, éviter les attouchements (arrière puis avant), (anus puis clitoris) qui favorisent la migration des germes responsables vers l’urètre ; uriner et se laver soigneusement après (sans savon), surtout après l’usage d’un préservatif ; privilégier les préservatifs sans latex. Remarqué aussi que la pilule favorisait parfois l’apparition de cystites.

    WC : essayer de remplacer le papier toilettes, pollué et qui se désagrège, par un rinçage rapide à l’eau froide, plus agréable.

    De manière générale, être attentive à la moindre sensation annonciatrice d’un début d’infection et réagir en ingurgitant des litres d’eau pure, une tisane, HE ou jus de canneberge pur, permet de prendre les devants et d’éviter que l’infection ne s’installe vraiment.

  8. Catherine Brunelle, B.Sc., PA LEED® dit :

    Les infections urinaires Oh!! La la. Mais quel en est la cause vous pensez? Les germes anaux entrent en contact avec le méat urinaire et vlan, vous êtes infecté.e.s. Alors faites donc attention à vos méats et apprenez à bien faire, comme je suggère dans mes livres et vidéos sur l’Amour Écologique! On est pas là pour se rendre malade!!!

  9. MARIE-JO ROUX dit :

    j’ai laissé un commentaire sur D Mannose et je souhaiterais rajouter : La crise est généralement jugulée dans les 24 heures. Sinon continuer les quelques jours nécessaires.
    Une fois résolu, verrouiller le traitement par une cuillère à café rase 3 fois par jour pendant trois jours, pour stabiliser le terrain.
    Nota 1 : Il se dit qu’en cas de cystite, il faut boire beaucoup (l’eau éteint le feu) – mais avec le D-Mannose, il ne faut pas suivre ce conseil car cela diminuerait la concentration du produit circulant, et donc son efficacité – donc simplement boire selon sa soif.
    Nota 2 : il est recommandé de prendre le D-Mannose en dehors des repas ou ¼ d’heure avant car il est partiellement endommagé par le bol alimentaire.

  10. MARIE-JO ROUX dit :

    Pour soigner une cystite, j’utilise : D MANNOSE du laboratoire APOTICARIA : Prendre une cuillère à café bombée de D-Mannose dans un verre d’eau dès l’apparition des premiers symptômes. Recommencer 1 heure après, puis toutes les deux à trois heures, même la nuit si nécessaire. La crise est généralement jugulée dans les 24 heures. A proscrire :
    Le café, le vin blanc, le champagne, les oranges, le sucre,
    les épices chaudes (poivre, piment de Cayenne),
    les viandes rouges et les charcuteries,
    les yaourts et tous les produits laitiers. Ce produit est magique.

  11. Marie-Claude Chicaud dit :

    Quand j’étais indisposée par la cystite dans ma jeunesse, j’ai remarqué que celle-ci se déclarait quand, dans la semaine, j’avais trop consommé de nourritures ou gâteries sucrées. Aussi je me suis aperçue qu’en mangeant des endives, ou chicons crus, mon organisme retrouvait son équilibre sans les désagréables gratouillis que procure cette maudite cystite ! Je ne sais pas si ma remarque est pertinente, mais j’ai ressenti que l’endive purifie le corps, elle nettoie le transit intestinal et digestif jusqu’à son horripilant état de siège.

  12. Roberte dit :

    depuis longtemps je lis toutes vos publications concernant la cystite et j’ai tenté de mettre en oeuvre vos divers conseils pour soigner mes cystites en vain.
    la seule solution qui s’est avérée efficace +++ c’est une purge sur deux jours à l’ huile de ricin : depuis (je ne veux pas le crier trop fort….) plus rien.
    je suis devenue antibiorésistante à la pénicilline, cette méthode a résolu mes problèmes depuis environ 9 mois

    • Marie dit :

      Pourriez vous donner une marche à suivre plus précise pour la purge que vous avez faite à l’huile de ricin? Combien de cl? à des heures précises?
      J’ai moi aussi des cystites jusqu’à 17 par an depuis 5 ans!!! merci pour votre réponse

    • Jeanne dit :

      Voilà 5 semaines que je souffre d’infection urinaires . J’ai pris des antibiotiques différents dont de la pénicilline. J’ai fait une échographie et mon problème serait lié à un descend d’organes. Je revois l’urologue demain.
      Pourriez vous m’en dire plus sur cette purge qui semble vous faire du bien?. Je vous remercie pour une réponse.

  13. DEBAY dit :

    Après avoir été sondé suite à un pb de prostate, j’ai eu une infection urinaire avec escherolli coli multiresistante.
    J’ai subi une double anti biothérapie par perfusion.
    Ce fût insuffisant.
    Un medecin urologue praticien hspitalier m’a donné un remède de grand mère::un bouquet de persil mixé dans 1,5 litre d’eau.A boire 1,5 l /jour de cette decoction pendant 3 semaines.
    Miracle: l’examen des urines a ensuite démontré la disparition de l’infection.

  14. BOUTELIER dit :

    Bonjour,
    Mon expérience récente qui mérite peut être attention, même si le généraliste qui me suit reste perplexe. Je suis un Homme de 70 a. , qui avait des brûlures quasi constantes depuis plus d’un an lorsque j’urinais. Les analyses effectuées n’avaient jamais mis en évidence une quelconque infection; le mystère demeurait tout comme la perturbation.
    Un jour de mai dernier, en urinant un subit jet est venu comme le jaillissement du champagne à l’ouverture de la bouteille; depuis ce fait, plus de brûlures et un jet plus fort. J’ai donc recherché ce qui en avait pu être la cause et la seule explication est la consommation inhabituelle et excessive de baies que j’avais achetées environ 24 h plus tôt pour les goûter et que j’avais mangé à l’excès compte-tenu de leurs bon goût. J’ai donc voulu en savoir plus sur les vertus de la canneberge et j’ai donc pu faire le rapprochement…
    J’ai aussi lu les doutes de grands pontes en urologie sur les vertus
    de ces baies
    Voila, voilà ! une expérience bien involontaire dont je ne peux que me réjouir et partager.
    Meilleures salutations

  15. De Ryck dit :

    Huile essentielle de cannelle de Ceylan ( diluée bien sûr avec une autre huile) et de genévrier en synergie, en application cutanée sur le bas du ventre. Masser jusqu’à pénétration complète.
    Radical.
    Mais aussi l’infusion de calendula.

  16. ELISABETH BLINO dit :

    Atteinte de cystite à répétition et après examen de la vessie de l utérus rien de particulier je fais tous les deux mois une cure de chiendent et pour le moment les crises se sont calmées

  17. Margez dit :

    On peut aussi faire de la tisane de queues de cerises. Il faut boire, voire beaucoup pour laver l ‘ arbre urinaire.

  18. REALE dit :

    Une cure deux à trois fois par an de gélules de canneberge est particulièrement efficace pour prévenir les infections urinaires. Je l’ai testée moi-même sur les conseils d’une pharmacienne, après des infections à répétition. C’est MAGIQUE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *