Etes-vous sûr de faire vos pompes correctement ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Les pompes ne sont pas réservées aux légionnaires et parachutistes en période d’instruction. Elles devraient constituer la base de tout entraînement physique.

À condition de ne pas commettre deux erreurs principales :

1re erreur fréquente : l’hyperlordose, c’est-à-dire un excès de cambrure qui témoigne d’un mauvais gainage au niveau du bassin. Cela entraîne un enroulement des épaules vers l’avant souvent générateur de douleur tendineuse et articulaire. Notez également l’hyper extension de la nuque pour regarder devant, ce qui comprime les disques intervertébraux.

Photos parues dans le mensuel Alternatif Bien-Être.
Retrouvez tous les conseils du coach Christophe Carrio sur www.christophe-carrio.com

2e erreur fréquente : le bassin et la tête qui tombent vers le sol témoignent encore une fois d’un problème de gainage. Cela permet au « pompeur » de se rapprocher du sol (tête) ou de le toucher (bassin) et donc de se donner l’illusion de travailler correctement alors que l’amplitude est faible, et avec elle le travail des bras :


Les pompes : la bonne exécution

En appui sur les mains et sur les pieds, chercher à éloigner les talons du sommet du crâne pour s’autograndir, ceci garantira un meilleur alignement.

Tirer les épaules vers le bas. Fléchir vers le sol en gardant le corps rigide comme une seule unité. Toucher le sol avec le bout du nez, et les parties génitales pour les hommes. Bien garder les épaules tirées vers le bas même en position basse.

Si vous n’arrivez pas à exécuter les pompes ainsi, effectuez l’exercice en appui sur les genoux, mais en conservant les mêmes consignes de placement corporel.

Mycoses vaginales : la méthode yaourt

Il existe un remède étonnant contre les mycoses vaginales (candidoses vaginales), la vaginite (inflammation du vagin), et la sécheresse vaginale.

Il est utilisé depuis longtemps par des naturopathes et repose sur les bactéries présentes dans le yaourt, les lactobacilles, particulièrement efficaces pour enclencher le processus de reconstitution de la flore vaginale, lorsqu’elle est détériorée par des champignons ou par une inflammation.

Comment faire ? Le principe est d’imbiber un tampon hygiénique de yaourt, dans lequel on aura ajouté préalablement un peu de miel (pour ses vertus antiseptiques). Ce tampon agira comme un probiotique sur la reconstitution de la flore vaginale.

Le tampon doit ensuite être placé dans le vagin pendant quelques heures. L’opération peut être répétée plusieurs jours de suite.

De nombreuses études ont démontré que l’utilisation de yogourt dans le vagin1 peut aider dans le traitement des mycoses vaginales.

Pour celles qui trouveraient la méthode un peu trop « cavalière » : il existe des probiotiques vaginaux2 sous forme d’ovules, de tampons, ou de suppositoires, qui reposent sur les mêmes types de lactobacilles.

Le curcuma : efficace comme 15 médicaments !

Dans la famille des Zingibéracées nous retrouvons la cardamome, le poivre de Guinée, le gingembre et, star des stars, le curcuma. L’équivalent de Robert Redford, mais en plante médicinale.

On a en effet découvert 600 applications préventives et thérapeutiques pour le curcuma !

Un « pedigree » qui amène de nombreux spécialistes à considérer que le curcuma – à lui tout seul – est aussi efficace qu’une quinzaine de médicaments !!! Que ce soit dans la prise en charge de l’athérosclérose, du diabète sucré, du risque thrombotique (caillot sanguin), du syndrome anxiodépressif, des inflammations des tissus notamment articulaires et de la prévention du cancer, le curcuma révèle dans des publications des vertus de niveau comparable ou supérieur à des médicaments de référence.

Un bémol : comme toutes les stars, notre curcuma a sa petite exigence ; sous sa forme naturelle, l’épice est faiblement absorbée par notre tube digestif, si bien que ses bénéfices ne sont véritablement perceptibles qu’en prévention et peu en traitement des maladies chroniques, pour lesquelles des formes optimisées en complément alimentaire sont plus appropriées.

Pour améliorer son absorption, il est conseillé de toujours cuisiner le curcuma dans un corps gras (huile, lait de coco, etc.)

Amicalement,

Florent Cavaler





1 Recherche et caractérisation du potentiel antiviral et probiotique de nouvelles souches de bactéries lactiques d’origine vaginal, Imad Al Kassaa, Thèse de doctorat en Ingénierie des fonctions biologiques à l’université du Liban et à l’université de Lille 1.

2  ellen® Probiotic Tampon®

5 réponses à “Etes-vous sûr de faire vos pompes correctement ?”

  1. Georges Emmenegger dit :

    Personnellement je consomme de la poudre de curcuma naturelle (acqui au Vietnam). Je prend actuellement une bonne cuillère à café (env. 3 gr. pesé) sur 2 oeufs au plat avec pas mal de poivre noir.
    Précédemment je prenais la même quantité mais mélangée à une cuillère à soupe d’huile d’olive et toujours du poivre noir (mais moins agréable a prendre…)

    Quel est la meilleurs façon de prendre la poudre de curcuma naturelle?

  2. terri dit :

    Bonjour,
    Je tiens à préciser qu’en dehors des règles, un tampon n’est pas censé être inséré dans le vagin, en raison entre-autres du syndrome du choc toxique et surtout, du fait qu’il sera très difficile et douloureux de l’enlever.

  3. sebastien dit :

    quells sont les sources pour le curcuma?

  4. NANCY Hueber dit :

    bonjour, j’ai lis énormément d’articles sur les herbes aromatiques, plantes, huiles essentielles…il paraît pour que notre coprs assimile pleinement les propriétés anti-inflamatoire du curcuma il fallait l’associé à un pourcentage de pipérine….

  5. Nadine SKINAZI dit :

    Merci pour tous vos précieux conseils que j’ai publiés sur Facebook ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *