Le médecin qui soignait une maladie honteuse

Et aussi : Secrets de santé d’un drôle de médecin, Dépression : le secret des médecins perses

Chère lectrice, cher lecteur,

Il y avait autrefois, rue de Tolbiac à Paris, un médecin chinois qui soignait des maladies un peu honteuses.

Le Viagra n’existait pas à l’époque — oui, il s’agit de ça…

Des messieurs venaient le voir pour une prescription, au lieu de quoi ce médecin s’intéressait à leurs reins, leur cœur et même leur foie.

Il les interrogeait sur leurs habitudes alimentaires, les faisait parler de leurs amours mais aussi de leurs peurs. Il leur posait des questions apparemment sans lien avec leur problème –étaient-ils colériques ? – puis il leur demandait de tourner la tête, de chaque côté puis de haut en bas…

Alors tombait son verdict : il fallait « changer ».

Changer ?! Mais quoi ? De mode de vie ? D’alimentation, d’environnement, de femme, d’amis ?

Changer, avec la médecine chinoise, ce n’est pas courir après le souffle chaud de l’aventure ou les picotements de l’excitation. C’est transformer en acte une prise de conscience : lorsqu’il y a maladie ou douleur, c’est qu’il y a toujours quelque chose à changer.

Vous avez du diabète, des troubles du sommeil, une maladie chronique, vous êtes en surpoids, ressentez de la tristesse ?

La médecine chinoise, en décloisonnant les symptômes qui peuvent affecter nos organes, nos émotions et notre façon d’être en société, met à jour les bases de notre harmonie et de notre santé retrouvée.

Ainsi la forêt menaçante de nos interrogations se transforme en un jardin qui se cultive grâce à des exercices dédiés, et fleurit grâce à l’introspection thérapeutique.

Secrets de santé d’un drôle de médecin

Je vous ai déjà parlé du Dr Gérard Leborgne. C’est un médecin diplômé des facultés tout ce qu’il y a de plus « régulières ». Sauf qu’il dégage quelque chose en plus, qu’on n’apprend pas sur les bancs de l’université : une joie de vivre, une soif d’apprendre et d’observer, et surtout il pratique des thérapies pas comme les autres pour se soigner. En voici quelques-unes, tirées de son livre « Le bonheur s’apprend, la santé aussi » [1]. Ça vaut le détour :

  • La cure d’eau au réveil : 2/3 de litre tiède et attendre ¾ d’heure avant le petit-déjeuner
  • L’amaroli : l’urine utilisée comme un médicament
  • Les bains dérivatifs : douches froides sur les aines, les fesses et les bains de siège
  • Raconter mes rêves au petit-déjeuner comme les Sénoï des îles Andaman
  • S’exposer dix minutes au soleil, tout nu, fenêtre ouverte, même en hiver quand le ciel est dégagé
  • Dormir dans une chambre sans chauffage, mais avec une bonne couverture de laine bien chaude, ou un édredon – je recommande même le bonnet de nuit pour les plus frileux et les chauves.
  • Monter sept étages à pied plusieurs fois par jour et lentement au commencement, comme les chasseurs alpins
  • Ne jamais mentir sauf en temps de guerre
  • Un jour de diète par semaine, et le carême une fois par an (40 jours de jeûne ; cette année, la période a commencé le mercredi 10 février).
  • La cure de raisin en automne
  • Le vin rouge (avec modération)
  • Des figues « ficelles », séchées au soleil de Turquie ou d’Iran, réhydratées une à deux journées dans un verre d’eau pour les revitaliser. Idem pour tous les fruits secs.
  • Rire, chanter, danser, crier en forêt
  • Dire bonjour dans l’escalier de mon immeuble sans attendre de réponse
  • Choisir des films qui font rire
  • Boire du plasma de Quinton, l’eau de mer stérilisée
  • Manger de la moelle osseuse, du cartilage de poisson
  • Oser sourire
  • Fuir les fumeurs et les buveurs, les « emmerdeurs », les embobineurs, les menteurs et les manipulateurs.

Dépression : le secret des médecins perses

De petites équipes discrètes de scientifiques travaillent aujourd’hui à décortiquer les propriétés médicinales d’une épice que les Perses ont découverte il y a plus de 3000 ans : le safran.

À l’époque, on l’utilisait pour des raisons très variées : par exemple, utilisée à forte dose, elle pouvait provoquer des avortements…

Mais aujourd’hui, ce sont ses propriétés sur l’humeur qui passionnent les chercheurs.

Des personnes souffrant de dépression ont vu une saisissante diminution des symptômes après avoir consommé du safran tous les jours.

L’amélioration a même surpassé les meilleurs antidépresseurs médicamenteux : imipramine, Prozac etc [2].

Plus étonnant encore, le safran peut aussi diminuer les effets secondaires de ces médicaments, en particulier les troubles sexuels : baisse du désir, anorgasmie, difficultés érectiles…

Et ce n’est pas tout !

L’action du safran sur le système nerveux a conduit les chercheurs à s’intéresser à son potentiel dans les cas de démence cérébrale et de maladie d’Alzheimer.

Chez l’adulte, la dose recommandée initialement est de 30 mg par jour. Cette dose n’est pas toxique même à long terme. Des doses plus élevées peuvent être utilisées mais uniquement de manière temporaire (1 à 2 semaines) : les effets toxiques peuvent se manifester dès 60 mg par jour pendant 8 semaines. Ils se manifestent par des troubles de la personnalité, de la fatigue et une perte d’appétit.

Si vous aussi vous connaissez des méthodes secrètes de médecins, n’hésitez pas à nous les partager dans les commentaires en cliquant ici.

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Sommeil: mon astuce contre la lumière bleue Chère lectrice, cher lecteur, Lorsque vous êtes sujet à l'insomnie, vous savez qu'il est crucial de suivre une routin...
Film à regarder à tout prix Chère lectrice, cher lecteur, Je vous ai déjà parlé du film « Vaxxed », qui retrace l’histoire HALLUCINANTE du triple...
À lire si vous prenez des somnifères Une étude parue dans le très respecté British Medical Journal vient de montrer que les tranquillisants et les somnifères...

[1] Gérard Leborgne, Le bonheur s’apprend, la santé aussi, Editions Ductus

[2] Akhondzadeh, S., Fallah Pour, H., Afkham, K., Jamshidi, A.H., Khalighi-Cigarodi, f., 2004. Comparison of Crocus sativus L. and imipramine in the treatment of mild to moderate depression: a pilot double-blind randomized trial [ISRCTN 45683816]. BMC Comp. Alt. Med. 4, 12.

11 réponses à “Le médecin qui soignait une maladie honteuse”

  1. birsens maryse dit :

    je suis déjà inscrite a la revue dame nature j(aurais aimé recevoir la brochure stop diabète merci de me dire comment je dois faire

  2. Bigotte dit :

    Si vous pouvez renseigner où l on peut s approvisionnér svp

  3. ELIANE ROUAULT dit :

    Vous indiquez que le safran peut couper l’appétit… alors, peut-on l’utiliser pour maigrir ?

  4. Dolores Gauthier dit :

    Magnifique information que tous devraient avoir le privilège de lire afin d’augmenter les chances de vivre en santé longtemps. Merci infiniment pour votre merveilleux travail. Pour ma part j’adore lire vos lettres de Pure SANTÉ et je la fais connaître à mes amis et connaissances. J’en bénéficie grandement et je vous souhaite de recevoir beaucoup de reconnaissance.

  5. alessandro pendesini dit :

    « Le médecin qui soignait une maladie honteuse »….
    Mr Gabriel Combris
    Pour votre information il n’existe pas des maladies honteuses, comme vous confirmez, mais des maladies sévères, létales et toutes les autres !

    En d’autres mots : il n’existe pas de bactéries « honteuses » et d’autre –pourquoi-pas- « nobles », pas plus que les virus d’ailleurs….

    P.S. Je me demande, d’ailleurs, pourquoi Dieu (peu importe lequel) les a créés, ainsi que les .moustiques et bien d’autres insectes qui nous posent de très sérieux problèmes depuis la nuits des temps….. …….

  6. MIENS dit :

    je mets quelques fils de safran ds un litre de volais et je le bois surprise !mon chat boit aussi et ne veut que cela je le fais pour mes yeux car j ai la dmla

  7. Alexander Kopriwa dit :

    Très intéressant sur le safran.

    J’ai entendu dire que les truffes naturelles soignait les problèmes de prostate. en avez vous eu écho de ceci aussi?

    • alessandro pendesini dit :

      J’ai entendu dire que les truffes naturelles soignait les problèmes de prostate. en avez vous eu écho de ceci aussi?
      Alexander Kopriwa
      Le truffes naturelles « soignent », ou plus exactement, vident les poches de tous ceux qui croient à cette légende qui n’a jamais été rationnellement validée…….

  8. GAREYTE Ginette dit :

    tout cela est bel et bon, je suis convaincue par ce programme (depuis longtemps j’adhère à cette façon de penser et de procéder) mais je reste toujours sur ma faim quant aux applications pratiques dans ce genre d’articles :
    par exemple, en l’occurence, comment mesurer les 30 mg de safran ???? merci de me donner la solution ?

  9. muller jeanne dit :

    bonjour
    j’ai pas trouver le petit(1) pour le livre le bonheur s’aprend la santé aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *