La Grande vadrouille (chez les centenaires)

Une petite bande de passionnés de santé naturelle effectue en ce moment même un fabuleux voyage d’études et d’enquête au pays des centenaires, la fameuse île d’Okinawa, au Japon.

Ils sont trente, guidés par le Dr Jean-Paul Curtay, pionnier de la nutrithérapie en France, et grand spécialiste d’Okinawa auquel il a consacré un Parcours vidéo absolument unique au monde. (Cliquer ici pour en savoir plus).

Il est vrai qu’à Okinawa, on ne fait rien comme ailleurs :

les habitants de cet archipel ont 5 fois moins de cancers du sein et de la prostate que nous [1].

Et ce n’est pas tout :

  • Ils ont un risque 2 fois plus faible de cancer des ovaires et du côlon [2].
  • 3 fois moins de démences que dans le reste du Japon et aux USA [3].
  • 2 fois moins de fractures du col du fémur que les Occidentaux [4].
  • Et un risque 5 fois plus faible d’accident cardiaque [5] !!

Ils détiennent le record mondial du nombre de centenaires, et le record mondial du nombre de centenaires en bonne santé.

Depuis 1970, le gouvernement japonais finance des études scientifiques sur le sujet. Grâce à « L’étude des centenaires d’Okinawa » menée par le Dr. Makoto Suzuki, on sait que c’est leur mode de vie entier, de leur alimentation à l’exercice physique, de leur façon de respirer à celle de « gérer » leurs émotions qui explique cette étonnante longévité.

L’alimentation, bien sûr, joue un rôle essentiel dans la bonne santé des habitants, qui ont l’habitude de manger « un aliment venu de la terre et un aliment venu de la mer chaque jour » comme le résume le Dr Curtay.

Les centenaires se nourrissent de margose (une sorte de courge), de tofu, d’ail, de riz complet, de thé vert, de champignons shiitake et de poisson sauvage. Par ailleurs, ils consomment beaucoup d’infusions aux plantes médicinales.

Un art très spécial

J’ai également eu l’occasion de vous parler dans une précédente lettre (à redécouvrir ici) d’un autre élément fondamental qui les caractérise : ils cultivent l’art d’entretenir entre eux de bonnes relations sociales.

A Okinawa, la vie de groupe est enrichie par une institution typique, le « moai ». C’est une sorte de « club » dans lequel on est inscrit pour toute la vie, dès le plus jeune âge.

Les membres se rencontrent chaque semaine pour être ensemble, rigoler, chanter ou partager le thé.

L’objectif à l’origine était de régler des problèmes pratiques de la vie en communauté. Mais rapidement, les moai sont devenues des familles étendues, dans lesquelles chaque membre sait qu’il pourra s’appuyer sur les autres en cas de difficulté.

Le chercheur Dan Buettner mentionne le cas de deux femmes qui faisaient partie du même moai depuis 98 ans [6]. A 102 ans, elles continuent à se voir, à boire du saké. Il leur arrive bien sûr de se chamailler, mais elles savent qu’à la moindre difficulté, elles pourront compter l’une sur l’autre.

Et cela change tout ! Cela donne une grande confiance dans la vie et dans sa propre capacité à affronter les épreuves.

Le « yuimaru », la solidarité, est une valeur clé à Okinawa.

Il s’agit d’un système dans lequel chacun partage et aide les autres (Yuimaru signifie littéralement : s’entraider). Ce soutien est moral mais aussi matériel : dans le cas où une famille se trouverait dans le besoin, une cagnotte du village, à laquelle tout le monde cotise, peut être cassée pour aider.

Sur l’île d’Okinawa, on peut lire ce dicton gravé sur de vieilles stèles : « quand tu as 90 ans et que la mort vient te chercher, renvoie-la, dis-lui que c’est trop tôt »…

Voilà en tout cas des premières pistes que je voulais évoquer avec vous pour comprendre comment notre corps ET notre esprit développent ensemble une fabuleuse armure contre les vicissitudes de l’âge qui avance.

Les habitants d’Okinawa ont encore beaucoup de secrets à nous apprendre et la bonne nouvelle est que mon ami le journaliste Rodolphe Bacquet, participe lui aussi  à cette « grande vadrouille » de santé sur l’archipel, et qu’il devrait tenir un blog de voyage pour rendre compte de ses découvertes les plus saisissantes.

C’est entièrement gratuit sur Internet à cette adresse : https://www.parcours-okinawa.com/.

Le dogme officiel vole en éclat !

En attendant d’en savoir plus, je profite de cette lettre pour rappeler à ceux qui ne s’étaient pas inscrit qu’une nouvelle version du protocole anti-âge AMES est désormais disponible.

Le dogme médical officiel, qui consiste à faire accepter le vieillissement comme un phénomène irréversible, est en effet en train de voler en éclat.

L’explication de cette « erreur » est hélas toujours la même.

A partir de 75 ans, 80 % des Français consomment au moins 5 médicaments par jour (pas des fruits et légumes, des médicaments…) C’est une manne colossale pour l’industrie pharmaceutique, vous vous en doutez, mais une catastrophe totale pour les patients.

Car à ce niveau, les interactions deviennent incontrôlables, et c’est sans parler des effets secondaires parfois très invalidants [7]…

Tout ceci est d’ailleurs source d’un grand nombre d’hospitalisations. On estime que près de 32 % des plus de 80 ans qui sortent de l’hôpital seraient ré-hospitalisés suite à une prise de médicaments.

Cela causerait même le décès de 5% des patients [8] !

Le plus révoltant est que vous allez découvrir avec ce nouveau protocole AMES qu’il est tout à fait possible aujourd’hui de gagner naturellement la bataille contre l’âge et les ravages du temps.  A condition de prendre les bonnes décisions, vous pouvez réellement :

  • Vous sentir 10 ans plus jeune que votre âge réel.
  • Rajeunir votre apparence (moins de rides, cheveux plus éclatants…).
  • Retrouver vos facultés physiques et
  • Échapper aux maladies liées à l’âge (démence, arthrose, troubles cardiovasculaires…).
  • Augmenter votre durée de vie de 30 % !

Je précise que ces résultats absolument incroyables ne sont pas sortis de la « tête » d’esprits brouillons, de pseudo-scientifiques ou de gourous mal intentionnés.

Ce sont les études scientifiques des meilleures unités de recherche au monde (Mayo Clinique, Université de Harvard, Salk Institute for Biological Studies, etc.) qui démontrent qu’un protocole reposant sur l’alimentation (A), le mode de vie (M), l’Etat d’Esprit (E), la spiritualité (S) obtient des résultats sensationnels contre le vieillissement.

Je le conseille vivement à tous ceux qui préfèrent que leurs conjoints, leurs proches, leurs amis prennent sans attendre les vraies bonnes décisions pour leur santé.

Cliquez ici pour en savoir plus

Santé !

Gabriel Combris




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Un légume stylé contre les troubles digestifs Et aussi : mangez dans vos poubelles, enquête au ministère, et mieux vaut (parfois) être sourd Elle s’appelle Helicob...
De gros revenus grâce aux plantes médicinales     En me promenant l’autre jour dans un vide-greniers, je suis tombé sur ce petit fascicule dont le tit...
La coriandre, c’est comme belle-maman. Soit on l’aime, soit… Chère lectrice, cher lecteur, La coriandre, soit on l’adore, soit on la déteste. Et ceux qui la détestent n’y vont pa...

Une réponse à “La Grande vadrouille (chez les centenaires)”

  1. Bonnet dit :

    Bonjour
    Okina wa.! Combien y àura t il de centenaires dans 10 ans? Pas beaucoup. Voyez les chinois qui sont partis de Hong Kong vers Vancouver : Ils ont tous attrapé les maladies locales, ie diabète /obésité/cardiovasculaires. .
    Les produits de cette île ne sont exportés nulle part.
    C’est comme le régime crétois : si vous n’appliquez que des critères d’alimentation et non le mode de vie vous ne changerez pas vos maladies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *