Ils n’ont rien compris à l’homéopathie !

Chère lectrice, cher lecteur,

Le gouvernement a tranché : l’homéopathie ne sera plus remboursée à partir de 2021.

Mais ce n’est pas ça qui m’attriste le plus.

Car rien n’est encore joué. Nous sommes plus de 30 millions à nous soigner à l’homéopathie en France et nous n’avons pas l’intention de baisser les bras.

45 députés de divers partis viennent de signer une tribune pour s’opposer au déremboursement de l’homéopathie.

Plus de 330’000 personnes ont signé ma grande pétition pour s’opposer à son déremboursement (si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à la signer en cliquant ici).

Je suis confiant en l’avenir : nous allons continuer à nous battre et forcer le gouvernement à revoir sa décision.

Et surtout : depuis que la ministre de la santé Agnès Buzyn a décidé de s’attaquer au remboursement de l’homéopathie, jamais l’homéopathie (et la santé naturelle en général) n’avait été aussi médiatisée dans les grands journaux, à la télévision, à la radio…

Des personnes qui n’avaient jamais entendu parler de l’homéopathie, des plantes médicinales et des techniques énergétiques s’intéressent désormais à ces approches grâce à ce formidable coup de projecteur.

C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui défendent les solutions naturelles.

Mais…

Mais ce qui m’attriste profondément dans cette histoire, c’est de voir à quel point ceux qui s’expriment dans les médias n’ont rien compris à l’homéopathie.

Je ne parle pas seulement des politiciens et des journalistes, mais aussi des centaines de personnes qui laissent des commentaires d’une violence inouïe en bas des articles.

On dirait que tout le monde veut donner son avis sans connaître vraiment l’homéopathie et comment celle-ci fonctionne réellement.

Le plus choquant, c’est qu’aucun média n’a donné la parole à un médecin homéopathe pour expliquer concrètement de quoi il s’agit.

Car l’homéopathie ne se résume pas simplement aux granules de sucre dans des petits cylindres colorés qu’on trouve dans les pharmacies.

L’homéopathie est une médecine globale qui s’intéresse à l’individu et propose des solutions personnalisées.

Dans cette lettre, je vais vous expliquer dans le détail le fonctionnement de l’homéopathie et comment vous pouvez l’utiliser au quotidien.

Et à la fin, je vous donnerai aussi des conseils pratiques pour vous soigner (notamment en cas de fatigue, diarrhée, troubles respiratoires…).

L’homéopathie est bâtie sur 3 piliers

Le principe de l’homéopathie est fondé sur trois piliers fondamentaux : la pathogénésie, la loi de similitude et la notion d’infinitésimalité.

  • La pathogénésie : c’est l’ensemble des symptômes provoqués par une substance sur des personnes en bonne santé. Hahnenmann a ainsi testé plus de 1200 substances différentes, comme des plantes ou encore des produits toxiques tel le mercure.
  • La loi de similitude : le remède qui, en agissant sur des hommes bien portants, produit le plus de symptômes semblables à ceux de la maladie à traiter, est le seul qui convienne pour rétablir la santé.
  • La notion d’infinitésimalité : l’effet thérapeutique d’une dose homéopathique augmente avec sa dilution. Plus la dose est diluée, plus elle sera efficace. C’est ce principe contre-intuitif qui provoque l’incompréhension et les critiques de la médecine conventionnelle…

Adapté aux malades, pas aux maladies

Selon l’homéopathie, chaque personne réagit différemment à une même maladie. Le même médicament ne conviendra donc pas à tout le monde, il dépend du « terrain » de chacun.

Le terrain individuel est appréhendé à travers deux catégories : les constitutions et les diathèses.

Selon le Dr Antoine Nebel, Il existe trois types de constitutions différentes, bâties sur des critères morphologiques distincts :

  • Le carbonique : brévilignetrapu et ordonné, hypolaxe.
  • Le phosphorique : longiligne, souple, sensible, nerveux et fatigable.
  • Le fluorique : asymétrique, mince, hyperlaxe, instable et désordonné.

Une quatrième constitution a été ajoutée plus tard : la sulfurique, un équilibre entre les trois constitutions.

Le deuxième aspect à prendre en compte est la diathèse. Les diathèses sont les différents ensembles de symptômes. On en dénombre quatre :

  • La psore : une maladie qui évolue par poussées successives, comme l’eczéma et la fièvre. Jusqu’à un certain point, il est bénéfique de laisser les symptômes se manifester. Ils sont signes d’une purification du corps.
  • Le tuberculinisme : désigne la fragilité aux infections ORL et respiratoires, une sensibilité neuropsychique et émotionnelle, de la fatigue, des troubles vasculaires et capillaires chroniques.
  • La sycose qui correspond à une surcharge de l’organisme en éléments toxiques, contenus par exemple dans les médicaments allopathiques ou les vaccins. Les principaux signes touchent la peau, comme les verrues, la cellulite, lypomes et condylomes. Au niveau de la santé psychique, on peut voir apparaître une tendance à la dépression.
  • La luèse se caractérise principalement par des inflammations chroniques à plusieurs niveaux : cutané (ulcères), vasculaire (athérosclérose, hypertension chronique), osseux. Dans le cas d’une transpiration abondante, celle-ci ne s’atténue pas d’elle-même, contrairement à la psore. On dénote également plusieurs problèmes émotionnels comme des insomnies, des troubles obsessionnels ou des phobies.

Ainsi, le médecin homéopathe doit prendre tout ça en compte avant de prescrire un traitement.

Il ne suffit donc pas de connaître le symptôme pour déterminer le remède adapté.

L’homéopathie s’intéresse au malade dans sa globalité, pas à la maladie.

Cela pourrait expliquer pourquoi il est aussi difficile de faire des études pour tester l’efficacité de l’homéopathie : un remède ne serait pas forcément utile à toutes les personnes testées, même si celles-ci souffrent des mêmes maux, car leur constitution et leur diathèse sont différentes.

Mais si vous n’êtes pas médecin homéopathe, ou si vous ne connaissez pas votre diathèse, ne vous inquiétez pas.

Vous pouvez tout de même utiliser certains types de granules pour agir dans des situations précises.

En voici quelques exemples…

Fatigue, diarrhée, troubles respiratoires…

Baptisia tinctoria est utilisé en cas de grippe, infection de la gorge ou de la bouche et gastro-entérites. Il est indiqué pour les symptômes suivants :

  • Une fièvre élevée et stable avec des tendances à délirer
  • Une fatigue intense avec des courbatures
  • Une diarrhée malodorante et un ventre dur
  • Une gorge rouge avec des gencives gonflées et une mauvaise haleine
  • Une langue « brûlée » (marron au centre et rouge en bordure)
  • Des difficultés respiratoires, lors d’angoisses nocturnes.

Posologie : Baptisia tinctora en granules (5 ou 7 CH), 5 granules toutes les heures.

Un remède à garder sur votre bureau

Nux vomica est particulièrement indiqué pour l’homme moderne, d’après le grand homéopathe Georges Hodiamont. Ce dernier avait répertorié les maux liés à la sédentarité et au surmenage de l’homme de bureau :

  • Caractère: irritable, colérique, agressif, impatient, qui ne supporte pas les contradictions et les contraintes.
  • Corporel : frileux, attrape des rhumes facilement, nausées et vomissements après avoir trop mangé, constipation et sensation de ne jamais en faire assez.
  • Psychique : insomnies dues à une hyperactivité de la pensée. Ne supporte pas le bruit.

Posologie : pour l’homme moderne et agité, une dose en 30 CH, 1 fois par semaine, en cas de besoin.

Pour les malades de la digestion, 3 granules 7 CH, 2 fois par jour pendant les quelques jours suivant un excès.

Pour les personnes qui prennent de nombreux médicaments, 3 granules 7 CH en cure de 10 jours, chaque mois.

Contre la toux et… le hoquet !

Hyosciamus niger peut aider en cas de symptômes liés au fonctionnement du système nerveux comme : les spasmes, les tics, les tremblements, les hoquets incoercibles, les toux par quintes spasmodiques, les symptômes d’épuisement du système nerveux comme les insomnies et les sentiments de persécution.

Posologie : contre les toux spasmodiques qui apparaissent le soir, 5 granules en 9 CH, 1 heure avant le coucher pendant 10 à 12 jours

Pour un enfant surexcité qui refuse de dormir, 1 dose en 30 CH par semaine, pendant 3 semaines.

Contre un hoquet sans fin, 5 granules par jour en 9 CH, pendant 10 à 12 jours.

J’espère que cette lettre vous aura aidé à en savoir un peu plus sur l’homéopathie et à sortir de l’éternel débat « c’est prouvé / ce n’est pas prouvé ».

L’homéopathie fait bien plus que de proposer des solutions originales à vos maux, elle apporte aussi un nouveau regard sur l’être humain et une meilleure compréhension de soi-même… à condition de s’intéresser vraiment à cette approche.

Et ce qui compte, c’est avant tout ce que ces granules vous apportent à vous.

Amicalement,

Florent Cavaler





22 réponses à “Ils n’ont rien compris à l’homéopathie !”

  1. juliette dit :

    Votre article sur l’homéopathie est fort intéressant…
    Je me fait soigner moi-même ainsi depuis des années.
    Cependant j’aimerais formuler un avertissement : il peut être hasardeux de s’auto-prescrire soi même des traitements car, contrairement à ce que l’on croit, il peut y avoir des conséquences graves, notamment dans le cas de l’utilisation de la dilution en 30 CH. Ce dosage, s’il n’est pas approprié à la personne, peut déclencher de fortes réactions. C’est mon médecin homéo qui me l’a expliqué. Ceci est une mise en garde… A part l’arnica (pour les contusions et chocs) ,l’apis mellifica (les piqûres d’insectes) et l’oscillococcinum, je vous conseille de consulter votre homéopathe…enfin, j’dis ça… ne me croyez pas, vérifiez…

  2. Galliot dit :

    Nous sommes broyés par cette décision de de remboursement de l’homéopathie et surtout ne plus l’enseigner.
    Nous allons devoir refuser la Sécurité Sociale pour nous assurer ds le privé. En effet pourquoi payer la Sécurité Sociale et la Mutuelle si nous ne sommes plus remboursés. Puis nous ne voterons plus afin de manifester notre désaccord mais ceci est encore dangereux. Enfin donnez nous des nouvelles sur ce sujet brûlant.

  3. Suzanne WERNER dit :

    Personnellement je suis soignée par l’homéopathie depuis qu’un couple de médecins homéopathes s’était installé dans mon quartier il y a environ 68 ans. Je m’en suis toujours bien portée et donc je continue à me soigner ainsi.
    Pour les détracteurs, je tiens à souligner que ces médicaments sont bien moins chers que les médicaments allopathiques vers lesquels se dirigeront beaucoup de patients s’ils ne sont plus remboursés.
    Quel bénéfice pour la Sécurité Sociale ?

  4. Odette valade dit :

    je suis entièrement de l’avis de geneviève :il faudrait oublier les urnes! il y a même urgence à celà .les gouvernants agissent en despotes et nous sommes obligés de subir. Quand à moi, je préfère me passer de l’allopathie; le plus possible quand on voit qu’on donne pendant des decennies des medicaments et puis qu’on les retire après s’être aperçus trop tard, que c’etait un poison dangereux! Pendant ce temps combien de malades ont étés traités avec! Celà n’a pas d’importaance à partir du moment ou certains se remplissent les poches. Jacqou le croquant a bien existé et rien ne dit qu’il ne faudra pas y revenir!….

  5. bonnechere dit :

    5 gélules, ,3,2 et pourquoi pas 1 tout simplement?

  6. Marie-France dit :

    On constate qu’ils ne veulent pas entrer réellement en matière d’où leur non compréhension. En fait, il s’agirait plutôt d’un désir de ne pas élargir ses horizons, de se cantonner dans ce qui est bien délimité, bien codifié donc qui donne une apparence de sécurité. Cette attitude est propre à la majorité des gens qui se précipitent sur un médicament anti-douleur, anti-inflammatoire, anti-spasmodique, anti-tussif, etc pour ne pas accueillir le message que donnent leurs corps.

    En donnant des suggestions avec Baptisia, Nux vomica et Hyosciamus, il y a aussi le danger de vouloir éliminer les symptômes avant de chercher à percevoir à quoi le malade répond pour réagir de la sorte, ce qu’il exprime de son for intérieur.
    En outre, vous suggérez des posologies et des dilutions, ce qui ramène aux habitudes allopathiques. Or, nous sommes dans le monde énergétique qui obéit à d’autres lois dont un exemple simple est : lorsqu’on allume une lampe, on ne touche plus le commutateur sous peine d’éteindre la lumière. De la même manière, si on répète un remède alors qu’il est en train d’agir, on peut bloquer le processus de guérison.

  7. chris dit :

    Enfin un article qui mériterait d’être publié dans tous les quotidiens régionaux……. Je ne peux que confirmer ces infos chaque individu doit avoir un traitement adapté à lui:
    mon mari ne réagit pas à mes « granules » dans le cas d’affection orl, il a d’autres granules qui ne fonctionnent pas pour moi; mais c’est facile d’accuser un chien d’avoir la rage quand on veut l’abattre!

  8. PY dit :

    Bonjour,

    Il y a aussi l’europe qui impose de chauffer les solutions et elles deviendraient moins efficaces et a interdit certaines souches..

    Je m’approvisionnais auprès de Rocal, qui a été racheté par boiron.

    Maintenant je me tourne vers Wéléda mais son catalogue s’est drastiquement réduit …

    • Marie-France dit :

      Weleda propose des remèdes selon les lois de l’anthroposophie. Même s’il y a des paramètres convergents avec l’homéopathie, l’esprit en est bien distinct.. Une nette distinction, à ma connaissance qui date un peu, est que les hautes dilutions ne sont pas utilisées en anthroposophie.

  9. Genevieve dit :

    Bjr a tous, tout est effectivement fait pr protéger l’industrie pharmaceutique . Ns sommes dites vs 30 millions a utiliser l’homéopathie ! Donc 30 millions d’électeurs a qui on ne reconnaît ni la liberté ni l’égalité de se soigner comme ils le souhaitent ….et bien oublions les urnes la prochaine fois …..nés sommes encore un peu libres sur ce sujet ….

    • Vanelle dit :

      Je suis tout à fait d’accord avec vos dires. Cela fait plus de 40 ans que je me soigne par homéopathie pour mes petits bobos et c’est efficace. Pas de contre-indication, pas d’effets secondaires… c’est ça l’homéopathie. Évidemment, il faut avoir un bon homéopathe qui n’hésite pas de parler avec Vous pendant une heure pour vous connaitre mieux. Si Monsieur Macron persiste et signe au même titre que le 80kms a l’heure sur TOUTES les routes secondaires, c’est sure que je ne voterai pas pour Lui aux prochaines élections présidentielles.

    • Paul dit :

      Les émissions que vous citez sont très intéressantes, et donnent la parole à des médecins homéopathes. Mais ce n’est jamais pour présenter les fondement de l’homéopathie ou pour « expliquer concrètement de quoi il s’agit » (comme dans l’article de Florent Cavaler). Ce ne sont toujours que des débats sur le déremboursement. Au final, tout le monde parle d’homéopathie dans les médias, mais les journalistes et les politiciens savent-ils vraiment de quoi ils parlent, c’est-à-dire d’une approche globale qui ne se résume pas aux granules ?

  10. Jean-michel médecine dit :

    L’homéopathie, si elle prouvait son efficacité serait une pratique extrêmement intéressante pour tout le monde. En effet, notre chimie moderne est basée sur le fait qu’il y a un nombre fini d’atomes (cf : nombre d’avogadro), ce qui a pour conséquence qu’au bout de milliers de dillutions d’une substance, il ne reste AUCUNE trace de celle-ci. Contredire ce principe remettrait en question toute notre chimie moderne, et ce serait une avancée incroyable !
    Certes, on pourrait évoquer la « mémoire de l’eau », qui ne serait pas incompatible avec le nombre fini d’atomes dans une substance. Mais cette mémoire n’existe pas malheureusement, et cela a été démontré. Les études montrant qu’elle existe sont falsifiées. Mais de toute façon, puisque les granules d’homéopathies ne contiennent pas d’eau (Cherchez la composition de plusieurs granules sur google, vous aurez les liste des excipients), comment la memoire de l’eau pourrait fonctionner ? (Ça ne peut pas fonctionner).
    L’homéopathie coûte moins cher à produire que les médicaments classiques. Prouver son efficacité motiverait les laboratoires pharmaceutiques à en produire et à chercher de nouveaux traitements. Bref, si l’efficacité de l’homéopathie existait, cela serait profitable pour tout le monde. Il y a peu de chances qu’il y ait un complot national contre l’homéopathie.
    Des milliers d’études ont été faites sur l’homéopathies, et le plus souvent, elles montraient une inefficacité comparé à l’effet contextuel associé à la guerison spontanée (effet placebo). Il faut souligner que certaines études montraient que c’était efficace. La HAS, organisme neutre, a analysé des MILLIERS d’études et a pu conclure qu’objectivement, l’homéopathie n’etait pas efficace. Les laboratoires homéopathiques étaient libre d’envoyer des études mais ils ont préféré mettre une grande partie de leur budget dans la publicité. L’homéopathie veut être considérée comme un médicament, on rembourse les médicaments homéopathiques comme tel, donc comme tout médicament, ils peuvent se faire dérembourser.
    C’était la première fois que l’homéopathie etait évaluée comme un medicament classique (car oui, l’homéopathie peut se vendre facilement, il n’y a pas besoin d’autorisation de mise sur le marché ou encore de 10 ans de développement et de tests comme les medicaments classiques), et cela a montré qu’il y a un service médical rendu insuffisant. Cela représente une économie de 127 millions d’euros, et cela pourrait servir contre la crise des urgences, par exemple…
    Il existe encore des arguments contre l’homéopathie, mais mon commentaire serait trop long, mais je finirai juste pas une question.

    Vous êtes vous réellement renseignés sur l’homéopathie et êtes vous vraiment honnêtes avec vos lecteurs ?

    Je ne vois aucun argument scientifique qui montrerait que que la science s’est trompée. Après tout, l’avantage de la science est qu’elle est capable de se remettre en question.

    • Marie-France dit :

      Vous vous appliquez à écrire un long commentaire, toutefois vous vous contentez d’exprimer ce qui est rapporté par le commun des médecins. Mais quelle est votre expérience personnelle sur vous, vos proches ou vos patients?
      Vous affirmez que des milliers d’études ont été faites sur l’homéopathie mais combien en avez-vous étudiées consciencieusement et combien de biais avez-vous détectés?

      Sur quoi vous basez-vous – à part sur ce qui se raconte entre deux portes – pour décréter que la mémoire de l’eau n’existe pas? Pour les lecteurs curieux, par exemple, le film tourné avec le Pr Montagnier « on a retrouvé la mémoire de l’eau » (sur YouTube) donne des pistes intéressantes.

      Vous dites que les granules n’ont pas d’eau mais le processus de dilution qui passe par l’eau suffit pour se poser des questions, avant de répondre de façon péremptoire !

      Avez-vous déjà questionné avec sérieux des médecins qui ont fait le choix d’étudier d’autres médecines? N’êtes vous pas conscient de la limitation et des effets secondaires des traitements conventionnels? Quand un médecin n’a rien à proposer, il serait bon qu’il cherche hors des chemins battus au lieu de dire « on ne peut rien pour vous ».

      • Jean-Michel Médecine dit :

        Bonjour, je tiens tout d’abord à vous dire que l’expérience personnelle correspond au plus bas niveau de preuve. En effet, vous comme moi, nous sommes tous biaisés et nous ne pouvons nous contenter d’experiences personnelles pour évaluer l’efficacité d’une thérapeutique. Si vous prenez de l’homéopathie et que vous vous sentez mieux, ce n’est pas forcement grâce à celle-ci. Nous avons tendance à associer notre guerison au traitement que nous avons pris mais cela ne constitue pas une preuve d’efficacité. C’est pour cela qu’on fait des études et que de nombreux outils statistiques ont été mis en place.

        Des milliers d’etudes ont été faites sur l’homéopathie, mais il n’y a pas besoin de toutes les lire, heureusement pour moi comme pour vous, puisque je suppose que vous allez vous renseigner sur la méthode scientifique et sur les études concernant l’homéopathie. J’ai pu lire quelques méta-analyses. Ces analyses vont réunir plusieurs etudes et vont etudier leur qualité, ce qui permet d’écarter les nombreux biais dont vous parlez. Je n’ai donc pas besoin de les detecter moi-même,des scientifiques (Bien meilleurs que vous et moi dans les études des biais) l’ont déjà faits. J’ai aussi pu étudier les arguments des pro et anti homéopathie. Tour cela est partagé non seulement par les médecins utilisant la méthode scientifique, mais aussi par des académies de médecine du monde entier. Il y a un concensus scientifique concernant la non-efficacité de l’homéopathie. Apparemment je me suis juste contenté de rapporter ce que dit « le commun des médecins », comme si j’étais aveuglé par ceux-ci mais je pense que vous pouvez remarquer que ce n’est pas le cas.

        Concernant la mémoire de l’eau, c’est la même chose, je ne me suis pas contenté « d’écouter ce qui se dit entre deux portes ». La memoire de l’eau n’est qu’une « fraude scientifique ». Cette fois, voici un lien exprimant mon propos, j’espère que vous lirez tout. https://www.pseudo-sciences.org/Memoire-de-l-eau-et-biologie-numerique
        Par ailleurs, le film que vous citez n’est pas très objectif… Je vous mets une source (Ce n’est certes pas la meilleure mais cela montre que vous avez des raisons de douter). https://www.google.com/amp/s/www.sciencesetavenir.fr/sante/on-a-retrouve-la-memoire-de-l-eau-vraiment_27622.amp

        « Vous dites que les granules n’ont pas d’eau mais le processus de dilution qui passe par l’eau suffit pour se poser des questions, avant de répondre de façon péremptoire ! »
        Ceci n’est pas un argument. On ne peut pas affirmer quelque chose d’aussi incroyable sans fondement.
        Pourquoi mettre les granules dans de l’eau avec une substances énormément dilluée puis les déshydrater permettrait de conserver un effet, même si la mémoire de l’eau existait ? Vous ne pouvez peut-être pas répondre à cette question car c’est logique, cela ne peut pas marcher avec nos lois chimiques et physiques.

        « Avez-vous déjà questionné avec sérieux des médecins qui ont fait le choix d’étudier d’autres médecines ? »
        Je ne suis pas allé aussi loin, mais dans tous les cas, ce n’est pas un argument en faveur de l’efficacité d’une thérapie. Je sais que ces médecins sont souvent déçus de notre système de santé et ils n’ont pas tords sur ce point. Je pense d’ailleurs que de nombreux médecins « conventionnels » sont également déçus.

        Je suis heureusement conscient des limitations et des effets secondaires des traitements traditionnels. Ce n’est pas parce que je me positionne contre les médecines alternatives que je suis pour l’utilisation abusive des médicament. D’ailleurs, la conclusion de la haute autorité de santé sur l’homéopathie est clair. Il faut améliorer la prescription et ne pas donner de médicaments systématiquement. Croire que nous devons avoir systématiquement un traitement est un problème de santé publique. Je suis d’accord avec vous que parfois, il faut chercher hors des chemins battus au lieu de dire « on ne peut rien pour vous », mais ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi. Et malheureusement, parfois on ne peut vraiment rien faire… À part soutenir la médecine fondée sur des preuves pour trouver de nouveaux traitements

  11. Marie-Paule SPINNEWYN dit :

    Bonjour, on parle toujours du déremboursement , je prends de l’homéopathie de puis plus de 5 ans pour la grippe, je ne l’ai eu, et pour d’autre pathologie. pour autant le gouvernement n’oublie pas de prendre les 0,50 ct sur les tubes de granules, ça on ne parle pas de ce qui passe dans la caisse. merci de vos messages.

  12. Hadassah BORREMAN dit :

    Je pense que les politiciens ne veulent pas comprendre ; cela chamboulerait trop le système en place. Les industries pharmaceutiques rapportent. Aussi certains médecins ne veulent ni se remettre en question, ni remettre en question leur façon d’aborder le patient et sa douleur ou maladie, ni ce qu’ils prescrivent. A la fac, on leur a enseigné de donner tel TTT dans tel cas, point, on ne bouge pas même si c’est prouvé que certains médicaments font plus de tort que guérir. Il faut continuer le combat pour l’homéopathie, des personnes en bonne santé rapportent plus à l’Etat.

    • Vondousting dit :

      Entièrement d’accord avec vous. Les mandarins ne se remettent jamais en question, les pouvoirs publics préféreront toujours la bonne vieille allopathie qui fait pourtant pas mal de dégâts régulièrement, les journalistes sont des porte-paroles du pouvoir et du politiquement correct et quantité d’ignares donnent leur avis sur un sujet qu’ils ne connaissent pourtant pas du tout…

  13. Fran dit :

    « Ils n’ont rien compris… ». Au contraire, « ils » ont bien compris qu’en entretenant la bêtise et l’arrogance très actuelle qui consiste à prétendre « tout connaître » et « détenir la vérité », de tout un pan d’individus ignorants (lambda) ou « savants » (médecins…), peu importe la méchanceté n’a pas de frontières, « ils » attisent ce feu de voix qui hurlent la haine par la violence de leurs propos. Et on sait que ce sont ceux qui gueulent le plus qu’on entend le plus,.. et finissent pas convaincre les plus faibles ou les moins affutés. Et ça devient franchement pénible. Merci d’avoir partagé cet article qui (peut-être ?) ouvrira quelques yeux.

  14. RAGAGNIN dit :

    Je pense que vous n’avez strictement rien compris à la médecine.

    Rembourser des pilules où il n’y à rien encore moins de principes actifs que dans l’eau du robinet, rien si ce n’est une croyance datant du 18ème siècle est une stupidité sans nom. Ce qui est grave c’est que des gens comme vous qui passez votre temps à vomir sur des laboratoires qui investissent des milliards pour trouver des vrais médicaments soutiennent des laboratoires de type Boiron qui vendent du vent.

    Pourquoi ne pas rembourser la prière qui soulage beaucoup plus de gens que les pilules d’Homéopathie, pourquoi ne pas rembourser les consultations de voyants, de coupeurs de feux, de médium, etc ….
    Je vous rappelle mon cher monsieur que l’homéopathie n’est pas interdite mais comme toute croyance ne reposant sur aucun fondement scientifique ce n’est pas à la société et au contribuable de prendre en charge ces croyances.

    CQFD

    • Marie-France dit :

      Effectivement, le titre de l’article peut susciter des retours de manivelle sur le même ton! La différence, c’est que l’auteur FC présente son sujet avec ce qu’il a approché par ses recherches alors que Ragagnin – dont le pseudo en dit long sur son retranchement!- lance des arguments à l’emporte-pièce, d’un ton très autoritaire ne laissant pas place au débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *