La vérité sur les yaourts au bifidus

Chère lectrice, cher lecteur,

Les petits pots verts de Danone, vous vous en souvenez ?

Qu’est-ce qu’on nous a bassiné avec ça à la télé ! Du bifidus actif par-ci, du bifidus actif par-là…

C’est bien simple, on ne pouvait plus zapper les chaînes sans tomber sur leur publicité.

« Actif à l’intérieur, et ça se voit à l’extérieur » qu’ils disaient !

Mouais… On n’allait pas non plus leur remettre le prix Nobel de médecine.

Néanmoins, les publicistes de Danone avaient mis le doigt sur une chose intéressante : les probiotiques.

Des bienfaits pas si actifs que ça…

Du Grec pro (pour) et bio (vie), probiotique signifie littéralement « pour la vie ».

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit les probiotiques comme « des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont consommés en quantités adéquates, produisent un bénéfice pour la santé de l’hôte ».

En effet, de nombreuses études ont montré que les probiotiques peuvent agir positivement sur les muqueuses intestinales. Ils renforceraient le microbiote et freineraient la prolifération des micro-organismes pathogènes.

Mais il y a une partie de la définition très importante et que les publicistes de Danone ont « oublié » de vous dire…

Pour avoir ne serait-ce qu’une petite amélioration de votre flore intestinale, vous devriez ingurgiter des yaourts par palettes entières.

Cinq marques testées… et non approuvées

Pour vérifier la promesse de certains yaourts, un test a été mené dans un laboratoire suisse en 2017[1].

Des scientifiques ont analysé cinq marques de yaourts contenant des probiotiques et qui promettaient des bienfaits sur la flore intestinale. Sur les étiquettes figuraient des promesses telles que « favorise la digestion » ou encore « réduit les ballonnements »

Or après analyse, les scientifiques ont montré que ces yaourts n’avaient AUCUN effet sur la flore intestinale.

La raison : 99,9% des germes probiotiques (bifidus et lactobacillus) sont détruits par les sucs gastriques de l’estomac. Ils ne parviennent donc pas « vivants » dans l’intestin, là où ils sont censés coloniser la flore bactérienne.

Cela veut dire que pour recevoir la quantité de probiotiques vivants annoncée par la marque, vous devriez manger (non pas un) mais 10’000 yaourts par jour !!

Alors, devriez-vous vous tourner vers les compléments alimentaires enrichis en probiotiques ?

Pas forcément.

La bonne nouvelle, c’est qu’on retrouve des probiotiques naturellement dans les aliments fermentés (à condition de les manger crus) : kéfir, choucroute, kimchi, olives, miso, tempeh, tamari…

N’hésitez donc pas à les ajouter régulièrement à vos plats. Vos intestins vous remercieront.

Et si vous aimez les recettes maison, je vous invite à lire la lettre que j’avais écrite il y a quelques mois sur les aliments fermentés. Je vous explique comment fabriquer vos propres bocaux de légumes fermentés (choucroute, kimchi et autres…). Vous pouvez la découvrir ici.

Amicalement,

Florent Cavaler





[1] https://www.rts.ch/info/sciences-tech/8340749-cinq-marques-de-yoghourts-probiotiques-testees-inefficaces-pour-la-digestion.html

4 réponses à “La vérité sur les yaourts au bifidus”

  1. Maitre dit :

    si vraiment il y a des probiotiques dedans et qui sont détruits par l’estomacil faut manger ces yaourts par l’anus meme s’il ne sont pas digéré ils reformeront la flore .. salutations médicales .

  2. PaulB dit :

    monsieur,
    pas sérieux, votre article ! Certes vous avez raison dans les grandes lignes.
    Je suis la question depuis les années 90, alors que sur France Culture, il y avait déjà des émissions sur le microbiote.
    J’ai eu le temps de raisonner, au fil de toutes les informations qui émergent.
    a) la référence du labo suisse manque
    b) La question de la date de production des yaourts est primordiale dans une telle étude. Le nombre de bactéries vivantes décroit rapidement dans un petit pot conservé plusieurs jours.
    c) la population des différentes souches bactériennes varie dans l’intestin en fonction de ce que nous ingérons, si on veut des bifidus en nombre, il faut donc leur donner ce qui les fait se multiplier.
    d) le pH de l’estomac varie en fonction de ce que nous mangeons, et dans quel ordre. Lors de certains repas, l’injection d’acide chlorhydrique ne se fait que 2h1/2 à 3h 1/2 plus tard – je simplifie. On peut donc développer des stratégies pour que le yaourt passe sans que la population de bactéries vivantes ne soit atteinte.
    e) qui nous dit que les populations de bactéries lactiques des légumes fermentés, que je vous félicite de recommander, ne sont pas elles aussi détruites à >99 % ?
    f) l’aspect quantitatif – 10’000 -pots de yaourt – ce n’est pas sérieux.
    L’industrie laitière ne l’est pas non plus, C’est une sacrée baronnie dans chacun de nos pays d’Europe de l’Ouest.
    Meilleures salutations

  3. Luel dit :

    Bon, je comprends que les sucs gastriques tuent une énorme proportion des bonnes bactéries des yaourts. Mais en quoi ceci ne s’applique t il pas au bonnes bactéries de la choucroute ou du kéfir? Bizarre, elles sont immunisées? Si on revient sur la terre scientifique, ou au moins rationnelle, seuls les probiotiques en capsules gastro résistantes seraient protégées, donc efficaces. A défaut, il faut prendre son probiotique a jeun, en évitant de manger pendant une demie heure au moins, en espérant que l’estomac, sans rien à digérer, ne secrète pas beaucoup d’acide chlorhydrique, et se vide aussi vite que possible. Pure santé, peut être, mais pure science?

  4. Fabienne dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour votre article !
    Petite question ! Lorsque l’on est sans produit laitier, peut-on malgré tout prendre du kéfir de lait ?
    J’ai un petit doute !
    On m’a donné des flacons de kéfir bio Demeter frais !
    Merci beaucoup.
    Cordialement. FC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *